L’Europe divisée sur la question d’introduction de nouvelles sanctions contre la Russie

L’Europe divisée sur la question d’introduction de nouvelles sanctions contre la Russie

Ukrinform
Hier, lors d’une réunion informelle par vidéoconférence, les ministres des Affaires étrangères de l'UE, ont évoqué la possibilité d’infliger de nouvelles sanctions à l’encontre de la Fédération de Russie, notamment en raison du rassemblement de ses troupes à la frontière ukrainienne et de l'état de santé inquiétant d'Alexeï Navalny.

 « Plus de 150.000 soldats se retrouvent à la frontière et en Crimée. Le risque d'escalade est réel », a révélé lundi le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, après la réunion des ministres des Affaires étrangères. « Je ne peux pas vous dire d'où viennent ces informations, mais c'est le déploiement le plus massif auquel on n'ait jamais assisté à la frontière ukrainienne, c'est préoccupant. On n'est jamais à l'abri d'une étincelle ».

Plusieurs pays européens, Lituanie et Pologne en tête, ont réclamé durant la réunion de nouvelles sanctions contre la Russie. « Nous devons envoyer un message très clair et uni », a déclaré le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis.

Mais les Vingt-Sept sont désunis sur la question. Pour d'autres États, dont l'Allemagne, préoccupée par le gazoduc Nord Stream 2, et l'Italie, traditionnellement proche de Moscou, il convient d'attendre. « On ne s'achemine pas vers de nouvelles sanctions, mais cela peut changer»,  a dit Josep Borrell.

 La semaine dernière, les services américains faisaient état de 80.000 militaires russes mobilisés aux portes de l'Ukraine. Aujourd'hui, ils seraient près du double. Le nombre de soldats déployés à la frontière ukrainienne a atteint 150.000, selon les données les plus récentes.

Les ministres des Affaires étrangères ont aussi évoqué l'expulsion de 18 diplomates russes par la Tchéquie, une décision suivie du renvoi de 20 diplomates tchèques par la Russie. « Il y a des liens évidents entre ces diplomates russes et les services secrets », a dit Borrell. Mais l'UE ne répliquera pas. « Il n'y aura pas d'expulsion en masse de diplomates russes », a-t-il ajouté.

En temporisant ainsi, Bruxelles se distingue de Washington, qui vient de prendre de nouvelles sanctions à l'encontre de responsables et entités russes.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2021 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-