Le sénat polonais vote une loi sur l'

Le sénat polonais vote une loi sur l'"idéologie nationaliste ukrainienne"

330
Ukrinform
Harlem Desir, représentant de l'OSCE pour la liberté des médias, et les gouvernements ukrainien et israélien ont exprimé leurs réserves et leurs craintes concernant une nouvelle loi mémorielle polonaise

Harlem Desir, représentant de l'OSCE pour la liberté des médias, s'est dit préoccupé par la loi polonaise sur «l'idéologie de Bandera», qui restreint la liberté d'expression, selon un communiqué publié sur le site Internet de l'OSCE :

"J'ai de sérieuses inquiétudes concernant la loi, qui criminalise la parole dans les débats historiques", a déclaré M. Desir.

Il a également exprimé l'espoir que la loi puisse être rejetée parce qu’introduisant une restriction disproportionnée de la liberté d'expression :

"Bien que nous connaissions tous les sensibilités autour des événements historiques, la liberté d'expression est particulièrement importante pour les historiens et les universitaires.L'histoire est une question de recherche académique indépendante et de libre discussion, pas de décision judiciaire".

Le 1er février  après une journée de discussion animée, d'abord lors des réunions de commissions, puis lors d'une session de la chambre haute du parlement, le Sénat polonais a approuvé sans amendements la loi sur l'Institut de la mémoire nationale de la Pologne, qui prévoit une responsabilité pénale pour le déni des «crimes des nationalistes ukrainiens» contre les Polonais.

Votée majoritairement par les sénateurs du parti au pouvoir (PiS – droit et justice), elle crée également une forme de censure en pénalisant les discours sur la culpabilité des Polonais pour les crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale.

Les députés de l'opposition ont insisté sur le fait que ce projet de loi devait être modifié car il introduit un contrôle de la parole en Pologne, particulièrement en ce qui concerne les débats sur la culpabilité des Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale, et risque d’aggraver les relations avec d'autres pays, notamment Israël et les Etats-Unis.

Dans le même temps, les députés pro-gouvernementaux ont insisté pour que le projet de loi soit adopté avec les amendements proposés afin d'éviter des situations dans lesquelles la Pologne et le peuple polonais seraient accusés de crimes contre les Juifs durant la guerre.

Le 26 janvier, le Sejm de Pologne (la chambre basse du Parlement) avait voté ce projet de loi qui interdit la propagande dans le pays de «l'idéologie des nationalistes ukrainiens». La nouvelle loi introduit la possibilité d'entamer des poursuites pénales contre les personnes qui nieraient les crimes commis par des nationalistes ukrainiens et des formations ukrainiennes ayant coopéré avec le Troisième Reich.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a exprimé sa profonde préoccupation suite à l’adoption de cete loi et a exhorté la Pologne à ouvrir une coopération constructive dans le développement ultérieur des relations ukraino-polonaises. Les changements apportés à ce projet de loi ont également entraîné un scandale diplomatique entre la Pologne et Israël. Jérusalem le voit d'un mauvais oeil car il interdit de fait la critique à l'encontre des Polonais qui auraient pu être impliqués dans le meurtre de Juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

Varsovie a rejetté ces accusations, insistant sur le fait qu'il ne s'agit que de protéger la réputation de la Pologne et des Polonais et de combattre les accusations sans fondement sur la participation des Polonais à l'Holocauste. Le ministère polonais des Affaires étrangères a ajouté que l'examen législatif de cette question n'était pas encore achevé. Le ministère polonais de la Justice a lui souligné que les dispositions de cette loi ne seraient pas appliquées aux activités scientifiques et artistiques.

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-