Batman dans le creux de la main

Batman dans le creux de la main

Ukrinform
C’est dans la région de Kharkiv ou se trouve l’unique centre de réhabilitation des chauves-souris en Ukraine et en Europe de l’Est.

Depuis 2013, ce centre est basé sur le territoire de l’éco parc Feldman. C’est le lieu où des volontaires et des personnes concernées apportent des chauves-souris qui sont  incapables de survivre seules en raison de maladies ou de blessures.

La cofondatrice du Centre, candidat des sciences biologiques, Alyona Pyilutska, nous a proposé une visite guidée du centre de réadaptation.

Sur le chemin du Centre, je lui avoue que la seule image qui évoque pour moi une chauve-souris est Batman, un personnage populaire de bandes dessinées, de dessins animés et d’émissions de télévision. Et quel est ce minuscule prototype du légendaire Batman : une chauve-souris ordinaire, des informations que nous puisons à partir de légendes plutôt que d'encyclopédies?

- En effet, la chauve-souris est un minuscule mammifère de la famille des chiroptères et, en ce sens, elle ne peut être comparée au puissant Batman. Les chauves-souris ont bien des qualités, par exemple elles régulent le nombre d'insectes dans l'écosystème de la planète. En un seul été, une colonie de seulement 30 individus mange environ 100 kg d'insectes nuisibles. En outre, les excréments de chauves-souris, meilleurs que tout autre engrais, enrichissent le sol en phosphore et en azote et, par conséquent, augmentent le rendement des cultures agricoles. Ainsi, du point de vue de la science, le rôle des chauves-souris est beaucoup plus important que celui de Batman, ne serait-ce que parce qu'elles sont de réelles héroïnes et non des créations.

- Mais si Batman est en quelque sorte simple et ouvert, alors les chauves-souris sont un mystère complet.  Leur image pour l'homme moyen est enveloppée de mystère et beaucoup considèrent les chauves-souris comme des monstres, des chimères, avec lesquelles toutes sortes de problèmes sont liés ...

- C'est par ignorance. La chauve-souris est un mammifère nocturne et, pendant la journée, elle dort à l'abri et est donc difficile à observer. Contrairement aux autres mammifères, les chauves-souris dorment à l’envers, s’accrochant au support par les griffes de leurs pattes postérieures. Leurs membres supérieurs ont été modifiés en ailes, mais vous pouvez voir le pouce et quatre autres doigts très longs,  reliés par une membrane de cuir. Il est à noter que la trajectoire de chaque aile a la forme d’un 8, phénomène naturel chez les chauves-souris.

En ce qui concerne l'apparence, il est peu probable qu'une personne peu habituée puisse prendre une chauve-souris dans ses mains: l'expression douloureusement inquiétante d'un minuscule visage dont la moitié est occupée par la bouche et  constellée de deux rangées de dents acérées, impressionne. Mais il ne s’agit pas d’une agression, mais d’une mesure de sécurité préventive. La chauve-souris n'attaque jamais une personne et ne demande, avec toute son apparence, qu'une seule chose: laissez-moi tranquille, laissez-moi vivre les 15-30 ans que la nature m’a donné et renaitre pour la postérité.

- Où s'installent-elles habituellement?

- On les trouve dans notre espace naturel - dans des grottes, des creux d'arbres, dans des greniers de maisons et même derrière des cadres de fenêtres. Là-bas, elles se protègent de la chaleur estivale et passent l'hiver là-bas.

- Où les animaux de votre centre de réadaptation passent-ils l'hiver? Vous n'avez pas de cavernes pour les abriter?

- Vous allez être étonnés : dans les réfrigérateurs. Des réfrigérateurs ordinaires, de cuisine. Avant l'ouverture du centre de rééducation, j'avais sauvé chez moi jusqu'à 200 chauves-souris dans le réfrigérateur, dans des sacs en lin, et je les laissais partir au printemps.

Les stagiaires nous apportent une cage en fil de fer où des boules de laine vivantes, aux ailes repliées, bougent et couinent. Elles nous regardent, effrayées. Sous leur peau mince recouverte de duvet, on voit leur cœur battre comme s’il nous suppliait : ne nous touchez pas, laissez-nous partir….. 

Dans la véranda,  nous pouvons participer au repas des touffes vivantes. Pour commencer, nous mettons des gants car les griffes des chauves-souris sont tranchantes! Ensuite, en suivant l’exemple d’Alyona, à l’aide de pincettes,  nous attraperons des insectes dans une soucoupe  et les mettons dans la bouche affamée ouverte. Un moment - et il n'y a plus d’insectes…

- Ceci est une cellule, et où sont les autres animaux, et combien d'entre eux sont actuellement en rééducation?

- Maintenant, en période d’été, il y a une cinquantaine d’animaux, y compris des bébés. Il y a assez de cellules. Mais la volière la plus importante est en forme de bretzel d'une longueur de 20 mètres, recouverte d'une grille. C’est ici, et non dans une cage exiguë comme avant, que les animaux en convalescence vivent. Ils peuvent voler librement, communiquer entre eux, retrouver des fonctions vitales. En même temps, nous veillons sur eux. En été, il n'y a pas beaucoup d'animaux ici, par contre, en hiver, il peut y en avoir plusieurs milliers. Nous avons créé des conditions pour leur habitat, pour l'alimentation, le traitement et la chirurgie. Récemment, par exemple, une chauve-souris a été opérée. Un chat lui avait cassé une aile et une amputation a été nécessaire. Dans la nature, une telle chauve-souris ne peut pas survivre, car les chauves-souris à la recherche de nourriture doivent voler et parcourir environ 100 km et, au moment de la migration d'automne,  jusqu'à 2 000 km. Donc, elle restera vivre chez nous et nous donnera peut-être des bébés.

. Habituellement, les femelles donnent naissance à un ou deux petits par an et ces chiroptères sont très vulnérables. Au total, on dénombre 26 espèces de chauves-souris en Ukraine, et 14 d’entre elles - d’un groupe géant, pesant 45 g, à un minuscule pygmée chauve-souris, pesant 5 g - vivent dans la région de Kharkiv. Toutes les chauves-souris sont répertoriées dans le Livre rouge de l'Ukraine. À titre de comparaison: aux États-Unis, il existe plus de 100 espèces de chauves-souris, qui sont également toutes protégées par la loi. Au total, il existe 1300 espèces de chauves-souris dans le monde.

- Les chauves-souris vivent par paires comme des cygnes?

- Non, ce sont des créatures polygames, mais le soin apporté à leur progéniture leur est inhérent, à l'instar de tous les mammifères. Les chauves-souris donnent naissance à des bébés en juin et pendant plusieurs jours, la mère porte l'enfant sur elle et le nourrit de lait. Si, pour certaines raisons, les jeunes se retrouvent sans mère (les chauves-souris ont leurs ennemis - hiboux, faucons, chiens, chats, parfois des êtres humains), une autre femelle nourrira l'orphelin avec son lait. Déjà après trois semaines d'allaitement, des insectes apparaissent au menu des jeunes.

- Et quelles sont ces « maisons » dans les arbres autour de votre centre?

- Ce sont des refuges alternatifs pour les chauves-souris vivant à l'état sauvage, à côté du centre. Elles sont en bonne santé et n'ont pas besoin de notre aide. En même temps, nous nous occupons de créer des abris supplémentaires pour elles. Si nécessaire, à travers le forage, ces chauves-souris peuvent pénétrer dans un « nichoir », construit, comme vous le voyez, non pas à partir de planches éphémères, mais en béton. De telles maisons dans les arbres environnants sont suspendues par des jeunes et des étudiants. Les « maisons »trouvent rapidement les habitants, donc,  elles sont nécessaires.

- Cages, « maisons » ... Quels fonds vous aident à vivre?

- Le centre existe grâce au soutien de la Fondation du député Olexandre Feldman et de l’ « Écoparc Feldman ».

Les dépenses les plus importantes sont liées à l'acquisition de nourriture dans les animaleries, de toutes sortes de larves de coléoptères aux cafards;  pour l'hiver, nous avons besoin de plus de 80 kg d'insectes. En hiver, nous nourrissons ces animaux épuisés et incapables de vivre seuls au printemps. Nous les nourrissons une fois par jour, manuellement, en utilisant des pincettes. Nous achetons des médicaments pour le traitement des animaux blessés et des vitamines - le plus souvent chez des spécialistes, des vétérinaires, mais également chez des particuliers. Les chauves-souris sont malades, comme tous les êtres vivants: leurs articulations deviennent enflammées et gonflées, les membranes entre les doigts des ailes se dessèchent, ce qui les empêche de voler, donc, de se trouver de la nourriture. Parfois, nous amenons des animaux souillés de mazout dans la cage d'ascenseur. Ils doivent être lavés avec du shampooing en plusieurs étapes, puis ils doivent prendre des médicaments à long terme pour le traitement de leur intoxication. En passant, les chauves-souris disposent d'une puissante immunité antivirale qui les aide à vaincre les maladies virales: la chauve-souris peut devenir un vecteur du virus, mais ne tombe pas malade. Des scientifiques de différents pays étudient déjà ce mécanisme de protection immunitaire au niveau de l'ADN, en "l'essayant" sur l'homme…

- Comment les scientifiques interviennent-ils au centre de réadaptation des chauves-souris?

- Nous ne sommes pas seulement des défenseurs des animaux, nous sommes des biologistes et notre tâche, je le répète, est d'observer, d'analyser et de conclure. Les résultats enregistrés des observations et des conclusions sont publiés dans des revues scientifiques étrangères qui traitent de la biologie et de l'écologie. Nous menons des études (acoustiques, physiologiques) avec des collègues polonais, allemands et tchèques. Notre expérience est précieuse, nous sommes formés par des experts sur les chauves-souris, d'autres villes et autres pays. Nous imprimons dans des revues spécialisées ukrainiennes et étrangères, nous avons notre site Web (bat-kharkov.in.ua) sur Internet - entrez, apprenez beaucoup de choses intéressantes!

En plus de la réhabilitation, nous menons également des travaux scientifiques dans la nature, observons comment les chauves-souris vivent dans leur environnement naturel. Avec des jeunes et des étudiants, nous participons à des expéditions sur le terrain dans les forêts protégées de Gomolchansk, dans la région de Kharkiv, où nous surveillons les chauves-souris depuis près de 10 ans. Malheureusement, les forêts sont abattues et il est de plus en plus difficile pour les chauves-souris de trouver des creux pour leur habitat.

Nous étudions également les caractéristiques acoustiques des chauves-souris. L'écholocalisation est aussi leur phénomène. Les chauves-souris ne voient pas bien, mais peu importe le temps passé dans une colonie, elles ne tombent jamais les unes sur les autres ou sur des obstacles en vol. Autre chose: les chauves-souris communiquent entre elles par ultrasons, c'est-à-dire à haute fréquence.

- Quel est le résultat général de votre travail pour sauver les chauves-souris aujourd'hui?

- Pendant sept ans, le personnel et les bénévoles du centre ont secouru 12 000 chauves-souris, découvertes par des défenseurs des animaux et des personnes bienveillantes, chez elles et dans les rues en hiver. Les spécialistes du Centre mènent également des activités d’éducation à l’environnement dans les écoles et les universités, organisent des expositions photographiques thématiques et des conférences scientifiques. Nous recevons des invités étrangers et participons nous-mêmes à des colloques internationaux.

- Et les futurs projets?

- Nous améliorerons les conditions de maintenance et de réhabilitation des chauves-souris au niveau de notre collisionneur. Nous continuons les observations scientifiques des chauves-souris en captivité. Nous allons mettre en œuvre des projets liés à l'étude et à la protection de la nature des chauves-souris. Nous espérons faire de nouvelles découvertes: les chauves-souris ont leurs secrets.

… Nous aimerions continuer notre conversation avec Alyona Prylutska, mais nous avons dû l’interrompre: une chauve-souris, blessée à l'aile, vient d'être livrée au Centre et le vétérinaire avait déjà mis sa blouse blanche et ses gants pour inspecter les blessures.

En passant, au total, plus de 2 000 animaux des 300 espèces sont recueilles à l’ « Ecoparc Feldman ». Le Centre de sauvetage des animaux  « Bonne maison » fonctionne également sur le territoire du parc. Ses employés et ses bénévoles ont trouvé de nouveaux propriétaires pour 18 000 animaux de compagnie et sauvé plus de 4 000 animaux sauvages.

Svitlana Ligostaeva, Kharkiv

Photo de Vyatcheslav Madievsky

eh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-