La Révolution de la dignité: 21 février 2014 (photos, vidéo)

La Révolution de la dignité: 21 février 2014 (photos, vidéo)

Ukrinform
Ce jour-là, il y a 5 ans, pendant la Révolution de la Dignité, la Verkhovna Rada avait restitué la Constitution de 2004, libéré tous les activistes du Maidan de la persécution et adopté une loi autorisant la libération de Ioulia Tymochenko.

La nuit du 20 au 21 février 2014, les négociations en vue de résoudre la crise ont commencé entre Viktor Ianoukovitch et les chefs de l'opposition dans l'administration présidentielle. Des représentants de l'Union européenne et de la Russie étaient également présents. Les négociations se sont poursuivies pendant plus de 9 heures. Au cours de la journée, il a été rapporté que Ianoukovitch et les chefs de l’opposition avaient signé un accord pour résoudre la crise dans le pays, qu’Arseni Iatseniouk a qualifié de « capitulation ». Les ministres des Affaires étrangères de l'Allemagne, de la Pologne et de la France ont signé cet accord.

Le même jour, le Parlement a approuvé à une majorité absolue (386) la loi «sur le renouvellement de certaines dispositions de la Constitution de l'Ukraine en 2004». À la suite de cette décision, les députés  ont limogé le ministre de l'Intérieur, Vitaly Zakhartchenko, et libéré tous les militants de l'Euromaidan. Parallèlement, la Rada a transposé dans sa législation nationale les dispositions de l’article 19 de la Convention des Nations Unies contre la corruption, selon lesquelles l’article qui relate la condamnation de Ioulia Tymochenko était décriminalisé. Elle a été libérée le lendemain.

Dans la soirée, les Ukrainiens se sont réunis sur le Maidan pour dire au revoir aux manifestants morts en leur donnant le nom de : « Centurie céleste ». 

Dans la nuit du 21 au 22 février, Viktor Ianoukovitch et son entourage le plus proche ont quitté le pays. Tout d'abord, il a quitté Kyiv et s'est rendu à Kharkiv où, avec le soutien de la Russie, il a tenté d'organiser un congrès afin de séparer les régions de l’Est de l'Ukraine. Cependant, ce plan a été défait. Ianoukovitch et la plupart des membres de son gouvernement ont fui en Russie.

Le matin du 22 février, des milliers d’activistes, de journalistes et de volontaires sont arrivés à Mejyhiria pour vérifier les informations concernant le vol de Ianoukovitch. Il n'y avait personne dans la résidence. Des tas de documents flottaient dans le Dniepr et, sur les enregistrements des caméras de surveillance, il était évident que la nuit, plusieurs camions contenant des objets précieux ont quitté la résidence présidentielle.

Lire aussi : Aujourd’hui, l’Ukraine commémore le 5e anniversaire du massacre sur le Maidan

EH

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-