Des défenseurs des droits de l’Homme analysent le language de haine dans les médias de Crimée

Des défenseurs des droits de l’Homme analysent le language de haine dans les médias de Crimée

66
Ukrinform
Le 25 mars, des défenseurs des droits de l’Homme ont présenté un rapport sur le language de haine dans l’espace informationnel de Crimée entre 2014 et 2017.

Lire aussi : L’annexion de la Crimée : chronique des événements

Cette information a été communiquée par nos confrères de Crimée. Realités :

"Selon les songades, le language de haine a surtout été utilisé contre les groupes suivants : les Ukrainiens, les Tatars de Crimée, les partisans de l’Euromaїdan, les membres du Madjlis des Tatars de Crimée, les musulmans, les fidéles de l’église ukrainienne du Patriarchat de Kyiv, les jourmalistes et les défenseurs des droits de l’Homme", a expliqué Tetyana Petchontcyk, directrice du Centre ukrainien des droits de l’Homme.

Selon Iryna Sedova, experte rattachée au Groupe de défenseurs des droits de l’Homme de Crimée, a indiqué que 718 cas de discours haineux avaient été enregistrés durant la période de surveillance, principalement dans les médias Kryminform (23%), Forpost (35%), NTS Sébastopol (13%) et RIA Crimée (15%).

EH

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-