La guerre à l’Est de l’Ukraine : l’armée ukrainienne contre-attaque

La guerre à l’Est de l’Ukraine : l’armée ukrainienne contre-attaque

252
Ukrinform
À partir du 3 juin 2014, les forces ukrainiennes passent à l’attaque. Elles établissent leur contrôle au nord de la région de Donetsk, notamment, dans le village de Semenivka et la ville de Limane.

Le début de la libération des territoires occupés

Le 5 juin, un groupe de combattants pro-russes armés  franchit la frontière avec l’Ukraine et  attaque un point de contrôle à Marynivka. Les garde-frontières ukrainiens repoussent l’attaque ennemie, une partie des attaquants s’enfuit en Russie, une autre  s’installe sur le mont Savour-Mohyla pour mieux surveiller le mouvement des forces ukrainiennes. Suite à cet affrontement, le Conseil des ministres de l’Ukraine ferme 8 points de contrôle au long de la frontière russo-ukrainienne.

Savour-Mohyla est l’un des points stratégiques de la région de Donetsk à 277,9 mètres d’altitude. Pendant  la Seconde guerre mondiale, ce fut un lieu d’affrontements acharnés entre les armées soviétique et allemande : celui qui contrôlait le mont, pouvait contrôler tout le territoire alentour et la zone de la frontière ukraino-russe.

Le 12 juin, la Garde nationale de l’Ukraine et les Forces armées ukrainiennes  bloquent les colonnes de combattants pro-russes dans les districts d’Amvrosiivsk et Chakhtarsk. C’est la première tentative des forces ukrainiennes de reprendre sous leur contrôle Savour-Mohyla, point stratégique important.  Les Ukrainiens mènent plusieurs attaques, mais échouent et sont obligés de reculer : 3 militaires ukrainiens ont été tués et 23 blessés.

Le 13 juin, la Garde nationale et les bataillons « Azov » et « Dnipro-1 » commencent une opération de liquidation des séparatistes à Marioupol.

Le 14 juin, les combattants pro-russes attaquent une colonne de voitures du Service des garde-frontières ukrainien au centre de Marioupol, près de l’usine « Azovstal », en déployant des armes lourdes et des fusils de précision : 5 garde-frontières ukrainiens ont été tués et 7 autres blessés. En dépit de la résistance farouche des séparatistes, les militaires ukrainiens ont réussi à détruire leurs positions et leurs véhicules de combat,à les chasser de la ville et rétablir leur contrôle sur tous les bâtimants saisis.
Le 14 juin 2014, vers 1h10, un avion de transport militaire IL-76, appartenant à la 25e  brigade d'aviation de transport militaire de la Force aérienne ukrainienne, est abattu par un missile tiré d’un système de missile sol-air (anti-aérien) portatif, guidé par infrarouges « Igla », au moment où il s’apprêtait à atterrir à l’aéroport de Louhansk. L’avion transportait 40 militaires de la 25e brigade aéromobile de Dnipropetrovsk et 9 membres d’équipage. Ils ont tous péri dans cette catastrophe. La mort des 49 militaires, qui se trouvaient à bord d'un avion abattu, a été la plus importante depuis le début de l'opération antiterroriste et la plus grande perte des forces armées de l’Ukraine, depuis son indépendance. A ce moment, l’aéroport de Louhansk se trouvait sous contrôle des Forces militaires ukrainiennes, mais les séparatistes avaient installé plusieurs positions autour de l’aéroport. Le lieu de l’embuscade a été détecté plus tard où 3 lanceurs du système « Igla » ont été retrouvés avec des boites de conserves vides qui portaient des marques de production de l’entreprise Orelproduct de Mtzensk (Russie).

Dans l'après-midi du 14 juin, choqués par la mort des militaires, des citoyens ukrainiens ont commencé à se rassembler devant l'ambassade de la Fédération de Russie à Kyiv. Après un certain temps, l'action a commencé à perdre son caractère paisible. Les manifestants ont jeté des œufs et des pierres sur le bâtiment à travers la clôture. Plusieurs fenêtres ont été brisées, plusieurs voitures diplomatiques ont été peintes et renversées dans la rue. La police a alors tenté d'approcher les manifestants, mais ils ont été  encerclés et priés de s'éloigner du bâtiment. Après cela, les forces de l'ordre se sont retirées à l’angle du bâtiment. Le chef du ministère des Affaires étrangères Andriy Deshchytsa et le ministre de l'Intérieur Arsen Avakov sont arrivés à l'ambassade pour exhorter les manifestants au calme. A l'écoute de leurs appels, les activistes n'ont pas attaqué l'ambassade et ne sont pas entrés sur le territoire du corps diplomatique russe.

Dans la nuit du 16 au 17 juin, les Russes ont envoyé une énième colonne militaire en Ukraine composée de chars, de véhicules de combat blindés, de systèmes de lance-roquettes anti-char, de canons d’artillerie, de mitrailleuses lourdes et de mortiers.

Le 17 juin, des combattants pro-russes  attaquent une colonne de militaires ukrainiens aux abords du village de Metalist à 10 km de Louhansk. À l’issue du combat qui a duré 20 heures, 16 militaires ukrainiens de la 128e brigade d’infanterie, de la 80e brigade aéromobile, de la 13e brigade des Forces régulières ukrainiennes et du bataillon « Aydar » ont été tués. Le lendemain, le village a été entièrement libéré des séparatistes. Au cours des affrontements, 2 journalistes russes, qui avaient traversé la frontière russo-ukrainienne de manière illégale et qui se trouvaient au sein des unités des combattants-pro-russes, ont été tués. Nadia Savtchenko, militaire ukrainienne, a été capturée avec deux de ses camarades.

Le 18 juin, les séparatistes et les mercenaires russes tirent sur les positions des militaires ukrainiens à Stanytsya Louhanska, aux abords de Louhansk. Ils abattent un char ukrainien et les deux militaires, à l’intérieur, sautent sur une grenade.

Le 19 juin, les Forces armées ukrainiennes détruisent des positions des combattants pro-russes au nord du district de Tchervony Limane. Plusieurs combattants ont été arrêtés, mais la majorité réussit à s’échapper pour partir à Slovyansk. L’armée ukrainienne a subi de lourdes pertes : 16 militaires ont été tués.

La dernière tentative de faire la paix

Le 20 juin, Petro Porochenko, Président ukrainien, ordonne aux forces ukrainiennes d’arrêter les combats du 20 au 27 juin et exhorte les combattants pro-russes à participer aux négociations pour trouver un arrangement.

Le plan du règlement pacifique, proposé par le président ukrainien, se déroulait ainsi :

  • Garanties de sécurité pour tous les négociateurs.
  • Exemption de la responsabilité pénale de ceux qui ont rendu des armes et n'ont pas commis de crimes graves.
  • Libération des otages.
  • Création d'une zone tampon de 10 kilomètres à la frontière ukraino-russe et retrait des formations armées illégales.
  • Corridor garanti pour la sortie des mercenaires russes et pro-russes.
  • Désarmement
  • Création, dans la structure du ministère de l'Intérieur, d’unités pour les patrouilles conjointes.
  • Libération des bâtiments administratifs illégalement détenus dans les oblasts de Donetsk et Luhansk.
  • Restauration de l'activité des autorités locales.
  • Renouvellement de la radiodiffusion télévisuelle et radiophonique centrale dans les régions de Donetsk et de Luhansk.
  • Décentralisation du pouvoir par l'élection de comités exécutifs, protection de la langue russe, projets d'amendements à la Constitution.
  • Réconciliation des gouverneurs avec les représentants du Donbass avant les élections, sous réserve de l'approbation d'une candidature unique; en cas de désaccord, la décision sera prise par le Président.
  • Élections locales et parlementaires anticipées.
  • Programme de création d'emplois dans la région.
  • Restauration d'objets industriels et d'infrastructures sociales

Le 23 juin, la première rencontre du Groupe de contact trilatéral sur le règlement pacifique de la situation à l'Est de l'Ukraine se déroule à Svyatogorsk avec la participation des représentants de l’Ukraine, de la Fédération de Russie, des observateurs internationaux et des séparatistes.  Lors de cette rencontre des militants pro-russes se sont engagés à cesser le feu et le mouvement des groupes armés illégaux sur le territoire ukrainien. Cependant, en réalité, ils n’ont jamais rempli leurs engagements.

Le 24 juin, les combattants pro-russes abattent un hélicoptère ukrainien transportant l’aide humanitaire  au mont Karatchoun, 9 militaires ont péri.

Dans la nuit du 26 au 27 juin, des miliciens attaquent un point de contrôle des Forces armées ukrainiennes près du village de Myrne, pas très loin de Slovyansk. Ils déploient des mortiers et des chars. Les militaires ukrainiens repoussent l’attaque ennemie, détruisent un char et un mortier et capture 4 autres chars. Malheureusement, 6 militaires ukrainiens ont été tués et 5 blessés.

Au total, au cours de cette semaine, les combattants pro-russes ont commis 108 actes terroristes au mont Karatchoun, à Kramatorsk, Amvrosiivka, Roubizhne, et Donetsk. 

Le 27 juin, le Groupe de contact se réunit et réussi à faire libérer des observateurs de la mission de l’OSCE, capturés par des combattants pro-russes au début du mois. Alors, le gouvernement ukrainien décide de prolonger la trêve unilatéralement  jusqu’à la fin de la semaine, le 30 Juin 2014. Cette décision du pouvoir provoque une vague de mécontentement de la société et de nombreuses manifestations.

L’avancée de l’armée ukrainienne vers la frontière

Étant donné que les unités illégales armées et le gouvernement russe qui les dirige ont refusé de respecter la trêve et faire des concessions, le 1er juillet 2014,  les forces de l’ordre ukrainiennes ont lancé une opération militaire de grande envergure, une contre-attaque sur toute la ligne de front et un isolement total de la zone du conflit, la privant ainsi de l’approvisionnement militaire en provenance du territoire de Russie.

Le 1 juillet, les unités des Forces armées de l'Ukraine renouvellent le blocus militaire du camp des combattants pro-russes aux alentours de Donetsk et neutralisent environ 250 mercenaires russes, dont 70% originaires de la République Tchétchène.

Le 1er juillet 2014, l’Ukraine édite un document, NOTAM A1383 / 14, qui ferme l'espace aérien au-dessus de la zone de conflit pour l'aviation civile jusqu'à une altitude de 7900 m (FL260 échelons).

Le 2 juillet, des militaires ukrainiens refont une tentative pour reprendre le contrôle sur Savour-Mohyla. Le lendemain, Andriy Paroubiy, secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense de l’Ukraine, informe que les forces ukrainiennes ont réussi à détruire une position et un canon d’artillerie des combattants pro-russes.

De l’autre côté du Donbass, des affrontements se poursuivent dans les banlieues de Louhansk et Krasnodon. Des militants pro-russes entreposent de l’armement et des véhicules de combat dans les quartiers résidentiels.

Au cours des 3-4 juillet, les Forces armées ukrainiennes  éliminent environ 200 combattants russes et pro-russes, détruisent leurs positions, reprennent le contrôle sur la ville de Mykolaivka et l’autoroute E40M03, à l’est de Slovyansk, en rendant impossible l’avancée des séparatistes armés vers l’ouest, le nord et le sud.  Cependant, le chemin vers Donetsk reste ouvert et les mercenaires russes et pro-russes en profitent pour quitter Slovyansk et s’enfuir à Donetsk.

À compter du 4 juillet 2014, les militaires ukrainiens avaient libéré 17 localités et en contrôlaient 23 dans les 36 districts du Donbass (13 sur 18 dans la région de Donetsk et 10 sur 18 dans la région de Louhansk). Le 4 juillet, un drone fait tomber une grenade sur le point de contrôle des militaires ukrainiens près du village de Dyakove dans la région de Louhansk.

Au cours des 5-7 juillet, les militaires ukrainiens libèrent définitivement les districts d’Artemivsk, Mariinka et Slovyansk dans la région de Donetsk. Ils doivent surtout faire face  aux mercenaires tchétchènes qui sont restés pour couvrir le retrait des combattants pro-russes.

Dans la nuit du 10 au 11 juillet 2014, des militaires russes, qui se trouvaient dans les localités frontalières russes de Goukove et Kouybychevo, déploient des systèmes de lance-roquettes multiples « Grad » pour tirer à travers la frontière, sur les positions des militaires ukrainiens dans la localité de Zelenopillya. Suite à cette attaque, 6 garde-frontières ukrainiens et 30 militaires des Forces armées ukrainiennes ont été tués. C’était une première attaque massive de l’armée régulière russe contre les Forces armées ukrainiennes.

Le 14 juillet, un avion de transport AN-26 des Forces aériennes des forces armées ukrainiennes, a été abattu dans la région de Luhansk à 5 kilomètres de la frontière ukraino-russe, à une altitude de 6 500 mètres.

Boeing 777 : abattu en plein vol

Le 17 juillet 2014, un Boeing 777  de la Malaysian Airlines (MH17) effectue un vol régulier d'Amsterdam (Pays-Bas) à Kuala Lumpur (Malaisie); il a quitté  Amsterdam à 13h30, heure de Kyiv, et à 15h53 il est entré dans la zone d’information des vols de la région de Dnipropetrovsk à l’est de l’Ukraine. La liaison avec l'avion a été interrompue à 16h21 et n’a plus jamais été rétablie…

Les morceaux de l’avion sont tombés aux abords du village de Grabove, sur le territoire de la région de Donetsk, occupé par les séparatistes. À bord se trouvaient  298 personnes (283 passagers et 15 membres d'équipage), aucune n’a survécu.

Plus tard, l’enquête montrera que l'avion a été abattu par un missile « sol-air », lancé par des militaires ou des combattants russes, à partir du territoire de la soi-disant République populaire de Donetsk. Il faut préciser que le Kremlin a entrepris plusieurs tentatives pour détourner le cours de l’enquête en s’efforçant de faire passer pour coupables les Forces militaires ukrainiennes, mais toutes ses versions ont été démenties.

La ligne droite tant espérée

Le 19 juillet 2014, la Garde nationale et les Forces armées ukrainiennes lancent  une opération conjointe pour libérer le centre de transport, stratégiquement important, de l'agglomération de Lysytchansk-Severodonetsk. Pendant 2 jours, les forces de sécurité ukrainiennes ont déployé des positions de tir dans les banlieues de Popasna, Rubizhne et Severodonetsk.

Le 21 juillet, une attaque militaire contre des militants pro-russes, bloqués dans les zones occupées de l'agglomération, est lancée simultanément des trois côtés.  En dépit de la forte résistance des forces spéciales pro-russes, très entrainées, qui utilisent  activement des infrastructures résidentielles comme bouclier, et malgré d’étroites sections de communications de transport dans la ville (principalement des ponts sur le fleuve Siversky Donets et ses affluents), les Ukrainiens réussissent à éliminer leurs ennemis et à restaurer le contrôle sur cette zone  avec un minimum de dégâts.

Le 22 juillet, les localités de Kreminne, Popasna, Roubizhne et Severodonetsk sont libérées.

Le 23 juillet, l’armée ukrainienne entre dans les banlieues nord de Lysytchansk et libèrent Novodrouzhkivske et Pryvillya.

Le 24 juillet, toute la ville de Lysytchansk est définitivement libérée des occupants.

Le 26 juillet, un groupe de militaires ukrainiens avancent vers le mont Savour-Mohyla pour libérer leurs camarades encerclés aux abords de ce mont très important du point de vue stratégique. Le 28 juillet, le quartier général des Forces armées ukrainiennes rapporte à l’actif du groupe, la reprise du contrôle de  Savour-Mohyla. Mais, en réalité, ces militaires ukrainiens n’ont réussi qu’à s’approcher du mont. Les combats pour Savour-Mohyla dureront jusqu’à fin  août 2014 et se solderont par une défaite de l’armée ukrainienne.

En attendant, les attaques des artilleurs russes sur les positions ukrainiennes à travers la frontière deviennent de plus en plus fréquentes. Des unités de l’armée régulière russe continuent à s’accumuler près de la frontière entre les deux pays. Au début du mois d’août 2014, elles franchiront cette frontière et avanceront vers la ville d’Ilovaysk au nord de la région de Donetsk....

EH

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-