Crimée : Une journaliste anglaise expulsée

Crimée : Une journaliste anglaise expulsée

316
Ukrinform
Madeline Roach, journaliste freelance anglaise spécialisée sur les violations des droits de l’Homme dans l’espace post-soviétique a été expulsée de Crimée. Elle a également dû s'aquitter d'une amende.

Cette information a été communiquée par "Radio Svoboda".

"Madeline Roach, journaliste freelance et citoyenne britannique, dont la spécialité est de couvrir les violations des droits de l’Homme dans l’espace post-soviétique, a été condamnée à payer une amende de 4 000 roubles par la Cour [de justice] centrale de Simferopol. Elle a également été expulsée du territoire de la Crimée annexée", peut-on lire dans la dépêche.

Les forces de l’ordre de Crimée ont arrêté Roach le 7 février dernier à l’hôtel de Simferopol ou elle séjournait. La journaliste a été accusée de mener une activité de journaliste sur le territoire de Crimée sans avoir obtenu d'accreditation auprès du ministère des Affaires Étrangères de Russie et sans assurance médicale. Après un interrogatoire dans les locaux de la police, Roach a été condamnée  en vertu d'un article sur la violation par un citoyen étranger des règles d'entrée et de séjour en Russie.

Andrey Semenets, l'avocat de la journaliste, nommé par la police-même, a incité Roach à plaider coupable, payer l'amende et quitter la Crimée. La journaliste s'est défendue au tribunal d'avoir procédé à un quelconque travail de rédaction durant son séjour et insisté sur le fait qu'elle n'était venue en Crimée que pour faire la connaissance de personnes citées dans ses articles. En réponse, la police a déclaré qu'elle avait filmé et transmis une vidéo d'une réunion avec les familles de prisonniers politiques via un service de messagerie sur son  téléphone.

Roach estime que les agents des forces de l’ordre l’ont surveillé ainsi que son activité sur Internet. Lors de l'audience au tribunal, les policiers ont déclaré avoir des témoins prêts à raconter les détails de leurs rencontres avec la britannique sans pour autant les nommer et les appeller à la barre. Quant à son assurance médicale, les autorités russes lui ont signifié que celle souscrite pour se faire délivrer son visa pour la Russie n'avait aucune légalité sur le territoire de Crimée et qu'elle se trouvait donc en infraction.

EH

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. • Les informations avec la mention "Publicité" et "PR", ainsi que des matériaux du bloc "Communiqués" sont publiés en vertu des droits de publicité et le seul responsable de leur contenu est l'annonceur.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-