En France, une pétition pour la libération d’Oleg Sentsov a déjà été signée par 2 000 personnes

En France, une pétition pour la libération d’Oleg Sentsov a déjà été signée par 2 000 personnes

172
Ukrinform
La pétition de soutien à Oleg Sentsov, réalisateur ukrainien, emprisonné en Russie pour de fausses accusations, a été signée par des représentants de l’élite intellectuelle française.  Elle peut être signée par tous ceux qui souhaitent soutenir l’otage du Kremlin.

Cette information a été communiquée par l’envoyé spécial d’Ukrinform en France.

 « A tous ceux qui aiment le cinéma, le football et la démocratie... ou au moins l’un des trois.

Du 14 juin au 15 juillet 2018 aura lieu en Russie la grande fête du football. Il serait malvenu de la gâcher. Mais il faut peut-être rappeler à chacun — footballeurs, supporters, spectateurs — où ils s’apprêtent à mettre les pieds et à diriger le regard. En Russie, la presse libre n’est pas la règle, mais l’exception. La corruption est partout. La justice n’est pas indépendante. Le jeu politique est factice, car les partis d’opposition sont harcelés et ne peuvent participer aux élections. La censure règne dans le domaine artistique. Des personnalités d’opposition, comme Boris Nemtsov en février 2015, ont été assassinées. Des journalistes et des ONG sont soumis à une pression permanente. Des centaines d’artistes, d’entrepreneurs, de militants sont emprisonnés de façon arbitraire — comme le metteur en scène Kirill Serebrennikov, en résidence surveillée.

Vladimir Poutine s’apprête à se représenter pour un quatrième mandat. Il est quasiment assuré d’être élu. Il sera alors président jusqu’en 2024. Quant à Oleg Sentsov, il est en prison, au nord du cercle polaire, jusqu’en 2034. Ce réalisateur ukrainien a été arrêté peu après l’annexion de la Crimée par les forces spéciales russes en mars 2014. A partir de preuves fabriquées et de faux témoignages, ce militant du Maïdan a été accusé de fomenter des actions terroristes : destruction de statues de Lénine ou de bâtiments officiels. Il a été jugé en 2015 et condamné à 20 ans de prison. En septembre dernier, il a fait parvenir une lettre glaçante à la journaliste russe Zoïa Svetova. Il écrit notamment : « physiquement, bien sûr, personne ne me touche. Mais tu sais parfaitement que ce système peut punir et harceler de manière perverse, sans utiliser la force brute ». Nous n’en savons pas plus, car le détenu est pratiquement coupé du monde. Nous venons seulement d’apprendre que son état de santé se dégrade. Il faut agir vite.

 Le monde du cinéma mondial, jusqu’en Russie, appelle à la libération de cet homme injustement condamné. Il est temps d’élargir ce cercle.

Nous aussi, nous réclamons sa sortie de prison. A la veille de la probable réélection de Vladimir Poutine, et de la grande fête du football, c’est le moment de lui rendre sa liberté », peut-on lire dans la pétition.

Parmi ceux qui ont déjà signé la pétition : les écrivains Sofia Andrukhovych, Yuri Andrukhovych, Pascal Bruckner, Mikhaïl Chichkine, les philosophes Michel Eltchaninoff, Jean-Marc Ferry, Frédéric Gros, Alexandre Lacroix, les historiens Jacques Sémelin, Timothy Snyder, la comédiennes  Agnès Jaoui, Florence Darel et beaucoup d’autres.

EH

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2017 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-