Olexiy Gromov, adjoint au chef du Département opérationnel principal de l'état-major général des forces armées de l'Ukraine
Pas à pas, nos troupes accomplissent la tâche de libérer l'intégralité du territoire ukrainien de l'ennemi
10.07.2023 14:58

L'opération offensive estivale des forces de défense ukrainiennes se poursuit. Les militaires ukrainiens continuent de libérer notre terre dans des combats acharnés. Ukrinform s'est entretenu avec le général de brigade Olexiy Gromov, adjoint au chef du Département opérationnel principal de l'état-major général des forces armées ukrainiennes, pour discuter des directions les plus actives, de l'impact de la destruction de la centrale hydroélectrique de Kahovka par les Russes sur notre offensive, de l'efficacité des armes occidentales et des équipements qui manquent encore aux forces armées ukrainiennes pour une libération plus efficace du territoire ukrainien, ainsi que des attentes concernant le déploiement de la société militaire privée "Wagner" en Biélorussie.

"LA LIGNE DE FRONT "CHAUDE" DÉPASSE ACTUELLEMENT 1200 KM

- L'offensive ukrainienne est en cours. Quelles sont les directions les plus "chaudes" ?

Combien de kilomètres couvre actuellement la ligne de front "chaude" ? Quel territoire avons-nous déjà réussi à libérer ?

- Dans l'ensemble, au cours de l'opération offensive menée par les forces de défense, la situation opérationnelle n'a pas connu de changements significatifs et se caractérise par les tentatives de l'ennemi de s'approcher de la frontière administrative de la région de Donetsk et de maintenir des territoires dans les zones d'opération de Donetsk et de Tavria. Dans le cadre de l'opération offensive menée dans les zones d'opération de Donetsk et de Tavria, les directions les plus actives sont Melitopol et Berdiansk, où nos unités ont avancé de 7,5 km dans la défense ennemie.

Au total, depuis le début de l'opération offensive, les forces de défense ukrainiennes ont libéré 9 localités. Nous avons ainsi repris le contrôle de près de 160 km² de territoire ukrainien.

En ce qui concerne la longueur de la prétendue ligne de front "chaude", elle dépasse actuellement 1200 km. Cependant, cela concerne la ligne de front directe avec l'ennemi dans les régions de Kherson, Zaporijjia, Donetsk, Louhansk et Kharkiv, où des combats actifs ont lieu.

Cependant, nous ne pouvons pas oublier les frontières nord avec la Biélorussie et la Fédération de Russie, d'où l'ennemi mène des tirs d'artillerie et de missiles constants. On note également l'activité des forces de sabotage et de renseignement ennemies, ainsi que la menace d'une invasion militaire. De plus, il y a la région côtière des régions d'Odessa et de Mykolaïv, où, malgré la réduction du potentiel militaire-naval de l'ennemi, nous ne pouvons pas complètement ignorer ses capacités de débarquement. Ajoutez à cela la frontière avec la Transnistrie, où la Russie maintient une présence militaire limitée. Ainsi, dans l'ensemble, une telle ligne pourrait s'étendre sur environ 3800 km.

- Comment la tactique des occupants russes a-t-elle évolué ces derniers mois ? D'où à où l'ennemi transfère-t-il le plus activement des équipements et des forces vivantes ?

- Objectivement, la tactique de l'ennemi n'a pas connu de changements significatifs. Les unités russes mènent des actions d'assaut pour tenter de repousser nos troupes de leurs positions occupées. Les unités de la société militaire privée "Wagner" ont été remplacées par des unités régulières. L'ennemi utilise activement l'artillerie, l'aviation d'assaut et l'aviation militaire. Il lance des attaques avec de petits groupes d'une taille allant jusqu'à une compagnie, généralement sans équipement de combat. Dans certains cas, des unités d'assaut sont renforcées par des chars. L'ennemi transfère le plus activement des équipements et des forces vivantes vers les territoires occupés des régions de Zaporijjia et de Donetsk afin de repousser l'offensive des forces de défense ukrainiennes. Après la destruction du barrage de la centrale hydroélectrique de Kahovka et l'inondation des régions côtières, l'ennemi a eu l'opportunité de renforcer ses groupes militaires sur des axes menaçants en transférant des troupes de la partie temporairement occupée de la région de Kherson.

- Dans quelle mesure la destruction de la centrale hydroélectrique de Kahovka par les Russes a-t-elle compliqué notre offensive ?

En détruisant la centrale hydroélectrique de Kahovka, les envahisseurs avaient l'intention de stopper l'avance de nos troupes, mais ils ont obtenu l'effet inverse

- La destruction de la centrale hydroélectrique de Kahovka par les envahisseurs était un crime et un acte terroriste qui a entraîné une catastrophe technologique au centre de l'Europe moderne. Des dommages considérables ont été causés à l'environnement, à l'écosystème, de nombreuses exploitations, maisons et entreprises ont été détruites, et les habitants du sud de notre pays ont connu un malheur amer...

En détruisant la centrale hydroélectrique de Kahovka, les envahisseurs avaient l'intention de stopper l'avance de nos troupes, mais ils ont obtenu l'effet inverse. La vague provoquée par la rupture du barrage a non seulement emporté la première ligne de défense des occupants le long de la rive gauche du fleuve Dnipro. Mais d'un point de vue purement militaire, ce crime n'a pas pu compromettre nos plans. Les Forces armées ukrainiennes disposent d'unités suffisamment entraînées, équipées d'armes modernes et de matériel militaire, y compris pour franchir les obstacles aquatiques. Pas à pas, les militaires ukrainiens accomplissent la tâche de libérer l'intégralité du territoire de notre pays des envahisseurs.

- En avançant, nos troupes se heurtent au fait que les Russes ont miné des dizaines de milliers d'hectares dans les territoires occupés. Avons-nous suffisamment de véhicules blindés et de machines de déminage ?

- Selon les renseignements, l'ennemi a mis en place un système d'obstacles défensifs échelonnés en profondeur sur les territoires occupés, comprenant plusieurs zones d'obstacles d'une longueur de 10 à 40 km chacune, avec une densité assez élevée. Chaque zone d'obstacles comprend des champs de mines antichars, des obstacles non explosifs tels que des tranchées antichars, des pyramides de béton (appelées "dents de dragon"), des hérissons antichars et des obstacles en fil de fer barbelé. De plus, l'ennemi utilise sournoisement des mines ou des groupes de mines, les posant de manière indétectable comme des mines-pièges. Pour franchir de tels obstacles, des équipements d'ingénierie spéciaux sont également utilisés. Bien sûr, ces équipements peuvent être endommagés ou hors service lors de l'exécution des missions. Par conséquent, des accords ont été conclus avec les pays partenaires pour continuer à fournir la quantité nécessaire de matériel d'ingénierie, notamment des systèmes de déminage, des poseurs de ponts blindés et du matériel pour créer des passages dans les obstacles explosifs et non explosifs.

LE KREMLIN PRÉVOIT D'AJOUTER JUSQU'À 500 000 PERSONNES AUX EFFECTIFS DES FORCES ARMÉES DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE

- La mobilisation se poursuit-elle en Russie ? Combien de personnes mobilisées russes sont actuellement en formation dans les centres de préparation ?

La direction de la Russie prévoit d'améliorer rapidement la situation en intégrant formellement dans les forces armées les combattants des sociétés militaires privées (à l'exception du "groupe Wagner"), soit environ 40 000 personnes.

- Officiellement, la mobilisation en Russie est suspendue. Cependant, des mesures sont prises pour recruter des militaires sous contrat afin de compléter et de compenser les pertes dans les unités déployées en zone de conflit. Selon les plans du Kremlin, jusqu'à 500 000 personnes supplémentaires devraient être mobilisées au sein des forces armées. Cependant, le niveau de formation et de soutien des militaires qui signent des contrats est insuffisant pour remplir les missions qui leur sont assignées, car ils acquièrent l'expérience nécessaire directement sur le terrain lors des combats.

Cependant, compte tenu des ressources de mobilisation importantes, la Russie est capable de fournir pleinement ses propres forces armées en personnel pour mener une guerre d'usure prolongée. Depuis le début de la conscription de printemps (environ 2,5 mois), l'ennemi n'a recruté que de 6 000 à 15 000 personnes pour le service contractuel. En même temps, la direction de la Russie prévoit d'améliorer rapidement la situation en intégrant formellement dans les forces armées les combattants des sociétés militaires privées (à l'exception du "groupe Wagner") pour un effectif d'environ 40 000 personnes. Actuellement, entre 3 000 et 5 000 militaires russes mobilisés suivent une formation dans des centres en Biélorussie.

- Est-il vrai que la Russie recrute moins massivement des prisonniers dans son armée, et quelles en sont les raisons ?

- En général, il n'y a pas eu de recrutement massif de prisonniers dans les forces armées russes. Seules des compagnies régulières "Shtorm-z" composées de détenus qui ont accepté de signer un contrat avec le ministère de la Défense de la Fédération de Russie sont présentes dans les unités militaires et les formations militaires générales. Le recrutement massif de prisonniers, estimé à environ 27 000 personnes, a été effectué dans la société militaire privée "Wagner". C'est précisément cette unité qui a exécuté des missions au service des forces armées régulières russes et a été activement engagée dans les opérations de combat à Bakhmout.

- En janvier de cette année, l'ennemi a annoncé la formation d'au moins 20 nouvelles divisions. Pouvez-vous évaluer dans quelle mesure il a réussi ou échoué à mettre en œuvre ces plans ? Y a-t-il des signes d'augmentation des réserves stratégiques et de déploiement le long de la frontière ukrainienne ?

Nous avons connaissance de la formation par l'ennemi de nouvelles unités et formations militaires au sein de la 25e armée de l'ensemble des forces armées du district militaire central et du 40e corps d'armée du district militaire sud

- La formation d'un tel nombre de nouvelles formations nécessitera des ressources humaines et matérielles supplémentaires. Il convient de noter qu'une seule division, en fonction de l'armement et de la destination, peut compter de 5 000 à 20 000 militaires...Dans les conditions de guerre et de sanctions de la part des pays occidentaux, ainsi qu'en tenant compte des récents événements liés à la révolte de la société militaire privée "Wagner", il est très difficile de mettre en œuvre ces plans dans leur intégralité.

À l'heure actuelle, nous avons connaissance de la formation de nouvelles unités et formations militaires par l'ennemi au sein de la 25e armée de l'ensemble des forces armées du district militaire central et du 40e corps d'armée du district militaire sud. Ces forces pourraient être utilisées comme réserve stratégique.

Selon nos informations, la 25e armée comprendra une division motorisée, deux brigades motorisées et une brigade de chars. Le 40e corps d'armée comprendra une division motorisée et une brigade. Leur disponibilité pourrait ne pas être avant le début de l'année prochaine. Les délais de déploiement le long de la frontière ukrainienne dépendront du niveau de préparation au combat.

- Le nombre de blessés graves chez l'ennemi est très élevé et beaucoup d'entre eux meurent dans les hôpitaux locaux avant d'être transportés en Russie.

Existe-t-il des informations sur le déploiement de nouveaux hôpitaux par les Russes près de la frontière avec l'Ukraine ?

- L'ennemi utilise activement les établissements de soins capturés du ministère ukrainien de la Santé dans les territoires occupés à des fins propres. Une partie des blessés est envoyée en Russie, y compris par le biais du transport aérien. Au début de l'agression à grande échelle, l'ennemi avait des problèmes de soutien médical. Actuellement, les soins aux blessés graves sont assurés, y compris avec la contribution des établissements médicaux civils des régions frontalières de la Russie avec l'Ukraine. Selon les informations disponibles, un établissement médical supplémentaire a été déployé à Shebekino (oblast de Belgorod) à cette fin.

- Quelle est la situation actuelle en Crimée, temporairement occupée, et dans quelle mesure les familles des militaires russes quittent-elles massivement la péninsule ?

- En Crimée, temporairement occupée, l'ennemi se prépare activement à la défense : la construction des fortifications dans le nord de la péninsule est pratiquement terminée, et un système de défense anti-débarquement est mis en place sur la côte nord-ouest et ouest de la Crimée pour empêcher toute éventuelle opération de débarquement des forces de défense de l'Ukraine. Nous n'avons pas de données précises sur le départ massif des familles de militaires russes de la Crimée temporairement occupée. Cependant, on peut s'attendre à une augmentation significative du nombre de personnes qui tenteront de quitter la Crimée en cas de menace de destruction du pont de Crimée et de l'approche des forces armées ukrainiennes vers les défilés de Perekop et de Chongar, dans le cadre des préparatifs pour libérer la péninsule de l'occupation.

LES SYSTÈMES PATRIOT ONT DÉPASSÉ TOUTES NOS ATTENTES EN TERMES D'EFFICACITÉ

- L'Ukraine continue de recevoir une aide occidentale et l'utilise activement sur le front. Selon votre avis, quels types d'armements ont dépassé les attentes et quels sont ceux qui sont les plus demandés dans les différentes branches des forces armées ?

- Nous apprécions toute l'aide militaro-technique fournie par les pays partenaires, chaque spécimen a sa propre valeur et est en demande dans les forces armées, qu'il s'agisse des ensembles de communication par satellite Starlink ou des systèmes de tir rapide HIMARS. Indéniablement, les systèmes de missiles sol-air PATRIOT (USA) ont dépassé toutes nos attentes en termes d'efficacité de leur utilisation.

Avec leur acquisition, les Forces armées ukrainiennes ont acquis de nouvelles capacités et ont démystifié l'impossibilité de détruire non seulement les cibles aérodynamiques (missiles guidés, drones d'attaque, avions, hélicoptères), mais aussi les cibles balistiques (missiles balistiques de type Iskander-M, missiles aérobalistiques Kinzhal).

Le complexe aérien sans pilote Bayraktar-TB2 de fabrication turque s'est révélé être la combinaison la plus réussie de capacités de combat et de polyvalence dans l'intérêt de presque toutes les branches des forces armées. Grâce à ces drones, nos militaires ont pu mener efficacement des missions de reconnaissance aérienne, détecter les actions de l'ennemi en temps voulu et frapper ses cibles simultanément. Au début de la guerre, cela revêtait une importance particulièrement cruciale compte tenu de la rapide progression des forces d'occupation russes sur le territoire de l'Ukraine.

Le système de missiles côtiers Harpoon s'est également révélé efficace, grâce à son efficacité élevée, à sa simplicité d'utilisation et au court temps de préparation du personnel l'exploitant.

De plus, il convient de noter les puissantes capacités de tir des missiles antichars Hellfire avec des missiles thermobariques AGM-114-2, du système antichar Javelin, du système de missile sol-air Stinger, des systèmes d'artillerie de 155 mm M-777 et M-119, ainsi que les performances élevées en termes de protection du personnel dans les véhicules blindés MahhPro et les tracteurs Oshkosh.

En effet, ces derniers temps, l'Ukraine a reçu de nombreux échantillons d'armements d'artillerie de fabrication étrangère. À ce jour, il existe plus de 10 types différents de systèmes d'artillerie (M777, FH-70, TRF-1, PzH 2000, AHS Krab, Caesar, Zuzana, AS90, M109, M119, L119) et plus de 5 types de systèmes de tir de roquettes en salves (M142 Himars, M270 MLRS, MARS-II, LRU, APS-40, RM-70). De plus, l'arrivée de nouveaux systèmes est prévue, qui n'ont pas encore été utilisés par les unités des Forces armées ukrainiennes, tels que l'Archer et le Firtina.

Mettre en avant les meilleures de ces systèmes serait inapproprié. Chacun d'entre eux est conçu pour être utilisé dans des conditions différentes et pour accomplir des tâches spécifiques, et dans l'ensemble, chaque système remplit ces tâches avec succès.

Il s'agit d'armes de haute technologie qui nous permettent d'atteindre nos objectifs avec moins de pertes, ce qui nous permet de préserver nos effectifs. En effet, personne ne doute que la vie humaine est la valeur la plus précieuse.

Tous les systèmes mentionnés sont attendus et souhaités dans les différentes composantes des Forces armées ukrainiennes, ainsi que dans les autres composantes des forces de défense de l'Ukraine.

- Après la destruction de la centrale hydroélectrique de Kakhovka, personne ne peut exclure les crimes de la Russie sur le territoire de la centrale nucléaire de Zaporijjia. Nos forces militaires sont-elles prêtes à faire face à une telle évolution des événements, et les militaires sont-ils suffisamment équipés dans cette zone d'opérations ?

Sur le front, les militaires ukrainiens sont équipés de moyens de protection individuelle et de contrôle radiologique en cas de danger radiologique

- Il convient de noter que le scénario d'une destruction relativement probable de la centrale nucléaire de Zaporijjia n'est pas nouveau. Il fait l'objet d'une étude approfondie et d'une surveillance constante, tant pour évaluer les conséquences possibles de la réalisation d'un tel scénario que pour évaluer son impact sur l'exécution des tâches militaires et prendre les mesures nécessaires en réaction.

Les militaires ukrainiens sont directement équipés de moyens de protection individuelle et de contrôle radiologique en cas de danger radiologique sur le front.

De plus, les forces de défense sont dotées de réserves de personnel formées et équipées d'appareils modernes pour mener directement des missions de reconnaissance, de contrôle et de décontamination des unités qui se trouvent dans une zone de contamination radioactive. ("Décontamination" - le processus de mise en œuvre de mesures médicales et sanitaires visant à éliminer les produits chimiques, les facteurs radiologiques et les agents biologiques de la surface du corps humain, des produits ou des aliments préparés pour la consommation, ainsi que d'autres objets, y compris les véhicules, qui peuvent représenter un risque pour la santé de la population. - Éd.).

Les unités des services d'urgence seront également impliquées dans la mise en œuvre de mesures spécifiques qui leur sont propres.

LA PRÉSENCE D'ARMES NUCLÉAIRES EN BIÉLORUSSIE EST PEU PROBABLE

- Le 16 juin, Poutine a déclaré que la première cargaison de charges nucléaires avait été livrée en Biélorussie, où il est prévu de les déployer. Pouvez-vous confirmer cette information ? Selon vous, quelle est la réalité de la menace d'utilisation d'armes nucléaires contre l'Ukraine ?

Selon nos évaluations, le complexe militaro-industriel russe est capable de produire environ 100 missiles par mois

- Je ne peux pas confirmer cette information. La conservation des armes nucléaires nécessite la création de conditions spéciales et l'établissement d'une base pour leur maintenance. Il s'agit d'un processus technologique très complexe. À l'heure actuelle, la présence d'armes nucléaires sur le territoire biélorusse est peu probable.

Quant à la réalité de la menace d'utilisation d'armes nucléaires contre l'Ukraine, il est difficile de le dire. Il ne faut pas oublier que nous sommes confrontés à une guerre avec un ennemi sournois qui ne respecte pas le droit international et qui est prêt à tout pour atteindre ses objectifs. Un exemple flagrant en est la destruction de la centrale hydroélectrique de Kakhovka par les Russes.

- Les Russes disposent encore d'un grand nombre de missiles balistiques avec lesquels ils attaquent nos villes. De plus, ils continuent d'attaquer avec des missiles de croisière, dont les stocks sont épuisés. Selon vos estimations, combien de ces missiles, de quels types, le complexe militaro-industriel russe est-il capable de produire par mois maintenant, et les taux de production ont-ils augmenté ou diminué ?

- Selon nos estimations, le complexe militaro-industriel russe est capable de produire environ 100 missiles par mois, dont plus de 10 pour le système de missiles tactiques "Iskander", jusqu'à 30 pour le système naval "Kalibr" et jusqu'à 60 missiles de croisière basés sur l'air, y compris les missiles aérobalistiques hypersoniques "Kinjal". Malheureusement, la Russie parvient à maintenir ces taux de production, voire à les augmenter pour certains types d'armements, en raison du passage des entreprises russes à un régime de travail 24 heures sur 24 et de l'utilisation de composants qui sont achetés contournant les sanctions imposées.

- Récemment, vous avez annoncé que les forces russes augmentaient le nombre de groupes tactiques des forces de missiles dans les régions frontalières avec l'Ukraine. En particulier, une unité de lanceurs de missiles côtiers "Bal" a été déployée dans la région de Bryansk. Que devons-nous faire pour leur faire face de manière optimale ?

- Oui, il y a des informations confirmées selon lesquelles l'ennemi a déplacé le système de missiles côtiers "Bal" dans la région de Bryansk en Russie. Cependant, les systèmes de missiles antiaériens dont les forces armées ukrainiennes disposent permettent d'intercepter les missiles X-35 (X-35U).

Il existe deux solutions pour faire face à cette situation. Premièrement, une couverture antiaérienne fiable, et deuxièmement, la détection et la destruction des unités mentionnées. Compte tenu de la portée de tir du complexe de missiles "Bal"-120-260 km, pour le neutraliser, nous devons disposer d'un complexe de missiles tactiques opérationnels avec une portée de frappe de 300 à 500 km.

- Lors d'un point presse en février, vous avez déclaré que les missiles russes lancés contre l'Ukraine explosaient de plus en plus souvent en l'air au-dessus du territoire russe, sans atteindre leur cible. Avez-vous des statistiques sur le pourcentage de missiles russes lancés contre l'Ukraine qui n'ont pas atteint leur cible ?

Une grande majorité des missiles russes n'atteignent pas leur cible. Grâce à l'aide occidentale, nous sommes maintenant capables d'intercepter les missiles de croisière, les missiles balistiques et les missiles aérobalistiques.

- En effet, depuis l'introduction des sanctions internationales contre la Russie, les cas d'explosion de missiles en vol se sont considérablement multipliés. Nous avons des statistiques sur ces cas, mais nous ne les divulguons pas afin de ne pas fournir d'informations supplémentaires à l'ennemi sur l'efficacité de leur prétendue "arme de précision". Il est probable que ces cas se multiplient en raison de ce que l'on appelle "l'autosuffisance", lorsque des composants de haute technologie produits dans des pays occidentaux sont remplacés par leurs équivalents russes (ou iraniens), y compris des composants provenant d'appareils domestiques.

Une grande majorité des missiles russes n'atteignent pas leur cible. Grâce à l'aide occidentale, nous sommes actuellement en mesure d'abattre des missiles de croisière, des missiles balistiques et des missiles aérobalistiques. En raison de la vétusté, du manque d'entretien adéquat et des solutions techniques insuffisantes lors de la modernisation des armements, une partie des missiles explosent en vol au-dessus du territoire russe ou ne sont pas lancés normalement depuis les supports. Les incidents non standard d'utilisation d'armes à missiles par l'ennemi sont soigneusement dissimulés. Il n'est pas exclu que les lancements de missiles de croisière basés sur l'air soient principalement effectués dans l'espace aérien au-dessus de la mer Caspienne.

- Que faut-il pour détruire les porte-missiles russes en mer Noire ?

- L'une des options pour détruire les porte-missiles russes en mer Noire est d'avoir des avions de chasse polyvalents de 4ième génération ++, capables d'utiliser des armes aériennes pour atteindre des cibles maritimes à une distance de 200 km ou plus. Avec l'acquisition par l'Ukraine d'avions modernes F-16 (F-18) équipés et armés en conséquence, cela deviendra possible.

De plus, la lutte contre les armes à missiles ne consiste pas seulement à détruire directement leurs supports, mais aussi à frapper les lieux de concentration et de stockage, ainsi qu'à perturber les transports. Toutes les options possibles sont prises en compte et utilisées en fonction de la situation et des informations de renseignement.

Il convient de comprendre que les moyens et les méthodes de contrer les capacités offensives de l'ennemi sont des informations sensibles, dont la divulgation pourrait donner à l'ennemi un avantage en matière de préservation de ses armes offensives.

Pour frapper les navires ennemis en mer ou lors de l'accostage, des missiles antinavires de dernière génération tels que Harpoon, Brimstone, "Neptune" ou leurs équivalents sont nécessaires.

En ce qui concerne notre capacité à produire indépendamment les moyens de contrer, oui, nous en sommes capables et nous le faisons déjà. La preuve en est que l'ennemi ne déploie ses porte-missiles qu'à des distances qui les mettent à l'abri de notre puissance de frappe.

À l'avenir, nous continuerons à renforcer nos capacités offensives afin de neutraliser l'avantage spatial de l'ennemi et de lui retirer toute initiative en le menaçant de frapper ses porte-missiles dans n'importe quelle zone de la mer Noire.

Pour une lutte efficace contre la flotte russe de la mer Noire, des armes à longue portée et à haute précision sont nécessaires. Par exemple, pour frapper les navires ennemis lors de leur passage en mer ou dans les ports, les dernières versions de missiles antinavires tels que Harpoon, Brimstone, "Neptune" ou leurs équivalents sont nécessaires. Pour frapper les navires de guerre ennemis dans leurs zones de déploiement, des missiles balistiques ATACMS ou leurs équivalents nationaux tels que les missiles balistiques "Sapsan" sont nécessaires.

Les missiles de croisière Storm Shadow de la classe "air-sol" méritent une attention particulière, car ils nous permettent de détruire des installations militaires critiques de l'ennemi à une distance allant jusqu'à 250 kilomètres. La détérioration des ponts à travers le Syvash près de Chongar, qui a considérablement compliqué l'approvisionnement de l'ennemi en munitions et en autres ressources matérielles et techniques, témoigne de l'efficacité de ces missiles. De plus, grâce à ces missiles, les points de commandement et les entrepôts de l'ennemi sont constamment soumis à un feu nourri.

- Les Russes ont des porte-missiles en mer Méditerranée. Selon vous, peuvent-ils attaquer l'Ukraine à partir de là ?

- En effet, l'ennemi dispose des capacités techniques pour effectuer des frappes de missiles depuis les eaux de la mer Méditerranée. La portée de tir des missiles est d'environ 1 500 km, ce qui leur permet de viser des cibles situées dans les régions méridionales de notre pays. Cependant, cela pourrait provoquer une réaction internationale indésirable pour la Russie en raison de la nécessité pour ses navires de pénétrer dans les eaux intérieures et du passage de ces missiles à travers l'espace aérien des pays membres de l'OTAN. Avec la consolidation actuelle de l'OTAN, je considère de telles actions de la Russie comme peu probables. En effet, les conséquences seraient disproportionnées et pourraient aller jusqu'à la destruction immédiate de ces porte-missiles.

- Avez-vous des informations sur le nombre potentiel de drones de l'ennemi ? Reçoivent-ils toujours des drones iraniens ? Ont-ils augmenté leur production nationale ? Ont-ils suffisamment de capacités industrielles et technologiques à cet effet ?

La Russie a conclu des accords avec l'Iran pour la construction d'une usine de drones de type "Shahed" sur le territoire du Tatarstan

- L'ennemi utilise également un nombre considérable de drones de différents types. En particulier, la Russie a reçu environ 1 800 drones de type "Shahed" de l'Iran, dont environ 1 600 ont été utilisés lors des opérations militaires, laissant un stock d'environ 200 unités. Ces drones sont continuellement réapprovisionnés en provenance d'Iran. De plus, la Russie a conclu des accords avec ce pays pour la construction d'une usine de drones de type "Shahed" dans la région du Tatarstan, à environ 10 km de Kazan.

L'ennemi utilise activement ses propres drones d'attaque de type "Lancet", qui sont produits en série par la société anonyme "Usine mécanique d'Ijevsk", faisant partie du consortium "Kalashnikov". Environ 900 de ces appareils ont été fabriqués, dont 850 ont été utilisés dans la zone des opérations militaires. Par conséquent, il reste actuellement environ 50 drones d'attaque.

Cependant, il convient de noter que, en raison des sanctions économiques occidentales et de l'absence d'accès à des technologies modernes, les capacités technologiques de l'ennemi dans la production de drones modernes restent limitées.

- La Russie dispose encore d'un parc d'avions et d'hélicoptères assez important. Comment a évolué la dynamique de leur utilisation ?

- Malgré les pertes subies par l'aviation tactique et l'aviation de l'armée de l'ennemi - au 3 juillet 2023, l'armée ukrainienne a détruit 309 hélicoptères et 315 avions ennemis - l'ennemi continue d'utiliser une tactique de frappes de missiles plus rapprochées et de frappes moins nombreuses, au lieu de frappes massives.

Il est probable que l'ennemi combine des armements de missiles avec des drones d'attaque pour surcharger notre système de défense aérienne. En même temps, les Russes ont cessé de concentrer leurs efforts sur les infrastructures énergétiques (bien qu'ils n'aient pas complètement abandonné cette cible et tentent périodiquement de mener de telles attaques, principalement contre des sous-stations de différentes capacités), et ont changé la priorité des cibles. Actuellement, l'ennemi tente de frapper des installations pétrolières, gazières, des concentrations probables de forces et moyens des forces armées ukrainiennes, ainsi que des bâtiments gouvernementaux, à la fois à l'aide de drones kamikazes de type "Shahed-136" et de missiles de différents types.

- Après avoir reçu des avions occidentaux, peut-on espérer que le potentiel de l'ennemi sera considérablement réduit ?

- Oui, l'acquisition de plates-formes modernes de chasse polyvalent de 4e génération++ auprès de pays partenaires, telles que le F/A-18, F-16, F-15, JAS-39 "Gripen", Eurofighter Typhoon, Rafale, permettra de transporter et d'utiliser des moyens modernes d'attaque aérienne qui sont en service dans les pays membres de l'OTAN, de détecter des moyens d'attaque aérienne ennemis à une grande distance, soit plus de 200 km, de les détruire à une distance de plus de 160 km sans entrer dans la zone de défense aérienne ennemie, et d'utiliser des moyens modernes d'attaque aérienne contre des cibles terrestres et maritimes à une distance de 200 km ou plus.

L'IRAN, LA BIÉLORUSSIE ET LA CORÉE DU NORD RESTENT LES LEADERS DE L'AIDE À LA RUSSIE

- Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a déclaré après deux jours de négociations avec Xi Jinping que la Chine ne fournirait pas d'assistance militaire à la Russie. Quels pays, à part l'Iran, restent les leaders de l'aide à la Russie ?

- Il est possible que la coopération entre les forces armées russes et la Chine se poursuive objectivement. D'une part, une Russie affaiblie garantit la souplesse de Moscou face à la politique chinoise, c'est-à-dire que les limites de l'activité internationale et militaire russe correspondent aux intérêts de la Chine. D'autre part, Pékin est intéressé par l'étude de l'expérience militaire de l'armée russe acquise lors de la confrontation avec des systèmes et équipements occidentaux.

Cependant, il ne faut pas oublier que la Chine a avant tout des intérêts économiques ambitieux en Amérique et en Afrique. Dans de telles circonstances, l'amélioration des relations entre la Chine et les États-Unis pourrait ralentir le rythme de la coopération militaire sino-russe.

En revanche, les leaders de l'aide à la Russie restent des pays tels que l'Iran, la Biélorussie et la Corée du Nord. De plus, certains pays de l'espace post-soviétique contribuent à l'importation de composants de haute technologie sur le territoire russe pour la fabrication d'armements modernes et de matériel militaire.

- Selon vous, les Russes peuvent-ils prendre le contrôle de la Transnistrie ? Frapper la Moldavie ?

Dans le contexte des combats en cours en Ukraine, la probabilité d'une augmentation de la présence militaire russe en Transnistrie reste faible

- En ce qui concerne la prise de contrôle de la Transnistrie... Pensez-vous qu'ils ne l'ont pas encore fait ? Ils ont un gouvernement pro-russe, une propagande russe active, des citoyens avec des passeports russes et une présence militaire. La seule chose qu'ils pourraient faire de plus serait de tenir un référendum similaire à celui des territoires temporairement occupés de l'Ukraine et d'annexer officiellement la Transnistrie à la Russie.

C'est pourquoi l'assurance d'un corridor terrestre vers la Moldavie était si importante pour le Kremlin. Nous avons observé cette direction comme étant la principale zone d'attaque des forces d'occupation russes dans les premiers jours de l'invasion à grande échelle.

La présence militaire russe en Transnistrie est destinée à des missions de maintien de la paix et a des capacités limitées en matière de combat. Les formations armées de la région séparatiste de Transnistrie de la République de Moldavie sont sous le contrôle de la Russie, mais elles ont un faible niveau d'équipement et de préparation. Le déploiement de forces supplémentaires des forces armées russes sur le territoire de la république autoproclamée ne peut se faire que par voie aérienne à travers l'espace aérien de la Moldavie ou de l'Ukraine. Dans le contexte des combats en cours en Ukraine, la probabilité d'une augmentation de la présence militaire russe en Transnistrie reste faible.

Objectivement, ces unités sont des otages des décisions du Kremlin. Depuis plus d'un an, elles ne peuvent pas effectuer de rotation, et depuis plus d'un an, elles sont en état de pleine préparation au combat et en attente d'ordres suicidaires. Cela épuise et démotive, pour le moins.

LE NOMBRE DE "WAGNERIENS" POUVANT ÊTRE REDÉPLOYÉS EN BIÉLORUSSIE N'EST QUE DES RESTES ÉPUISÉS

- Après la tentative de coup d'État avortée en Russie impliquant Evgueni Prigojine, il y a des informations selon lesquelles la PMC Wagner serait redéployée en Biélorussie. Ne considérez-vous pas cela comme une menace supplémentaire pour notre pays ?

- Nous analysons et nous préparons à tous les scénarios possibles. L'ennemi est sournois, c'est pourquoi nous ne pouvons pas exclure la possibilité que la tentative de coup d'État ait été une mise en scène soigneusement planifiée pour le futur déploiement de ces unités sur le territoire biélorusse. Aujourd'hui, sur ordre du Président de l'Ukraine, Commandant suprême des forces armées ukrainiennes, nous renforçons nos troupes, y compris le long de la frontière avec la Biélorussie.

Cependant, comme notre dirigeant l'a déjà annoncé, la plupart des mercenaires ont été éliminés avec succès par les forces de défense ukrainiennes, donc le nombre de "Wagneriens" qui pourraient être redéployés en Biélorussie ne consiste qu'en des restes épuisés qui ne peuvent pas représenter une menace pour les militaires professionnels, bien équipés et motivés des forces armées ukrainiennes.

Il est également connu que la PMC Wagner, malgré l'échec du coup d'État de Prigojine, continue de recruter et de mobiliser des combattants dans toute la Fédération de Russie. Les mobilisés cherchent à signer un contrat avec la PMC plutôt qu'avec le ministère de la Défense russe. Ceux qui signent le contrat sont envoyés à un centre de rassemblement, puis transférés au centre de formation de Molkino.

En ce qui concerne le redéploiement de la PMC Wagner, il est plus probable que le territoire biélorusse soit utilisé pour le séjour temporaire et la préparation de ces combattants en vue d'accomplir des missions principalement en Afrique. Dans le même temps, une partie des mercenaires sera utilisée en tant qu'instructeurs pour former des unités des forces armées et d'autres forces de sécurité de la Russie et de la Biélorussie.

Nous n'excluons pas que, en cas de décisions appropriées, les actions probables de l'ennemi puissent inclure des démonstrations et des provocations dans les zones frontalières de l'Ukraine dans le but de bloquer nos troupes et de détourner nos réserves.

En même temps, il existe une opinion, qui a également le droit d'exister. Elle repose sur l'idée que la proposition de redéployer des mercenaires en Biélorussie est un mouvement tactique de Loukachenko, qui n'a pas l'intention d'envoyer ses propres troupes combattre en Ukraine, mais qui ne veut pas non plus perdre le soutien de Poutine. En réalité, le sens de cette question est bien plus profond que ce que nous pensons. Peut-il arriver que Loukachenko comprenne actuellement qu'il a deux options : se libérer de l'emprise de Poutine ou perdre la présidence, voire peut-être même sa vie, en cas de coup d'État.

Comme nous le savons, tous les dictateurs ont terminé leur vie de la même façon. Donc, étant dans une impasse, il est tout à fait possible que Loukachenko puisse satisfaire ses propres fantasmes à l'aide des "Wagneriens".

Maryna Singaïvska

Iryna Kojoukhar

Photo – Archive d'Ukrinform

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2023 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-