Vérificateurs des faits : détectives du journalisme

Vérificateurs des faits : détectives du journalisme

Ukrinform
Exposer les manipulations et les contrefaçons n'est pas moins important aujourd'hui que d'enquêter sur les crimes

Au cours des deux dernières semaines, Ukrinform et la principale agence de presse allemande DPA ont organisé une série de webinaires sur la détection des fausses informations dans les réseaux sociaux et les médias pour les journalistes et les rédacteurs en chef des médias ukrainiens. L'un des orateurs de la formation, le vérificateur de faits de DPA Stefan Voss compare le processus de vérification du contenu - textes, photos, vidéos - avec le travail d'un détective: il faut identifier tous les détails suspects, mener leur enquête en utilisant à la fois la logique conventionnelle et des outils techniques, et collecter des preuves qui permettent tirer une conclusion sans équivoque sur la véracité d'un contenu particulier.

Le but des webinaires était de discuter avec des représentants des médias ukrainiens des règles de base de la recherche numérique, en particulier de la vérification des documents sur Internet et d'un ensemble d'outils qui peuvent être rapidement appliqués dans le travail quotidien. Dans le même temps, les formations ont donné aux participants l'occasion de se faire une idée de la façon dont les choses se passent avec la vérification des faits dans le monde, pourquoi la demande de vérification ne fera qu'augmenter, et dans la rédaction de chaque média, il est souhaitable d'avoir au moins un employé qui serait chargé de vérifier le contenu des nouvelles. ...

Les compétences de vérification des faits peuvent être attribuées à celles qui sont plus précisément nécessaires pour le travail des médias. Dans le même temps, comprendre les bases de la vérification sera utile à tous ceux qui, pour des raisons professionnelles ou des préférences personnelles, utilisent souvent les informations des réseaux sociaux, qui ont un impact croissant sur la vie réelle de leurs utilisateurs. Ce n'est pas pour rien que des films sur ce sujet sont de plus en plus tournés aux États-Unis - il y a environ un mois, le « Social Dilemma » de Netflix a été créé, avant la sortie du documentaire de HBO « Après la vérité: la désinformation et le prix des fausses nouvelles ».

LES FAUSSES INFORMATIONS VARIENT D’UN PAYS À L’AUTRE

La pandémie de coronavirus a montré que de la consommation de fausses nouvelles peut être nuisible à la santé et, dans certains cas, la vie de personnes qui dépendent de conseils de traitement non vérifiés ou qui sont dirigées par des théories du complot affirmant que COVID-19 n'existe pas. Le coronavirus est devenu l'un des sujets les plus populaires pour la diffusion d'informations fausses et manipulatrices via les réseaux sociaux dans tous les pays du monde. Auparavant, les principales fausses informations dans différents pays avaient principalement leurs propres caractéristiques locales. En Ukraine, selon les observations de l'expert de StopFake Artyom Laptiev, il y avait le plus de contrefaçons d'origine russe sur les thèmes de la Crimée illégalement annexée et du Donbass occupé, sur l'Ukraine en tant que non-État. Et en Allemagne, selon le vérificateur des faits de la DPA Stefan Voss, les manipulations ont été le plus souvent révélées en matière de migration, de criminalité et d'écologie.

L'objectif principal des vérificateurs de faits est le contenu qui est distribué via les réseaux sociaux. L'ensemble des réseaux sociaux populaires peut différer selon les pays, ainsi que changer au fil du temps, avec l'avènement de nouvelles plateformes ou, comme dans le cas de l'Ukraine, une interdiction des réseaux sociaux russes.

Un vérificateur expérimenté sera en mesure de reconnaitre la manipulation de contenu dans un autre pays, mais il lui faudra beaucoup plus de temps pour comprendre les détails et le contexte général. Par conséquent, un vérificateur de faits local dans la plupart des cas s'acquittera de la tâche plus rapidement et mieux qu'un étranger.

TYPES DE TÂCHES DE VÉRIFICATION DES FAITS

Les tâches que le vérificateur de faits résout peuvent être divisées en celles pour lesquelles il suffit d'être prudent et d'appliquer une pensée logique (analyse des détails et de tout ce qui peut donner lieu à des soupçons); celles qui nécessitent l'utilisation d'outils spéciaux (recherche d'images inversées, archives Internet, etc.); celles qui nécessitent des enquêtes sur le contenu en question ou la consultation d'experts indépendants (généralement des universitaires dans un domaine spécifique).

Le temps nécessaire pour tirer des conclusions dépend également du type de problème. D'après l'expérience de l'unité de vérification des faits du DPA, en moyenne un employé peut préparer une vérification des faits par jour. De plus, les documents de ce genre sont lus beaucoup plus attentivement que les informations ordinaires. Cependant, lorsqu'il s'agit de vérifier des informations, pour lesquelles il faut adresser une ou plusieurs demandes à une institution ou à un politicien en particulier, faire intervenir des experts scientifiques ou des spécialistes techniques, la préparation d'une vérification des faits peut prendre des jours. Selon la pratique internationale, les services secrets de certains États ou les hackers expérimentés sont souvent à l'origine des contrefaçons les plus difficiles à détecter.

Aujourd'hui, la plupart des manipulations et des contrefaçons sont assez faciles à exposer avec des compétences et des outils de base. Mais leur nombre continue d'augmenter avec l'émergence de nouveaux réseaux sociaux et la croissance des utilisateurs de contenus sur les réseaux sociaux.

COMMENT CHOISIR LES FAUSSES INFORMATIONS À EXCLUSION ET TYPE DE RÉACTION

La priorité dans la sélection des contenus suspects à analyser est donnée par les vérificateurs de faits aux matériels importants pour la société et largement diffusés sur les réseaux sociaux. Cependant, parfois, les créateurs de faux prennent ce qu'on appelle non pas la qualité, mais la quantité. En particulier, comme l'a noté le représentant de StopFake Artyom Laptiev, dans la propagande russe de nouveaux récits, peu de choses sont créées, de plus en plus répétées d'anciennes et déjà analysées.

L'une des premières étapes de la vérification des informations textuelles consiste à déterminer si le contenu vérifié est une déclaration factuelle ou l'opinion personnelle de quelqu'un, souligne Stefan Voss. Les vérificateurs de faits ne travaillent pas avec les opinions.

Selon lui, le signe le plus caractéristique de l'information manipulatrice sur les réseaux sociaux est qu'elle rend les lecteurs anxieux ou en colère.

L'une des principales règles du DPA lors de la préparation d'une vérification des faits est de ne pas répéter une fausse déclaration dans le titre.

Une vérification des faits traditionnelle est une analyse concise (courte) des détails essentiels. Par conséquent, comme le notent les experts Stefan Foss et Artyom Laptiev, dans un certain nombre de cas, un article analytique ou journalistique est plus adapté pour répondre à la diffusion généralisée de fausses informations.

QUI EST UN VÉRIFICATEUR DE FAITS ET QUELS SONT LES PRINCIPAUX PRINCIPES DE VÉRIFICATION

En bref, un vérificateur de faits est quelqu'un qui non seulement connaît les méthodes et les outils, mais qui effectue également une vérification sur une base régulière et adhère au principe d'impartialité.

Les normes dans ce domaine sont fixées par le Réseau international de vérification des faits (IFCN), créé au Pointer Institute (USA) en 2015. Aujourd'hui, il réunit environ 100 organisations de plus de 50 pays du monde. L'une des principales conditions pour les participants est que leurs activités éditoriales ne doivent pas être sous le contrôle et l'influence de l'État ou de la politique. L'IFCN a adopté un code de 5 principes (engagement d'impartialité et d'équité, normes et transparence des sources, financement et organisation ouverts, méthodologie ouverte et politique de correction équitable). Lorsqu'ils rejoignent le réseau international de vérification des faits, les candidats sont évalués selon 31 critères de conformité aux principes.

C'est parmi les participants à l'IFCN que des plateformes telles que Facebook et Google recherchent des partenaires de vérification. En outre, la participation au réseau sert de base fiable pour la coopération bilatérale et multilatérale d'organisations de différents pays.

Le plus grand nombre d'organisations de vérification des faits (de 5 à plus de 10) travaillent en Inde, aux États-Unis, en France et en Grande-Bretagne. Un certain nombre des plus grandes agences de presse du monde - AP et Reuters (USA), AFP (France), EFE (Espagne) et DPA (Allemagne) - sont représentées par leurs vérificateurs des faits.

Malgré les développements efficaces déjà existants des organisations internationales et nationales de vérification des faits, de nombreux médias (et c'est un exemple de l'Ukraine et de l'Allemagne) n'embauchent pas de vérificateurs des faits. Et le développement des compétences de base en matière de vérification des faits pour tous les journalistes et rédacteurs en chef ne résout pas complètement le problème, car, en raison de leurs principales responsabilités, ils n'ont pas toujours le temps pour des tâches complexes de reconnaître les contrefaçons. Idéalement, pour les petites éditions, il est nécessaire d'avoir au moins un vérificateur de faits parmi le personnel, et pour les grands médias - une équipe de vérification. C'est pourquoi, après les webinaires de base, des représentants d'Ukrinform et DPA  discutent de la possibilité d'organiser un atelier pour les journalistes ukrainiens qui souhaitent devenir des vérificateurs de faits.

Natalia Kostina, Ukrinform


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2020 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-