Visite à Istanbul : Zelensky et Erdogan ont abordé les questions d’actualité sur la sécurité

Visite à Istanbul : Zelensky et Erdogan ont abordé les questions d’actualité sur la sécurité

Ukrinform
Quel est le partenariat stratégique entre l'Ukraine et la Turquie pour sa dixième année ?

Le 10 avril 2021, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a effectué une visite de travail en Turquie. Il s'agit de la quatrième visite de l'actuel chef d'État dans le pays voisin de la mer Noire. Les présidents ukrainien et turc se réunissent régulièrement deux fois par an, l'emploi et la pandémie n’y font pas obstacle.

Cette fois, ils se sont réunis pour présider la 9e réunion du Conseil stratégique de haut niveau. C'est l'organe suprême qui détermine la stratégie et les orientations des relations bilatérales entre l'Ukraine et la Turquie, coordonne les projets interétatiques.

La réunion s'est déroulée dans le contexte de l'aggravation de la situation dans l'est de l'Ukraine, causée par la concentration des troupes russes près de la frontière ukrainienne. Volodymyr Zelensky est arrivé à Istanbul immédiatement après son voyage sur la ligne de front, où il avait communiqué avec des militaires et s’était familiarisé avec la situation sur le terrain.

Crédit photo : Bureau du président

DE LA TRANCHÉE AU PALAIS

Le 8 avril 2021, M. Zelensky a visité les positions des troupes ukrainiennes sur le front fortifié. Ici, comme il l'a noté, le sort du pays est en train d'être décidé. Au cours des deux dernières semaines, depuis le début de la détérioration de la situation, l'Ukraine a perdu 11 de ses soldats à l'est. Depuis le début de l'année, 26 soldats ukrainiens sont morts dans le Donbass. Le rassemblement de troupes russes à la frontière ukrainienne constitue plutôt une tentative de démoraliser, d'intimider et de démontrer leur supériorité en nombre de forces, armes et matériels qu’une menace d'une intervention directe. Le chef de l'État est arrivé à Istanbul depuis la ligne de front samedi matin.

Il est logique que l’une des questions discutées en face à face, ainsi que dans un format plus large, ait été la situation sur le front. Le président ukrainien a informé son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, de l'état des lieux dans les territoires temporairement occupés de l'est de l'Ukraine et de la Crimée illégalement annexée, et a évoqué les actions de la Russie visant à aggraver le conflit.

Crédit photo : Bureau du président

La réponse d’Ankara était la suivante : la Turquie apportera tout soutien pour résoudre la situation pacifiquement, dans le cadre du droit international, sur la base des principes de préservation de l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Ankara a également souligné l’importance de la Mission spéciale d’observation de l’OSCE, de la poursuite de ses activités sans interruption ni entrave.

C'est une déclaration importante parce que la veille de la conversation entre Erdogan et Zelensky, Poutine a appelé le premier. Il a exposé sa vision de la situation autour de l'Ukraine et a accusé Kyiv de « provocations dangereuses » à l'est. Ankara a écouté « l'ami » Poutine, mais, selon les déclarations, elle n'a pas changé ses positions et sa vision.

Crédit photo : AA

LA CRIMÉE EST L'UKRAINE

Une autre confirmation en est la déclaration sur la Crimée, certes déjà habituelle, mais non moins importante et nécessaire. La Turquie ne reconnaît pas l'occupation temporaire de la péninsule de Crimée par la Russie, soutient la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Ankara soutient également l'initiative de l'Ukraine de créer une plateforme sur la Crimée et est prête à rejoindre son sommet inaugural le 23 août prochain à Kyiv.

La Turquie a aidé et aidera les Tatars de Crimée. Dans ce contexte, lors de la rencontre des deux présidents à Istanbul, un important accord de coopération dans le domaine de la construction de logements a été signé visant les représentants du peuple tatar de Crimée et des citoyens ukrainiens ayant droit à des prestations. Selon ce document, la Turquie construira 500 appartements : 200 à Mykolaїv et Kherson, 100 autres à Kyiv.

Les présidents ont parlé de la sécurité non seulement de la Crimée, mais aussi de la région de la mer Noire dans son ensemble. Ce sujet est devenu le sujet principal des médias turcs à la suite de la visite. Le jour suivant, les photographies des deux présidents et l’information sur la visite ont fait la une des principaux journaux turcs.

« Notre objectif principal est de préserver la mer Noire en tant que mer de paix, de tranquillité et de stabilité. Nous ne voulons en aucun cas augmenter le degré et la pression dans notre région sous quelque prétexte que ce soit », a déclaré M. Erdogan. Ses paroles ont été publiées, citées à la télévision et à la radio plusieurs centaines de fois.

Crédit photo : Bureau du président

Les parties ont également discuté de la coopération dans le secteur de l'énergie.

Compte tenu des plans ambitieux d'Ankara pour la mise en œuvre du projet du canal d'Istanbul, cette direction peut également ouvrir de nouvelles opportunités pour les deux pays. En particulier, pour l'Ukraine, elle peut être utile dans le contexte de l'extension des routes d'approvisionnement énergétique du Moyen-Orient à travers la mer Noire, vu que l'actuel président établit activement des relations avec les pays de la région.

Cela contraste avec la vision qui vient de Moscou. Dans le contexte des relations ukraino-turques, la Fédération de Russie considère le canal d'Istanbul comme un moyen de renforcer la présence militaire des pays occidentaux en mer Noire. Les médias russes écrivent d’une manière active sur la menace des navires américains en mer Noire, et que le projet d'un nouveau canal pourrait devenir une raison pour la Turquie de réviser la convention de Montreux de 1936. Ankara rejette de telles hypothèses.

Les propos selon lesquels la mer Noire ne nous divise pas, mais, au contraire, nous unit, appartiennent au fondateur et premier président de la Turquie, Mustafa Kemal Atatürk. L’Ukraine et la Turquie (contrairement à la Fédération de Russie) partagent cette vision.

Crédit photo : AA

DÉFENSE, ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE ET TOURISME

Les présidents ont évoqué la « vedette » de la coopération bilatérale : l'industrie de la défense. Ici, tout est déjà mis en place et se développe systématiquement. La défense reste la locomotive du partenariat stratégique. Il y a deux ans, l'Ukraine a acquis des drones de combat Bayraktar à la Turquie et, en l'espace d'un an, un accord a été conclu sur la production conjointe et le transfert de technologie pour la production de drones et de corvettes. Les drones turcs Akıncı, qui ont récemment passé avec succès un autre essai, sont équipés de moteurs de fabrication ukrainienne. Le chantier naval Océan à Mykolaїv a déjà été choisi pour la production conjointe de corvettes.

Les relations commerciales entre nos États démontrent également un développement stable. Malgré la pandémie, le niveau du commerce est resté à 5 milliards de dollars par an. Déjà au premier trimestre de l’année en cours, le chiffre de 1,5 milliard de dollars américains a été atteint. Nous avons un objectif : un chiffre d'affaires de 10 milliards de dollars. C'est tout à fait possible, mais sous réserve de la signature de l'Accord de libre-échange.

Les négociations à ce sujet se poursuivent depuis 2012. L'année dernière, un « redémarrage » a été effectué et, en fait, les termes de l'accord ont été convenus. La préparation est maximale, le travail sur le document se poursuit, les points qui restent non coordonnés sont à l'étude au sein des groupes de travail.

Le tourisme est un autre domaine de coopération active. La Turquie accueille chaleureusement des touristes ukrainiens et l’Ukraine fait de même pour les touristes turcs, malgré la Covid-19 et la réduction du trafic aérien due à la pandémie. L'année dernière, 1 million d'Ukrainiens ont visité la Turquie (au cours de l'année pré-pandémie de 2019, il y avait un record de 1,5 million). Le nombre de Turcs venus en Ukraine était de 150 000 (300 000 en 2019). Cette direction nous donne non seulement des avantages économiques, mais aussi un rapprochement au niveau humain, une connaissance plus étroite de la culture, des traditions et de l'histoire, qui est remplie de moments communs, intéressants, en particulier, inconnus jusqu'à présent.

Aujourd'hui, en raison de la croissance de nouveaux cas d'infection, des restrictions épidémiologiques strictes ont été introduites en Turquie, mais le pays ne pense même pas à abandonner l'intention d'un flux touristique actif, d'un repos sûr des touristes étrangers. Les Ukrainiens sont parmi les premiers touristes attendus cette année sur les côtes turques.

Crédit photo : AA

RELATIONS STRATÉGIQUES SE RENFORCENT

L'Ukraine et la Turquie célèbrent cette année le 10e anniversaire du partenariat stratégique. Il est actuellement opérationnel et en développement actif. Au cours de la visite du président ukrainien, il a été rappelé que le partenariat stratégique entre l'Ukraine et la Turquie n'était pas dirigé contre des pays tiers. Ainsi, l’éventail des projets communs et l’intensité du dialogue bilatéral s’accroissent.

La Turquie soutient les aspirations de l'Ukraine à rejoindre l'OTAN, et Ankara y contribue déjà. Depuis de nombreuses années, les militaires ukrainiens suivent une formation selon les normes de l'Alliance dans des écoles militaires turques et, après le retour en Ukraine, mettent en pratique les connaissances acquises.

La Turquie investit en Ukraine depuis longtemps, activement et avec succès. Nous sommes actuellement intéressés par les investissements turcs dans les infrastructures, les transports, la construction d’aéroports et de routes. Ce n'est pas une volonté de commencer le travail, mais une intention de le continuer et de l'étendre, parce que nous avons déjà une expérience de projets mis en œuvre. Cette expérience montre que la coopération est réussie et mutuellement avantageuse pour les deux pays.

Chaque fois, les entretiens en tête-à-tête des deux présidents deviennent de plus en plus longs. Au début, c'était un peu plus d'une heure, puis environ deux. Cette fois, la rencontre a duré près de trois heures.

Comme le montre la pratique, cette communication se transforme plus tard en projets précis et en accords de coopération en plus de ceux déjà existants et mis en œuvre avec succès.

Olga Boudnyk, Ankara

kh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2021 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-