Les autorités russes encouragent et commettent le génocide des Ukrainiens

Les autorités russes encouragent et commettent le génocide des Ukrainiens

Ukrinform
L'expertise juridique internationale le souligne : les États qui ont signé la Convention sur le génocide ont le devoir d'empêcher cela !

Plus de trois mois se sont écoulés depuis le début de l'agression russe à grande échelle en Ukraine. L'Ukraine se bat sur tous les fronts - militaire, diplomatique, économique, humanitaire. Et ce que l'ennemi impitoyable, dont très souvent la cruauté et l'insidiosité ne connaissent pas de limites, est en train de faire sur notre terre est difficile à décrire avec des mots ordinaires.

Mais dans ce cas, il existe des définitions juridiques claires et sans ambiguïté. Ce rapport est « Une analyse juridique indépendante de la violation par la Fédération de Russie de la convention sur le génocide en Ukraine et de l'obligation de prévenir », dont Ukrinform vous propose un résumé, compilé par deux institutions bien connues des États-Unis et du Canada. L'équipe de l'auteur comprend des spécialistes bien connus du droit humanitaire, y compris ceux qui ont travaillé dans des tribunaux internationaux sur des crimes de génocide.

Malgré toute sa rigueur scientifique, le langage dans lequel ce travail est présenté est étonnamment clair et transparent. Thèse après thèse, argument après argument - tout s'enchaîne, s'entremêle dans une seule chaîne avec la conclusion malheureuse : la Russie dans cette guerre est responsable du génocide. Cela signifie que tous les États qui ont signé la Convention sur le génocide de 1948 doivent défendre la protection de la population ukrainienne.

Préface

Ce rapport est le premier à aborder l'une des questions les plus controversées et les plus importantes de l'invasion de l'Ukraine par la Russie : cette guerre a-t-elle les caractéristiques d'un génocide ? Alors que les combats se poursuivent, des outils modernes permettent d'étudier la question et d'établir la vérité.

Parce que le mot génocide est si souvent utilisé - et tout aussi souvent contesté - il n'est pas pratique d'autoriser la liberté d'interprétation dans sa définition. Il est absolument nécessaire de prendre en compte les faits récoltés à l'aide de méthodes modernes d'enquête et à l'aide d'une analyse juridique basée sur le droit applicable.

Il s'agit d'un projet de l'Institut New Lines et du Centre Raoul Wallenberg, qui a réuni trois groupes d'experts pour évaluer le sujet. Il s'agit notamment d'une équipe de juristes et d'experts sur le génocide, d'un groupe de chercheurs qui ont traité des informations provenant de sources ouvertes et d'un groupe de linguistes qui ont pu utiliser un large éventail de sources primaires déjà disponibles à la suite de cette guerre - messages interceptés et témoignages.

Le New Lines Institute et le Centre Raoul Wallenberg ont réalisé un travail considérable sur les génocides rohingyas et ouïghours, dont le premier rapport sur le génocide du Xinjiang au sens de la convention sur le génocide de 1948.

Nous avons conclu que la Russie, en tant qu'État, est responsable de la violation de l'article II et de l'article III (c) de la convention sur le génocide, qu'elle est tenue de respecter. Nous avons également conclu qu'il existe sans aucun doute un risque très grave de génocide, ce qui implique l'obligation des États de le prévenir en vertu de l'article I de la Convention sur le génocide.

C'est le premier rapport de ce genre, mais pas le dernier. On espère qu'il y en aura d'autres après lui.

Dr Azim Ibrahim,

Directeur des Initiatives Spéciales

Institut New Lines pour la stratégie et la politique

Washington, États-Unis

Résume

Ce rapport fournit une étude indépendante de la violation par la Russie de la convention sur le génocide lors de l'invasion de l'Ukraine, qui a révélé :

1) motifs suffisants pour conclure que la Russie est responsable (I) d'incitation directe et publique à commettre le génocide et (II) de génocide avec l'intention de détruire une partie du groupe national ukrainien ;

2) l'existence d'un risque grave de génocide en Ukraine, qui conduit à l'obligation légale de tous les États de prévenir le génocide.

I. Groupe protégé.

Le groupe national ukrainien est reconnu aux niveaux national et international, ainsi que par la Russie dans les relations interétatiques officielles. Ainsi, ce groupe est protégé par la convention sur le génocide.

II. Incitation au génocide.

Selon l'article III (c) de la Convention sur le génocide, l'incitation directe et publique à commettre le génocide est un crime distinct, qu'elle conduise ou non au génocide.

III. Incitation au génocide, organisée par la Russie en tant qu'État.

a) Déni de l'existence de l'identité ukrainienne. De hauts responsables russes et des commentateurs des médias d'État ont nié à plusieurs reprises l'existence d'une identité ukrainienne distincte, affirmant que ceux qui s'identifient comme Ukrainiens menacent l'unité russe ou se livrent au nazisme et méritent donc d'être punis. Le déni des groupes protégés est un indicateur spécifique de génocide, selon les critères de l'ONU pour évaluer le risque d'atrocités de masse.

b) Accusations en miroir. Les « accusations en miroir » sont la forme d'incitation la plus puissante et la plus récurrente, lorsqu'un agresseur accuse le groupe cible de planifier les atrocités qu'il a l'intention de commettre, dépeignant le groupe cible comme une menace existentielle et la violence à son encontre comme une légitime défense et une nécessité. Le président Poutine et des responsables russes ont accusé l'Ukraine de génocide ou d'extermination de civils dans les zones contrôlées par les séparatistes russes comme prétexte pour envahir l'Ukraine.

c) « Dénazification » et déshumanisation. Les responsables russes et les médias d'État ont cité à plusieurs reprises la « dénazification » comme l'une des principales cibles de l'invasion et ont décrit avec éloquence les Ukrainiens comme des inhumains (« zombifiés », « bestiaux », « subordonnés »), malades ou infectés (« salauds », « sales », « désordonnés»), ou comme menaces existentielles et incarnations du mal (« Nazisme », « Jeunesse hitlérienne », « Troisième Reich »). Cette rhétorique est utilisée pour dépeindre une partie importante ou la totalité de la génération ukrainienne comme des nazis et des ennemis mortels, ce qui en fait une cible légitime ou nécessaire de destruction.

d) Construire une menace existentielle face aux Ukrainiens. Dans le contexte russe, la campagne d'incitation menée par l'État lie ouvertement l'invasion actuelle à la guerre existentielle de l'Union soviétique contre l'Allemagne nazie - augmentant l'impact de la propagande sur le public russe pour qu'il commette ou approuve des atrocités de masse. Dmitri Medvedev, l'actuel vice-président du Conseil de sécurité de la Russie, a écrit dans son article publié le 5 avril 2022 : « Devenue le Troisième Reich, l'Ukraine subira le même sort qu'elle mérite ! » Ces tâches ne sont pas exécutées instantanément. Et ils ne seront pas seulement décidés sur le champ de bataille. ÉLa veille du Jour de la Victoire, connu comme la fête nationale la plus importante de Russie en l'honneur de la victoire de l'Allemagne nazie, le président Poutine a envoyé un télégramme aux séparatistes russes dans l'est de l'Ukraine indiquant que les Russes se battaient pour « libérer leur patrie de la souillure nazie », jurant que « la victoire seront les nôtres, comme en 1945 ».  L'Église orthodoxe russe a publiquement confirmé le parallèle historique et a salué la lutte de la Russie contre les nazis.

e) Préparer le public russe à la commission ou à l'approbation d'atrocités. Le Kremlin nie les atrocités commises par ses forces et récompense les soldats soupçonnés de massacres en Ukraine, donnant aux soldats la possibilité de commettre et au public russe d'approuver de nouvelles atrocités. Le Kremlin est capable d'inciter directement le public en dirigeant et en intensifiant sa propagande à travers un environnement médiatique contrôlé et une censure militaire sévère. Tous les porte-parole de l'incitation à la propagande sont des politiciens influents, des personnalités religieuses et des membres des médias d'État, dont le président Poutine. Il y a de plus en plus de preuves de l'acceptation nationale de la campagne de propagande de l'État par les soldats russes, qui réagissent en répétant ses messages pendant les atrocités. Les allégations rapportées par les soldats comprennent, entre autres, des menaces de viol « toutes les putes nazies », « la chasse aux nazis », « nous vous libérerons des nazis », « nous sommes ici pour vous nettoyer de la saleté » (après l'exécution publique).

IV. Intentions de génocide.

Ce qui distingue le génocide des autres crimes est « l'intention de détruire (un groupe protégé) en tant que tel, en tout ou en partie ». Cette intention peut être considérée comme un acte de l'État en cas de preuve de l'existence d'un plan général (obtenue à partir de déclarations officielles, de documents ou de politiques), ou peut être déterminée par la nature schématique des atrocités contre le groupe protégé. Les cinq actes de génocide - meurtre, lésions corporelles graves, création délibérée de conditions de vie conçues pour la destruction physique, mesures visant à empêcher les naissances et transfert forcé d'enfants à un autre groupe - peuvent également indiquer des intentions de génocide, pris ensemble.

a) Plan de génocide. Le « plan général » d'extermination d'une partie du groupe national ukrainien peut être démontré par l'incitation au génocide, qui encourage l'invasion actuelle, ou par l'étonnante schématisation et les méthodes d'atrocités qui pointent vers une stratégie militaire.

V. Modèle génocidaire de destruction visant les Ukrainiens.

a) Massacres. Les troupes russes ont rassemblé des civils ukrainiens pour des tirs de masse dans les territoires occupés, en utilisant des méthodes de meurtre typiques : menotté, torturé et tiré à la tête à bout portant. Le massacre bien documenté de Boutcha peut indiquer des tactiques cohérentes utilisées par les troupes russes dans les régions occupées actuellement inaccessibles. Le nombre de charniers dans les zones contrôlées par la Russie augmente rapidement, comme le montrent les enquêteurs et les images satellites, bien que l'étendue complète des meurtres ne soit connue que lorsque l'accès aux zones contrôlées par la Russie sera obtenu.

b) Attaques intentionnelles contre des abris, des voies d'évacuation et des couloirs humanitaires. Les forces russes attaquent systématiquement et délibérément les abris et les voies d'évacuation, qui semblent faire partie d'une stratégie militaire, tuant des civils dans les zones assiégées ou là où se déroulent les hostilités.

c) Bombardement aveugle de zones résidentielles. Les troupes russes utilisent largement des armes de portée essentielle ou des armes à sous-munitions, ciblant des zones densément peuplées dans au moins huit régions d'Ukraine.

d) Sièges militaires russes : création délibérée et systématique de conditions potentiellement mortelles. En bombardant sans cesse les Ukrainiens dans les territoires occupés, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, les troupes russes créent simultanément et délibérément des conditions de vie propices à la destruction physique.

I. Destruction des infrastructures critiques. Dans les villes assiégées, les forces armées russes suivent un schéma tout aussi brutal, frappant d'abord les sources d'eau, d'électricité et de communication, puis ciblant les installations médicales, les greniers et les centres de distribution d'aide humanitaire, indiquant une stratégie militaire et une politique de morts délibérées. . Ces actions coordonnées de l'armée russe, visant à priver les biens civils ukrainiens des nécessités essentielles et à les maintenir dans ces conditions dévastatrices, démontrent que les sièges sont conçus pour la destruction physique. Au 15 avril, 1,4 million de personnes dans l'est de l'Ukraine touchées par le conflit n'avaient pas accès à l'eau potable et 4,6 millions de personnes supplémentaires n'avaient pas un accès adéquat à l'eau.

II. Attaques du système de santé. Au 25 mai, l'Organisation mondiale de la santé avait documenté 248 attaques contre le système de santé ukrainien. Les attaques consécutives et délibérées des troupes russes contre les maternités montrent clairement les intentions du génocide, puisque quatre actes de génocide sur cinq : meurtre ou lésions corporelles graves, détérioration de conditions potentiellement mortelles et prévention de l'accouchement en toute sécurité pour les femmes ukrainiennes.

III. Destruction et saisie de produits de première nécessité, d'aide humanitaire et de céréales. Les troupes russes ont détruit et saisi de vastes réserves de céréales, y compris l'expropriation de centaines de milliers de tonnes vers la Russie, et bloqué ou saisi à plusieurs reprises l'aide humanitaire ou les travailleurs qui devaient évacuer les civils ukrainiens, utilisant ainsi la famine comme moyen de guerre.

IV. D'autres endroits avec des conditions potentiellement mortelles. Les troupes russes retiennent également les Ukrainiens dans d'autres endroits où ils sont privés des produits de première nécessité, ce qui entraîne parfois des décès plus immédiats par suffocation ou famine.

e) Viol et violence sexuelle. L'ampleur des signalements de violences sexuelles et de viols dans les territoires occupés par la Russie montre l'omniprésence et l'action systématique des troupes russes, y compris les viols collectifs, les viols de parents en présence d'enfants, et vice versa, et l'esclavage sexuel. Le viol et la violence sexuelle peuvent être de nombreux actes de génocide, y compris des mesures de contrôle des naissances, et causer des dommages physiques et biologiques à long terme bien étudiés. L'ampleur de la violence sexuelle dans cette guerre ne sera connue qu'avec le temps, même si elle ne sera probablement jamais complètement élucidée.

f) Déplacement forcé d'Ukrainiens. La Russie a signalé le déplacement de plus d'un million de personnes d'Ukraine vers la Russie depuis l'invasion, dont plus de 180 000 enfants. Des réfugiés et des fonctionnaires déclarent avoir été déplacés de force ou menacés de recourir à la force. Selon des responsables ukrainiens, la législation russe est en cours de modification pour accélérer le processus d'adoption des enfants du Donbass, tandis que les enfants ukrainiens envoyés de force en Russie sont contraints de suivre des cours en russe. Le transfert forcé d'enfants ukrainiens vers la Russie est un acte de génocide au sens de l'article II (e) de la convention sur le génocide.

VI. Intention de détruire en partie le groupe national ukrainien.

L'intention de détruire le groupe « en partie » n'est pas seulement déterminée par le nombre de pertes ukrainiennes, qui est considérablement sous-estimée. L'ampleur des atrocités contre les Ukrainiens doit être évaluée en termes de territoire russe d'opérations ou de contrôle. Lors du retrait des régions occupées, les troupes russes ont laissé derrière elles un certain nombre de traces de destruction physique concentrée, notamment des tirs massifs à courte portée, des actes de torture, la destruction d'infrastructures essentielles, des viols et des violences sexuelles. La persécution sélective des dirigeants ou des militants ukrainiens avec des enlèvements et des meurtres est une autre indication de l'intention de détruire partiellement le groupe national ukrainien, car ces individus représentent le groupe ou sont essentiels à sa survie.

VII. Le devoir de prévenir le génocide.

Les États ont l'obligation légale de prévenir le génocide au-delà de leurs frontières dès qu'ils ont connaissance de la menace grave de génocide - ce seuil est clairement défini dans ce rapport, de sorte que les États ne peuvent plus nier en avoir eu connaissance. La Convention sur le génocide impose aux États une obligation juridique minimale de prendre les mesures appropriées pour aider à prévenir le génocide et protéger la population vulnérable d'Ukraine contre la menace imminente de génocide.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2022 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-