Etienne de Poncins, Ambassadeur de France en Ukraine, a visité Tchornobyl

Etienne de Poncins, Ambassadeur de France en Ukraine, a visité Tchornobyl

Ukrinform
L’Ambassadeur de France en Ukraine, Etienne de Poncins s’est rendu le 29 octobre dernier, pour la première fois, sur le site de la centrale nucléaire de Tchernobyl afin de s’entretenir avec les représentants de la zone d’Exclusion et de visiter l’arche construite par le consortium français Novarka (VINCI Construction et Bouygues Construction).

Cette information a été publiée sur le site de l’ambassade de France en Ukraine.

« Chaleureusement accueilli par les représentants de la centrale de Tchernobyl, avec lesquels ont été abordés les sujets de coopération bilatérale et de sûreté nucléaire, et qui ont salué l’excellent travail accompli par les deux sociétés françaises pour ériger cette arche, faite sur mesure pour couvrir le réacteur endommagé et permettre de réaliser les travaux de démantèlement en toute sécurité », peut-on lire dans le communiqué.

L’arche, officiellement inaugurée en juillet 2020 –et dont le fonds correspondant le Chernobyl Shelter Fund, doté d’environ 2 milliards d’euros gérés par la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD), a été clôturé à la mi-octobre 2020, - est le fruit d’une des plus marquantes coopérations internationales mises en œuvre dans le domaine de la sûreté nucléaire dans le monde. L’arche c’est aussi :

Un projet qui a débuté en 1992 et dont la construction qui a duré 8 ans s’est terminée en 2017.

Le plus grand objet mobile au monde : pouvant couvrir l’équivalent du Stade de France ou encore le Colisée de Rome.

Un poids équivalent à trois tours Eiffel et demie (36 000 tonnes, dont 25 000 tonnes d’acier).

Une coopération internationale ayant mobilisé 10 000 hommes et femmes de près de trente nationalités différentes tout au long du projet.

Enfin, la zone de Tchernobyl c’est également ces villages abandonnés au lendemain de l’accident à l’instar de la ville de Prypiat, aussi qualifiée de "Pompéi du nucléaire", qui est restée figée le 27 avril 1986, évacuée de ses 50 000 habitants au lendemain de la catastrophe. Cette visite fut l’occasion de se remémorer qu’avant d’être un accident nucléaire, interrogeant sur les nécessités de mettre en place la sécurité énergétique, et un évènement historique, Tchernobyl fut aussi un drame humain, rappelé sans détours sous la plume de Svetlana Alexandrovna Aleksievitch, prix Nobel de Littérature en 2015, dans son recueil de témoignages « La supplication ».

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2020 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-