Petro Porochenko, Président de l'Ukraine: Monsieur Poutine, arrêtez de tuer les gens!
Lors de sa visite à Vienne, le Président de l'Ukraine avait accordé une interview à l'hebdomadaire autrichien Profil, traduit par le ministère des Affaires Étrangères ukrainien.
27.02.2018 09:30 351

Profil : Vous êtes le premier Président ukrainien invité d’honneur au Bal d’Opéra de Vienne. Aujourd’hui, vous avez également eu l'occasion de rencontrer les membres du nouveau gouvernement autrichien, dont la moitié appartient au parti FPÖ, parti qui poursuit une politique pro-russe. Ses dirigeants ont même signé un accord de coopération avec le parti de Poutine « Russie unie ». Est-ce que vous considérez toujours l’Autriche comme un bon partenaire?

Petro Porochenko : Malheureusement, je n’ai jamais rencontré un représentant de ce parti.

Profil: Pourquoi malheureusement ?

Porochenko :  Ca va faire six ans que je connais Sebastien Kurz. Sebastien est le premier [homme politique autrichien] que j’ai rencontré après les élections présidentielles en Ukraine, avant même mon intronisation. Je sais que l’Ukraine est une priorité pour lui et qu'il s'y est rendu à plusieurs reprises, qu'il est allé sur la ligne de démarcation dans le Donbass accompagné de Pavlo Klimkine, notre ministre des Affaires étrangères. Il fut l'un des meilleurs présidents dans l’histoire de l’OSCE. Un des résultats de son travail à ce poste a été l’augmentation du nombre d’agents au sein de la mission spéciale. Ce sont des personnes qui permettent la diffusion de la vérité sur le conflit, dans le monde entier, et qui aident ainsi à sauver des vies ukrainiennes. C’est une source d’information fiable à propos de l’agression russe, car la Russie qui viole le cessez-le-feu depuis bien longtemps. Et c’est également la Russie qui déploie des systèmes d’artillerie pour tuer des civils et des soldats ukrainiens. Sebastien Kurz m’a détaillé le programme du nouveau gouvernement : il contient tous les points nécessaires pour l’Ukraine.

Profil: Le Parlement ukrainien a récemment voté une nouvelle loi sur la réintégration du Donbass. Cette loi introduit officiellement le terme d'agression russe et précise que la Russie devra rembourser tous les dégâts financiers et physiques commis sur les territoires non-contrôlés par l’Ukraine. Est-ce que cela veut dire que ces territoires sont définitivement perdus pour Kyiv ?

Porochenko : Revenons au texte de la loi. Il n’évoque pas les territoires perdus. Nous n’employons pas le terme  «cut and forget». Le but de cette loi est la réintégration. Je n’approuve pas le terme de « conflit à l’est de l’Ukraine ». Ce n’est pas un conflit à l’est de l’Ukraine. Nous n’avons pas de conflit en Ukraine. Nous sommes victimes d’une agression. Et c’est ce que la loi stipule. Qui est l’agresseur? La Fédération de Russie! Ce que nous attendons de la part de la Russie? C’est très simple : qu’elle reprenne ses forces armées, ses chars, son artillerie, ses systèmes de lance-missiles. Et les territoires  seront aussitôt réintégrés à l’Ukraine. Nous ne pouvons pas y arriver par les seuls outils politiques et diplomatiques. Je suis un président de la paix ; mon mandat présidentiel est basée sur le cessez-le-feu et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que la paix revienne dans mon pays.

Profil: Que signifie concrètement cette loi? Que l'Ukraine n'aurait aucun contact avec les chefs séparatistes pro-russes dans le cadre du procès de Minsk ?

Porochenko : Beaucoup d’outils existent dans le cadre des Accords de Minsk, comme le Groupe de contact trilatéral, composé de l’Ukraine, de la Russie et de l’OSCE qui joue un rôle de médiateur. En fait, ceux qui existent, sont la Russie, les gouvernements fantoches contrôlés par la Russie et l’Ukraine.  Il n’y a aucun séparatiste. Ce territoire n’est pas celui des séparatistes. C’est un territoire occupé où il y a entre autre une situation humanitaire catastrophique. Le niveau de vie des habitants de ces territoires est terriblement bas. La Russie rend impossible toutes les livraisons humanitaires en provenance de l’Ukraine, de l’Autriche ou des organisations internationales comme l'ONU par exemple. Moscou ne laisse pas ces gens-là recevoir de l’aide.

Profil: Est-ce que vous attendez une nouvelle initiative de Vladimir Poutine concernant l’est de l'Ukraine ?

Porochenko : Nous n’avons pas besoin de nouvelles initiatives. Nous devons juste mettre en oeuvre les accords qui existent déjà. Les Accords de Minsk indiquent clairement ce qu’il faut faire : retirer les troupes, fermer la frontière, respecter le régime de cessez-le-feu et arrêter de tuer. Ensuite on pourra mettre en place le processus politique. Cela aurait pu être tellement simple. Malheureusement Poutine n’a aucune intention de faire des choses positives. Je suis absolument sûr qu’il n’a pas de vision à propos du Donbass. Il lui faut juste reconnaître que c'est un territoire ukrainien et se mettre à respecter le droit international. S’il vous plaît, Monsieur Poutine, arrêtez de tuer les gens. En Ukraine, en Syrie, et dans d’autres régions du monde.

Profil: Les créditeurs occidentaux sont très attentifs à la lutte contre la corruption. il existe actuellement un nouveau projet de loi, que vous avez déposé auprès du Parlement au mois de décembre, à propos d'une cour anti-corruption indépendante.

Porochenko : Ce n’est pas un nouveau projet de loi, c’est un système tout prêt. La corruption a toujours été, et reste malheureusement le plus grand problème de l’Ukraine. C’est par une initiative présidentielle que l’infrastructure indépendante anti-corruption a été créée, comme le Bureau national anti-corruption, dont j'ai soumis la candidature, et qui prouve déjà son efficacité. Ou comme la loi sur les déclarations électroniques : plus d’un million des fonctionnaires doivent désormais remplir des déclarations électroniques de leurs revenus. C’est une condition obligatoire pour travailler dans le service public. Maintenant, je me rends compte qu’il faut créer une cour anti-corruption alors j'ai proposé un projet de loi au Parlement en leur disant : s’il vous plaît, discutez-en! Aujourd’hui, c’est le Parlement et non le Président qui doit commencer des discussions ouvertes afin qu’une cour transparente, efficace et indépendante puisse être créée.

Profil: Quand sera-ce possible ? C’est la condition dont dépendent les crédits du FMI et de l’Union européenne.

Porochenko: Le processus devrait être terminé cette année. J’espère que nous allons avoir la loi dans un mois ou deux. Maintenant, nous voyons déjà des premiers résultats : 1,5 milliards de dollars détournés du budget sous l’ancien président Yanoukovitch ont été confisqués et restitués au budget ukrainien. C’est la première fois qui cela arrive. Nous avons retiré plus de 300 millions de hrynvias des circuits de corruption et les avons faits revenir dans le budget. Cet argent sera alloué au domaine de la santé dans les régions ukrainiennes et dans la construction des logements pour les soldats ukrainiens. Et il ne faut pas oublier que tous ces projets sont réalisés en temps de guerre, durant l’agression russe et que nous sommes obligés de verser 6,5% de notre PIB à la sécurité et la défense. Quel autre pays a pu faire autant dans de pareilles conditions ?

Profil : L’adhésion à l’UE et à l’OTAN reste toujours l’objectif de l’Ukraine?

Porochenko : Il y a exactement quatre ans plus de 100 Ukrainiens, la « Centurie Céleste », ont donné leur vie dans un but unique : que nous soyons Européens. Je doute qu’il existe un autre pays qui ait payé un prix si cher pour devenir Européen. Nous ne pouvons pas les trahir. Nous voulons être en Europe, c’est certain. C’est également valable pour l’OTAN. Je regrette de dire cela en Autriche, qui n’en est pas un pays membre, mais nous pensons que ça serait un facteur important pour notre sécurité.  Et vous savez pourquoi l’Autriche n’a pas besoin d’être membre de l’OTAN ? Car la Russie ne fait pas parti de ses voisins. Nous avons expérimenté l’agression russe. L’OTAN est seul mécanisme efficace de sécurité collective.

Original: profil

EH

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-