Crimée : La Russie devra s'expliquer devant l'ONU sur l'interdiction prolongée du Mejlis

Crimée : La Russie devra s'expliquer devant l'ONU sur l'interdiction prolongée du Mejlis

Ukrinform
La Fédération de Russie avait jusqu'au 14 mai pour fournir à la Cour internationale de Justice une explication sur son refus prolongé d'autoriser les activités du Mejlis du peuple tatar (le Parlement de la communauté tatare de Crimée) dans la péninsule annexée.

La Fédération de Russie avait jusqu'au 14 mai pour fournir à la Cour internationale de Justice une explication sur le refus prolonger d'autoriser les activités du Mejlis du peuple tatar (le parlement de la communauté tatare de Crimée) dans la péninsule annexée.

Cette déclaration a été faite par Olena Zerkal, vice-ministre des Affaires étrangères de l'Ukraine, lors d'un entretien accordé à la chaîne de télévision Canal 5 :

"Jusqu'au 14 mai, les Russes doivent fournir d'ici le 14 mai une réponse écrite à notre demande d'interprétation de ce qui se passe concernant l'exécution de cet ordre [de la Cour internationale de Justice - ndlr]. Après cela, le tribunal décidera de la procédure à suivre : s'il doit y avoir ou non des audiences pour décider quoi faire ensuite ", a déclaré Zerkal.

La diplomate a également rappelé que l'Ukraine avait interjeté un appel devant la Cour internationale de justice parce que l'ordonnance provisoire de la cour dans l'affaire visant la Russie n'avait toujours pas été exécuté par cette dernière :

"Nous avons fait appel devant la cour parce que le tribunal doit prendre des mesures urgentes pour garantir cette mise en œuvre ; les violations augmentent", a ajouté Zerkal.

Cet appel a été interjeté le 24 avril dernier auprès de la Cour internationale de justice des Nations Unies avec pour demande de confirmer que la Fédération de Russie est dans l'obligation d'abolir l'interdiction des activités du Mejlis des Tatars de Crimée, conformément à un décret sur l'application de mesures temporaires contre la Russie adoptées en 2017.

L'annonce du ministère des Affaires étrangères intervient juste avant un rassemblement en mémoire des victimes du génocide contre le peuple tatare de Crimée, qui doit se tenir sur la place Anadolu à Ankara, en Turquie, aujourd'hui.

Lire aussi : 19 perquisitions, 39 arrestations et 28 détentions recensées en Crimée occupée en 2018

A cet occasion, le député ukrainien Refat Chubarov, chef du Mejlis du peuple tatar de Crimée, a tenu a expliciter la situation de sa communauté, dans un appel publié sur sa page Facebook :

"La Russie a de nouveau occupé notre patrie, la Fédération de Russie a violé le Mémorandum de Budapest, qui reconnaissait l'intégrité territoriale de l'Ukraine, mais nous savons que la Russie n'a jamais tenu ses promesses pendant l'histoire", a déclaré M. Churbarov.

Selon sa déclaration, le comportement de la Fédération de Russie en Crimée depuis 2014 n'est pas sans rappeler les souffrances vécues par les Tatars à la fin de la seconde guerre mondiale :

"La déportation du 18 mai 1944 a été la pire des choses qui est tombée sur notre sort: notre peuple s'opposant à l'annexion de la Crimée, la répression contre les Tatars de Crimée par les autorités d'occupation se poursuit encore aujourd'hui. Les Tatars ont été contraints de quitter la Crimée, les occupants ont interdit l'activité des Mejlis du peuple tatar de Crimée et la télévision, la radio et les agences de presse ont été interdites ", peut-on lire dans le message publié par Churbarov.

"Parmi les opposants à l'annexion, il y a ceux que les occupants ont tués, mais il y en a beaucoup [d'autres] qui ont été kidnappés par les occupants et 67 de nos compatriotes ont été jetés dans les prisons russes. Des maisons de Tatars de Crimée sont attaquées chaque semaine", a t-il ajouté.

Lire aussi : Le Tribunal de La Haye condamne la Russie à verser des indemnités pour l'annexion de la Crimée

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-