L'UE appelle la Russie à laisser les défenseurs des droits de l'homme se rendre en Crimée (photos)

L'UE appelle la Russie à laisser les défenseurs des droits de l'homme se rendre en Crimée (photos)

Ukrinform
L'Union européenne appelle la Russie à se conformer aux normes internationales en matière de droits de l'homme en Crimée occupée, à enquêter sur les responsables de violations des droits de l'homme et à engager des poursuites contre leurs auteurs, ainsi qu’à garantir aux défenseurs des droits de l'homme un accès sans entraves.

« Nous exigeons que toutes les violations des droits de l'homme, y compris la torture, les détentions injustifiées, les disparitions, les restrictions à la liberté d'expression, de réunion pacifique et de religion, fassent l'objet d'une enquête et que les responsables soient traduits en justice. Nous appelons au plein respect des normes internationales en matière de droits de l'homme en Crimée et à un accès sans entraves des défenseurs des droits de l'homme dans toute l'Ukraine, y compris en Crimée et à Sébastopol », a déclaré Ioannis Vrailas, représentant permanent de l'Union européenne auprès de l'OSCE, lors d’un événement tenu au siège de l'OSCE à Vienne, consacré au cinquième anniversaire de l'occupation de la Crimée et à la situation des droits de l'homme dans la péninsule, selon un correspondant d'Ukrinform.

Il a ajouté qu'il ne fallait pas oublier le contexte dans lequel s'est déroulé l'événement, notamment « l'annexion illégale de la Crimée et de la ville de Sébastopol par  la Fédération de Russie, ce qui constitue une violation flagrante du droit international, des principes et des engagements de l'OSCE, ainsi qu'un défi direct à la sécurité internationale avec des conséquences graves pour l'ordre juridique international qui protège l'unité et la souveraineté de tous les États ».

« Je voudrais rappeler le soutien constant de l'UE à l'intégrité territoriale et à l'indépendance de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues, et également confirmer que nous ne reconnaissons pas et ne reconnaîtrons pas l'annexion illégale de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol », a souligné M. Vrailas.

Le diplomate européen a noté qu'au cours des cinq dernières années, la situation des droits de l'homme en Crimée s'était aggravée et que les résidents locaux avaient été soumis à des restrictions systématiques des libertés fondamentales : liberté de parole, de religion, de réunion pacifique et d'association. La grave détérioration de la situation a été constatée par diverses institutions de l'OSCE et a été examinée à plusieurs reprises lors des séances du Conseil permanent à Vienne.

kh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-