La diplomatie de l'Église: celui qui a le mieux joué le jeu

La diplomatie de l'Église: celui qui a le mieux joué le jeu

143
Ukrinform
Le 28 juillet prochain (le jour de St. Equal-aux-Apôtres Prince Volodymyr le Grand) qui est la date de l’obtention possible du Tomos, concentre la mobilisation de toutes les forces moscovites.

Le patriarche œcuménique Bartholomée et les plus hautes personnalités des autres Églises orthodoxes locales ont ignoré l'invitation de l’Église orthodoxe relevant du Patriarcat de Moscou pour les célébrations à Kyiv du 1030ème  anniversaire du baptême de la Rus’ de Kyiv. Cependant, l’invitation du président de l'Ukraine n’a pas été déclinée: la délégation plénipotentiaire en Ukraine de l'Église mère viendrait pour les célébrations. D'autres Églises orthodoxes locales envoient à l’invitation du patriarcat de Moscou leurs délégations au plus bas niveau possible, juste pour respecter le «protocole diplomatique de l’Église». LB.ua a publié un article de l'expert religieux Olexandre Sagan.

Cependant, les plans ont échoué, car le Tomos n’est pas encore accordé, et donc comment peut-on lutter contre quelque chose qui n’existe pas encore. Le Patriarcat de Constantinople, avec sagesse, fait une pause: d'une part, cela lui permettra de voir la force de résistance au Tomos à l’intérieur de l’Ukraine. Et d’autre part, d’observer la réaction des autres Églises orthodoxes locales à la position prise par le Patriarcat œcuménique sur la question ukrainienne. Les indicateurs sont très simples: le nombre de participants  à la procession (cette année, l’Église orthodoxe autocéphale ukrainienne y participera aussi) et le niveau de provocations lors de son déroulement, ainsi que le nombre et le niveau de représentation des délégations des Églises orthodoxes qui se rendront à Kiev à l'invitation de l’Église orthodoxe du Patriarcat de Moscou.

Il est clair que le métropolite Onuphrius de l’Église orthodoxe du Patriarcat de Moscou a invité tout le monde, y compris le patriarche œcuménique Bartholomée et les plus hautes personnalités des autres Églises orthodoxes locales. Cependant, le Patriarcat de Constantinople, pour des raisons évidentes, a ignoré l'invitation du métropolite. Dans le même temps, il n’a pas décliné l’invitation du président de l’Ukraine.

Photo: le Président ukrainien Petro Porochenko et le patriarche œcuménique Bartholomée lors d’un entretien à Istanbul, le 9 avril 2018. Photo: Service de presse présidentiel

D'autres Églises orthodoxes locales, pour respecter le «protocole diplomatique de l’Église» déjà établi, envoient leurs délégations au niveau le plus bas possible. C'est-à-dire qu'ils ne réagissent que en se conformant au protocole, ce qui témoigne en fait de leur soutien à la position du Patriarcat de Constantinople dans la question ukrainienne.

Selon les sources, à compter du 23.07.2018, les Églises suivantes ont confirmé la présence de leur délégation aux célébrations à l’invitation de l’Église orthodoxe du Patriarcat de Moscou: l’Église orthodoxe de Jérusalem, l’Église orthodoxe de Roumanie, l’Église orthodoxe de Pologne, l’Église orthodoxe de Chypre,  L'Église orthodoxe des Terres tchèques et de la Slovaquie.

La direction de l’Église orthodoxe du Patriarcat de Moscou  cherche à «niveler» le petit nombre de délégations étrangères et le niveau extrêmement bas de leur représentation par d'autres événements «protocolaires». Ainsi, le 28 juillet, soit le lendemain de la procession «de Moscou», une réunion des représentants des ambassades de Russie, Biélorussie, Moldavie, Géorgie, Grèce, Chypre, Serbie, Macédoine, Bulgarie et Roumanie est prévue sur le territoire des Grottes de la Laure de Kyiv. Et pour augmenter l'effet de masse, des représentants des Églises orthodoxes serbe, macédonienne, bulgare, géorgienne, biélorusse et américaine seront également présents.

Il est à noter que la présence des représentants des Églises orthodoxes de Macédoine et de Géorgie à cette réunion s paraît étrange. Les premiers essayent de résoudre la question de la reconnaissance de leur autocéphalie par le Patriarcat de Constantinople, tout comme l’Ukraine le fait aujourd’hui. Quant à la Géorgie, tout comme l’Ukraine, elle a été victime de l’agression russe. Leur participation à de tels événements est pour le moins illogique. Tous les autres participants sont soit des membres intégrants du Patriarcat de Moscou (les Églises biélorusse et américaine), ou des Églises se trouvant sous l’influence incontestable du Patriarcat de Moscou (les Églises serbe et bulgare).

L'ordre du jour de cette réunion est facilement prévisible: «la situation autour de l’accord du Tomos à l'orthodoxie ukrainienne». Il est probable que les thèses principales de la réunion soient également prévisibles: «une scission de l'orthodoxie mondiale», «une confrontation sanglante pour des raisons religieuses», etc. Cela signifie que les personnes présentes seront invitées à «s’unir» autour de l'Orthodoxie de Moscou (en fait, provoquant ainsi cette scission de l'Orthodoxie mondiale).

Pour résumer cette situation, nous pouvons affirmer que le nombre et le niveau des délégations qui se rendront à Kyiv pour participer aux célébrations du 1030e anniversaire du baptême de la Rus’ de Kyiv, ainsi que la liste des pays qui ont réagi à l'invitation de l’Église orthodoxe du Patriarcat de Moscou, témoignent de la victoire stratégique du Patriarcat de Constantinople sur la diplomatie de l’Église de Moscou. Cela renforce notre conviction que l'idée du Tomos pour l'orthodoxie ukrainienne est suffisamment «mûre» non seulement pour Constantinople et Kyiv, mais aussi pour d'autres Églises «diptyques» orthodoxes.

Alors, attendons l’automne.

Lire aussi : Un membre du Synode du Patriarcat Œcuménique: L’Église de Moscou est la fille de l’Église ukrainienne

Olexandre Sagan, expert en religion.

Crédit photo: Max Treboukhov

EH

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-
*/ ?>