L’ONU déplore des violations des droits humains dans l'est de l'Ukraine et en Crimée

L’ONU déplore des violations des droits humains dans l'est de l'Ukraine et en Crimée

Ukrinform
Des arrestations et des détentions illégales et arbitraires, des procès prolongés, un manque d'accès à un avocat, un recours à la torture et aux mauvais traitements sont des violations courantes des droits humains dans le cadre d’affaires pénales liées aux conflits armés dans l'est de l'Ukraine et en Crimée (temporairement occupée par la Russie).

Cette information est indiquée dans un nouveau rapport publié jeudi par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

« Depuis six ans, nous documentons les violations des droits de l'homme dans les affaires pénales dans le contexte des conflits dans l'est de l'Ukraine et en Crimée. Nous appelons les responsables à mettre fin à ces pratiques illégales et à garantir le respect du droit à un procès équitable pour tous les individus », a déclaré Matilda Bogner, cheffe de la Mission d'observation des droits de l'homme des Nations Unies en Ukraine.

Dans le territoire contrôlé par le gouvernement ukrainien, le rapport met en évidence des violations généralisées des droits à la liberté et à la sécurité, à un conseil juridique, à un procès équitable devant un tribunal compétent, indépendant et impartial, à un procès sans retard indu et à l'accès à un recours effectif, ainsi que des violations du droit de ne pas être contraint de s'auto-incriminer.

La majorité des violations pourraient être résolues sans modifications législatives, car elles résultent principalement du manque d'application des garanties à un procès équitable, tandis que d'autres nécessiteraient des modifications législatives, recommande le rapport.

Sur le territoire contrôlé par les « républiques » autoproclamées, le rapport souligne que le cadre et la pratique appliqués aux « crimes » liés au conflit ne respectent pas les éléments fondamentaux d’un procès équitable et les droits de l’homme connexes.

Le rapport du HCHDH note que les organes chargés de traiter les « affaires » liées aux conflits ne sont ni indépendants ni impartiaux. La « procédure » est close, sans accès à l’avocat de son choix et s’accompagne souvent de détention au secret et de recours à la torture et aux mauvais traitements.

« Les pratiques ‘d’arrestation préventive’et ‘d’arrestation administrative’ équivalent à une détention au secret et permettent à la torture et aux mauvais traitements de se développer. Ces pratiques doivent être immédiatement interrompues. La communauté internationale, y compris la Fédération de Russie, devrait user de son influence sur les ‘républiques’ autoproclamées pour mettre fin à ces graves violations des droits humains », a ajouté Mme Bogner.

En Crimée, dans les affaires liées au conflit documentées par le HCDH, le système judiciaire appliqué par la Fédération de Russie en tant que puissance occupante ne respecte souvent pas le droit à un procès équitable et les garanties d'une procédure régulière. « Les autorités de la Fédération de Russie en Crimée doivent respecter le droit à un procès équitable conformément à leurs obligations en tant que puissance occupante en vertu du droit international humanitaire et du droit international des droits de l'homme », a souligné Mme Bogner.

Le rapport se fonde sur plus de 1.300 entretiens approfondis avec des victimes et des témoins de violations des droits de l'homme, le suivi de 1.280 audiences et l'examen de plus de 3.300 documents judiciaires et autres documents pertinents.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2020 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-