Le Forum YES 2018, en quoi est-il différent de celui de l’année dernière

Le Forum YES 2018, en quoi est-il différent de celui de l’année dernière

201
Ukrinform
Ukrinform a demandé aux politologues d'évaluer le Forum YES 2018, de le comparer avec celui de l’année dernière et également de partager leurs impressions.

Plus de 600 politiciens, diplomates, hommes d'affaires, et aussi de militants et d’experts de 28 pays ont participé au Forum international annuel YES 2018 qui se déroule à Kyiv dans les locaux de «Mystetsky arsenal» depuis l’annexion de la Crimée en 2014.

Il existe au moins trois différences entre YES 2017 et YES 2018. La première: en raison des déclarations ambiguës de l'organisateur à long terme de la «Yalta European Strategy», Victor Pintchuk, (ou plutôt de ses initiatives exprimées à l'édition américaine  Wall Street Journal sur la nécessité d’un « compromis douloureux » sur la Crimée et le Donbass, ainsi que des publications apparues dans les médias ukrainiens indiquant que l’entreprise de Pintchuk achetait de l’anthracite en provenance  des territoires occupés -. Ed.), le Forum de l’année dernière n’a pas vraiment été un succès. Celui –ci a retrouvé un haut niveau.

La seconde différence est le contenu sémantique. L'année dernière, les questions internationales traitées concernaient les changements dans l'équilibre géopolitique du pouvoir et des changements dans l'économie mondiale, la politique de la nouvelle administration américaine, ainsi que les questions de sécurité, en particulier, la cybersécurité, la sécurité énergétique et le populisme. Les problématiques ukrainiennes tournaient autour de l'agression russe, la Crimée, le Donbass, et les appels traditionnels aux réformes anti-corruption et autres. Cette année, l'éventail des sujets abordés a été considérablement élargi. On a discuté des futures  menaces pour la société, l'économie et la politique, de l'avenir des États-Unis, de l'UE et de l'OTAN, de la Fédération de Russie, de la défense de la démocratie, des manipulations externes et de la lutte contre la désinformation. En parlant de l’Ukraine, les interlocuteurs ont abordé les menaces les plus récentes de la Russie, la promotion des réformes, les prêts du FMI et de l'UE, et les investissements. Et, enfin, le Forum actuel a été non officiellement dédié aux futures élections présidentielles. Les organisateurs ont créé une plate-forme appropriée à des débats avec d’éventuels candidats. Certains considèrent les interventions des futurs candidats comme des «brouillons» de leurs programmes qui seront officialisés après le début de la campagne électorale.

Olesya Yachno-Belkovskaya, politologue «Empêcher la destruction de l’État dans les conditions de la guerre et l’épargner encore plus pour apporter des changements est un résultat très important ». 

- Le forum de l’année dernière s’est tenu sous le signe des menaces et des défis mondiaux, et de la manière dont l’Ukraine se positionne dans cet environnement. Ensuite, il y a eu des campagnes électorales dans des pays très importants pour nous: les Pays-Bas, la France et l’Allemagne. C'est-à-dire que ces défis hybrides concernaient, entre autres, les pays européens et, en ce sens, la situation de l'Ukraine a été examinée et discutée, lors du forum de l'année dernière, du point de vue de tels défis. Le forum actuel était principalement consacré à l’Ukraine. Tout d’abord, l’accent a été mis sur la campagne électorale: à la fois présidentielle et parlementaire, et  cela a marqué de facto son début. Une partie des politiciens qui ont déjà annoncé qu'ils participeront à la course à la présidentielle. Deuxièmement, il s'agit de l'actualisation des défis liés à la Fédération de Russie par rapport à l'Ukraine: le Donbass, la mer d'Azov, l'ingérence dans les élections, etc. Les principaux messages à mettre en évidence sont les déclarations démonstratives de Kurt Volker. Le Représentant spécial des États-Unis a déclaré que durant ces années difficiles pour nous, l’Ukraine avait néanmoins acquis sa subjectivité et continuait à lutter pour son identité, en particulier dans sa politique culturelle, géopolitique et étrangère. Empêcher la destruction de l’État dans les conditions de la guerre et l’épargner encore plus pour apporter des changements est un résultat très important.

Volodymyr Fesenko, politologue «La différence entre le forum actuel et celui de l’année dernière a été que la plupart des réformes étaient considérées comme un objectif souhaitable, et maintenant, elles sont considérées comme un fait accompli»

- Au forum, on a parlé de la « nouvelle génération », donc non seulement politique ou sociale, mais aussi la génération de la technologie, de  l'information. Les discussions avec les candidats potentiels à la présidence de l'Ukraine étaient importantes pour les invités étrangers du forum qui ont pu observer les futurs participants à la course, s’entretenir face à face avec eux. En ce qui concerne les différences entre le forum actuel et celui de l’année dernière, d'une part le forum de cette année a eu lieu la veille du début de l'élection présidentielle, et d'autre part le président et le premier ministre l'ont utilisé pour faire un rapport sur le travail effectué au cours de l’année. Ils ont montré qu’ils ne faisaient pas que parler, mais aussi qu’ils progressaient. Et si l'année dernière, la plupart des réformes étaient considérées comme un objectif souhaitable, maintenant elles le sont comme un fait accompli »Je pense que c'est un moment marquant. Parce que, malgré toutes les difficultés, notre pays réussit à avancer. 

Serhiy Taran «Nous n’avons pas entendu de réponses concrètes sur les questions concernant la guerre et la paix. Par contre, chacun a eu le temps de rendre public ses slogans électoraux.  

- Le forum s'est tenu dans le contexte du début de la campagne électorale. Ses participants ont eu l’occasion de se présenter au public international, d’exprimer les principaux messages de la campagne électorale. À mon avis, c'était la principale et la première différence par rapport à l'an dernier. La seconde est les sujets de discussion. Par exemple, les aspects stratégiques liés au futur ont été abordés, les technologies aussi, mais les sujets étaient moins centrés sur les problèmes ukrainiens. D'une part, cela semble être une bonne chose, ce qui signifie que l'Ukraine s’ancre davantage dans le contexte mondial, mais d'autre part, pas de détails sur les problèmes intérieurs importants, notamment la guerre et la paix.

D'ailleurs, les positions des experts étrangers intervenant au forum, en particulier, celle de Kurt Volker, semblaient parfois plus pro-ukrainiennes que les positions de certains experts ukrainiens. Et la disparité entre les performances est la suivante: les politiciens occidentaux ont cherché à vendre le succès, les politiciens ukrainiens ont cherché à vendre la défaite. Dans les discours occidentaux, les Occidentaux déclarent: «Je l'ai fait (réforme, économie, géopolitique), même si cela a été difficile pour moi». Les Ukrainiens disent surtout: « Je voulais le faire, mais on m’a empêché (prédécesseurs, voisins, corrompus)». Malgré cela, je pense qu'il est très bon que de tels forums se déroulent en Ukraine, parce qu’ils montrent aux Ukrainiens dans quels contextes signifiants du monde leur pays se retrouve.

Piotr Olechtchouk: «C’est une soirée de l’élite ukrainienne. Nous n’y avons entendu rien d’intéressant»

-Depuis deux ans, je n’y vois pas beaucoup de progrès. YES 2018 est la suite de celui de l’année dernière. De facto, ce forum s’est transformé en une sorte de soirée de l’élite politique ukrainienne. La participation dans ce forum est prestigieuse. La seule différence entre ce forum et celui de l’année dernière est le sujet des élections qui a été très présent.  Et nos politiciens en ont profité pour faire des déclarations.

Oleg Saakyan: «La troisième journée du forum ressemble plutôt à une scène pour les futurs candidats»

L'ordre du jour de YES 2018 était à l'unisson avec les tendances européennes et internationales, parce qu'il a abordé les thèmes concernés, la crise de la démocratie, et les défis de la migration et les cyber-menaces. L'Ukraine ne pouvait certainement pas rester à l'écart. Si les discussions des deux premiers jours ont tourné autour des sujets mentionnés, le troisième jour toutes les discussions se sont concentrées sur la politique ukrainienne. Le forum a commencé à ressembler à une plate-forme pour les futurs candidats à la présidence. Personnellement, je suis plus intéressé par la question de l'Est de l'Ukraine, mais, par exemple, Anatoly Hrytsenko a déclaré que « le plan, il l’avait, mais ne le dévoilera pas », Svyatoslav Vakartchouk n’a pas abordé cette question. Ioulia Timochenko a déclaré tout à coup que la paix ne pourrait pas être restaurée par l’abandon des territoires occupés et a rejeté l'idée d'un compromis, tandis que Porochenko a parlé de ce sujet dans sa logique standard: celle de sa nouvelle triade - la langue, la religion et l'armée.

Bohdan Yaremenko: «La discussion sur ce qui est vraiment nécessaire et possible de faire pour l'Ukraine a été largement remplacée par ce que les candidats à la présidentielle promettront ou proposeront» 

- Le forum international Yalta European Strategy est la discussion la plus équilibrée, la mieux organisée et la plus représentative au monde, entièrement consacrée à l’Ukraine. YES répond non seulement aux exigences les plus élevées pour ce type d’événements, mais établit la barre que les autres forums en Ukraine essaient d’atteindre. Le niveau représentatif des participants du forum permet de récapituler tout à fait systématiquement dans chaque domaine l'année écoulée et de définir les perspectives à venir pour les tâches les plus complexes dans le développement de l'Ukraine, l'inscription de la « question ukrainienne » dans le tissu de la politique mondiale, l'économie et la technologie.

L'Ukraine est représentée sur le forum par tous ceux qui «comptent» en Ukraine. Dans le même temps, le forum est souvent critiqué pour le fait que la grande majorité de ses participants étrangers sont d'anciens fonctionnaires et que le niveau des politiciens ou des représentants de pays étrangers présents au forum est beaucoup plus bas. Il convient de comprendre clairement que, jusqu'à récemment, la «question ukrainienne» était rarement une priorité pour les dirigeants des États les plus importants et les plus influents.

Les problèmes liés à l’Ukraine à l’étranger ne sont pas traités au plus haut niveau. Il convient également de rappeler que le niveau de compétence des fonctionnaires de niveau moyen et élevé, mais pas du niveau le plus élevé, dans les pays occidentaux, est beaucoup plus élevé qu'en Ukraine. Autrement dit, on peut dire que oui, année après année, ce forum rassemble des dirigeants de l’opinion publique, des politiciens et des fonctionnaires de l’extérieur de l’Ukraine qui, d’une manière ou d’une autre, déterminent ou influencent les décisions concernant notre État. Et de ce point de vue, c’est la plus grande valeur de ce forum.

Lire aussi : Le discours de Porochenko à l’ouverture de la 15e conférence annuelle YES: les élections et le cap de l’Ukraine vers l’OTAN

EH

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. • Les informations avec la mention "Publicité" et "PR", ainsi que des matériaux du bloc "Communiqués" sont publiés en vertu des droits de publicité et le seul responsable de leur contenu est l'annonceur.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-
*/ ?>