Un Zoo Humanitaire ou le sauvetage des animaux sauvages en Galicie

Un Zoo Humanitaire ou le sauvetage des animaux sauvages en Galicie

338
Ukrinform
Les forestiers du Parc Naturel National de Galicie (dans la région d'Ivano-Frankivsk) se sont de tous temps occupés d'apporter des soins aux oiseaux et aux animaux blessés ou malades qu'ils trouvaient dans les bois. Une fois, les animaux rétablis, ils sont relâchés dans la nature. L'idée est alors venue de créer le premier centre de réhabilitation de la faune en Ukraine, projet finalement achevé en 2007.

« Le centre de réhabilitation que nous avons mis en place prévoit à la fois un travail éducatif et scientifique. Nous avons également cherché à promouvoir les bons comportements et attitudes à adopter envers oiseaux et animaux. Nous avons commencé avec un peu de moyens mais en 10 ans nous avons réussi à créer de belles cages pour les oiseaux de proie et les artiodactyles, afin de les soigner et les entretenir», explique le directeur du Parc Naturel National de Galicie, Oleg Hayduk.

Plus d'une centaine d'espèces animales vivent actuellement sur le territoire du Parc, d'une superficie d'environ 3 hectares de forêt. Les organisations environnementales, les établissements commerciaux, les usines de transformation alimentaire et les fermes avicoles ainsi que des personnes bénévoles pourvoient aux besoins alimentaires des animaux. Cependant, si le centre de réhabilitation de la faune de Galicie est également perçu comme un sanctuaire pour la vie sauvage, il n'est en aucun cas un zoo.

« Quand une personne entre dans un zoo, elle ressent de la tristesse pour l'animal qui est maintenu dans une cage fermée et se pose la question de savoir pourquoi celui-ci n'est pas en liberté s'il est en bonne santé ? En réalité, les zoos ont été créés au seul bénéfice de l'homme. Nous nous sommes donc fixés une mission plus écologique et avons voulu radicalement changer cette philosophie. Après tout, beaucoup de nos pensionnaires sont ensuite relâchés dans la nature et presque tous les oiseaux et les animaux infirmes qui nous sont confiés viennent de la vie sauvage», précise Volodymyr Boutchko.

Le concept du développement du Centre de réadaptation est de permettre aux gens d'observer tous les animaux à distance: à l'aide de jumelles ou de caméras. Des ours, notamment, peuvent être aperçus au moyen d'une webcam.

Ces aménagements ont été rendu possibles grâce à l'aide de partenaires allemands du Centre et de l'organisation Eco-Halych. Ici, en Galice, on est convaincu qu'il n'est pas nécessaire de déranger les animaux malades : ils ont le droit à leur propre espace, et les amis des bêtes peuvent ainsi voir à quoi ressemble leur environnement naturel.

Iryna Drouzhouk, Ivano-Frankivsk

Photos de l’auteur

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-
*/ ?>