Il y a 5 ans, la guerre a commencé

Il y a 5 ans, la guerre a commencé

Ukrinform
Après la fin de l’Euromaidan et la fuite du président de l’époque Victor Ianoukovitch, plusieurs manifestations et actions se sont déroulées dans l'est et le sud de l’Ukraine.

Elles sont entrées dans l’histoire sous le nom du « Printemps russe ».

En Crimée, ces actions ont conduit à la prise du pouvoir par des forces pro-russes, un référendum autogéré et l’annexion de la péninsule par la Fédération de Russie. Au cours du printemps 2014, une série de manifestations très actives, souvent accompagnées par des affrontements directs avec des manifestants pro-ukrainiens, ont eu lieu à Donetsk, Louhansk, Kharkiv, Odessa, Dnipro, Zaporijjya.

Le 6 avril 2014, les séparatistes pro-russes commencent à prendre d’assaut des bâtiments administratifs à l’est et au nord-est de l’Ukraine. Ils assiègent ainsi le bâtiment du Service de sécurité de l’Ukraine à Louhansk, et malgré la présence d'une centaine de personnes seulement, ils parviennent à prendre le bâtiment et son  stock d’arme sans aucune résistance de la part des forces de l’ordre ukrainiennes. C'est depuis ce jour-là qu'il n’y a plus d'autorités ukrainiennes à Louhansk.

Les manifestations pro-russes rassemblant le plus de personnes ont cependant eu lieu à Donetsk ou plus de deux milles manifestants ont pris d’assaut le Conseil régional.

Le même jour, plus d’un millier des séparatistes, y compris des groupes armés, prennent d’assaut le bâtiment du Conseil régional de Kharkiv,  gardés par des unités de police et de la Garde nationale non-armées. Un cadet de l'académie de la Garde nationale sera grièvement blessé par un engin explosif placé sous son gilet par-balle durant des échaufourées.

D'autres tentatives pour saisir des bâtiments administratifs ont lieu à Dnipro, Mykolaiv, Odessa et Zaporijjya, mais sans réussite en raison d'un mouvement de résistance de la population local.

Le 7 avril, les séparatistes proclament « le souveraineté de la République populaire de Kharkiv » (KNR).  Le ministère de l’Intérieur de l’Ukraine déploie alors des forces spéciales de Vinnitsya pour libérer le bâtiment du Conseil régional, forces spéciales et de l’ordre ukrainiennes qui n’ont pas su rapidement réagir à Donetsk ou le même jour, les séparatistes saisissent le bâtiment du Service de  sécurité de l’Ukraine et proclament la « République populaire de Donetsk », demandent à Vladimir Poutine « d’introduire des forces de paix » dans la région et proclament un référendum sur l'adhésion à la Fédération de Russie pour le 11 mai.

Dans la nuit du 7 au 8 avril, Olexandre Tourtchynov, Président ukrainien par intérim, crée un Quartier général anti-crise. Le commandement décide du renforcement du contrôle de la frontière à l’est et de la mise en place d'opérations spéciales anti-terroriste.

Dans la matinée du 12 avril 2014, dans la matinée, deux bus transportant une vingtaine d’hommes lourdement armés et équipés sont arrivés au bâtiment du département du ministère de l’Intérieur ukrainien de Slovyansk afin de l'occuper et de récupérer toutes les armes qui y étaient stockées. La même opération a été répétée dans la ville voisine, Kramatorsk.

C'est également le 12 avril que mes premiers groupes d'officiers du Service de sécurité de l’Ukraine effectuent des reconnaissances sur le terrain, avant que ne débutent les opérations actives. Une unité « Alpha » des forces spéciales se fera prendre au piège par des séparatistes armés. Au cours de cet affrontement, un agent  « Alpha » et un combattant seront tués. Il s'agit du premier combat armé entre les Forces ukrainiennes et les unités armées illégales.

Au matin le 13 avril, les séparatistes contrôlent toutes les routes qui mènent à la ville de Slovyansk. Plus à l'ouest, des forces pro-russes organisent une manifestation importante dans le centre de Zaporijjya, mais des activistes pro-ukrainiens s’organisent et leur font face en leur jetant des œufs et en les chassant de la place centrale. Cet événement restera dans les mémoires sous le nom de  « Semaine des œufs ».

Le 13 avril toujours, les séparatistes prennent d’assaut les bâtiments de la police, du Conseil municipal et du Bureau du procureur à Yenakievo, ainsi que le Conseil municipal de Makiivka.

Le Service de sécurité de l’Ukraine capture alors des conversations de séparatistes à Slovyansk avec leur commandement et  identifie le chef du groupe des forces de sabotage pro-russes comme étant Igor Girkine (pseudo Strelkov), un officier des forces spéciales du Service de renseignement des Forces armées de la Fédération de Russie.

Le lendemain, les forces pro-russes saisissent des bâtiments administratifs à Horlivka et Yasynouvata, plusieurs agents des Forces de l’ordre ukrainiennes font défection et les rejoignent.

A la vue de la situation alarmante à l’est de l’Ukraine, Olexandre Tourtchynov, alors président par intérim de l’Ukraine, annonce le début de l’opération anti-terroriste à l’est de l’Ukaine avec l’implication des Forces armées ukrainiennes le 13 avril 2014. Il s’adresse aux séparatistes pour les exhorter à déposer les armes en leur promettant une amnistie.

L’opération anti-terroriste, sans introduction de la loi martiale, est mise en place le lendemain dans une vaste zone couvrant les régions de Donetsk et de Louhansk, ainsi que dans les districts d'Izyumsky et Izyum de la région de Kharkiv, jusqu'au 7 septembre de la même année.

Cela n'empêche pas des séparatistes armées d'attaquer, le 16 avril au soir, une base militaire de Marioupol, dans la région de Donetsk. Les forces de l’ordre ukrainiennes réussissent à les repousser l’attaque, mais le bilan est lourd : 3 personnes sont tuées et 15 autres blessées.

Le 17 avril, les groupes de sabotage et de renseignement du quartier général des Forces armées de la Fédération de Russie saisissent l'antenne de communication située sur la montagne de Karatchoun, pour la déconnecter et supprimer des ondes les chaînes de télévision et de radio ukrainiennes avant de les remplacer par la télévision numérique de la Fédération de Russie.

Le président russe, Vladimir Poutine, donne une conférence de presse le même jour, dans laquelle il déclare que « le sud-est de l’Ukraine est une Novorossia (Nouvelle Russie), tandis que Kharkiv, Louhansk, Kherson, Mykolaiv et Odessa ont été transmis à l’Ukraine par le gouvernement soviétique ». En réalité, le mythe de novorossia, qui date de l’époque de l’Empire russe, représente une province dont la capitale était Ekaterinoslav (Dnipro moderrne). Kharkiv était quant à elle le centre de la province ukrainienne de Slobodska, qui comprenait également des parties des régions actuelles de Donetsk et de Louhansk.

Le 17 avril toujours, des discussions quadripartites sur la désescalade du conflit armé entre la Fédération de Russie et l'Ukraine ont lieu à Genève, avec la participation de hauts représentants diplomatiques de l'Ukraine, de l'Union européenne, des États-Unis et de la Russie. La partie ukrainienne a exigé que la Russie remplisse cinq conditions essentielles :

1. Arrêter le soutien aux séparatistes dans les régions orientales de l'Ukraine;

2. Rappeler ses groupes des saboteurs du Donbass;

3. Rappeler ses forces de l’ordre;

4. Annuler la décision de la Douma d'État autorisant le déploiement de troupes sur le territoire de l'Ukraine;

5. Restituer la Crimée annexée.

Après une réunion de six heures, les parties conviennent d'un certain nombre d'accords diplomatiques. La Fédération de Russie est tenue de désarmer ses formations armées illégales et de restituer les biens saisis illégalement à leurs propriétaires légitimes. À son tour, la partie ukrainienne s’engage à garantir l'amnistie aux manifestants, à l'exception de ceux qui seraient reconnus coupables de crimes graves; et à fournir un processus constitutionnel complet, transparent et responsable dans le pays.

Afin de suivre la mise en œuvre des mesures susmentionnées, les négociateurs acceptent la mise en place d'une mission spéciale de suivi de l'OSCE, composée d'observateurs internationaux venus de 57 pays, dont des représentants de la Fédération de Russie.

Durant ces négociations, les affrontements dans les régions de Donetsk et de Louhansk ne cessent pas. À Horlivka, des séparatistes enlèvent le drapeau ukrainien du bâtiment du Conseil municipal pour y hisser le drapeau de l'auto-proclammée République populaire de Donetsk.

Une personne s'y oppose fortement, en vain. Il s’agit de Volodymyr Rybak, député du Conseil de la ville. Quelques temps plus tard, il sera saisi par quatre hommes en tenue de camouflage et mis de force dans une voiture. Le 21 avril, le corps de Rybak, portant de nombreuses traces de tortures, est retrouvé dans la rivière Siversky Donets.

Le 27 avril, les séparatistes de Louhansk proclament la « République populaire de Louhansk » (LNR).

EH

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-