Aujourd'hui : Journée de la résistance à l'occupation russe de la Crimée

Aujourd'hui : Journée de la résistance à l'occupation russe de la Crimée

Ukrinform
Aujourd'hui 26 février, l’Ukraine célèbre la Journée de la résistance à l'occupation russe de la Crimée.

Il y a sept ans, le 26 février 2014, un rassemblement de masse de Tatars de Crimée et de militants pro-ukrainiens a eu lieu à Simferopol pour défendre l'intégrité territoriale de l'Ukraine et s'opposer à la tenue d'une session extraordinaire du Conseil suprême de Crimée. Ce jour-là, environ 12 000 Tatars de Crimée se sont rassemblés près du bâtiment du Parlement de Crimée à l'initiative du Mejlis. Ils ont arboré les drapeaux de Crimée et les drapeaux de l'Ukraine. Les manifestants ont scandé: « Gloire à l'Ukraine - Gloire aux héros! », « Crimée - Ukraine! ». Face à ce rassemblement, un autre rassemblement a pris place: celui de «l'unité russe» organisé par le collaborateur des envahisseurs russes, Sergei Aksenov.

Le 20 février, les troupes russes ont commencé à occuper la Crimée. Sur la péninsule des camions sans plaques d’immatriculation sont arrivés ainsi que des soi-disant « hommes verts », des militaires armés sans signe distinctif.

Dans le même temps, des mercenaires armés, constitués de groupes armés irréguliers, ont été créés sous direction d’officiers des services spéciaux et des forces armées de la Fédération de Russie.

Le 26 février, suite à des affrontements devant le bâtiment du Conseil suprême de Crimée, deux personnes ont été tuées et plusieurs dizaines blessées. Par la suite, après l'occupation de la péninsule, la commission d'enquête de Russie a ouvert une affaire pénale à ce sujet, dite «affaire du 26 février», et organisé un procès politique contre Ahtem Tchiygoz, Mustafa Degermangi, Ali Asanovim et d'autres militants tatars de Crimée.

Dès le lendemain, le 27 février, des unités spéciales du Service de renseignement de Russie ont occupé les bâtiments du Conseil suprême et du Conseil des ministres de Crimée. Dans le même temps, le Parlement de Crimée, à la demande des agresseurs, a annoncé un référendum sur l'adhésion de la péninsule à la Russie. Le vote devait avoir lieu le 25 mai, mais il a ensuite été reporté au 16 mars.

Au cours des jours suivants, les troupes russes ont envahi les villes et les autoroutes de la péninsule. Les « hommes verts » ont saisi des bâtiments administratifs, des garnisons des forces armées ukrainiennes, des ports maritimes et des aéroports. Les dirigeants russes ont affirmé à plusieurs reprises que ces hommes armés n'étaient pas des militaires russes. Cependant, après l'occupation de la péninsule et le faux « référendum sur le statut de la Crimée », le Kremlin a reconnu que les « hommes verts » étaient des militaires des Forces armées russes.

Le 1er mars 2014, le Conseil de la Fédération de Russie a soutenu l’appel du Président Poutine l’autorisant à utiliser les forces armées russes sur le territoire de l’Ukraine. À son tour, le Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine, en raison de l'agression de la Russie, a décidé de placer les forces armées ukrainiennes en pleine préparation au combat.

Les organisations internationales ont reconnu l'annexion de la péninsule comme illégale et ont condamné les actions de la Russie. Au cours de cette période, trois résolutions de l'ONU sur la Crimée ont été adoptées et un certain nombre de pays occidentaux ont imposé des sanctions économiques à la Fédération de Russie.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2021 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-