Volodymyr Baloukh pourrait être condamné à une nouvelle peine de prison

Volodymyr Baloukh pourrait être condamné à une nouvelle peine de prison

151
Ukrinform
La Cour de la Crimée, contrôlée par les autorités d’occupation russes, pourrait condamner Volodymyr Baloukh, activiste ukrainien, à une peine de prison supplémentaire. 

Une nouvelle affaire a été engagée contre lui en raison des déclarations du chef du centre de détention provisoire de Raznodolye où Baloukh purge sa peine. Valery Tkatchenko a prétendu que Baloukh l’aurait battu. Parallèlement, Volodymyr Baloukh et son avocat affirment que c’est bien Tkatchenko qui a agressé Baloukh.

Lors d’une audience, Volodymyr Baloukh a usé de son droit de la dernière parole pour expliquer ses convictions.

«Pour la 5e fois ce procès prouve que l’on utilise tous les prétextes dans un seul but: punir la personne le plus sévèrement possible pour sa liberté de pensée, pour son besoin de rester elle-même, pour aimer son pays, sa famille et ses proches, pour ne pas être devenu un traître, pour le besoin de pouvoir s’exprimer sur ce qui se passe. Allez-y, introduisez un article du code pénal pour haine envers le système, le régime qui a usurpé le pouvoir. Ce serait plus honnête. Dans ce cas, j’aurais signé sous chaque mot, j’aurais plaidé coupable. Et dans ce cas, condamnez-moi à la perpétuité. Chacun choisi lui-même le prix qu’il serait prêt à payer pour l’amour de sa Patrie», a-t-il déclaré.

Volodymyr Baloukh a déclaré que la Russie l’avait pris en otage.

«Tôt ou tard, je gagnerai tous les procès, si n’est pas dans ce pays, alors ce sera dans un autre. Dieu merci, le monde ne se limite pas à ce pays. Et j’aimerais recevoir des dommages et intérêts de votre poche. Votre pays m’a pris en otage. Tôt ou tard, cela arrivera. Vous n’allez pas échapper à la punition. Si cela n’a pas eu lieu ici, alors, sachez qu’il y a la Cour Suprême. Dans ma dernière parole, je tiens à souligner que pas une seule seconde, pas dans une seule de mes pensées, je n’ai regretté mes actes. Je n’ai pas honte, je n’ai commis aucun acte illégal, même en vertu de vos lois», a-t-il souligné.

En vertu de ces accusations, Volodymyr Baloukh, en grève de la faim depuis plus de 100 jours, pourrait être condamné à 4 ans de colonie pénitentiaire. Son avocat, Olga Dinze, estime que cette durée de détention ne correspond pas à la gravité de l’acte. «En pratique, les peines prononcées pour cet article en Russie sont d'environ 4 à 6 mois de prison. Je ne sais pas qui lui a donné l'ordre de demander une punition aussi sévère», a déclaré Dinze.

Le verdict devrait être prononcé le 5 juillet.

Lire aussi : L’audience du tribunal dans l’affaire de la libération conditionnelle de Volodymyr Baloukh est reportée malgré son mauvais état de santé

EH

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-