Julia Svyrydenko, Première vice-Première ministre de l'Ukraine
En 10 ans, nous devons remettre en utilisation 80 % des terres potentiellement contaminées par des objets explosifs
10.08.2023 18:20

Parmi les principales tâches pour le pays pendant la guerre et pendant une période considérable après son achèvement, il y aura le déminage et la remise en utilisation des terres potentiellement contaminées par des objets explosifs. De cela dépendent la qualité de la reconstruction d'après-guerre et le développement ultérieur de l'économie nationale. Le ministère de l'Économie de l'Ukraine, en collaboration avec d'autres départements et organismes gouvernementaux, les autorités locales, les partenaires internationaux et les experts, ainsi que la communauté professionnelle, travaille actuellement sur l'élaboration d'une stratégie de déminage humanitaire et sur la création d'un marché de fourniture des services appropriés.

La Première vice-Première ministre et ministre de l'Économie de l'Ukraine, Julia Svyrydenko, a partagé les objectifs et les approches d'Ukrinform.

SUR LES TÂCHES ACTUELLES

- Commençons par les chiffres. Quelle est la superficie des territoires en Ukraine contaminés par des objets explosifs ? Combien d'entre eux se trouvent dans les zones libérées de l'ennemi, combien près de la ligne de front, où le déminage n'est actuellement possible que pour accomplir des missions de combat, et peut-on estimer les besoins en déminage des terres temporairement contrôlées par l'agresseur ?

- Tout le monde a probablement entendu ce chiffre : 174 000 kilomètres carrés de territoire en Ukraine. C'est une estimation des territoires potentiellement contaminés. Cela inclut la ligne de front et les zones temporairement occupées. Il s'agit de tous les territoires que l'ennemi a pu atteindre, que ce soit en les occupant physiquement ou en les bombardant.

D'ici 4 ans, il est nécessaire de mener une enquête et de remettre en utilisation 470 000 hectares de terres agricoles

Pour évaluer la superficie réellement minée des territoires, il est avant tout nécessaire de mener une enquête non technique sur toutes ces terres. C'est une tâche sur laquelle nous travaillons activement en ce moment. D'ici la fin de l'année, nous prévoyons de mener une enquête sur environ 40 000 kilomètres carrés, en excluant la ligne de sécurité. La ligne de sécurité - 20 kilomètres des frontières avec la Russie et la Biélorussie, et 30 kilomètres de la ligne de front. Ces 40 000 kilomètres carrés sont les zones accessibles pour travailler : les territoires d’occupés dans les régions de Kharkiv, Tchernihiv, Soumy, Kyiv, ainsi qu'une partie des régions de Zaporijia, de Kherson et de Mykolaïv, où des combats actifs ont eu lieu.

Nous avons un plan distinct pour les terres agricoles, que le gouvernement a approuvé en mars. Selon ce plan, il est nécessaire de mener une enquête et de remettre en utilisation 470 000 hectares en 4 ans, c'est-à-dire 4700 kilomètres carrés. Ce sont des terres situées dans les régions de Dnipropetrovsk, Zaporijia, Kyiv, Mykolaïv, Soumy, Kharkiv, Kherson et Tchernihiv.

Nous avons déjà accompli un quart du plan d'enquête et de remise en utilisation de ces territoires. Nous prévoyons de le mettre à jour, car nous devançons significativement les taux prévus.

Les informations sur le déminage de chaque zone sont consignées dans une base de données spéciale. Le Ministère de la Défense, le Ministère de l'Intérieur et les Services d'Urgence fournissent chaque semaine des informations à la base de données IMSMA, provenant des opérateurs d'activités de déminage. Ce système contient toutes les données actuelles sur la contamination de nos territoires par des mines et d'autres objets explosifs. Cela permet de planifier et de hiérarchiser le déminage des terres, de voir ce qui a déjà été fait et combien de travail reste à faire.

Pendant que nous enquêtons et déminons les territoires, il est crucial pour les Ukrainiens de tenir compte des avertissements, des signes et des panneaux de danger de mines. Malheureusement, presque chaque semaine, de nouveaux rapports sur de nouvelles victimes d'objets explosifs apparaissent. Selon les statistiques, il y a déjà eu près de 700 incidents au total, avec près de 300 décès. Et en regardant la carte, il est clair que les tragédies se produisent là où la ligne de front était située – le plus souvent dans les régions de Kharkiv et de Kherson.

- Pouvez-vous au moins approximativement évaluer le degré de contamination sur les territoires temporairement contrôlés par l'ennemi pour estimer le travail qui attend les sapeurs après leur libération ?

- Il est trop tôt pour en parler car nous n'avons pas accès à ces territoires. Par conséquent, tout chiffre est purement hypothétique. De même que les prévisions sur la durée réelle du déminage. Tant que le pays est en guerre et que l'ennemi continue à mener des opérations de combat actives, personne ne peut fournir d'estimations précises. Pour l'instant, notre tâche est de nous concentrer sur les territoires accessibles en Ukraine pour mener des enquêtes et des déminages. C'est ce que nous faisons actuellement - enquêter, déminer et remettre en utilisation.

SUR LA SÉQUENCE ET LES PRIORITÉS

- Comment cela se passe-t-il en pratique ? Y a-t-il une approche sélective, où l'accent est principalement mis sur le déminage des objets d'infrastructure critique, tandis que l'accès des personnes aux autres territoires environnants est limité, ou bien les sapeurs travaillent-ils en examinant soigneusement et en libérant entièrement les territoires des objets explosifs carré par carré ?

- Pour la priorisation, nous utilisons une approche mondiale. Parmi les domaines clés d'enquête et de déminage figurent l'infrastructure critique et la vérification des foyers des Ukrainiens. Ensuite, les terres agricoles. Ensuite, les forêts et le déminage sous-marin.

Il est indiscutable que le déminage est l'une des premières tâches après la déoccupation. Par exemple, lorsque la région de Kherson a été libérée, les services d'urgence et le Service d'État de la sécurité du transport ont été les premiers à y entrer après les Forces de défense, menant le déminage des ponts, des routes et effectuant une vérification pas à pas pour détecter la présence d'objets explosifs. C'est extrêmement important pour que les gens puissent revenir dans ces zones et que la vie puisse y reprendre.

L'Ukraine - potentiellement l'État le plus contaminé au monde

Le ministère de l'Économie, comme vous le comprenez, ne procède pas physiquement au déminage des territoires. Cependant, nous jouons un rôle crucial dans ce processus. En ce moment, notre attention est principalement portée sur l'achèvement aussi rapide que possible de la révision et de l'approbation de la stratégie d'activités de déminage, ainsi que sur la coordination de sa mise en œuvre. Ce sera le document clé qui façonnera la politique dans ce domaine. De plus, il y a encore un autre rôle très organique pour nous : attirer des investissements et de l'équipement de la part de nos partenaires.

Un autre point important. La stratégie ne concerne pas seulement la séquence et les méthodes de déminage. Nous déterminons également quel rôle sera joué par les structures gouvernementales dans le processus de déminage et d'enquête, et quel rôle sera joué par les opérateurs privés. Le pays a besoin d'augmenter ses ressources, à la fois techniques et humaines. Et aussi de répartir correctement ce que nous avons déjà, afin de travailler de manière efficace. Après tout, l'Ukraine est potentiellement l'État le plus contaminé au monde. Par conséquent, les chiffres dont nous parlons sont globalement uniques pour le monde moderne.                 

Sur les territoires récemment libérés, où il y a des objets d'infrastructure critique, le rôle principal devrait être joué par les organisations gouvernementales. Là où, par exemple, les agriculteurs ont les ressources et la volonté de commencer l'enquête et le déminage à leurs frais, des opérateurs privés peuvent être impliqués. Pour cela, nous construisons un marché avec la possibilité d'acheter de tels services via des enchères transparentes.

Nous mettons déjà cette intention en œuvre. En août, nous organiserons la première enchère pour le déminage d'une zone forestière.

SUR LE MARCHÉ DES SERVICES DE DÉMINAGE

- Il s'agit directement de la formation d'un marché complet dans ce domaine, ou peut-être que dans la première étape, seuls l'État seront les demandeurs de ces services à travers le système d'achats publics, et que progressivement, les clients privés se joindront aux enchères ?

- Toutes les parties sont intéressées par une telle approche. Cela signifie qu'il y a des opérateurs privés de déminage ainsi que des clients privés pour ces services. La tâche de l'État est de créer des conditions pour une collaboration transparente maximale entre eux. Dans quelle mesure cette intérêt sera grand, sera démontré par la première enchère.

La tâche est d'accélérer la certification des opérateurs de déminage, tout en préservant la qualité.

 - Justement, je voulais demander si notre cadre juridique répond aux nouvelles exigences découlant des besoins de la participation du capital privé, des investisseurs étrangers et des opérateurs étrangers dans le processus de déminage? Faut-il modifier quelque chose au niveau législatif, au niveau réglementaire, ou suffit-il simplement de simplifier certaines réglementations, comme vous l'avez mentionné?

 - Le pays suit des normes internationales. L'une de nos tâches est d'accélérer les processus, par exemple la certification des opérateurs, tout en préservant la qualité. Pour cela, nous analysons les actes réglementaires pour déterminer lesquels doivent être mis à jour, lesquels doivent être annulés, et ce que nous pouvons numériser.

Nous avons besoin d'innovations, de nouvelles approches et de nouvelles normes pour le déminage des terres agricoles, afin de les rendre opérationnelles le plus rapidement possible. C'est pourquoi nous sommes en dialogue constant avec les opérateurs nationaux et internationaux et cherchons ces approches.

- Et comment réagissez-vous au désir de certains grands acteurs de l'agro-industrie de réaliser eux-mêmes des travaux d'inspection des territoires et de déminage? Par exemple, la société "Nibulon" a déjà reçu un certificat pour la reconnaissance des territoires potentiellement contaminés et se prépare à recevoir des certificats pour l'inspection technique des territoires, le déminage manuel et l'inspection des zones de combat. C'est-à-dire que les agro-producteurs disposent à la fois de l'équipement spécialisé et des experts. Ne risque-t-on pas que les sapeurs soient simplement attirés hors des structures étatiques?

- Le fait que nous ayons plus d'opérateurs est un bon signal. Car il y a beaucoup de travail, donc l'augmentation des ressources est une opportunité de rendre nos terres plus sûres plus rapidement. Et le fait que les holdings agricoles veuillent participer à ce processus, nous ne pouvons que le saluer.

En Ukraine, il existe trois centres de certification à Kamianets-Podilskyi, Merefa et Tchernihiv, où les sapeurs sont formés et où l'on peut déposer des documents conformément à la forme établie et obtenir un certificat d'opérateur en déminage. Je pense que le travail de certification augmentera là-bas. C'est une tendance compréhensible.

De plus, nos opérateurs publics du Service d'urgence et du Service spécial de transport prévoient également d'augmenter le nombre de sapeurs.

SUR LA PARTICIPATION DES AUTORITÉS LOCALES

 - Le rôle des organes de gouvernement local dans le déminage humanitaire. Est-ce que l'on ressent que sur place, l'importance de ce processus est comprise, ou préfère-t-on actuellement se concentrer sur le retour à la vie normale dans leurs localités (approvisionnement en produits, production de pain, paiement des gens), tandis que le déminage est considéré comme une perspective à plus long terme ?

- Tout le monde comprend que le déminage revêt une importance cruciale. C'est en fait "l'étape zéro de la restauration". Avant de reconstruire ce qui a été détruit, il faut s'assurer que la zone est sûre. De plus, le déminage est étroitement lié au développement économique. Pour relancer rapidement l'économie, le secteur agricole doit fonctionner efficacement. C'est pourquoi nous remettons en service les terres agricoles.

Les gouvernements locaux et les administrations étatiques participent activement à ce processus, car le plan de déminage des terres agricoles a été élaboré en fonction des besoins sur le terrain.

Des groupes de travail composés de représentants du Service d'urgence, du Service spécial de transport et des administrations militaro-civiles travaillent au niveau des administrations régionales pour coordonner les efforts. Ils établissent les plans à long terme, à moyen terme et hebdomadaires.

Ainsi, les autorités locales s'impliquent activement dans ce processus, et grâce à leurs informations, nous pouvons ajuster nos plans et approches globaux.

En mars, il y avait 12 machines de déminage en Ukraine, maintenant il y en a 26, et d'ici la fin de l'année, il y en aura au moins 60.

 - Une participation financière active des autorités locales (inspirée par les tambours de Kyiv) est-elle possible ? Ou est-ce que tout est actuellement financé par l'État et les donateurs internationaux ?

- Il y a des structures gouvernementales qui travaillent avec des fonds budgétaires. Néanmoins, nous avons le soutien de donateurs internationaux qui assistent les opérateurs de leurs pays. Actuellement, 14 opérateurs certifiés travaillent avec nous, dont certains ont une grande expérience à l'étranger.

Il n'y a actuellement pas de programme distinct de déminage humanitaire dans le budget de l'État. C'est pourquoi nous mobilisons activement des ressources partenaires. Nous avons pris un bon rythme et avons l'intention de l'augmenter davantage.

Lorsque le Ministère de l'économie a commencé à travailler dans cette direction en mars, il y avait 12 machines de déminage en Ukraine. Maintenant il y en a 26. D'ici la fin de l'année, il y aura au moins 60 de ces équipements. Dans l'ensemble, d'ici la fin de 2023, l'Ukraine recevra au moins 10 machines de déminage de la société Dok-ING et 10 machines de Global Clearance Solutions, ainsi que près de 200 machines de déminage, plus de 600 détecteurs de métaux, 50 machines de désamorçage, des kits individuels de déminage, des combinaisons de protection contre les explosions, des drones, des systèmes robotisés pour la neutralisation des munitions, etc. L'équipement nécessaire sera fourni par le Japon, le Canada, la Corée, la Suisse, la Lituanie, la Fondation Howard Buffett, PNUD, etc.

Nous dirigeons les efforts internationaux vers l'acquisition de machines de déminage d'une part, et vers l'établissement de notre propre production d'autre part. Les premiers signes de tels projets se sont déjà manifestés. Nous avons des accords pour la localisation de la production de la société croate Dok-ING d.o.o et de la société danoise Hydrema. Nous discutons également avec la France de la localisation de leur production en Ukraine.

SUR LE FINANCEMENT INTERNATIONAL

Cette année, nous recevrons 244 millions de dollars pour le déminage, et aux États-Unis, il est actuellement en cours de discussion de fournir jusqu'à 84 millions de dollars pour soutenir un opérateur privé qui travaillera en Ukraine

 - Quelles sont les perspectives de la participation financière future des partenaires internationaux dans les processus de déminage humanitaire ? Y aura-t-il des ressources pour les travaux nécessaires après la guerre ?

- Lors de la récente Conférence internationale sur la reconstruction de l'Ukraine à Londres, une séance spéciale a été consacrée au déminage. Nous abordons cette question à chaque rencontre avec nos partenaires étrangers. Les plus grands engagements ont été pris par les États-Unis, l'UE, le Japon, le Canada, l'Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas, et au total, plus de 30 pays.

Selon le rapport de la Banque mondiale, l'Ukraine aura besoin de plus de 37,5 milliards de dollars pour les besoins du déminage humanitaire. Nous avons déjà confirmé des engagements de partenaires pour recevoir près de 244 millions de dollars d'ici la fin de l'année pour les besoins du déminage humanitaire. Aux États-Unis, une somme séparée de jusqu'à 84 millions de dollars est actuellement en cours de discussion pour soutenir un opérateur privé qui travaillera en Ukraine.

Nous avons également ouvert un compte dans le cadre de l'initiative mondiale United24 pour le déminage humanitaire. La collecte de fonds vient de commencer, mais nous avons déjà recueilli plus de 17 millions de hryvnias (équivalent). Ces fonds seront utilisés pour l'achat d'équipements et de matériel.

Cependant, même avec de tels progrès, nous sommes encore loin des milliards dont parle la Banque mondiale. Pour attirer des volumes d'aide encore plus importants, nous avons besoin d'une sorte de "Rammstein de la déminage", mais dans le domaine du déminage humanitaire. Il est important que nous puissions progresser rapidement et déminer 80 % des terres potentiellement contaminées en 10 ans. C'est un objectif ambitieux, et c'est pourquoi nous unissons les efforts de nos partenaires.

Il est important de comprendre que lorsque je parle de 80 % en dix ans, je parle d'une évaluation des terrains disponibles pour les travaux. Selon nos prévisions, la proportion de terrains effectivement contaminés par rapport à ceux potentiellement contaminés ne devrait pas dépasser 20 %. L'expérience mondiale montre des taux de 8 à 15 %, mais compte tenu de l'intensité des combats en Ukraine et de la durée de la guerre, nos chiffres pourraient être plus élevés. Il est important pour nous de comprendre précisément où se trouvent ces 20 % de terrains minés.

Avec nos partenaires, nous testons différents drones pour évaluer leur efficacité dans la détection de mines et d'engins explosifs.

- Dix ans... est-ce réaliste ? Certains parlent de dizaines, voire de centaines d'années nécessaires pour nettoyer les terres ukrainiennes des conséquences de l'agression russe.

- Nous faisons tout ce qui est possible pour que le retour à l'utilisation de ces 80 % de terres se fasse en 10 ans. Nous souhaitons appliquer de nouvelles approches et technologies de pointe. Pendant la guerre, l'Ukraine a fait d'énormes progrès dans le domaine military-tech. Actuellement, nous testons différents drones avec nos partenaires pour évaluer leur efficacité dans la détection de mines et d'engins explosifs. Si nous pouvons trouver des technologies qui ont une forte probabilité de détecter les objets explosifs, nous les utiliserons lors de l'inspection des terrains. Ce domaine est prometteur mais est encore au stade initial de développement.  L'Ukraine a la chance de réaliser une percée dans ce domaine.

- Donc, les normes mondiales basées sur l'expérience de déminage dans les Balkans ou au Cambodge ne s'appliquent pas à l'Ukraine en raison du développement actuel des technologies ?

- Ces normes sont réglementaires, ce qui signifie que nous suivons les normes mondiales appliquées, notamment celles utilisées dans les Balkans et au Cambodge. Cependant, elles nécessitent des ajustements en tenant compte de la différence d'intensité de contamination dans notre cas, ainsi que des nouvelles approches et technologies d'inspection et de déminage. Par exemple, comme je l'ai déjà mentionné, nous pouvons maintenant utiliser des drones. De plus, les technologies traditionnelles de déminage, comme les équipements spécialisés, ont considérablement évolué.

Il est important pour nous d'avoir un programme de modélisation du développement de différents scénarios de déminage. Ce sera un produit unique. Des sociétés étrangères sont déjà prêtes à aider à développer un tel programme. Nous avons des réunions et des consultations avec elles.

SUR LES PLANS À VENIR ET LA STRATÉGIE MAJEURE

- Actuellement, si je ne me trompe pas, moins de mille groupes de déminage sont actifs en Ukraine. Compte tenu de la grande taille du pays et du grand nombre d'objets explosifs "offerts" par l'agresseur, cela semble insuffisant. Que pouvons-nous attendre d'ici la fin de la guerre et quel niveau devrons-nous atteindre ensuite pour atteindre les indicateurs que vous avez mentionnés ?

- Actuellement, 333 groupes de déminage sont actifs, dont 146 sont des opérateurs privés dans le domaine du déminage. D'ici la fin de l'année, nous aurons deux fois plus de démineurs qu'actuellement. Avant la guerre, il y en avait 1500, maintenant il y en a environ 3000. D'ici la fin de l'année, il y en aura 6000. Ce chiffre continuera d'augmenter l'année prochaine.

Cependant, il est important de comprendre qu'une plus grande quantité de personnel nécessite plus d'équipement : des véhicules pour le transport d'engins explosifs, des objets dangereux, et directement des véhicules de déminage. Par conséquent, tous les processus doivent être synchronisés. En augmentant le nombre de démineurs, nous augmentons également le nombre d'équipements.

La machine de Kharkiv pour la préparation des sols en vue du déminage a obtenu un certificat de conformité, ce qui permet maintenant de commencer sa production en série

 - Pouvez-vous synthétiser les tâches urgentes que l'Ukraine doit accomplir pour accélérer le déminage humanitaire maintenant, avant la fin de la guerre, et quelle sera la stratégie d'après-guerre pour réduire au maximum les délais d'inspection des territoires contaminés par les envahisseurs russes ?

 - L'efficacité de l'économie et le développement du pays dépendent d'un déminage rapide et méticuleux. Par conséquent, la tâche consiste à élaborer une stratégie appropriée qui permettra de répartir les ressources limitées. Nous sommes déjà en train de la mettre en place.

De plus, nous avons créé un Centre de déminage humanitaire. Nous avons déjà sélectionné son conseil de surveillance, composé de personnalités mondiales de premier plan, notamment l'investisseur américain Howard Buffett, le directeur du Service d'Instrumentation de politique étrangère de l'UE Peter Wagner, le chef du service des opérations opérationnelles du Centre croate de déminage Davor Laur, et l'Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon en Ukraine, Kuninori Matsuda. Bientôt, ils détermineront comment la direction du centre sera choisie. Le Centre collectera et analysera des données, s'occupera de la planification stratégique, de la coopération internationale et coordonnera les tâches de déminage humanitaire.

De plus, nous organisons régulièrement des réunions de groupes de travail interministériels sur le déminage. Déjà, 10 de ces réunions ont eu lieu avec des représentants des principaux organes dans ce domaine. Là, nous prenons conjointement des décisions sur les tâches clés et analysons les résultats de la réalisation des tâches précédentes.

La deuxième direction consiste à renforcer les structures gouvernementales avec des machines et de l'équipement spécialisé.

Le troisième aspect important est la création d'un marché transparent et l'attraction d'autant d'opérateurs que possible pour y travailler, y compris des opérateurs internationaux. Pour ce faire, le processus de certification doit être accéléré, ne dépassant pas trois semaines.

Ensuite, nous mettrons en place la production de machines ukrainiennes de déminage et appliquerons des technologies innovantes étrangères pour mener des inspections non techniques et techniques des territoires. Nous avons déjà obtenu les premiers résultats : la machine de Kharkiv pour la préparation des sols en vue du déminage a reçu un certificat de conformité et sa production en série peut maintenant commencer. L'usine peut produire jusqu'à 2 machines par mois. Cela accélérera considérablement le rythme d'inspection des terres.

Nous avons maintenant la chance de changer les approches en matière de déminage humanitaire non seulement en Ukraine, mais aussi dans le monde entier. D'autres pays apprendront de l'exemple et de l'expérience de l'Ukraine.

Vladyslav Obukh, Kyiv

Photo : Volodymyr Tarasov

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-