ONU : Les catastrophes naturelles feront environ 150 millions de victimes par an d’ici 2030

ONU : Les catastrophes naturelles feront environ 150 millions de victimes par an d’ici 2030

Ukrinform
D’ici à 2030, les catastrophes liées aux dérèglements climatiques feront de plus en plus de victimes dans le monde, a souligné mardi un rapport de l’ONU réalisé sous la houlette de l’Organisation mondiale de la météorologie (OMM).

Le document, publié sur le site de l’Organisation des Nations Unies, demande à la communauté internationale de « passer des alertes précoces à des actions rapides ».

Les catastrophes naturelles feront environ 150 millions de victimes par an d’ici 2030, selon les estimations de l’ONU. Soit une augmentation d’environ 50% par rapport à la situation en 2018, où environ 108 millions de personnes victimes de tempêtes, inondations, sécheresses ou incendies, ont été forcées de recourir à l’aide humanitaire internationale. D’ici 2030, les coûts de ces catastrophes devraient atteindre 20 milliards de dollars par an, affirment 16 agences internationales et institutions financières.

Le changement climatique a augmenté les situations météorologiques et ces catastrophes, aussi bien en nombre qu’en violence, insistent-elles. « Les mesures préventives peuvent protéger des millions de moyens de subsistance des conflits et des catastrophes naturelles », a alerté Qu Dongyu, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Pourtant si au cours des 50 dernières années, le nombre moyen de décès enregistrés pour chaque catastrophe a diminué d’un tiers, le nombre de catastrophes lui a été multiplié par cinq et les pertes économiques par sept. Ainsi depuis 1970, plus de 11.000 catastrophes ont été attribuées aux aléas météorologiques, climatologiques et hydrologiques. Elles ont fait 2 millions de morts et occasionné 3.600 milliards de dollars de pertes économiques.

 « Alors que la Covid-19 a généré dans le monde une grande crise sanitaire et économiqu, dont il faudra des années pour se remettre, il est crucial de se rappeler que le changement climatique continuera de représenter une menace permanente et croissante pour les vies humaines, les écosystèmes, les économies et les sociétés pendant les siècles à venir », a déclaré le Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), Petteri Taalas.

Et sous l’effet du changement climatique, les phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes ont augmenté en fréquence, en intensité et en gravité, et ont durement touché les communautés vulnérables.

Pourtant, une personne sur trois n’est toujours pas couverte « de manière adéquate par les systèmes d’alerte précoce », met en garde ce document.  « La période de reprise qui suit la pandémie de Covid-19 nous donne l’occasion d’emprunter une voie plus durable qui nous mène à la résilience et à l’adaptation dans le contexte du changement climatique d’origine anthropique », a ajouté M. Taalas dans l’avant-propos du rapport.

Pour ce rapport 2020 sur la situation des services climatologiques, l’urgence est désormais de « passer à des prévisions axées sur les impacts - qui ne renseignent plus sur ce que sera le temps mais sur ce qu’il fera - de façon que les individus et les entreprises puissent agir rapidement en fonction des alertes émises ».

A ce sujet, il contient 16 études de cas différentes sur des systèmes d’alerte précoce efficaces pour des dangers tels que les cyclones tropicaux et les ouragans, les inondations, la sécheresse, les vagues de chaleur, les feux de forêt, les tempêtes de sable, les invasions de criquets pèlerins, les hivers rigoureux et les débordements de lacs glaciaires. De plus, ce rapport est consacré aux moyens pratiques de rendre les systèmes d’alerte avancée plus efficaces et donc de sauver des vies et d’économiser de l’argent.

« Les systèmes d’alerte précoce sont indispensables pour prévenir efficacement les catastrophes et s’adapter au changement climatique. Être préparé et capable de réagir au bon moment, au bon endroit, peut sauver de nombreuses vies et protéger les moyens de subsistance des populations partout dans le monde », a insisté M. Taalas.

Sans surprise, les pays en développement et le continent africain en particulier, sont les plus mal lotis, même s’ils sont persuadés que les systèmes d’alerte précoce doivent être « une priorité absolue ». En Afrique, alors que « les connaissances des risques et la prévision de ceux-ci sont bonnes, seules 44 personnes sur 100 ont pourtant accès aux alertes précoces, dans les pays où des données sont disponibles ».

Pour tenter d’éliminer les fragilités, les auteurs recommandent donc d’investir dans ces systèmes d’alerte en particulier en Afrique, de faire en sorte que les investissements permettent de passer des alertes à l’action rapidement, mais aussi de mieux surveiller l’allocation des ressources et l’efficacité des systèmes mis en place.

« Cette année a mis en évidence l’importance de développer, dans les pays en développement, une large résistance tant au changement climatique qu’aux risques sanitaires et économiques », a insisté Mikko Ollikainen, Directeur du Secrétariat du Fonds pour l’adaptation.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2020 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-