Crash du vol MH17: le procès se poursuit sans les accusés

Crash du vol MH17: le procès se poursuit sans les accusés

Ukrinform
Le procès de quatre personnes accusées d'avoir provoqué l'explosion en 2014 du vol MH17 au-dessus de l'Ukraine tuant les 298 personnes à bord peut suivre son cours malgré l’absence des accusés.

Comme Swissinfo le rapporte, telle est la décision du tribunal néerlandais.

Les Russes Sergueï Doubinski et Igor Guirkine ainsi que l'Ukrainien Leonid Khartchenko seront jugés par contumace. Le Russe Oleg Poulatov a lui choisi d'être représenté par un avocat néerlandais, a précisé le juge Hendrik Steenhuis.

« Nous supposons qu'ils ont renoncé à leur droit d'être présents car ils n'honorent pas le droit d'être présents », a-t-il poursuivi. Il a ajouté que des tentatives avaient été faites pour faire parvenir aux accusés des citations à comparaître.

Lors de l'ouverture, le parquet a, dans un moment solennel, énuméré un à un tous les noms des victimes sous les yeux de plusieurs proches, visiblement émus. Ces derniers réclament que « justice soit faite », plus de cinq ans après la catastrophe. « Le tribunal se rend compte de l'impact de la perte de tant de vies humaines et la manière dont elles se sont terminées si brusquement est à peine concevable », avait déclaré en introduction le juge Hendrik Steenhuis. « C'est le premier jour où l'on va nous dire ce qui s'est passé, qui était responsable, pourquoi l'avion a été abattu », a témoigné Piet Ploeg, le président d'une association de victimes néerlandaise, qui a perdu son frère, sa belle-soeur et son neveu dans la catastrophe.

Le Boeing 777 de la compagnie Malaysian Airlines, parti d'Amsterdam pour Kuala Lumpur le 17 juillet 2014, avait été touché en plein vol par un missile BUK de conception soviétique au-dessus de la zone de conflit armé dans l'Est de l'Ukraine. Les 298 personnes à bord, parmi lesquelles 196 Néerlandais, avaient été tuées.

Les quatre accusés, premiers suspects à être inculpés dans cette affaire, sont poursuivis par le parquet néerlandais. Ils sont accusés d'avoir convoyé le système de missiles anti-aériens BUK, avant que celui-ci soit tiré par d'autres personnes encore non identifiées.

L'équipe internationale d'enquêteurs, dirigée par les Pays-Bas, a établi en mai 2018 que l'avion avait été abattu par un missile provenant de la 53e brigade antiaérienne russe basée à Koursk (sud-ouest). A la suite de ces révélations, les Pays-Bas et l’Australie, dont 38 ressortissants ont péri dans le drame, ont ouvertement imputé à la Russie la mort de leurs ressortissants. Moscou a toujours nié avec véhémence toute implication dans le crash, et rejeté la faute sur Kyiv. La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a accusé vendredi les Pays-Bas de tenter « de faire pression sur le tribunal » néerlandais, évoquant une « campagne médiatique caractérisée par un parti pris accusateur envers la Russie ».

eh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2020 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-