En Crimée, les occupants empêchent toute manifestation pacifique

En Crimée, les occupants empêchent toute manifestation pacifique

399
Ukrinform
Les autorités des occupants en Crimée poursuivent systématiquement toutes les personnes qui tentent de participer à des manifestations portant des symboles ukrainiens ou Tatars de Crimée.

Olga Skrypnyk, coordinatrice du groupe de défense des droits de l’Homme de Crimée, a fait cette déclaration lors d’une conférence de presse à Kyiv :

«Beaucoup de communautés Tatares de Crimée ont été forcées d’annuler leurs actions pacifiques pour la première fois depuis plusieurs années. Ils ne peuvent plus marcher dans les rues principales et chaque année, leurs actions sont empêchées par des pressions et des menaces, ce qui prouvent que des poursuites sont toujours engagées à l’encontre des symboles des Tatars ou des symboles Ukrainiens. Non seulement les symboles politiques, mais aussi les symboles culturels », a-t-elle déclaré. 

Osman Izmaylov, un activiste Tatar, a été arrêté à quatre reprises et menacé d'emprisonnement le jour de la Commémoration des victimes de déportation (18 mai 2017) par les agents de la police routière de Simferopol pour avoir attaché  le drapeau des Tatars de Crimée sur sa voiture : 

«J’ai pris ma voiture avec le drapeau de Tatars de Crimée sur lequel j’ai attaché un ruban noir pour montrer aux habitants de la ville que ce jour était une journée de deuil. Quand j’ai traversé la ville, j’ai été arrêté à 4 reprises par la police routière sous des prétextes parfaitement absurdes », a-t-il précisé. 

Izmaylov a ajouté qu’un cas similaire avait eu lieu le 18 mai à Soudak ou quatre Tatars de Crimée ont déployé leur drapeau national :

«Tous les quatre ont été condamnés à 10 000 roubles d’amende chacun. En vérité, le drapeau a été attaché sur une voiture appartenant à l'un d'entre eux. Les autres n'ont fait que s’arrêter pour lui témoigner leur respect ».

Selon Léonid Kouzmine, fondateur du Centre culturel ukrainien, depuis 2014 les «autorités » de Crimée n’ont autorisé qu’une seule manifestation sur les huit programmées :

«Sur les 3 années qui se sont écoulés depuis les événements du printemps 2014, nous avons déposé une demande pour organiser des événements à huit reprises, mais nous n’avons eu qu’une seule autorisation, pour célébrer l’anniversaire de Chevtchenko le 9 mai 2015. Les personnes venus participer à cet événement portaient des drapeaux différents, notamment ukrainiens et des Tatars de Crimée. Sur l'un des drapeaux, il était marqué « La Crimée est l’Ukraine », ce qui a servi de prétexte pour arrêter trois participants, dont moi. Nous avons dû payer 10 000 roubles d’amende chacun, et nous avons aussi été condamnés à des travaux forcés », a déclaré Kouzmine.

Les « autorités» ont justifié leur interdiction d’organiser des manifestions par des retards dans les dépôts de demande, par une situation d'urgence concernant l'électricité, ainsi que pour des raisons de demande mal formulée et d'absence de justificatif de casier judiciaire.

EH

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2017 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-