La Russie a l’intention d’ignorer la décision prise par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe

La Russie a l’intention d’ignorer la décision prise par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe

251
Ukrinform
La Russie a déclaré son intention de ne pas satisfaire à la décision du Comité des ministres du Conseil de l’Europe sur la Crimée.

L'information a été divulguée par le ministère des Affaires Étrangères russe dans un communiqué :

« La Fédération de Russie ne se considère pas lié par la décision prise par le Comité des ministres et (ne) considère son utilisation par la partie ukrainienne dans un but de propagande comme illégitime. Selon nous, ces manœuvres sont nulles et non avenues, des points de vue juridique et politique, en raison de leur caractère non consensuel », ont ainsi déclaré les diplomates russes.

Ils ont également souligné que le ministère des Affaires Étrangères russe avait proposé au Comité des ministres plusieurs projets de soutien en faveur du processus de Minsk et des violation des droits de l’Homme en Ukraine.

«Nous espérons que ces projet seront examinés prochainement », peut-on lire dans le communiqué.

Le MAE russe refuse de reconnaître des problèmes concernant les droits de l’Homme (existant) en Crimée et prétendent que les déclarations sur l’aggravation de la situation des Tatars de Crimée en lien avec l’occupation sont «infondées » :

«La population de la Crimée se trouve entièrement protégée par les lois russes et les Conventions de l’ONU et du Conseil de l’Europe, y compris la Convention européenne des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. D’ailleurs, à l'instar de toute autre région russe, la Crimée est ouverte à toutes les structures de suivi du Conseil de l’Europe et des autres organisations internationales », a déclaré le MAE, ajoutant que ceux qui avaient voté pour cette décision «fermaient les yeux sur les répressions concernant l'attribution de visas adoptées par l’Union Européenne ».

Le 3 mai, le ministre des Affaires Étrangères ukrainien, Pavlo Klimkine, avait déclaré que le Comité des ministres du Conseil de l’Europe avait décidé de soutenir la «résolution sur la Crimée» prise par l’Assemblée générale de l’ONU, mais actuellement bloquée par le Kremlin. 

«Le Comité des ministres du Conseil de l’Europe a demandé à ce que la décision de la Russie visant à interdire l’entrée en Crimée aux leaders du Madjlis soit annulée. Il s'agit d'un levier de pression supplémentaire sur la Fédération de Russie », avait alors constaté le chef du MAE ukrainien.

Il avait également ajouté que le Comité des ministres avait proposé au Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe d’examiner les options possibles afin de prendre des mesures concernant la situation des droits de l’Homme en Crimée.

Pour rappel, le 19 décembre 2016, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté une résolution sur ce thème, intitulée : « Les droits de l’Homme en République autonome de Crimée et dans la ville de Sébastopol (Ukraine) ». Le texte a été proposé par la délégation ukrainienne. Malgré l'opposition du représentant de la Russie, la résolution a été adopté par 70 pays, contre abstentions et 26 votes contre (dont la Russie, l’Arménie, la Biélorussie et la Chine).

EH

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-