Piet Ploeg , parent de trois victimes de la tragédie du MH17, membre du conseil d'administration de la fondation «Plane crash»
Les restes de mon frère n'ont toujours pas été rendus, comme s'il n'avait jamais existé
29.07.2019 14:23

Le Néerlandais Piet Ploeg a perdu son frère, sa belle-soeur et son neveu dans le crash de l’avion de ligne MH17 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur et abattu dans le ciel au-dessus du Donbass le 17 juillet 2014. Il y a cinq ans, Piet Ploeg est devenu un père pour les deux filles de son frère qui ne sont pas montées dans l’avion pour ce voyage mortel. Il est également membre du conseil d'administration de la fondation néerlandaise «Plane crash» qui réunit les familles des victimes de la tragédie (sur les 298 victimes, 196 étaient des citoyens néerlandais). La veille de l’anniversaire du crash de l’avion, Piet Ploeg a accordé une interview exclusive au correspondant d’Ukrinform pour expliquer comment sa vie avait changé après la tragédie, ce qu’il pense du retour de la Russie à l'APCE, du procès contre l'Ukraine et du nouveau figurant possible dans l'affaire MH17?

NOUS VOULONS SAVOIR QUI A DONNÉ L'ORDRE D’ABATTRE L'AVION

- Parlez-nous de ce jour terrible où votre vie a eu un «avant» et un «après». Comment avez-vous découvert la tragédie? Que faisiez-vous à cet instant ?

- J'étais assis sur une terrasse très romantique avec plusieurs collègues, devant un bon verre de vin. Un de mes collègues a regardé son téléphone et a vu qu’un avion avait été abattu. Je lui ai demandé: «De quel type d'avion s'agit-il, où va t-il?» Et il a répondu que l’avion volait à destination de Kuala Lumpur. Et à ce moment-là j'ai ressenti quelque chose. Je savais que mon frère était dans un vol pour Kuala Lumpur. J'ai réalisé que c'était l'avion de mon frère. J'ai appelé ma femme et les deux filles de mon frère qui n’étaient pas avec lui dans ce vol et c’est à partir de ce moment-là que notre tragédie a commencé.

- Le 19 juin, le Groupe international conjoint d’enquêtes chargé d’enquêter sur la catastrophe du MH17 a officiellement désigné les personnes impliquées dans la destruction du MH17. Maintenant que vous connaissez les noms des quatre suspects et la date de l’audience, le 9 mars 2020, pensez-vous qu'ils seront traduits en justice?

- Nous sommes heureux d'apprendre que la date d'audience a été fixée, que les noms des suspects ont été annoncés. J'espère qu'ils trouveront plus de personnes impliquées dans les tirs sur le MH17. Nous souhaitons également savoir qui a appuyé sur le bouton et donné l'ordre d'abattre l'avion. Mais quatre personnes pour commencer, c’est une très bonne nouvelle pour nous. Bien que je ne pense pas qu'ils soient présents au tribunal. Mais malgré cela, le procès aura lieu. Et pour nous, il est très important que, même s'ils ne sont pas sur le banc des accusés, le procès ait tout de même lieu.

- Les services de sécurité ukrainiens ont arrêté Volodymyr Tcemakh, qui a servi dans les unités pro-russes de la pseudo République populaire de Donetsk. Cet homme est accusé d’avoir aidé à cacher le système de missiles Buk. Par conséquent, il peut devenir le témoin principal ou un suspect dans le procès aux Pays-Bas. Que savez-vous de lui? A votre avis, sera-t-il présent au tribunal dans l'affaire du MNH17?

- J'ai lu quelques informations. Je ne connais pas grand chose sur cette personne. Il a été témoin de la catastrophe du MH17 et je ne sais pas s'il est suspecté dans cette affaire, car l'équipe internationale d'enquête n'a pas donné son nom. Par conséquent, nous devons attendre pour savoir ce que l'équipe d'enquête va dire à propos de cette personne.

L’APCE EST EXTRÊMEMENT INDULGENTE ENVERS LA RUSSIE

- Comme vous le savez, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a voté pour le retour de la Russie. Et la majorité des délégués des Pays-Bas ont appuyé cette décision, bien que les parents des victimes aient envoyé une lettre leur demandant de ne pas autoriser le retour de la Fédération de Russie. Que signifie cette résolution pour vous? Après tout, seuls deux des sept députés néerlandais ont voté contre le retour de la Russie, il s’avère qu’ils ont pardonné le crash du MH17?

- C'est très étrange pour moi, car l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a été créée dans le but de protéger les droits de l'homme. Et c'est très étrange non seulement pour moi, mais pour nous tous. Et nous ne comprenons pas pourquoi la Russie, qui a violé les droits des victimes du MH17, retourne à l'APCE avec à nouveau le droit de vote. Nous, les proches des personnes tuées dans la tragédie du MH17, ne pouvons pas comprendre pourquoi la Russie peut revenir sans conditions. Pour faire revenir la Russie, ils ont été obligés de la forcer à coopérer à l'enquête, comme condition pour son retour. Mais rien n'a été fait. Nous ne comprenons pas cela, c'est très étrange pour nous. Je ne suis pas d'accord avec cette décision, mais je comprends en même temps que l'APCE craint le retrait de la Russie, ce qui reviendrait à priver les citoyens russes de la possibilité de saisir la Cour européenne des droits de l'homme. Mais où sommes-nous dans tout cela? Il s'avère qu'ils ne nous soutiennent pas avec de telles actions et une telle vision de la situation.

Oui, ils ont dit que la Russie devrait être obligée de coopérer à l'enquête, et ils y contribueront, ce qui est bon pour nous, mais malgré cela, je trouve qu’ils sont extrêmement indulgents envers la Russie.

- Avez-vous demandé aux délégués des Pays-Bas pourquoi ils avaient voté pour le retour de la Russie?

- Nous l’avons demandé à l'ensemble de la délégation néerlandaise et nous avons la réponse, mais je vais vous dire ce qu’ils nous ont dit dans cette lettre après les jours de deuil.

MON FRÈRE EST L’UN DES DEUX QUI NE SONT PAS IDENTIFIÉS.

- C’est le cinquième anniversaire de la catastrophe MN17. Comment vous préparez-vous à cela? Avez-vous des lieux de mémoire spéciaux?

- J'ai planté trois arbres: pour mon frère, pour sa femme et pour son fils. Je suis très occupé par tous les préparatifs. Il y a beaucoup de choses à faire. Vous savez, en général, cette journée nous ramène aux temps heureux d’avant la tragédie. Cette période d’il y a cinq ans,  jusqu'au terrible jour du 17 juillet 2014, où un processus d'identification a été mis en place. Mon frère n'a pas encore été identifié. Il est l'une des deux personnes qui n'ont pas été identifiées. Cinq ans ont passé et aucun reste de mon frère n’a été retrouvé… C’est très douloureux. Les restes  de sa femme et de leur fils ont été restitués, mais de mon frère rien, pas de restes humains, ni de bagages, rien, comme si cela n'avait jamais existé. Ma mère est morte il y a trois mois et elle ne pouvait pas croire qu'il était mort parce qu'elle ne pouvait pas lui dire au revoir. Il a juste disparu. Mon père, il a maintenant 86 ans. Pour lui, c'est très douloureux aussi, car il veut se convaincre de sa mort, mais vous ne pouvez pas être convaincu, car il n'y a pas de corps, pas de restes humains.

POUR LES PARENTS DES VICTIMES, IL EST IMPORTANT QUE LE CANADA ET L'UKRAINE APPUIENT LEUR PLAINTE CONTRE LA RUSSIE, DÉPOSÉE À LA CEDH

- Que pensez-vous des déclarations du Premier ministre de Malaisie, qui a maintes fois contesté l'implication de la Russie dans la tragédie MH17? Il a également déclaré qu'il doutait de l'objectivité de l'enquête internationale sur la tragédie menée par les Pays-Bas.

- C’est une déclaration très étrange. La Malaisie fait partie de l'enquête, appartient à l'équipe d'enquête internationale. Les parents des victimes malaisiennes ont écrit une lettre dans laquelle ils s'opposaient à la position de leur Premier ministre. Ils soutiennent également les résultats de l'enquête et j'estime qu'il est inapproprié que le Premier ministre malaisien conteste les résultats de l'enquête. Et ce qui me surprend le plus, c'est qu'il n'appuie pas son peuple dans sa lutte pour la justice. Je ne peux pas comprendre cela.

- L'année dernière, des proches des victimes du vol MN17 ont porté plainte contre la Russie devant la Cour européenne des droits de l'homme. Croyez-vous à la réussite de cette entreprise?

- Je ne sais pas quoi répondre, car la CEDH doit d’abord prendre le cas en considération. Vous voyez, au début, nous devions nous rendre en Russie avant la CEDH, mais nous ne l’avons pas fait, car nous ne pensons pas que cela soit efficace. Par conséquent, nous sommes immédiatement allés à la CEDH et le tribunal doit maintenant décider si la requête peut être soumise directement à la Cour européenne des droits de l'homme. Et vous savez, il est très important pour nous que notre pays, le Canada et l'Ukraine, nous soutiennent dans notre revendication.

- Un sondage a été menée du 28 juin au 11 juillet 2019. En particulier, il a été demandé aux familles des victimes de la catastrophe MN17 si elles étaient satisfaites des résultats de l’enquête. Une question concernant l’Ukraine a également été posée, pour savoir ce que les victimes des proches pensent du fait que l’Ukraine n’avait pas fermé son espace aérien à temps. L'enquête a montré que certains membres des  familles estimaient qu'il était nécessaire d'intenter une action en justice contre l'Ukraine. Qu’est-ce que vous en pensez?

-Je ne sais pas s'il faut engager une action en justice contre l'Ukraine mais écoutez, pour nous , l'Ukraine n'est pas soupçonnée d'avoir abattu le MH17. Le suspect est tout à fait évident et ce n'est pas l'Ukraine. Si la question est de savoir si l’Ukraine aurait dû fermer son espace aérien, alors oui, elle aurait dû le faire. Il est maintenant très important que nous en parlions, et pas seulement parce que le MH17 a été abattu, la question de la sécurité est importante pour tous les passagers du monde entier ... Nous sommes très préoccupés par les conflits militaires et nous ne voulons pas que la tragédie du MH17  se répète. Nous devons en parler pour la sécurité de tous.

CHAQUE JOUR POUR MOI EST UN COMBAT

- Avez-vous appris à vivre avec cette tragédie pendant ces cinq années? Qu'est-ce qui peut vous apporter la paix?

- Beaucoup de gens me posent des questions à ce sujet et je leur réponds: «Posez-moi ses questions dans 10 ans, je pense que je serai alors en mesure de répondre». Vous voyez, c’est la première fois que j’ai une expérience aussi amère: perdre trois proches à la fois. En fait, ils ont été tués et cela me fait encore très mal. Je ne sais pas comment gérer cela. Chaque jour pour moi est un combat, et peut-être que dans 10 ans, je pourrai vous dire comment cette douleur s'est apaisée. Il est très important pour moi de savoir exactement comment cela s'est passé, pourquoi cela s'est passé et qui l'a fait. L'enquête est très importante pour nous tous. Il est très important pour moi que le monde entier sache qui est responsable d’avoir abattu  le MH17. C'est pourquoi nous avons besoin d'une décision de justice aux Pays-Bas et à la CEDH. C'est très important pour nous. Je pense que cela nous aidera à nous sentir soulagés.

Iryna Drabok, Ukrinform, La Haye

Photos d’auteur

eh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-