Covid-19 : En quoi la crise économique ukrainienne sera différente de la crise mondiale

Covid-19 : En quoi la crise économique ukrainienne sera différente de la crise mondiale

Ukrinform
Suite à la quarantaine et à la propagation du coronavirus, les petites entreprises ukrainiennes ont déjà perdu leurs bénéfices et une partie de leurs employés, les grandes entreprises et le sort du budget de l'État sont menacés. 

Des stratégies sont à mettre en œuvre de toute urgence.

Plus la quarantaine est longue, pire c’est pour les entreprises. Opendatabot, une plate-forme pour travailler avec des données gouvernementales ouvertes, a lancé un service distinct de notifications gratuites sur la situation du coronavirus en Ukraine. Maintenant, la ressource a déjà collecté des données auprès de certains représentants des secteurs touchés et affirme: « en plus des risques de mourir d'une infection à coronavirus, les Ukrainiens sont beaucoup plus susceptibles de tomber dans une crise économique profonde, y compris toutes les conséquences possibles: augmentation de la criminalité, des pillages et de la pauvreté ».  Examinons de plus près ce qui nous attend dans différents domaines des affaires et de l'économie ...

Les analystes d'Opendatabot tentent principalement d'évaluer le déclin des petites entreprises et des services. Le volume du marché de la restauration en Ukraine en 2019 était estimé à environ 50000 établissements, a indiqué la ressource, et la plupart d'entre eux n'ont pas pu passer rapidement à la livraison ou à la vente à emporter. Selon Poster Restaurant Automation Company, après deux semaines de mise en quarantaine, 2 500 établissements ont cessé de fonctionner (ce qui représente 63% de tous les clients de l'entreprise en Ukraine). Ainsi, les analystes suggèrent que maintenant environ 30 000 établissements sont fermés dans le pays. Le chiffre d'affaires des cafés et restaurants, comme le montrent les chiffres présentés par Poster, a diminué de 5 fois. En particulier, les ventes des établissements publics de restauration en Ukraine, rien qu’en période du 23 au 29 mars ont diminué en moyenne de 73% par rapport à la même période de pré-quarantaine. Les ventes ont fortement baissé tant dans la capitale (de 78%) que dans les plus grands centres régionaux: à Lviv, l'indicateur a baissé quelque part de 78%, à Kharkiv - de 73%, à Dnipro- de 65%, à Odessa - de 60%. Au total, plus de 160 000 personnes se sont retrouvées sans emploi dans la restauration.

Pendant longtemps, la situation avec le taxi n'était pas claire. D'une part, lorsque les transports en commun s'arrêtaient, il n'y avait pas d'alternative. En revanche, les passagers se sont installés en quarantaine et économisent de l'argent sur la nourriture. Selon Petro Obukhov, fondateur du grand service de taxi Bond, qui opère à Kyiv et Odessa, pendant la quarantaine, le nombre de commandes  a diminué de près de trois fois.

En outre, le marché immobilier s'affaisse : selon le service de location journalière de Dobovo, les prix de location ont chuté d'environ trois fois. «Si avant la pandémie, nous louions un petit appartement en plein centre de Kyiv en moyenne pour 1 200 UAH par jour, nous devions maintenant louer la plupart de notre stock d’appartements pour un loyer à long terme de 7 000 à 8 000 UAH par mois », explique Volodymyr Bezlyudny, copropriétaire de Partner Guest House. Certes, les locataires de logements dans les réseaux sociaux laissent des commentaires en colère qu'ils n'ont pas remarqués la baisse de prix jusqu'à présent.

Et il est difficile de ne pas remarquer que beaucoup d’Ukrainiens sont forcés à partir en congé sans soldes ou tout simplement licenciés. L'Union des entrepreneurs ukrainiens, en collaboration avec l'Ukrainian Marketing Group, a interrogé des entreprises ukrainiennes sur l'état de leurs affaires pendant la quarantaine et les plans de développement ultérieurs. L'étude a montré que 29% des entreprises ukrainiennes ont suspendu leurs activités pendant la période de quarantaine, 6% ont complètement fermé leur entreprise. Ceux qui ont réussi à ne pas fermer de façon drastique perdent des bénéfices et réduisent leurs effectifs.

Selon l’Union des entrepreneurs ukrainiens, un tiers des propriétaires d'entreprises (principalement des micro entreprises) font état d'une baisse de 90 à 100% de leurs revenus depuis le début de la quarantaine et d'une réduction à 50% de l'État. Les autres (représentants des petites et moyennes entreprises) parlent d'une baisse des revenus de 25 à 50% et du licenciement de 10 à 25% des salariés. Les pertes de revenus des grandes entreprises s'élèvent à 10-25%, où une réduction des effectifs de 25% est attendue avant la fin des mesures restrictives, rapportent les analystes d'Opendatabot. Seulement 3% des répondants indiquent que leur entreprise pourra travailler longtemps dans les conditions nécessaires (vacances locatives, accès à distance pour les employés, révision du modèle économique). Les membres de cette association commerciale affirment la nécessité d'affaiblir la quarantaine.

Les employés licenciés seront d'accord avec eux, car le nombre de postes vacants diminue également. Selon les données de Work.ua fournies par la plate-forme Opendatabot, en deux semaines, le nombre total de postes vacants a diminué de 1,8 fois et le nombre de nouvelles publications de postes vacants - de 2,5 fois. Si le 11 février, 39,5 mille postes vacants étaient affichés dans la base de données des ressources, alors le dernier jour du mois, il était presque 24,5. Le nombre d'entreprises avec des postes vacants actifs a diminué de 25%, selon Opendatabot. Et selon HeadHunter grc.ua Ukraine, au cours des deux premières semaines de quarantaine, le nombre d'Ukrainiens à la recherche d'un nouvel emploi a augmenté de 60% par rapport à la même période l'an dernier. Les spécialistes novices et les cadres supérieurs expérimentés recherchent activement du travail. En revanche, les employeurs, selon les analystes, ne sont pas pressés d'embaucher de nouveaux employés: ils essaient de transférer autant que possible les employés existants vers le travail à distance ou de les envoyer en vacances à leurs frais, et ils ont arrêté la recherche de nouveaux employés.

Алексей Кущ

Pourquoi la structure des relations économiques en Ukraine a-t-elle chuté si rapidement et n'a pas résisté deux semaines? Quelques mois avant le début de la crise mondiale, l'Ukraine est entrée dans sa crise intérieure d'origine humaine, rappelle Olexiy Kouchtch, économiste et expert à l'Institut GROWFORD. «En janvier, nous avons déjà constaté une baisse du PIB de 0,5%. Mais la crise était alors encore latente, latente par nature, et la situation avec le coronavirus l'a exacerbée », explique-t-il. Selon l'expert, la quarantaine pour l'économie est comme un arrêt cardiaque pour une personne, et maintenant un tel arrêt cardiaque s'est produit. Il est donc naturel que l'on observe un effondrement de type avalanche: en Chine, la baisse de la production industrielle est au niveau de 20%, aux USA une baisse saisonnière du PIB est estimée à 20-30% (c'est la fin du quatrième trimestre 2019 - début du premier en 2020, par la suite, ça ira mieux). Mais comment cela se terminera-t-il pour l'Ukraine?

La profondeur de la chute dépend des capacités de mobilisation de l'économie, et elles sont déterminées par trois facteurs, à savoir, la marge de sécurité de la population et des entreprises, la boîte à outils (un paquet d’instrument???) du gouvernement pour absorber la crise et stimuler l'économie, et le potentiel de la Banque nationale de l’Ukraine ou sa capacité à répondre aux situations de crise. «Nous avons tous ces indicateurs à un faible niveau par rapport à d'autres pays. Les gens n’ont pas de marge financière, la boîte à outils du gouvernement est extrêmement «modeste» (on peut dire qu’elle n’existe pas du tout), et la NBU s’est pratiquement retirée de la résolution des problèmes économiques. C’est la raison pour laquelle, l’économie ukrainienne s’effondre », explique Olexiy Kouchtch.

Le fragile système financier ukrainien tient toujours, mais en seulement un mois budgétaire, note OLexiy Koucthch. Pour voir l'ensemble de la crise des indicateurs budgétaires, il faudra au moins deux mois pour suivre l'évolution des paiements budgétaires avec la crise. «La quarantaine a commencé à la mi-mars, lorsque la plupart des pensions ont été versées et une partie des salaires des employés de l'État également. En avril, ils seront payés au détriment des 42 milliards d'UAH que la Banque nationale de l’Ukraine a transférés à la fois sur le compte bancaire unique du Trésor public », explique l'expert. Autrement dit, en avril, ces fonds provenant des bénéfices de la Banque nationale de l’Ukraine seront suffisants pour payer les pensions d'avril, même en tenant compte des paiements et salaires supplémentaires promis aux employés de l'État, estime l’économiste. Par contre, pour le mois de mai, rien n’est sûr.

«Si je comprends bien, les autorités espèrent recevoir en mai de l'argent du FMI et l'inclure dans les dépenses du budget. Leur stratégie ressemble à ceci : les paiements en mars ont été remplis grâce aux revenus courants, en avril grâce au bénéfice de la Banque nationale de l’Ukraine et en mai grâce au crédit du FMI », explique Olexiy Kouchtch. S'il n'y a pas de tranche, alors en mai, il faudra vendre 2 milliards de dollars reçus par Naftogaz de Gazprom suite au verdict de la Cour arbitral de Stockholm. Selon lui, un milliard a déjà été dépensé en hiver, il en reste deux, et ils seront probablement inscrits au budget sous forme d'avances de Naftogaz, explique l'expert. «Le gouvernement compte sur des étapes tactiques et non stratégiques, sans faire de plans pour au moins les 4 à 5 prochains mois. L'économie, très probablement, ne démarrera pas avant l'automne, donc, une stratégie à long terme est nécessaire. Compte tenu des circonstances, si j’étais à la place de nos ministres, je passerais à des plans budgétaires à trois mois, car il est pratiquement impossible de modéliser qualitativement les indicateurs budgétaires même six mois à l'avance. »

Алексей Плотников
Алексей Плотников

Selon Olexiy Plotnykov, docteur en économie, le gouvernement doit autoriser le fonctionnement des petites et moyennes entreprises. «Selon la situation épidémique, il serait possible d’autoriser de transport, le fonctionnement des magasins», est-il convaincu. Si, selon les prévisions, le pic de l'épidémie en Ukraine tombe le 20 avril et que la quarantaine peut être réduite en mai, alors ce sera un très bon scénario pour nous. Ensuite, il sera possible de reprendre l'activité économique en été. «Si la situation évolue différemment, il est difficile de faire des prévisions», précise Olexiy Plotnykov. La réception de la tranche du FMI pourrait sauver une fois de plus l'Ukraine, surtout si un accord est conclu pour diriger les fonds de crédit vers le budget et les «manger». «Cela aidera à combler certains trous, à payer au moins un programme social. Dans tous les cas, il ne faudra pas s’attendre à une augmentation des pensions et des salaires minimals, comme prévu », explique Plotnykov. Il prévient : l'année sera difficile, tendue, pas du tout celle qu'espéraient les autorités et les citoyens. Olexiy Kouchtch prédit l'aggravation maximale de la situation à la fin de l'été. Quelle sera la façon dont l'Ukraine sortira de la crise, même si la situation dans le monde n'est pas non plus encourageante, alors qui vivra, verra.

Tetyana Negoda

eh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2020 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-