Amnesty International déclare que la situation avec les droits de l’Homme en Crimée n’arrête pas de se détériorer

Amnesty International déclare que la situation avec les droits de l’Homme en Crimée n’arrête pas de se détériorer

Ukrinform
Amnesty International, organisation internationale de la défense des droits de l’Homme, déclare que la situation avec les droits de l’Homme en Crimée n’arrête pas de se détériorer.

Cette information est parue sur le site de l’organisation.

Selon l’organisation, un des problèmes principaux est une absence du suivi international efficace permettant contrôler la situation avec les droits de l’Homme en Crimée. La création d’un mécanisme de suivi doit être la priorité absolue de la communauté internationale, selon le rapport.

Les défenseurs des droits de l’Homme affirment que les représailles contre les activistes du Madjlis a atteint « un autre niveau » l'année dernière.

Les défenseurs des droits de l’Homme affirment que les représailles contre les activistes du Madjlis a atteint «un autre niveau» l'année dernière. Le rapport énumère les cas de poursuites pénales et administratives des militants Tatars de Crimée, notamment dans l’affaire du 26 février, dans l’affaire du Hizb ut-Tahrir et liés aux publications dans les services sociaux que les autorités russes considèrent comme « extrémistes » . Les défenseurs des droits de l’Homme parlent de la pression exercée sur les avocats Emile Kourbedinov et Nikolai Polozov.

Depuis le début de l’annexion de la Crimée en mars 2014 par la Russie, les défenseurs des droits de l’Homme attirent l’attention de la communauté mondiale sur la situation alarmante sur le territoire de la péninsule.

Le Département d’État des États-Unis a signalé dans son rapport annuel sur la situation avec les droits de l’Homme dans le monde que la plupart des violations des droits de l’Homme en Ukraine avaient eu lieu en Crimée annexée ou sur les territoires du Donbass non-contrôlés par le gouvernement ukrainien.  Les auteurs du rapport soulignent que les violations des droits de l’Homme en Crimée sont directement liées à l’occupation russe.

Tanya Cooper, représentante de l’organisation internationale de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch a déclaré : «Humain Rights Watch travaille en Crimée et surveille attentivement la situation sur la péninsule. Nous avons constaté que depuis que la Russie avait pris le contrôle sous la Crimée, la situation avec les droits de l’Homme s’est aggravée de manière significative. L’année dernière, nous n’avons pas pu nous rendre en Crimée, mais nous continuons de suivre de près la situation et nous pouvons à nouveau constater que la Russie continue  la persécution des Tatars de Crimée pour leur protestation pacifique contre l'occupation de la Crimée. Ils sont victimes de harcèlement, de détention, de poursuites  quand ils remettent en cause l'occupation et donc, ils sont accusés de «violation de l'intégrité territoriale de la Russie »

oh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-