Olexandre Prokudin, chef de l'administration militaire régionale de Kherson
Nous avons constaté que les Russes avaient évacué environ mille enfants de la région de Kherson, sans tenir compte de la rive gauche
24.07.2023 14:07

La région de Kherson est divisée par la guerre en territoire temporairement occupé et libre. Le côté droit, avec le centre régional, est bombardé par l'ennemi avec des systèmes de lance-roquettes de barrage, des mortiers, de l'artillerie, des chars et des drones. Une partie de la population a évacué, mais les autres restent à la maison, refusant de partir. Après l'explosion de la centrale hydroélectrique de Kakhovka par les militaires russes, les gens ont également souffert des inondations.

Depuis le début de l'invasion à grande échelle, la région a déjà connu trois chefs d'administration militaire régionale. Depuis le 7 février 2023, c'est Olexandre Prokudin qui dirige l'administration militaire régionale de Kherson.

Notre interview a commencé différemment de ce qui était prévu - dans le bureau, mais dans la voiture de service de M. Olexandre, car des ministres étrangers sont soudainement arrivés dans la région et le chef de l'administration militaire régionale devait les accueillir. Nous avons poursuivi l'interview avec lui à Posad-Pokrovske, qui est devenu un site expérimental - c'est l'un des six établissements du pays où une restauration complète est en cours selon le principe de Bildt back better. Ensuite, nous avons parlé à l'aéroport de Kherson, qui a subi des inondations et où l'ennemi tire des coups, puis dans les rues de Kherson, qui ont également subi des inondations et où l'ennemi lance des coups, et enfin - dans le bureau.

Nous parlons des inondations, de la reconstruction de la rive droite libérée, de la préparation du gouvernement à la déoccupation de la rive gauche, de la trahison qui a été une surprise pour le chef de l'administration militaire régionale, et aussi - pour quoi Prokudin est prêt à sacrifier sa réputation.

QUAND JE VOIS DES ENFANTS LÀ OÙ IL Y A DES BOMBARDEMENTS, J'AI ENVIE DE LES ÉVACUER DE LÀ-BAS

- Monsieur Olexandr, combien de population vit actuellement sur le territoire désoccupé de la région ?

- Dans l'ensemble, nous avons 49 communautés dans notre région, dont 17 sont actuellement désoccupées. Environ 150 000 personnes se trouvent actuellement sur le territoire de la rive droite libre du Dnipro. Selon nos informations, il y a environ autant de personnes sur la rive gauche. D'ailleurs, avant l'invasion à grande échelle, environ un demi-million de personnes vivaient à la fois sur la rive gauche et sur la rive droite. Actuellement, seulement 33% du territoire de la région a été libéré, mais sur la rive droite se trouve le centre régional, c'est pourquoi la population y est présente.

- Y a-t-il des données sur le nombre d'enfants qui se trouvent actuellement sur la rive droite de la région de Kherson ?

- Environ 15 000, plus ou moins. La population migre. Lors de l'enseignement à distance pendant longtemps, nous pouvions voir où se trouvaient les gens. Maintenant, c'est la période des vacances, donc beaucoup se sont dispersés, bien sûr.

- Pour beaucoup, il n'est pas clair pourquoi Kherson n'est pas inclus dans la liste des localités où l'entrée des familles avec enfants était interdite, car la ville est sous les tirs. Y a-t-il une explication sur l'absence de décision d'évacuation forcée des enfants du centre régional et des banlieues ?

- Je précise qu'en avril, le Conseil de défense de la région a pris la décision d'interdire l'entrée des familles avec enfants dans environ 40 localités de la région, et Kherson ne faisait pas partie de cette liste. En tenant compte de toutes les circonstances, cette décision a été prise de manière collégiale.

Quant à l'évacuation forcée des enfants, elle a lieu depuis les zones de combats.

- À votre avis, est-ce que des enfants devraient être ici ?

- Non. Quand je les vois ici, cela me donne envie de les emmener et de les sortir de là. Des petits enfants là où les tirs arrivent - c'est une situation très désolante.

- Et les adolescents qui errent sans contrôle...

- Oui, bien que maintenant nous essayons de proposer des activités dans des endroits sûrs, nous ouvrons des clubs. Mais cela concerne un petit nombre d'enfants. De plus, les déplacements à Kherson sont dangereux.

En ce qui concerne l'évacuation, voici un exemple. Trois enfants ont récemment été blessés par des tirs, je suis allé les voir à l'hôpital. La fille aînée, une adolescente, tremble tout le temps, elle pleure. J'ai dit à la famille : partez, nous vous logerons dans la région de Khmelnytsky ou à Koblevo. Leur réponse : non, nous ne partirons pas. Je vais vous montrer des photos de leur maison - la voici (montre un logement détruit - ndlr). Et ils veulent continuer à y vivre avec leurs enfants, ils demandent juste de réparer le toit pour qu'il ne soit pas inondé par la pluie.

- Combien d'enfants les Russes ont-ils déportés de la région ? Combien d'entre eux sont des orphelins ou privés de la garde parentale et étaient dans des établissements d'accueil ? Combien d'enfants ont été emmenés avec l'autorisation de leurs parents pour un prétendu séjour ? Travaillez-vous à les ramener ?

- Le travail est en cours. En ce qui concerne les enfants dans les établissements d'accueil, nous en rapatrions certains, comme ceux de l'internat d'Oleshky, nous les avons ramenés à travers la Pologne. En ce qui concerne ceux qui ont été emmenés pour un prétendu séjour, nous n'avons pas de chiffres exacts sur le nombre d'enfants concernés. Car il y a aussi des cas où les parents ont peur de le signaler. Les parents peuvent vivre dans une zone libérée, mais leur enfant peut être emmené en Crimée ou en Russie, mais ils ne signalent pas cela. Il y a des cas comme ça. En ce qui concerne les statistiques, environ mille enfants évacués ont été enregistrés. Cela ne concerne pas encore la rive gauche.

SUR LA RIVE DROITE, IL Y A 10 LOCALITÉS SANS POPULATION

- Combien de localités restent encore sans électricité sur le territoire libéré ?

- Actuellement, il y a 31 villages sans électricité, qui n'ont pas été rétablis depuis le 11 novembre 2022 (de temps en temps, des villages déjà raccordés à l'électricité se retrouvent sans courant en raison des bombardements - ndlr). Toutes ces localités se trouvent en première ligne. Permettez-moi de l'expliquer (je suis de formation électricien) : nous rétablissons actuellement les localités selon une méthode différente de celle utilisée avant l'invasion à grande échelle. Les grandes lignes électriques qui passaient le long du Dnipro ont toutes été détruites et maintenant, dès qu'une équipe avec des tours d'électricité s'approche de la zone, elle essuie immédiatement des tirs. Nous rétablissons donc les villages avec des lignes électriques plus faibles. Si un grand nombre de personnes reviennent chez elles, ces lignes ne pourront pas supporter tout le monde, mais elles peuvent temporairement alimenter la population actuelle.

- Donc, cela fait déjà un certain temps que ces 31 localités vivent sans électricité ?

- Il y a peu de gens là-bas, mais oui, ils y vivent. Nous leur fournissons des générateurs, du bois de chauffage, des granulés, de l'eau. Nous leur avons proposé une évacuation, mais nous ne pouvons pas les forcer à partir. Nous avons fait des tentatives de persuasion, avec des psychologues travaillant auprès des gens. Ils ne veulent pas partir de là-bas.

- Les experts prévoient la disparition d'une partie des petites localités dans la région de Kherson. Avez-vous déjà une idée de la situation sur la rive droite, ou vous concentrez-vous uniquement sur la survie à court terme sans regarder plus loin ?

- J'ai mentionné 31 localités, mais cela exclut les villages où personne ne vit plus. En tout, 41 localités n'ont pas été rétablies, mais 10 d'entre elles n'ont jamais eu de population importante, comptant seulement 10 à 20 maisons.

Concernant les perspectives et les communautés. Chaque communauté territoriale élabore sa propre stratégie, que nous approuvons. Par exemple, en matière d'éducation, il y avait environ 7 écoles dans une communauté territoriale. Avant l'invasion, cela ne correspondait pas aux besoins de la population. Aujourd'hui, sur les 7 établissements d'enseignement, 5 ont été détruits. Nous déterminons combien d'écoles seront reconstruites, lesquelles exactement, et préparons la documentation de conception et d'estimation. Même si les experts du département de l'éducation disent que cela n'a pas de sens de reconstruire certaines écoles, je prends avec moi les directeurs d'école et les représentants de la communauté pour discuter. Nous nous asseyons autour de la table et je leur demande leurs propositions et arguments. Rester - pourquoi ? Chacun fait valoir son point de vue. Mais il faut se rappeler que construire une seule école coûte entre 100 et 500 millions de UAH, c'est beaucoup d'argent. Nous allons optimiser en organisant des bus pour transporter les enfants de 5 à 10 kilomètres jusqu'à l'école principale ou une annexe. Cela permettra d'organiser l'enseignement après la guerre.

- Êtes-vous certain que vous aurez les fonds nécessaires pour ces projets de reconstruction d'hôpitaux, d'écoles et de centres administratifs que vous avez identifiés ?

- Oui. Nous ne collectons pas d'argent pour l'instant, car nous ne pourrons pas les utiliser d'ici la fin de l'année. Mais de nombreux projets sont déjà en cours - certains commencent la construction, d'autres sont en phase de conception. Et cela se produit dans toutes les communautés libérées.

- Nous sommes actuellement à Posad-Pokrovske, qui est un projet pilote de reconstruction au niveau de l'État. Ici, 96% des bâtiments ont été endommagés pendant les combats.

- C'est un projet exemplaire qui montre comment les villages seront reconstruits. Mais c'est juste une goutte d'eau dans l'océan. Nous avons 228 localités désoccupées, dont 50 comme Posad-Pokrovske. Nous ne nous arrêtons pas là, nous avons encore 26 localités que nous reconstruirons grâce au projet "Main dans la main", initié par le Président. Quinze régions d'Ukraine nous aident dans ce projet. Les gouverneurs des régions viennent et expliquent ce qu'ils prévoient de faire dans un village spécifique, en exposant leur vision. Ces régions fournissent leurs propres ressources, matériaux et leurs propres experts, ce qui est très important car nous manquons de constructeurs. Ils travaillent pour restaurer les villages et les maisons des gens. Dans ces localités, il y aura une touche distinctive de la région qui les aide à se reconstruire.

En ce qui concerne Posad-Pokrovske, il y aura un complexe comprenant une nouvelle école avec une garderie, un centre administratif avec une Maison des services administratifs et publics (CNAP), un parc, un marché agricole et des maisons avec des serres. Nous avons déjà complètement rétabli l'alimentation en électricité du village. D'ailleurs, c'est près de la route Kherson-Mykolaïv, et nous prévoyons d'élargir la route de deux à quatre voies.

LA MAISON APRÈS L'INONDATION TIENT ENCORE DEBOUT, MAIS ELLE SE DÉGRADE CHAQUE JOUR

- Dans quelle mesure les habitants de la région libérée peuvent-ils réellement obtenir des fonds grâce à ye-Vidnovlennya (e-Recovery) ?

- Les habitants de la région reçoivent déjà de l'argent pour les logements détruits grâce à Diya.

- Mais l'une des résidentes du centre régional avec qui j'ai parlé affirme que Diya n'a pas traité sa demande de reconstruction - un obus a touché son appartement, détruisant entièrement l'une des pièces.

- Une résidente de Kherson ne reçoit pas d'aide via Diya car le centre régional n'est pas encore une zone de reconstruction. Nous pouvons soumettre des documents, mais nous devrons attendre d'être dans une zone sécurisée. Car si nous allouons maintenant 200 000 UAH pour la reconstruction, par exemple, ils répareront, puis une autre coquille arrivera - et nous devrons à nouveau payer. En ce qui concerne les zones situées à plus de 40 kilomètres de la ligne de front, les gens reçoivent déjà jusqu'à 200 000 UAH. D'ailleurs, en cas d'inondation, il y a un autre mécanisme, sans limite de 200 000 UAH.

- Que faire si une personne doit rester à Kherson pour des raisons professionnelles, mais que son appartement a été touché ? Comment peut-elle le reconstruire, elle doit bien vivre quelque part...

- Quel type d'aide est nécessaire ? Nous avons un service de secours d'urgence qui peut venir, enlever les débris, barricader les fenêtres.

- Et il faut également qu'une commission inspecte le logement pour établir un rapport, mais elle n'est pas parvenue aux personnes touchées...

- Oui, en ce qui concerne les commissions, il y a des problèmes. La plupart de ces logements sont situés dans des zones qui sont encore sous les tirs. Bien sûr, les gens veulent que la commission vienne à Antonivka, à Sadove, à Ostrov. Mais ces commissions sont composées de personnes vivantes qui ont peur d'aller dans des zones bombardées. Nous avons trouvé une commission à Kherson qui n'a pas peur, qui se déplace, mais elle ne peut inspecter qu'un ou deux sites par jour alors qu'il y en a environ une centaine à inspecter. Il y a un manque de personnel. C'est pourquoi d'autres régions viennent à la rescousse - des experts viennent pour rédiger des rapports sur les logements inondés et ceux endommagés par les tirs. Plus de cent personnes travailleront désormais dans les commissions d'inspection, et la situation changera.

- Quelle est la quantité de logements endommagés par les tirs dont nous parlons actuellement ?

- Nous connaissons le nombre, nous savons combien de déclarations ont été traitées. Au total, environ 14 700 infrastructures civiles ont été endommagées dans la région de Kherson. La plupart d'entre elles, soit 13 700, sont des habitations.

- Vous avez également mentionné environ 400 logements complètement détruits par les inondations dues à l'explosion de la centrale hydroélectrique de Kakhovska. Mais il y en aura probablement plus ?

- Oui, ce sont ceux que nous avons déjà vus et qui ont été détruits. Ce chiffre devrait augmenter lorsque les commissions mentionnées évalueront quels logements méritent d'être reconstruits et lesquels ne le sont pas. J'ai visité un bâtiment après l'inondation - il tient encore debout en apparence, mais il se dégrade chaque jour. 400, c'est le minimum que nous avons vu immédiatement après le retrait des eaux.

- Dites-moi, ceux qui voudront reconstruire dans une autre région pourront-ils utiliser ces fonds ?

- Je pense que non. Cependant, il y en aura probablement beaucoup, je le suppose. Par exemple, une personne de la communauté de Velykooleksandrivske a reçu 200 000 UAH, mais elle tarde à reconstruire et ne veut pas y vivre. Il est à noter que ces fonds sont destinés uniquement aux matériaux de construction et aux travaux de reconstruction, ils ne peuvent pas être utilisés pour l'alimentation, par exemple.

- Les habitants de Kherson supposent que l'argent pour la reconstruction ira à des entrepreneurs spécifiques - ils se sentent trahis, disent-ils.

- Non, chaque personne choisira son propre entrepreneur.

- Les gens racontent des histoires de ceux qui ne peuvent pas nettoyer leur maison après l'inondation. Que doivent-ils faire ?

- Il y a une hotline HOVA (Service d'aide d'urgence de la région de Kherson) à laquelle ils peuvent s'adresser. Les gens appellent, indiquent le type d'aide dont ils ont besoin. En fonction de l'ampleur du problème, nous déterminons qui pourra les aider : HOKARS (Service d'urgence et de sauvetage municipal de Kherson - ndlr), des volontaires avec lesquels nous avons signé des accords de coopération, ou des sauveteurs. Si une vérification de la présence d'explosifs est nécessaire, nous envoyons des militaires. Cette hotline est actuellement opérationnelle au 0 800 101 102.

Dans les communautés rurales, principalement, les villageois s'entraident, et bien sûr, les volontaires apportent une aide active.

Dans les villages, les gens ont attendu les inondations ensemble et après le retrait de l'eau, ils sont immédiatement retournés dans leurs maisons pour sauver ce qui pouvait l'être. À Kherson, la situation est différente - de nombreux habitants sont en dehors de la ville.

- La plupart des gens, même à Kherson, n'ont pas précipité l'évacuation vers d'autres régions en raison des inondations.

- Nous avons logé et hébergé gratuitement tous ceux qui en avaient besoin. Actuellement, plus de 400 de nos concitoyens évacués des zones inondées vivent dans des dortoirs. Je vais les rendre visite et discuter avec eux.

- Et les victimes de la rive gauche, encore occupée, pourront-elles recevoir des indemnisations pour leurs biens endommagés ?

- Sur la rive gauche, – si les gens peuvent documenter les dommages, les destructions, ils doivent le faire (photos, vidéos) et le signaler à la police s'ils le peuvent. Toutes les indemnisations leur sont prévues, mais une commission doit se rendre sur place pour établir un rapport, ce qui ne pourra être fait qu'après la libération du territoire. Cependant, ces indemnités sont prévues pour les zones inondées, tant sur la rive droite que sur la rive gauche.

- Nous parlons de la reconstruction des villages. Quels sont les nouveaux projets pour Kherson ?

- Oui. Il faut remettre de l'ordre. Et avec l'équipe, nous travaillons à cela, malgré les éventuelles pertes de réputation.

- Une perte de réputation, est-ce quand vous êtes critiqué pour avoir enlevé les marchés des rues ? (À Kherson, en mai 2023, le marché commercial "Crystal", qui avait été incendié en mars 2022, a été démoli. Il y a des spéculations sur le fait que c'était un incendie criminel. - Auteur).

- Dans la ville, il y a beaucoup de constructions illégales. Maintenant, "au nom de la loi", tout cela peut être, comme on dit, "coupé" par l'administration militaire. Nous ne savons pas ce qui se passera ensuite, peut-être que la construction illégale reprendra après nous et il s'avérera que c'était un travail de Sisyphe, mais au moins nous avons essayé et nous avons agi.

RÉHABILITER OU NON LA CENTRALE HYDROÉLECTRIQUE DE KAKHOVKA, LES EXPERTS DOIVENT DÉCIDER

- Il y a différents points de vue sur la question de savoir s'il faut restaurer la centrale hydroélectrique de Kakhovka. Quel est votre avis ?

- Actuellement, les plans de l'État prévoient de restaurer la centrale hydroélectrique de Kakhovka. Cela fait l'objet de discussions au niveau du Président. Des calculs préliminaires sont en cours, la construction est prévue selon des normes américaines.

Mon avis est qu'il faut faire tout ce qui est possible pour restaurer et développer la région de Kherson, tout en préservant sa nature. J'ai initié la création d'une commission d'État avec la participation d'experts internationaux et de scientifiques ukrainiens afin qu'ils donnent leur avis. Comment tout cela affectera notre écologie, notre vie dans la région.

Nous comprenons que la flore et la faune ont beaucoup souffert, tant dans la partie supérieure du territoire, près de la centrale hydroélectrique, que dans la partie inférieure. Il y aura des marécages, des mares, des ravins se formeront - nous pêchons actuellement des poissons vivants et les relâchons dans les Ingulets et d'autres plans d'eau. Nous éliminons les poissons morts. Nous devons renforcer les berges où les gens vivent. Je ne sais pas ce qui arrivera à nos étangs de pisciculture, car l'eau salée entrera du liman, et ils pourraient mourir. Nous devrons également restaurer les forêts inondées.

Et ainsi, morceau par morceau, notre territoire doit être étudié et analysé pour déterminer ce qu'il convient de faire.

- Et si soudainement les écologistes disent "non, la centrale hydroélectrique n'est pas nécessaire" ?

- C'est pour cela que cette commission d'État doit fournir des conclusions d'experts...

Concernant l'écologie, je dirai encore qu'il est nécessaire que les institutions internationales nous aident, car nous ne pouvons pas tout faire seuls. Djarylgach, que les Russes ont brûlé, Byrioutchy, posent problème.

Actuellement, je pense qu'il faut restaurer la centrale hydroélectrique de Kakhovka, où un nouvel écosystème s'est formé après sa construction. La rive gauche, ainsi que la rive droite, sans irrigation. Nous envisageons même de mettre des pompes dans le lit du Dnipro, de pomper de l'eau, de remplir les canaux pendant que la centrale hydroélectrique de Kakhovka est détruite.

Cependant, bien sûr, il est difficile de parler d'agriculture tant que nous n'avons pas déminé le territoire.

- Quel pourcentage de terres agricoles a été déminé sur la rive droite ?

- Seulement dix pour cent des terres "faciles" ont été déminées, là où il n'y a pas eu de combats. Nous accélérons maintenant le rythme grâce aux donateurs, en demandant l'aide de l'armée et des services d'urgence. Les militaires aident beaucoup maintenant. Nous faisons appel à des organisations étrangères, mais elles ont peur de venir en raison de la situation de sécurité. Si à Mykolaïv, ils veulent travailler et estiment que c'est une zone sûre pour eux, ils ont peur de venir chez nous.

- Y a-t-il des calculs sur le nombre de démineurs dont nous avons besoin pour accomplir le déminage dans un certain délai hypothétique ?

- Nous aurons besoin d'une brigade séparée - quatre bataillons de démineurs militaires pour qu'ils soient répartis dans les communautés, et pour qu'il y ait un certain rythme, alors nous pourrons établir des délais. Cela équivaut à environ deux mille personnes de manière permanente. Je pense qu'après la guerre, il faudra transformer notre brigade de la police de transport en une brigade d'ingénieurs militaires qui s'occupera du déminage.

- Actuellement, les habitants de Kherson se plaignent du manque d'emplois, c'est pourquoi ils sont obligés de recourir à l'aide humanitaire. Comment le gouvernement va-t-il les sortir de cette dépendance à l'aide humanitaire ?

- Je ne sais pas... Cela devrait être progressif, comme cela se fait à Mykolaïv.

- Mais il est nécessaire de proposer des emplois aux gens.

- C'est ce qui se passe déjà, des magasins, des marchés et des entreprises sont en train de rouvrir. Il faut le faire lorsque Kherson sera sûr. Dans les villages, c'est plus difficile, car les gens travaillaient dans des exploitations agricoles, mais maintenant les champs sont minés, les gens n'ont pas de travail du tout.

Vous savez, si nous parlons de l'agriculture, notre région, bien sûr, restera une région agricole après la guerre. Je parle avec des représentants des États-Unis, des Pays-Bas, de la Suède, de la Belgique. Nous travaillons sur un projet pour qu'ils investissent dans l'agriculture. Et ils voient des perspectives. Par exemple, l'homme d'affaires américain Howard Buffett donne dix moissonneuses-batteuses et cinq tracteurs aux agriculteurs - c'est actuellement de l'aide humanitaire, mais je veux que ce processus continue et non seulement sous forme de charité.

Je dis aux agriculteurs : réfléchissez, il y aura une vie paisible, des projets sont nécessaires. Des propositions sont déjà soumises, d'abord timidement, mais maintenant, elles atteignent un autre niveau. Cependant, notre région ne doit pas vivre uniquement de l'agriculture. Actuellement, il y a des idées dans l'industrie pour que les gens reviennent et aient du travail.

Il s'agira de postes de travail, de prestations sociales, de conditions équitables pour toutes les parties.

- L'aéroport de Kherson, doit-il être reconstruit ?

- Oui, il doit l'être. Il sera difficile de le restaurer à partir du budget de l'État, mais des travaux sont en cours. Certains aéroports d'autres pays essaient déjà de former une coalition pour restaurer notre aéroport, qui est déjà une sorte de marque. Cependant, l'aéroport de "Kherson" est mieux connu comme l'aéroport de "Chornobaïivka".

- Comment encourager les gens à revenir dans la région de Kherson lorsque cette zone sera sûre ?

- Des avantages doivent être accordés aux entreprises. Le gouvernement nous écoute, il comprend que dès que la situation de sécurité le permettra... nous avons déjà des "Crédits accessibles à 5-7-9%", nous voulons mettre en place des "Crédits accessibles à 1-2-3%", c'est-à-dire des crédits presque nuls pour les habitants de Kherson. Et les banques acceptent cela. Il y aura également des micro-subventions pour la relance des entreprises, qui seront remboursées grâce à l'impôt sur le revenu. L'essentiel est que cela se fasse dans une zone sûre, car pour le moment, nous ne pouvons pas introduire de tels crédits à Kherson.

- Nous attendons la libération de la rive gauche ?

- Oui, il s'agit d'une zone sûre d'environ 40 kilomètres, alors nous pourrons octroyer des crédits.

LES DIRIGEANTS DES ADMINISTRATIONS MILITAIRES DES COMMUNAUTÉS OCCUPÉES ONT UN PLAN D'ACTION APRÈS LA LIBÉRATION

- Comment votre équipe a-t-elle été formée ? On dit qu'il y a trop de policiers dans votre entourage.

- Des gens qui avaient déjà travaillé avec moi sont venus ici. Ceux que je vois non pas comme des policiers, mais comme des organisateurs, je vois leur potentiel en matière de gestion. Mon adjoint, Yaroslav Shanko, était responsable de la prévention juvénile, il dirigeait les inspecteurs de quartier. La responsable du secrétariat a déjà travaillé sous ma direction auparavant, elle est venue de Kyiv à Kherson sans craindre.

- Vous avez mentionné qu'il y a plus de 160 postes vacants dans l'administration militaire. Combien en reste-t-il et de quels experts avez-vous besoin ?

- Nous avons désormais plus de postes vacants, environ 165. Nous avons besoin de responsables d'unités structurelles, d'avocats, de personnel de gestion des ressources humaines, d'experts en finances et en services publics. Si vous avez le désir de travailler et l'expérience correspondante, contactez-nous.

- Le chef élu de la communauté de Hornostaivske, Dmytro Liakhno, qui a été capturé, a demandé à rejoindre votre équipe. L'avez-vous accepté ?

- Je me suis entretenu avec lui, mais il ne souhaite revenir nulle part ailleurs que dans la communauté de Hornostaivske. Son adjoint dirige actuellement cette communauté (l'administration militaire - ndlr). La communauté est sous occupation. Bien sûr, s'il y a des problèmes pour le dirigeant actuel, il ne fera pas face - c'est une autre affaire. Quant au chef de la communauté, il a été élu par le peuple, c'est un professionnel, mais il y a quelqu'un d'autre nommé par le président. Je peux dire que lorsque nous libérerons la communauté, je ferai appel à Liakhno pour rejoindre notre équipe.

Au fait, les administrations militaires des territoires actuellement occupés ont déjà un plan d'action pour le moment où ils reprendront le contrôle de leurs localités. Nous voyons comment les lignes électriques sont tracées (il montre une carte - ndlr), actuellement toute l'énergie passe par la Crimée. Nous comprenons que la Crimée ne sera pas immédiatement libérée. Et les Russes détruisent tout. La ligne de Melitopol qui venait de la centrale nucléaire n'existe plus, la ligne de la centrale hydroélectrique n'existe plus non plus. Tout est coupé, et cela prendra un certain temps pour rétablir cela. Actuellement, nous étudions comment rétablir les localités que nous allons libérer. Il en va de même pour l'approvisionnement en gaz. Pour chaque communauté, nous préparons des générateurs, des transformateurs.

Actuellement, les dirigeants des administrations militaires des communautés actuellement occupées s'entraînent, se forment, ils sont assignés aux territoires désoccupés, ils aident à enregistrer les dommages, s'occupent de l'aide humanitaire. Ils élaborent déjà ainsi ce qu'ils feront après la libération de leurs communautés.

- Le gouvernement se prépare-t-il à une éventuelle menace en raison de l'explosion du "Titan de Crimée" ?

- Oui. L'évacuation et d'autres mesures sont prévues. Nous avons l'expérience nécessaire liée à cette entreprise (en 2018, les territoires des districts de Kalanchak et Chaplynka de la région de Kherson ont été touchés par les émissions chimiques de l'usine "Titan" de Crimée - ndlr).

- Comment évalueriez-vous l'action du gouvernement après que les Russes ont fait exploser la centrale hydroélectrique de Kahovka ?

- Le gouvernement a réagi, il n'y avait pas de failles, les erreurs ont été commises par des citoyens qui ont décidé que rien ne se passerait et n'ont pas voulu partir. Déjà à 5h30 du matin, la police a demandé aux gens de partir, à 7 heures du matin, des bus étaient déjà là, nous partons sous les tirs, et nous entendons : "Non, nous ne partirons pas - point final". Alors qu'ils étaient littéralement inondés. Et ensuite, nous les sauvons sur des bateaux, bien que nous ayons déjà été dans leurs maisons - leur demandant de partir.

Les experts ne s'attendaient pas à ce que l'eau pénètre aussi loin dans les Ingulets. On prévoyait qu'il y aurait 3-4 mètres d'eau, mais il y en avait 6 mètres. Mais si la vague avait continué, elle aurait inondé rapidement, avec plus de destructions et de pertes humaines.

- Des accusations circulent dans les réseaux sociaux selon lesquelles la direction ne s'occupe pas de la libération du maire de Kherson, Kolyhaiev, ni du maire de Hola Prystan, Babich, de ceux qui sont en captivité russe.

- J'ai demandé au sujet de tous les habitants de la région de Kherson qui sont actuellement en captivité russe. J'ai fait appel au Service de renseignement principal, au Bureau du Président et à d'autres organisations. Nos gens sont sur les listes d'échange, mais il y a probablement des raisons pour lesquelles les Russes ne les échangent pas. En ce qui concerne Kolyhaiev, j'ai également parlé à son fils. Et peu importe ce que les gens disent, la libération de Kolyhaiev est importante pour moi. Tout comme pour les autres otages - Horobtsova, Mykolaenko, Babich et d'autres Ukrainiens.

- Parfois, des reproches circulent dans les réseaux sociaux selon lesquels la direction, prétendument, passe la nuit à Mykolaïv, où il n'y a pas de bombardements fréquents, ce qui signifie que vous êtes "éloigné du peuple" à cet égard.

- Je ne passe la nuit qu'à Kherson, dans des appartements, dans des maisons, bien sûr, je change périodiquement de lieu de résidence. Je vais à l'extérieur de la région seulement pour le travail.

- Qui vous a surpris en devenant un traître ?

- Bulyuk (collaborateur, député du conseil régional - ndlr). Je pensais qu'il était plus intelligent. Saldo, Lytvyn - je savais que cela pourrait arriver. Stremousov - évidemment. Mais Bulyuk - il a deux enfants, beaucoup d'argent. Il devrait penser à ses fils, à son entreprise. Il va vivre en Russie, n'aura pas la possibilité de se rendre en Europe, de voir le monde, je pense qu'il a ruiné l'avenir de ses enfants.

Note :

Oleksandr Prokudin a servi dans les forces de l'ordre depuis 2000. Il a travaillé dans les unités d'enquête et de gestion des ressources humaines. Depuis novembre 2015, il est le vice-chef de la direction principale de la police nationale de la région de Kherson. Il a été chef de la direction de la police nationale de la région de Kherson de septembre 2019 au 12 février 2022.

Iryna Staroselts, Kherson

Photo de l'auteur et fournies par l'Administration militaire de la région de Kherson

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-