Media : Poutine pourrait faire des concessions sur la question du Donbass

Media : Poutine pourrait faire des concessions sur la question du Donbass

223
Ukrinform
Le président russe Vladimir Poutine veut que l'Occident prenne son opinion en considération et veille à ce que Moscou garde des «zones d'influence» dans le monde. Il se dit prêt à faire des concessions sur la question du Donbass en s'inspirant du scénario bosnien ou kosovar.

Cette information est parue dans un grand article publié par le magazine d'information hebdomadaire américain TIME :

"Poutine espère que les relations avec l'Occident s'amélioreront. Poutine ne rêve pas d’une guerre mondiale, mais d'une nouvelle conférence de Yalta, une conférence de paix qui a eu lieu en Crimée en 1944 et qui a réuni Staline, Roosevelt et Churchill. A l’époque, les dirigeants des pays vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale avaient divisé le monde en zones d'influence. Poutine veut de nouvelles zones d'influence et de nouvelles règles claires du jeu. Il veut que l'Occident admette le fait que ce territoire qui a appartenu à l'URSS (en incluant probablement les pays voisins) devrait être dans une zone relevant de la responsabilité russe et il veut obtenir des garanties appropriées".

Les dirigeants occidentaux comme la chancelière Angela Merkel et l'ex-président des États-Unis Barack Obama ont fait valoir que ces sphères d'influence n'existaient plus dans le monde moderne, ce que Poutine a rejeté comme étant de l'hypocrisie. Il a juste besoin de leaders occidentaux prêts à négocier.

 "Au cours de son prochain mandat, Poutine se considère prêt à résoudre le problème du Donbass, la région de l'est de l'Ukraine où l'armée russe alimente « une guerre civile » depuis 2014 [ces termes sont employés par le journal américain - Ndlr]. Des sources au ministère russe des Affaires étrangères ont fait savoir au TIME que Poutine était prêt à faire de l'Ukraine de l’est une région contrôlée par une administration internationale intérimaire, comme ce fut le cas en Bosnie-Herzégovine ou au Kosovo », indique la publication.

Cependant, il n'est pas prêt à faire des concessions sur la question de la Crimée. « C’est une question de justice », répond Poutine à tous les partenaires étrangers lorsqu'ils l'interrogent sur la péninsule. De son point de vue, la population de Crimée est satisfaite de l'annexion par la Fédération de Russie, ce qui signifie pour lui que justice a été rendue et que rien n'a besoin d’être changé.

Comment exactement Poutine compte rester au pouvoir n'est pas encore clair. Il a six ans de plus pour le faire et ne commencera pas à mettre ses plans en action immédiatement - du moins pas avant la Coupe du monde que la Russie organise cet été. Et il n'est pas dans ses habitudes de les partager avec son entourage. Il aime au contraire les surprises, et le plus tard ils sont découverts, le mieux c'est pour lui.

Mais il ne fait cependant aucun doute qu'il trouvera un moyen de garder ce contrôle et ce pouvoir. "Le temps est de son côté : en 2024, à la fin de son quatrième mandat, Poutine aura 72 ans, c'est l'âge que Donald Trump atteindra cette année", peut-on lire dans l'article.

Cette possibilité d'un scénario proche de plusieurs conflits des années 1990 dans les Balkans est imaginé par de nombreux experts en géopolitique qui se basent sur les propositions formulées par le Président russe à l'automne 2017 concernant le déploiment d'une force de maintien de la paix dans le Donbass. Rejeté par l'Ukraine et nombre de ses alliés occidentaux, l'axe principal de ses revendications tenait en un contrôle sinon direct, au moins indirect (via l'envoi de forces de paix armées comme en Transnistrie depuis le cessez-le-feu après l'éclatement de l'URSS) des territoires ukrainiens non-contrôlés afin de créer une situation de séparation de facto de l'Ukraine.

kh

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. • Les informations avec la mention "Publicité" et "PR", ainsi que des matériaux du bloc "Communiqués" sont publiés en vertu des droits de publicité et le seul responsable de leur contenu est l'annonceur.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-
*/ ?>