Les occupants russe ont conduit la Crimée à une catastrophe écologique

Les occupants russe ont conduit la Crimée à une catastrophe écologique

562
Ukrinform
L'état écologique de la Crimée occupée est catastrophique: aujourd'hui, 70% de la couverture verte de la Crimée des steppes a complètement disparu ou ne correspond pas à son état de 2013.

Cette information a été communiquée par Yuriy Grymtchak, adjoint du ministre des Territoires temporairement occupés, dans une interview accordée à l’édition « Crimée Inform ».

« Nos images de satellites montrent qu’en réalité, 70% de la couverture verte de la Crimée des steppes a complètement disparu ou ne correspond pas à son état de 2013. Nous comparons les images d’avant et de maintenant et nous constatons que la Crimée commence à revenir à son état antérieur, époque à laquelle son développement par l’Ukraine n’avait pas encore commencé, c’est-à-dire à l’état des années 50 du siècle dernier », a-t-il souligné.

Selon Grymtchak, il ne s'agit pas seulement des zones cultivées. Les forêt, les vergers, les vignes, c'est-à-dire des plantations dont la restauration nécessite un temps considérable, disparaissent ou sont en voie d'extinction. Mais le principal problème est la détérioration brutale de la qualité des sols. La minéralisation des couches fertiles se produit à un rythme effréné.

Le manque d'eau sur la péninsule est  la principale cause.

Yuriy Grymtchak a expliqué que « après que l'eau du canal du Nord-Crimée n’arrive plus sur la péninsule, les zones irriguées ont été réduites.  En même temps, les autorités d'occupation ont considérablement augmenté l'utilisation de l'eau artésienne des puits. En revanche, les couches plus profondes sont recouvertes de solonchaks. À un moment donné, après la construction du canal, pour rendre les sols salés de Crimée plus fertiles, ils ont été lavés plusieurs fois de suite avec l'eau de Dniepr. Les sels ont été lavés des couches supérieures du sol et déposés dans les couches inférieures.  Maintenant, en raison de l'utilisation excessive de l'eau artésienne, le processus inverse se produit. Les autorités ukrainiennes ont aussi utilisé des puits avant l'occupation, mais elles le faisaient très soigneusement, en gardant  un certain équilibre, car l'eau de ces puits est déjà minéralisée. Maintenant la balance est cassée », a-t-il expliqué.

En même temps, selon Grymtchak, « le dommage matériel ne peut pas être pleinement évalué aujourd'hui, car cela nécessite une étude approfondie de la situation. Maintenant, ni les experts ukrainiens ni les experts internationaux ne disposent d'une telle opportunité ».

eh

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-
*/ ?>