Une guerre pour un milliard ...

Une guerre pour un milliard ...

586
Ukrinform
Interrogé en tant que témoin dans le cadre du procès pour haute-trahison de Viktor Yanoukovitch, l'ancien député russe Illya Ponomaryov a réitéré ses accusations à l'encontre de l'ex-président ukrainien.

En décémbre 2013, Victor Yanoukovitch se serait mis d’accord avec son homologue russe Vladimir Poutine pour l’achat par la Russie d’obligations d’Etat ukrainiennes d’une valeur de 15 milliards de dollars. Une première partie de ces bons, d’un montant de 3 milliards de dollars ont rapidement été placés à la Bource irlandaise et achetés par la Russie.

Cette opération aurait eu pour but de motiver Victor Yanoukovitch à refuser de signer un accord d’association avec l’Union européenne. Ces transactions auraient rapporté à l'ancien président et son entourage un milliard de dollars de profits.

Cette déclaration a été faite l'ancien député de la Douma [le Parlement russe], Illya Ponomaryov, dans le cadre du procès pour haute-trahison intenté à l’encontre de Viktor Yanoukovitch, afin d’expliquer ses précédents témoignages faisant état de fortes sommes perçues par l’ancien président ukrainien de la part de la Russie :

"Je confirme qu’il s’agit de subornation directe. Mes connaissances dans le gouvernement de la Fédération de Russie m’ont dit clairement : le Vice-ministre Igor Chouvalov s’était vu confier une tâche concréte, celle d’intéresser financièrement la famille de Yanoukovitch. Les dirigents russes estimaient que l’Ukraine était dirigée par un conglomérat de personnes - le cercle familial du président de l’époque - et qu’il était nécessaire de créer des conditions favorables pour que les membres de cette famille puissent tirer profit de la prise de décision politique nécessaire, à savoir refuser de signer l’Accord d’Associaton avec l’Union européenne", a-t-il déclaré.

L’ancien député russe a précisé que selon ces mêmes sources, le Kremlin aurait utilisé l’impossibilité de Yanoukovitch à garder le pouvoir en Ukraine et y maintenir l’influence russe, pour le forcer à utiliser ce milliard dans le financement de la création des auto-proclamées Républiques populaire de Louhansk et de Donetsk :

"Selon les informations que j’ai, la création des LDNR a été financée par Olexandre Yanoukovitch, le fils ainé de l’ancien président. Pourquoi ? Parce que Moscou a fait des reproches à votre ancien président : on t’a donné tellement d’argent et toi, tu n’as pas su tenir tes engagements, alors, vas-y, fait un truc utile ». Ses engagements étaient simples : Yanoukovitch garde son pouvoir, l’Ukraine n’adhére pas l’UE, n’adhére pas l’OTAN et reste dans la sphère d’influence russe. Yanoukovitch a perdu son pouvoir et le pays s’est définitivement tourné vers l’Occident, donc au lieu de s’améliorer, la situation s’est aggravée. Et en Russie, on disait que c’étaient les conséquences des actions maladroites du président", a expliqué l’ancien élu du peuple russe.

Illya Ponomaryov a aussi affirmé que les experts en technologie politique du Kremlin seraient venus en Ukraine à l’époque du Maidan pour épauler Yanoukovitch : "En 2013, quatre pays étaient sur le point de signer un Accords d’Association avec l’Union européenne : l’Ukraine, la Moldavie, la Géorgie et l’Armenie. Au mois de septembre, le Kremlin a commencé à intervenir dans ce processus. Ce n’étaient pas les petits pays, mais l’Ukraine qui est devenue la cible principale de Moscou".

Lire aussi : Origines du conflit en Ukraine: l'ex-chef du SBU témoigne

Selon Ponomaryov, "depuis la Révolution Orange, les autorités russes avaient l’impression que des choses importantes pourraient se passer en Ukraine ; des choses qui auraient un impact sur le pouvoir russe. C’est la raison pour laquelle l’Ukraine a été la problématique prioritaire depuis le début".

Toujours selon les témoignages de l’ancien député, Vladimir Poutine aurait annoncé sa décision d’annexer la Crimée lors d’une réunion urgente dans la nuit du 22 au 23 février 2014 :

"Le 22 février, un héloptère avec Poutine au bord a failli s’écraser à Sotchi. Il a considéré cet accident comme un acte terroriste planifié par des services spéciaux étrangers. La fuite de Yanoukovitch ayant aussi eu lieu ce jour-là, Poutine a eu le sentiment qu’un complot contre lui était en train d’être mis en oeuvre. Dans la nuit du 22 au 23 février 2014, il a convoqué une réunion de son cercle restreint pour discuter des événements en Ukraine, des événements qui étaient très défavorables pour la Russie. C’est lors de cette réunion que Poutine a pris la décision d’annexer la Crimée", a-t-il raconté.

Illya Ponomaryov est un citoyen russe, ancien député de la Douma de la Fédération de Russie, élu du parti « Spravedlivaya Rossia » (Russie juste). En mars 2014, au moment de la ratification par le Parlement du traîté sur le rattachement de « la République de Crimée et de la ville de Sébastopol » à la Fédération de Russie, Illya Ponomaryov a été le seul député à voter « contre ».  Suite aux pression subies, l’ancien député s’est réfugié en Ukraine où il a déposé une demande d’asile politique.

Il a expliqué son geste à la fin de son intervention à l’audience ce matin : « J’ai pensé et je pense toujours que l’acte d’agression à l’égard de l’Ukraine était très nuisible aux intérêts de mon pays, qu’il viole les lois de mon pays et par conséquence, les droits de nos concitoyens. Je pensais également, et malheureusement j’avais raison, que cela a conduirait à l’isolement sur la scène internationale de la Russie, à une crise économique profonde, à la détérioration des liens avec l'Ukraine, qui était l'un de nos principaux partenaires commerciaux, et, au final,  à un conflit armé ouvert, qui a eu lieu plus tard en 2014 dans le Donbass. Pour moi c'était clair dès le début, alors j'ai décidé de voter contre ».

EH

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-