Boeing ukrainien : Les familles de victimes demandent de faire de pression sur Téhéran

Boeing ukrainien : Les familles de victimes demandent de faire de pression sur Téhéran

Ukrinform
Les membres du gouvernement canadien, ainsi que le Bureau de la sécurité des transports du Canada déplorent que le récent rapport préliminaire de l’Organisation iranienne de l’aviation civile sur la lecture de l’enregistreur de bord du vol PS752 ne fournisse «que des renseignements limités et ciblés concernant cet événement tragique».

Cette information a été communiquée par l’édition L’Actualité.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada, qui avait dépêché des enquêteurs en France pour le téléchargement des données de vol, le mois dernier, a publié dimanche un communiqué similaire confirmant la réception du rapport iranien, tout en soulevant les mêmes questions que les ministres.

Un représentant des familles canadiennes et des proches tués dans l’accident a exprimé sa frustration, lundi, qu’Ottawa n’ait pas pris une position plus ferme face à Téhéran, qu’il a accusé de faire échouer les efforts pour découvrir toute la vérité sur le vol PS752.

Hamed Esmaeilion, un dentiste de la région de Toronto qui a perdu sa femme et sa fille dans l’écrasement, estime que le gouvernement fédéral «maintient prudemment et délicatement la bonne position», mais qu’il devrait trouver des moyens de faire pression sur Téhéran.

Ottawa devrait notamment, selon lui, dénoncer ce qu’il qualifie de violations manifestes des obligations internationales de l’Iran concernant l’enquête. Il croit aussi que la Gendarmerie royale du Canada devrait être impliquée davantage dans les efforts visant à demander des comptes aux responsables de la tragédie.

En vertu des règles internationales, c’est l’Iran qui mène l’enquête, mais le Canada, l’Ukraine et d’autres pays jouent un rôle de soutien ou d’observateur. Les ministres Champagne et Garneau demandent lundi à l’Iran «de mener une enquête approfondie et transparente» et de respecter «son engagement ainsi que les normes de l’Organisation de l’aviation civile internationale».

L’Iran a d’abord nié toute responsabilité dans l’écrasement du Boeing 737-800 ukrainien; devant les preuves accablantes qui s’accumulaient et sous la pression internationale, Téhéran a finalement admis que l’avion de ligne avait bel et bien été touché par deux missiles iraniens. Mais Téhéran s’est traîné les pieds pendant des mois avant de transférer finalement le mois dernier les enregistreurs de données de vol en France, pour téléchargement et analyse.

Le Canada et les autres pays qui ont perdu des ressortissants sur le vol PS752 — la Grande-Bretagne, la Suède, l’Afghanistan et l’Ukraine — ont signé le 2 juillet un accord de coopération pour forcer Téhéran à verser des indemnités aux familles des victimes. Le directeur de l’Organisation iranienne de l’aviation civile a indiqué en fin de semaine que Téhéran était prêt à verser une indemnisation complète aux familles des 176 personnes tuées dans la tragédie et qu’il lancera en octobre des pourparlers avec le Canada et les autres pays impliqués.

Un rapport iranien a imputé le mois dernier à un certain nombre d’erreurs humaines cette «tragédie qui aurait pu être évitée». On indiquait notamment que la batterie de missiles sol-air qui avait tiré sur l’avion avait été déplacée et mal réorientée par la suite. Les responsables de la batterie ne pouvaient pas non plus communiquer avec leur centre de commandement, selon le rapport. Ces soldats auraient également identifié à tort l’avion de ligne comme une menace et auraient ouvert le feu à deux reprises sans obtenir l’approbation de leurs supérieurs.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2020 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-