L’ONU s’inquiète sur de la restriction à la liberté de mouvement dans le Donbass

L’ONU s’inquiète sur de la restriction à la liberté de mouvement dans le Donbass

Ukrinform
Près de 10 mois après la fermeture de la ligne de contact dans le Donbass pour contenir la propagation de la Covid-19, la population touchée par le conflit continue de payer un lourd tribut.

Cette déclaration a été faite Rosemary DiCarlo, la cheffe des affaires politiques des Nations Unies, lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Ukraine.

« Les retraités résidant dans des zones échappant au contrôle du gouvernement et enregistrés comme personnes déplacées font face à une détérioration de la situation économique et à des risques sanitaires accrus, alors qu’ils n’ont pas pu récupérer leurs pensions gouvernementales depuis mars 2020 », a-t-elle déclaré.

Mme DiCarlo a noté que le nombre des passages de la ligne de contact est passé de 1,2 million par mois avant le début de la pandémie à 36.000 par mois pour des services sociaux, de santé et autres et pour maintenir des liens familiaux.

Face à ce constat, elle a exhorté tous les acteurs influents à aider à lever les restrictions indues à la liberté de mouvement à travers la ligne de contact et à sécuriser l’ouverture de points supplémentaires et de points d’entrée.

« Plus de 120 partenaires humanitaires cherchent à aider 1,9 million de personnes dans le cadre du nouveau plan de réponse humanitaire, qui donne la priorité à la vie, à l’assistance économique, aux services de base et besoins de protection », a indiqué Mme DiCarlo. L’ONU demande 168 millions de dollars pour faire face à tous les besoins humanitaires.

« Tant qu’une solution politique durable au conflit dans l’est de l’Ukraine n’aura pas été trouvée, la situation sur le terrain restera fragile », a-t-elle prévenu. Pour elle, le respect assez large du cessez-le-feu et la poursuite des discussions dans les formats établis ne sont pas des raisons de se montrer complaisant.

Le risque d’un retour en arrière est réel si les négociations restent bloquées, a mis en garde la cheffe des affaires politiques, qui s’est dite profondément préoccupée par l’augmentation des incidents de sécurité dans plusieurs points chauds le long de la ligne de contact ces derniers mois. « Cette dangereuse tendance doit être rapidement inversée ».

Mme DiCarlo a plaidé pour que la Mission spéciale d’observation de l’OSCE ait un accès sûr à toute l’Ukraine afin de s’acquitter pleinement de son mandat.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2021 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-