Volodymyr Kravtchenko, commandant en chef des Forces unies, lieutenant-général
Au fil des années, nous avons bien étudié l’ennemi, ses tactiques insidieuses, et savons comment agir dans toutes les situations
08.05.2020 16:04

Il y a deux ans, le 30 avril 2018, à 14 heures, l’opération des Forces unies (OFU) a débuté et les unités qui en faisaient partie ont commencé à effectuer des missions de combat dans les régions de Donetsk et de Louhansk. Les nouvelles de la zone de l’OFU font depuis lors la partie intégrante de notre vie et la situation sur le champ de bataille est en fait un baromètre de la sécurité de notre État.

À la veille de l’anniversaire de l’OFU, la correspondante d’Ukrinform s’est entretenu avec le commandant en chef de l’opération des Forces unies, lieutenant-général Volodymyr Kravtchenko, et a appris comment les défenseurs ukrainiens vivent aujourd’hui sur la ligne de contact, comment l’épidémie de coronavirus a affecté le service militaire, combien de militaires de carrière russes se trouvent actuellement dans la partie non contrôlée du Donbass et combien il y a de patients atteints de coronavirus dans les territoires temporairement occupés.

- Monsieur Kravtchenko, c’est aujourd’hui le deuxième anniversaire du début de l’opération des Forces unies. Qu’est-ce qui a changé pendant cette période ?

- Tout d’abord, je voudrais noter que l’opération n’est pas partie de zéro, mais est devenue une continuation logique, améliorée et réorganisée de l’opération antiterroriste en réponse à l’agression armée de la Fédération de Russie dans les régions ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk. Il y a deux ans, les Forces unies se sont vu confier des tâches claires pour assurer la sécurité et la défense nationales, repousser et dissuader les forces d’occupation dans le Donbass. Aujourd’hui, je peux affirmer avec confiance que nous accomplissons ces tâches avec intégrité et dévouement.

Je considère comme la principale réalisation le fait que nous n’avons pas cédé un seul mètre de notre territoire, malgré tous les efforts des envahisseurs. Les Forces unies ont assuré le plein contrôle de la ligne de contact, ont empêché la détérioration de la situation et prennent toutes les mesures afin de créer un environnement sûr pour ses effectifs.

En outre, des limites claires de la zone de l’opération des Forces unies, y compris les zones de sécurité, les zones d’accès limité et interdit, ont été établies pour toute la durée de l’opération, et la question de la subordination et de l’utilisation des forces et des moyens impliqués dans l’opération a été définitivement réglée. Un certain niveau de stabilité a été atteint dans le Donbass, qui permet de créer et de maintenir les conditions nécessaires à la sécurité de la population civile, de préserver et de développer les infrastructures existantes de la région.

Dans le même temps, les unités des Forces armées ukrainiennes sont en train d’être rééquipées des derniers modèles d’armements et d’équipements militaires. À l’heure actuelle, les Forces unies possèdent des unités équipées de chars T-64 Bulat modernisés, de véhicules blindés de transport de troupes BTR-3DA, BTR-4E, BTR-70Di, de véhicules blindés spéciaux Novator, de camions à traction intégrale KRAZ 6322 et Bogdan (MAZ 5316).

La formation de nos troupes se poursuit non seulement dans des sites de déploiement permanent, des centres d’entraînement et des aires de manœuvre, mais aussi dans la zone de l’opération, lors de l’exécution directe des missions de combat par les unités. En deux ans, plus de 500 formations opérationnelles ont été tenues avec les sièges des brigades, bataillons et groupes de batterie, ainsi qu’environ 25 000 exercices de tir et de conduite.

- Quelle est la situation actuelle dans la zone de l’OFU ? Y a-t-il une tendance à réduire le nombre d’attaques ? À quelles provocations l’ennemi a-t-il le plus souvent recours ?

- Compte tenu de la nature des activités et de l’étalement opérationnel des troupes ennemies, il est clair que l’objectif des forces armées de la Fédération de Russie sur notre territoire est d’essayer d’infliger des pertes aux Forces armées ukrainiennes, d’empêcher la restauration de l’intégrité territoriale de l’Ukraine et le retour du contrôle sur les territoires temporairement occupés.

Malgré les accords sur le cessez-le-feu, les occupants continuent de tirer sur les unités des Forces unies. Ainsi, depuis le début de 2020, la Mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine, dans ses rapports quotidiens, a enregistré plus de 7000 cas de violations du cessez-le-feu par les formations armées russes. Sur toute la ligne de contact, des armes légères, des mortiers et des missiles antichars sont largement utilisés par l’adversaire.

Il convient de noter que les forces d’occupation n’ont pas retiré une partie importante de leurs armes lourdes à des distances sûres et, par leurs actions, violent gravement les accords de Minsk. Périodiquement, l’ennemi ouvre le feu d’artillerie depuis des positions de tir cachées, qui sont généralement équipées dans les villages et les villes occupés. En violation flagrante du droit international humanitaire, les occupants bombardent systématiquement des localités et, comme conséquence, tuent des civils, détruisent des maisons d’habitation et des infrastructures critiques.

Par ailleurs, les autorités d’occupation continuent d’entraver la Mission de l’OSCE dans son évaluation objective des violations des accords de Minsk, notamment en ce qui concerne le cessez-le-feu et le retrait des armes lourdes. En particulier, les observateurs de l’OSCE se voient régulièrement refuser l’accès à leurs propres sites militaires et aux points de contrôle incontrôlés à la frontière avec la Russie. À cette fin, les forces d’occupation russes signalent systématiquement la fermeture de certaines zones, pour, comme elles disent, l’organisation des exercices et le déminage du territoire, ce qui ne correspond pas à la réalité. Ces derniers temps, les occupants expliquent de telles actions par des mesures pour contrer la propagation du coronavirus.

Cependant, au cours de toutes ces années, nous avons bien étudié l’ennemi, ses tactiques insidieuses et criminelles, et savons comment agir dans toutes les situations. Presque chaque provocation des occupants reçoit notre réponse adéquate. Rien que cette année, l’élimination de 143 envahisseurs a été confirmée et 273 autres ont été blessés. De plus, nos soldats ont détruit 28 unités de leur matériel militaire. Au total, au cours de l’OFU, les pertes des forces d’occupation russes se sont élevées à 1234 tués et 2074 blessés.

- Que pouvez-vous nous dire de votre adversaire ? Quelle est maintenant sa quantité, son nombre d’armes ? Qui commande ces troupes ?

- Pour contrôler les territoires temporairement occupés du Donbass, l’état-major des forces armées de la Fédération de Russie a formé et maintient un groupement opérationnel de troupes d’occupation russes dans le cadre des 1er (Donetsk) et 2e (Louhansk) corps d’armée avec le nombre total de plus de 35 000 militaires subordonnés sur le plan opérationnel à l’armée du district militaire du Sud des forces armées de la Fédération de Russie. L’essentiel du personnel clé et de commandement des régiments, brigades et états-majors du corps d’armée est représenté par les officiers de carrière et les généraux des forces armées russes qui sont envoyés dans les territoires temporairement occupés de l’Ukraine par rotation. Aujourd’hui, plus de deux mille officiers de carrière russes sont stationnés dans la partie occupée du Donbass. Dans le même temps, les postes des hommes du rang et des commandants des unités tactiques sont occupés principalement par des résidents locaux et des mercenaires de la Russie.

En outre, afin de maintenir le régime administratif et policier, d’assurer le fonctionnement des administrations d’occupation, de lutter contre le mouvement pro-ukrainien et de sauvegarder des objets importants du système de subsistance de la région, d’autres « agences de sécurité » ont été créées par les occupants : le ministère des Affaires intérieures et le ministère de la Sécurité de l’État, qui sont directement gérés par le ministère de l’Intérieur russe et le Service fédéral de sécurité (FSB).

Outre le maintien et le soutien des formations armées, la Fédération de Russie utilise le territoire du Donbass comme terrain d’entraînement militaire où elle teste des systèmes d’armes de pointe pour son armée. Des systèmes de brouillage et de renseignement d’origine électromagnétique (ROEM), des drones, des systèmes de guidage des armes de précision, des radars anticanon, l’équipement tactique et des armes de tireurs d’élite sont les plus testés.

Durant la confrontation militaire dans le Donbass, nous avons saisi et documenté de nombreux échantillons d’armes exclusivement en service des forces armées de la Fédération de Russie, ce qui prouve une fois de plus l’implication directe de la Russie dans le conflit armé sur le territoire de l’Ukraine.

Je voudrais noter qu’en ignorant les accords conclus, les occupants installent des champs de mines le long de toute la ligne de démarcation et dans des zones de la circulation du transport. L’élargissement des champs de mines et l’absence de signalisation augmentent considérablement le niveau du danger. Des incidents dus aux mines, dont des résidents locaux et des véhicules civils deviennent victimes, sont régulièrement signalés.

Les indicateurs socio-économiques actuels des territoires occupés du Donbass confirment l’existence de problèmes systémiques : fermeture d’entreprises, inactivité des installations de production, manque de profit, impossibilité de payer les salaires et les impôts, accumulation de dettes, développement économique inégal des zones individuelles. De façon générale, les administrations d’occupation démontrent l’incapacité d’une activité économique indépendante sans soutien financier et débouchés de la Fédération de Russie.

Je voudrais particulièrement signaler que l’un des facteurs les plus déstabilisateurs, à la fois dans la zone de l’opération des Forces unies et dans notre État, est l’action du gouvernement russe pour accorder la citoyenneté russe aux résidents de certaines zones des régions de Donetsk et de Louhansk. Selon les données officielles des services de migration, 136 000 résidents des territoires temporairement occupés ont reçu la citoyenneté russe en 2019. Si l’activité des résidents de ces entités quasi étatiques se maintient et les capacités des services de migration russes augmentent en 2020, ce chiffre pourrait dépasser le seuil de 300 000 personnes.

- Il existe très peu d’informations sur la situation de la propagation du coronavirus de l’autre côté. Avez-vous des données sur la situation là-bas?

- On sait qu’à l’heure actuelle, le nombre de patients atteints de coronavirus en Russie a dépassé le nombre de personnes infectées en Chine. Par conséquent, lors de la rotation des troupes d’occupation russes, l’incidence augmente dans les territoires temporairement occupés du Donbass.

Les autorités des soi-disant Républiques populaires de Donetsk et de Louhansk tiennent pour confidentielles les informations sur la propagation du nouveau coronavirus et obligent le personnel médical de ne pas divulguer d’informations sur la situation épidémiologique. La majorité des cas qui présentent des symptômes similaires au coronavirus sont classés comme pneumonie ou infection respiratoire virale aiguë.

En ce qui concerne le domaine des soins de santé, la situation dans les zones occupées des régions de Donetsk et de Louhansk se caractérise par le fait que les services des maladies infectieuses des hôpitaux sont surchargés, en fait il n’y a pas de stocks de masques chirurgicaux, de gants et de médicaments antiviraux, il y a un manque de personnel médical et d’équipement nécessaire.

Tout de même, le commandement russe met en œuvre des mesures urgentes pour protéger les militaires des forces armées russes : tous les médicaments et moyens appropriés sont principalement destinés aux besoins des militaires russes.

Actuellement, dans les territoires temporairement occupés, nous avons enregistré plus de 400 cas d’infection par le Covid-19, bien que selon les « données officielles » des administrations d’occupation, seulement environ 150 cas de maladie aient été dénombrés.

- Comment la propagation du coronavirus en Ukraine a-t-elle affecté la tenue de l’OFU ?

- Pour contrer la propagation du Covid-19, en tenant compte des recommandations du ministère de la Santé, nous avons mis en place un certain nombre de mesures antiépidémiques. En particulier, à partir du 28 mars, le fonctionnement des points de contrôle entrées-sorties des territoires non contrôlés a été suspendu dans la zone de l’opération, le passage des véhicules aux points de contrôle situés à la frontière avec les régions de Kharkiv, de Dnipropetrovsk et de Zaporijjia a été restreint, de même que le déplacement des troupes en dehors du lieu de déploiement de leurs unités, la tenue d’activités collectives, sauf l’instruction tactique et technique, l’entrée et la sortie des véhicules.

Les corps de troupes et les unités des Forces unies effectuent la décontamination des véhicules aux points de contrôle, surveillent la santé du personnel, identifient activement les personnes infectées et les cas suspects de Covid-19 pour leur isolement rapide dans les établissements médicaux. Des isolateurs ont été installés dans tous les hôpitaux mobiles et unités militaires, des formations régulières du personnel médical sont réalisées.

Nous avons aujourd’hui un stock de 45 respirateurs artificiels, environ 30 000 masques et 90 000 pansements réutilisables en coton, 2500 tests de dépistage rapide du Covid-19, ainsi que les volumes nécessaires de médicaments et d’équipements médicaux pour contrer l’épidémie de Covid-19.

Les Forces unies aident constamment la population locale. À l’heure actuelle, les médecins militaires ne refusent jamais aux civils lorsque ces derniers s’adressent à eux pour obtenir une aide médicale.

À ce jour, aucun cas d’infection à coronavirus n’a été signalé parmi le personnel des Forces unies.

- Quelles sont aujourd’hui les principales tâches des Forces unies ?

- Tout d’abord, c’est de préserver la vie et la santé des soldats ukrainiens et des civils. Et aussi, il ne faut en aucun cas perdre notre territoire.

Toutes les décisions du commandement des Forces unies visent à atteindre l’objectif le plus important qui est de vaincre l’ennemi. Et chaque jour, pas à pas, nous travaillons dans ce sens.

La première chose dont nous avons besoin est de forcer les formations armées de la Fédération de Russie à respecter leurs engagements de cessez-le-feu. Et pour cela, nous avons tous les outils nécessaires et un personnel bien formé.

Je tiens à souligner encore une fois qu’aucune attaque de la part de l’ennemi ne restera impunie. Les défenseurs ukrainiens donnent et, si nécessaire, donneront une réponse ferme et décisive à tous les faits criminels de conduite des tirs par l’adversaire.

Tout en maintenant le contrôle de la situation dans la région aujourd’hui, nous approchons constamment du moment du retour des territoires temporairement occupés et du rétablissement complet de la vie paisible et du bien-être des habitants des régions de Donetsk et de Louhansk.

Et pour finir, le principal atout de l’opération pendant deux ans a été les personnes impliquées dans sa mise en œuvre. J’exprime ma sincère gratitude à tous les citoyens, militaires et civils, qui, au cours de cette période, ont déployé tous les efforts pour mener à bien les tâches qui nous étaient confiées dans l’est du pays. J’appelle également tout le monde à soutenir les soldats qui ont sacrifié leur santé dans les batailles du Donbass, à honorer la mémoire des héros ukrainiens qui ont sacrifié leur vie pour protéger la patrie et à ne pas oublier leurs familles.

Iryna Kojoukhar

kh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2020 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-