Crimée : Le Conseil de l’Europe préoccupé de la détention illégale des journalistes

Crimée : Le Conseil de l’Europe préoccupé de la détention illégale des journalistes

Ukrinform
Le Conseil de l’Europe est préoccupé de la situation des droits de l'homme et de la liberté de la presse en Crimée occupée par la Russie.

Le communiqué correspondant a été publiée sur le site du Conseil de l’Europe.

« Le 27 mars 2019, des agents du Service fédéral de sécurité (FSB) de la Fédération de Russie, du Ministère fédéral de l'intérieur et de la Garde nationale ont perquisitionné les domiciles des journalistes indépendants Osman Arifmemetov et Remzi Bekirov, correspondant du site d'information russe indépendant  « Grani », ainsi que les domiciles de près de deux douzaines d'autres Tatars de Crimée à Simferopol et dans plusieurs districts de Crimée, selon les médias. Absents de leur domicile au moment de la perquisition, Arifmemetov et Bekirov ont été arrêtés plus tard dans la journée à Rostov-sur-le-Don, en Fédération de Russie, selon  « Grani », le groupe de protection des droits de l'homme de Kharkiv (KHPG) basé en Ukraine, et de Crimean Solidarity, un groupe qui soutient les prisonniers politiques de Crimée en rendant publiques les poursuites dont ils font l'objet et en plaidant pour leur libération. Un autre journaliste indépendant, Rustem Sheikhaliev, a été arrêté le même jour à Simferopol, selon le Forum des médias de Lviv, un groupe de professionnels des médias ukrainiens », peut-on lire dans le communiqué.

Arifmemetov, Bekirov et Sheikhaliev ont diffusé en direct des raids et des procès sur la chaîne YouTube de Crimean Solidarity, selon Krym.Realii (Crimea Realities) et l'examen des vidéos par le CPJ. Le 21 février 2017, Arifmemetov et Bekirov avaient été arrêtés alors qu'ils diffusaient en direct la perquisition au domicile du militant tatar de Crimée Marlen Mustafaev à Simferopol, et condamnés à cinq jours de détention administrative, selon le Groupe des droits de l'homme de Crimée (CHRG) basé en Ukraine et le journal indépendant ukrainien Hromadske.

Après leur arrestation, Arifmemetov et Bekirov ont été battus au point qu'Arifmemetov s'est évanoui, selon le KHPG. Ils n'ont reçu aucune nourriture dans les 24 heures suivant leur détention et n'ont eu qu'un accès limité à l'eau. Le 28 mars 2019, ils ont été transférés à Simferopol, selon « Grani ». Selon l'agence de presse d'Etat russe RIA Novosti, Bekirov et Sheikhaliev ont été poursuivis pour leur soutien à " Hizb ut-Tahrir " (un groupe islamiste qui opère légalement en Ukraine, mais qui est considéré comme une organisation terroriste en Fédération de Russie, selon le rapport « Freedom in the World 2019 » de Freedom House). Ils sont accusés d'avoir « organisé les activités d'une organisation terroriste » et, s'ils sont reconnus coupables, risquent jusqu'à 20 ans de prison, selon KHPG et l'organisation russe de défense des droits de l'homme « Memorial ».

Selon le KHPG, les précédents procès des Tatars de Crimée accusés de liens présumés avec le « Hizb ut-Tahrir » étaient « entachés d'irrégularités » et impliquaient des « témoins secrets » et des preuves falsifiées.

Le 29 mars 2019, deux douzaines de détenus tatars de Crimée, dont Arifmemetov et Bekirov, ont été emmenés par avion à Rostov-sur-le-Don, selon le KHPG. Leurs familles n'ont pas été informées. Le 5 septembre 2019, Arifmemetov, Bekirov et Sheikhaliev ont été transférés dans un centre de détention provisoire à Krasnodar (Fédération de Russie), selon Crimean Solidarity. Bekirov et Sheikhaliev ont été placés dans des cellules disciplinaires pour leur prétendue « propension à propager l'extrémisme » parmi les détenus, selon un post sur Facebook basé sur un récit de Bekirov obtenu plus tard. Il y était impossible de se tenir droit ou de s'allonger pour dormir. Les journalistes ont ensuite été transférés dans un centre de détention provisoire à Simferopol. En octobre 2019, Arifmemetov a été placé en isolement pendant cinq jours pour avoir violé les règles internes de la prison, a déclaré son avocat Aleksey Ladin à Krym.Realii. L'avocate Emine Avamileva a rendu visite à Sheikhaliev pour la première fois le 6 novembre 2019, selon Crimean Solidarity. Elle a déclaré que le journaliste ne s'était pas plaint de son état de santé, mais que le centre de détention lui avait refusé sa demande de fournir au journaliste des médicaments et une traduction autorisée du Coran. L'avocat Edem Semedlyaev, qui coordonne le travail des autres avocats dans cette affaire, a déclaré à Krym.Realii que les détenus ne recevaient pas de nourriture les jours de procès.

Le 12 novembre 2019, lors d'une audience au tribunal de Simferopol, Arifmemetov a nié les accusations, déclarant que sa détention était illégale et qualifiant son « déplacement forcé » de « déportation «  similaire à celle des Tatars de Crimée en 1944, selon Crimean Solidarity. Le tribunal a prolongé la détention préventive d'Arifmemetov jusqu'au 15 février 2020.

Suite à une demande d'information téléphonique du CPJ, l'officier de service de la branche de Simferopol du ministère fédéral de l'Intérieur a refusé de fournir des informations sur les détenus en Crimée, déclarant que « seules les autorités de Moscou peuvent commenter ces affaires ». Le CPJ n'a pas reçu de réponse à une demande de commentaires par courriel de la part du bureau central du ministère fédéral de l'Intérieur à Moscou.

La Fédération de Russie applique ses lois en Crimée depuis mars 2014, y compris des restrictions substantielles à la liberté des médias, selon le rapport « Freedom in the World » publié par Freedom House en 2019. Dans le cadre d'une procédure d'enregistrement auprès du régulateur des médias russes Roskomnadzor, le nombre de médias en Crimée a été réduit de plus de 90 %, et les autorités russes ont restreint l'accès à la télévision ukrainienne et aux autres médias. Selon Krym.Realii, Freedom House et HRW, de nombreux membres de la population autochtone tatar de Crimée, une minorité musulmane, se sont ouvertement opposés à l'occupation russe.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2020 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-