ONU : Les discriminations s’aggravent pour plus de 70 % de la population mondiale

ONU : Les discriminations s’aggravent pour plus de 70 % de la population mondiale

Ukrinform
Les inégalités s’aggravent pour plus de 70 % de la population mondiale, ce qui augmente le risque de division et ralentit le développement économique et social. 

Selon l’ONUSIDA, les personnes les plus vulnérables sont celles qui portent le fardeau de la COVID-19. Et même si de nouveaux vaccins contre le coronavirus font leur apparition, leur accès est loin d’être équitable.

Dans le cadre de la Journée zéro discrimination 2021, l’ONUSIDA attire l’attention sur le besoin d’agir sans attendre pour mettre fin aux inégalités liées aux revenus, au sexe, à l’âge, à l’état de santé, au travail, au handicap, à l’orientation sexuelle, à l’usage de drogue, à l’identité sexuelle, à la race, à la classe sociale, à l’ethnicité et à la religion qui continuent d’exister dans le monde.

Qui dit discrimination, dit souvent inégalités, et le contraire est également vrai. Une accumulation de discriminations, structurelles ou sociales, envers des individus ou des groupes peut se traduire par des inégalités sous différentes formes, par exemple au niveau des revenus, des résultats scolaires, de la santé et de l’emploi. Toutefois, les inégalités peuvent elles aussi être à l’origine de stigmatisation et de discrimination. Par conséquent, il est essentiel de s’attaquer à la discrimination lorsque l’on cherche à réduire les inégalités. Il n’est pas rare que des membres de populations clés soient victimes de discrimination, de stigmatisation et, bien souvent, de la criminalisation et deviennent la cible dans l’application des lois. Des recherches ont montré que cette discrimination sociale et structurelle provoque des inégalités graves au niveau de l’accès à la justice et des résultats de santé.

Par conséquent, il est primordial de lutter contre les inégalités et de mettre fin à la discrimination pour en finir avec le sida. L’humanité est en retard pour satisfaire son engagement de mettre un terme au sida à l’horizon 2030. Ce retard n’est pas imputable à un manque de connaissances, de capacités ou de moyens pour vaincre le sida, mais à des inégalités structurelles entravant les solutions de prévention et de traitement du VIH qui ont fait leurs preuves. Par exemple, des recherches actuelles révèlent que les gays et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes sont exposés à un risque d’infection au VIH deux fois plus élevé lorsqu’ils vivent dans un pays qui punit certaines orientations sexuelles que ceux vivant dans un pays ayant une législation favorable. Le Partenariat mondial pour l’élimination de la stigmatisation et de la discrimination liées au VIH a identifié six environnements principaux où la stigmatisation et la discrimination sont pratiquées, et où elles créent ou renforcent les inégalités : le secteur de la santé, celui de l’éducation, le monde du travail, le système judiciaire, les familles et les communautés, ainsi que les situations d’urgence et humanitaires.

Ce n’est pas la première fois que nous nous engageons contre les inégalités : en 2015, tous les pays ont promis de les réduire au niveau national et international dans le cadre des Objectifs de développement durable. Mais la situation a peu changé aujourd’hui. Lutter contre les inégalités est essentiel pour éradiquer le sida, mais aussi pour promouvoir les droits humains des personnes vivant avec le VIH, pour instaurer des sociétés mieux préparées pour vaincre la COVID-19 et d’autres pandémies, mais aussi pour favoriser la reprise et la stabilité économiques. Tenir cette promesse, c’est sauver des millions de vies et améliorer la société dans son entier. Pour cela, nous devons lutter contre la discrimination sous toutes ses formes.

Mais pour que tout le monde puisse vivre dignement, les règles politiques, économiques et sociales doivent protéger les droits de toutes et tous et prêter une oreille aux besoins des communautés défavorisées et marginalisées.

De réelles transformations s'imposent pour mettre fin aux inégalités. Nous devons intensifier nos efforts pour éradiquer l’extrême pauvreté et la faim, mais aussi investir davantage dans la santé, l’éducation et la formation, la protection sociale et des emplois décents.

Les gouvernements doivent promouvoir une croissance sociale et économique inclusive. Ils doivent supprimer les lois, les réglementations et les pratiques discriminantes afin de garantir l’égalité des chances et réduire les inégalités.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2021 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-