UNESCO : La Grande Barrière de corail est en danger à cause des bouleversements climatiques

UNESCO : La Grande Barrière de corail est en danger à cause des bouleversements climatiques

Ukrinform
L’Unesco a publié, ce lundi, un rapport préliminaire recommandant de rétrograder le statut de la Grande Barrière de corail, inscrite au patrimoine mondial depuis 1981, à cause de sa détérioration, pour beaucoup due à la récurrence des épisodes de blanchissement des coraux, une conséquence des bouleversements climatiques.

Un manque de volonté selon les organisations de défense de l’environnement L’Australie contestera le projet de l’Unesco d’inscrire la Grande Barrière de corail sur la liste des sites « en danger » du patrimoine mondial en raison de sa dégradation provoquée par le changement climatique, a annoncé le gouvernement ce mardi, rapporte le Parisien.

L'Australie s’organisera pour contester ce projet qu’elle considère comme une « volte-face » après « de précédentes assurances de responsables de l’ONU », a affirmé Susan Ley, la ministre de l’Environnement australienne,  dans un communiqué, à un mois de la prochaine session du comité du patrimoine mondial de l’Unesco, prévue en juillet depuis la Chine. Selon elle, la décision de l’Unesco ne tient pas compte des milliards de dollars dépensés pour tenter de protéger la Barrière, située au nord-est de l’Australie. Elle « envoie un mauvais signal à des pays qui ne réalisent pas les investissements que nous faisons dans la protection des récifs coralliens », a argué la ministre.

Le rapport préliminaire souligne cependant les efforts de l’Australie pour améliorer la qualité des récifs, notamment sur un plan financier. Mais il regrette « que les perspectives à long terme pour l’écosystème (de la Barrière) se soient encore détériorées, passant de médiocres à très médiocres », faisant notamment référence à deux épisodes de blanchissement en 2016 et 2017. Susan Ley a affirmé avoir eu un entretien dans la nuit de lundi à mardi avec la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, pour lui faire part de « notre forte déception ».

L’inscription sur la liste des sites en danger n’est pas considérée comme une sanction par l’Unesco. Certains pays y voient même un moyen de sensibiliser la communauté internationale et de contribuer à la sauvegarde de leur patrimoine.

L’Australie n’a pas fixé d’objectif de neutralité carbone d’ici 2050. Le Premier ministre conservateur Scott Morrison avait affirmé que le pays espérait l’atteindre « dès que possible », sans mettre en péril les emplois et les entreprises. L’Australie est un des plus importants importateurs au monde de charbon et de gaz naturel.

Pour l’organisation de défense de l’environnement Climate Council, la recommandation de l’Unesco couvre « de honte le gouvernement fédéral, qui reste passif devant le déclin du récif corallien au lieu de le protéger ». Elle « montre clairement et sans équivoque que le gouvernement australien ne fait pas assez pour protéger notre plus grand atout naturel, en particulier contre le changement climatique », a commenté de son côté le responsable des océans pour le WWF, Richard Leck.

Outre sa valeur inestimable d’un point de vue naturel ou scientifique, on estime que l’ensemble corallien qui s’étend sur 2.300 kilomètres de long, génère 4,8 milliards de dollars américains de revenus pour le secteur touristique australien. En décembre, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) avait affirmé que le changement climatique constituait la plus grande menace pour les merveilles de la nature et la Grande Barrière avait rejoint la liste des sites classés « critiques ».

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2021 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-