Nombreuses réactions internationales à l'opération 'Babchenko"

Nombreuses réactions internationales à l'opération 'Babchenko"

111
Ukrinform
Si les organisations de défense du journalisme et de la presse ont montré une certaine universalité dans leur réponse, dénonçant la dangerosité de jouer avec l'information et les journalistes dans des affaires de criminalité, les réactions politiques sont plus mitigées, certains pays insistant sur le succès de l'opération des services secrets ukrainiens quand d'autres fustigent la dramaturgie de l'action.

Du côté du Parlement européen, certains élus ont immédiatement réagit avec un grand soulagement à la conférence de presse du SBU hier soir, en direct à la télévision, dans lequel son directeur, Vasyl Hrytsak, annonçait la mise en scène de l'assassinat du journaliste Arkady Babchenko et le succès de l'opération visant à empêcher son assassinat et capturer des tueurs aux ordres des services spéciaux de la Fédération de Russie.

Le député de la République tchèque Yaromyr Shtetin, membre du Parti Populaire Européen (PPE), a fait une annonce en ce sens hier soir, selon un correspondant d'Ukrinform :

"Nous avons appris avec un grand soulagement que le journaliste russe Arkady Babchenko, mort hier à Kiev, était vivant et nous continuerons à surveiller les explications des autorités ukrainiennes sur les raisons de la mise en scène de ce meurtre" , a déclaré le parlementaire, rappelant cependant que depuis 2000, plus d'une centaine de journalistes avaient été tués en Russie, et que cette affaire montrait à quel point il était nécessaire de garder un œil sur d'autres cas d'intimidation et de persécution de journalistes en Russie.

Lire aussi : Un ancien journaliste d'opposition russe tué à Kyiv

Le gouvernement belge, par la voix de son ministre fédéral des Affaires étrangères, Didier Reynders , s'est montré plus sceptique sur la mise en scène du meurtre du journaliste Arkady Babchenko. Selon lui, cette opération contredit les principes européens de la diffusion d'informations fiables à travers les médias :.

"Nous ne combattons pas les fausses nouvelles avec d'autres fausses nouvelles", a-t-il déclaré dans un entretien accordé à la chaîne de télévision 24.

Réaction mitigée également aux Etats-Unis, où l'ancien sous-secrétaire adjoint à la Défense des États-Unis et directeur principal du Centre Biden pour la diplomatie et l'engagement mondial à l'Université de Pennsylvanie, Michael Carpenter, a estimé que l'opération spéciale «Babchenko» aurait des conséquences à long terme pour l'Ukraine, selon l'agence de presse américaine Voice of America.

Selon Carpenter, il faut s'attendre à des conséquences à long terme, qui concerneront la confiance dans le SBU et dans les institutions gouvernementales, car la population risque désormais de douter des déclarations des officiels ukrainiens :

"Malheureusement, la prochaine fois qu'une tragédie surviendra et qu'un journaliste ou un dissident sera tué, tout le monde va faire une pause et se demander si cette nouvelle est vraie", a déclaré Carpenter.

Selon lui, la Russie va certainement utiliser cette situation pour mettre en doute la crédibilité des sources d'information occidentales, ce qui est particulièrement dangereux à un moment où la crédibilité des médias dans le monde diminue.

Du côté de Varsovie, en revanche, c'est la performance de l'opération du Service de sécurité qui est mise en avant. Selon plusieurs médias polonais, si tous les arguments de Kyiv sont confirmés, il s'agit plutôt d'un grand succès glané par le SBU dans la lutte contre la Russie.

Vaclav Radzivilovich, journaliste à la Gazeta Wyborcza, estimequ'il est actuellement difficile d'évaluer clairement la situation :

"Si le Service de sécurité peut organiser une telle intrigue et ne pas "fuiter" aux services spéciaux russes qui infiltrent parfaitement Kyiv, alors les services spéciaux ukrainiens ont obtenu un important succès et gagné une crédibilité", a rédigé Radzivilovich.

Le journaliste a également noté qu'il ne fallait pas exclure qu'un tel scénario ait surgi à la suite de l'affaire de Sallisbury, dans laquelle la Russie est accusée par une grande partie de la communauté internationale d'avoir tenté d'assassiner un ancien agent double du GRU (les services de renseignement militaires russes), Serguei Skrypal, et sa fille.

Lire aussi : Klimkine : Le régime du Kremlin a toujours considéré Babchenko comme un ennemi

Yahenka Vilchak, pour le journal Polityka, a quant à elle souligné souligne que les organismes d'application de la loi ukrainienne ont permis à Babchenko de survivre, à l'inverse d'autres opposants comme Anna Politkovskaïa ou Boris Nemtsov, qui n'ont pas survécu à leur opposition au régime. L'auteur met donc en avant le mérite des services de renseignement ukrainiens, qui ont non seulement empêché l'assassinat, mais également appréhendé les suspects :

"C'était supposé être un autre acte d'intimidation contre les opposants au système, un avertissement pour les autres et une tentative de déstabiliser la situation interne en Ukraine […] En plus de sauver la vie d'un homme, ce qui était l'objectif principal, les services spéciaux ukrainiens ont atteint un autre objectif très important : cette fois, il s'agit d'un message au monde disant que la Russie est une menace réelle pour quiconque ose critiquer ses actions", a déclaré l'auteur de l'article, a déclaré Vilchak.

Le directeur de l'Institut polonais des affaires internationales, Slawomir Dembskyy, qui a de son côté, dans une interview accordée à la chaîne de télévision Polsat News, insisté sur la probité du journaliste, pour qui l'acceptation à prendre part à cette mise en scène n'aurait pas été possible si les preuves d'une menace venant des services spéciaux russes n'avait pas été réelle.

Même son de cloche chez un expert en géopolitique tchèque, le directeur du centre d'analyse "Valeurs européennes" de la ville de Prague,Yakub Yanda, pour qui le SBU mérite le respect pour avoir sauvé la vie d'un journaliste et fait un travail digne dans sa confrontation avec le Kremlin, selon un correspondant d'Ukrinform :

"Si la version des événements du SBU autour de [l'affaire] Babchenko est vraie et qu'ils ont la preuve des "mains ensanglantées " de la Russie, alors ils méritent le respect : la vie du journaliste a été sauvée et la mafia du Kremlin a été dévoilée", a déclaré l'expert tchèque.

A l'opposé, le ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie a qualifié cette opération de "provocation anti-russe" dans un communiqué :

"Les véritables motifs de cette mise en scène commencent à se dérouler, ce qui est évidemment une autre provocation anti-russe", peut-on lire dans la déclaration du MAE de la Fédération de Russie, qui voit cela comme «un effet de propagande" :

"Maintenant, les autorités ukrainiennes ont complètement pris le parti de répandre des mensonges russophobes".

Lire aussi : Arkady Babchenko est vivant

En Ukraine, le chef de l'Etat, qui a rencontré hier Arkady Babchenko, a exprimé sa ferme conviction que de telles attaques sont menées pour déstabiliser la situation dans le pays, « montrer l'inefficacité des autorités et, bien sûr, pour tuer ceux dont la Russie a le plus peur".

Le journaliste, qui s'est confié sur l'opération après la conférence de presse du directeur du Service de sécurité, a quant à lui exprimé sa conviction que de telles opérations étaient nécessaires pour que la population et la communauté internationale prennent enfin conscience de ce qu'est le régime de Vladimir Poutine :

"Le fait que je sois assis ici maintenant et que je sois vivant est du mérite du SBU. Après tout, s'il n'y avait pas eu une telle opération spéciale, ils m'auraient vraiment tué. Nous comprenons enfin à qui nous avons affaire [...] Nous voyons enfin à quoi ressemble et ressemblera la Russie de Poutine en 2014, 2018, 2020 et 2025. Dieu merci, l'Occident commence à comprendre", a t-il déclaré .

Lire aussi : L'OSCE furieuse après les fausses informations sur le "meurtre" de Babchenko

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-