Kamianka choisit la vie

Kamianka choisit la vie

Ukrinform
Malgré les milliers de mines, les habitants retournent dans le village en ruines de la région de Kharkiv

Le tragique de Kamianka, près de la ville d'Izioum, a été précédemment rapporté par Ukrinform alors que le village était sous le contrôle des occupants. Bien que onze mois se soient écoulés depuis la libération du village, de nouveaux témoignages sur les atrocités des envahisseurs émergent encore. Néanmoins, les habitants commencent à retourner progressivement dans leurs maisons détruites. Pour l'instant, les habitants de Kamianka implorent le déminage complet du village, rêvent de la reconstruction de leur coin natal et sollicitent l'attention des autorités locales.

PLUS DE 70 HABITANTS DE KAMIANKA ONT PÉRI

Avant la guerre, Kamianka était un village assez peuplé, avec 1200 habitants. Contraints de fuir, ils sont maintenant dispersés en Ukraine et à travers le monde. Les gens maintiennent le contact par téléphone et sur les réseaux sociaux, cherchant toujours à connaître le sort de tous les concitoyens. Les fonctionnaires ne disposent pas de statistiques officielles sur les victimes.

« Nous essayons de tenir nous-mêmes, pour ainsi dire, un registre. Au début, nous avions le chiffre de 28 décès, puis 36, 39... Puis c'était déjà près d'une centaine. Mais maintenant, le chiffre approximatif est de plus de 70. Il y a des personnes considérées comme disparues sans trace. Mais qu'est-ce que cela signifie réellement ? Lorsqu'une personne était en vie le 23 mars (l'année dernière – ndlr.), se cachant dans une cave, ce dont il existe des témoignages, puis plus aucune information. Et plus d'un an s'est écoulé depuis. Bien sûr, nous comprenons que ces personnes ne sont plus en vie. Je pense que 8 à 10 % des habitants de notre village ont péri », - déclare Iryna Vosmeryk, une habitante de Kamianka.

Il n'y a pas eu d'enquête complète sur le village après sa libération.

« Si tous les arrière-cours étaient vérifiés maintenant, nous trouverions encore des corps de personnes décédées, ensevelis dans les caves. Les occupants avaient pour objectif de détruire complètement le village, de tuer tout le monde. Ceux qui ont survécu là-bas en mars 2022, ils les ont ensuite emmenés à Izioum. Les corps des victimes, tant les civils que nos soldats décédés au combat, sont restés sans sépulture pendant près de six mois », – souligne Mme Vosmeryk.

Au cours de mars et avril de cette année, dix corps ont été retrouvés dans le village, grâce aux proches ou aux connaissances des victimes.

Les corps des défenseurs ukrainiens tombés au combat continuent d'être découverts. De temps en temps, des équipes de recherche de la mission « Tulipe Noire » de l'Ombudsman pour les personnes disparues de manière suspecte participent aux opérations dans le village. 

Des représentants de la 95e Brigade d'assaut aéroportée, qui a héroïquement et désespérément défendu le village en mars, se joignent à eux. 

Un site de sépulture collective de nos soldats a déjà été découvert à Kamianka, mais les habitants affirment que les occupants jetaient même les corps dans la rivière et les étangs. 

LES ENVAHISSEURS N'ONT PAS ÉPARGNÉ QUE LES VIES HUMAINES

La région autour de ce qui était autrefois un village pittoresque est maintenant dévastée par des tranchées, des abris, où les occupants entreposaient des meubles et d'autres biens provenant de domaines, ainsi que des caponnières (structures de défense au fond des fossés – ndlr.).  De nombreux bosquets de conifères aux alentours ont été brûlés.

Les habitants indiquent qu'après l'occupation, le village est devenu une base où vivaient en permanence entre 2 500 et 3 000 soldats russes.

Au début de la guerre à grande échelle, le village comptait environ cent cinquante vaches. Une partie du bétail a été tuée par des bombardements, le reste est devenu du ravitaillement. Les envahisseurs ont également tué des chiens.

« Les occupants vivaient grassement chez nous, car les habitants avaient beaucoup de bétail, de porcs, de volaille. Les animaux qui ont survécu aux bombardements étaient abattus. Certaines personnes qui restaient dans le village et ont survécu racontent que les Russes découpaient les vaches, prenaient deux pattes et laissaient la carcasse pourrir, car il y avait suffisamment de nourriture. Et maintenant, partout, il y a des os d'animaux. La plupart des chiens ont été abattus d'emblée. Quant aux chiens de race, de grande taille, qu'ils pouvaient attraper, ils les ont emmenés en camion quelque part. Nous avons deux options : soit pour la vente, soit pour la nourriture, car les Bouriates et les Touvains les consomment », – partage Iryna Vosmeryk.

De plus, selon elle, les occupants ivres s'en prenaient aux chats : ils leur brûlaient les coussinets, gravant le symbole « V » sur leurs têtes et leur infligeant des blessures. Dans de nombreuses maisons, les habitants revenus ont trouvé des seringues usagées et des « bulbulateurs », comme ils les appellent.

Iryna Vosmeryk a découvert que près d'une cinquantaine de Bouriates et de Touvains avaient vécu chez elle et avaient transformé la maison en dépotoir et en toilettes au cours des six derniers mois.

« Grâce à de bonnes personnes qui ont accepté d'aider, trente mètres cubes de déchets ont déjà été enlevés. C'est l'équivalent de six tonnes. Et il faut encore enlever autant. Imaginez ! Et c'est ce qu'ils ont laissé derrière eux dans chaque cour », – souligne une habitante locale.

Bien sûr, chaque propriété a été pillée. Les restes de biens ont déjà été détruits par les Ukrainiens.

« C'est douloureux à dire, mais c'est une triste réalité. Après la libération, les habitants des villages voisins, voire de Sloviansk, sont venus se servir. Ils ramassaient des briques entières, démontaient les conduites d'eau, les systèmes de chauffage, les chaudières. C'est très douloureux », – soupire une habitante de Kamianka.

LE VILLAGE DOIT ÊTRE RECONSTRUIT À NEUF

Pour l'instant, le seul bâtiment intact dans le village est l'arrêt de bus, installé au printemps par les autorités routières. À côté de celui-ci, les habitants de Kamianka ont nettoyé les restes d'obus, les arbres endommagés par les tirs et ont planté des fleurs.

Comme dans de nombreux villages libérés, malgré le danger pour leur vie, les habitants ont eux-mêmes déminé les jardins afin de planter des pommes de terre en mai. Armés de filets de pêche au bout de longs manches, ils collectaient les « pétales » et, une fois qu'ils avaient amassé une quantité significative, ils appelaient les démineurs. Certains habitants osaient même désamorcer eux-mêmes les engins explosifs.

Au cours des derniers mois, les habitants de Kamianka ont adressé des appels collectifs à la Protection civile, à l'administration régionale, aux services d'électricité, de gaz, au Ministère de la protection de l'environnement et des ressources naturelles de l'Ukraine, au Comité de la Verkhovna Rada pour l'écologie, au Ministère de la Défense. Ils demandent que les zones contaminées par les explosifs soient déminées non seulement dans certaines zones liées à l'infrastructure, mais partout dans la localité et les propriétés. Cela stimulerait le retour des habitants.

Selon la réponse du Service principal des opérations de déminage, de la protection civile et de la sécurité écologique du Ministère de la Défense, l'opération de déminage non technique a débuté dans la localité en juin-juillet, financée par la Fondation suisse pour l'action contre les mines. Au 15 juillet, quatre zones contenant des objets explosifs avaient été identifiées, couvrant une superficie totale de 52 hectares. Après l'inspection complète, ces zones seront ajoutées à la liste des travaux de déminage humanitaire. Les délais des travaux ne sont pas encore précisés.   

Maintenant, plus de 70 personnes vivent dans le village en ruines, et d'autres le visitent. Selon les estimations des habitants de Kamianka, au moins 170 familles ont l'intention de revenir.

Encore une fois, selon les habitants, dans leur village de près de mille maisons, il serait possible d'en reconstruire entre 120 et 130. Cependant, ces bâtiments présentent des dommages très importants : toits effondrés, murs écroulés, installations intérieures complètement détruites (câblage électrique, chauffage). De plus, la plupart des bâtiments utilitaires sont endommagés. Cependant, la reconstruction des autres bâtiments est totalement impossible, car seuls les fondations et quelques pans de murs subsistent.

PERTES D'UNE DÉCOUVERTE GÉOLOGIQUE UNIQUE

La destruction de Kamianka est une tragédie pour ses habitants. Cependant, il s'avère qu'il y a aussi des pertes pour les scientifiques, car la région d'Izioum et de Kamianka est connue des géologues depuis près de 200 ans. Les dépôts du Mésozoïque affleurent dans les environs de la localité.

Comme l'observe Andriy Matveyev, professeur à la chaire de géologie fondamentale et appliquée de l'Université nationale de Kharkiv V. N. Karazin, les dépôts sont généralement classés en marins et continentaux, et à Kamianka, on trouve les deux types.

« En conséquence, ces dépôts renferment des vestiges d'animaux anciens et de plantes. C'est ce qui les rend intéressants. Les géologues de l'Université de Kharkiv y travaillent depuis le milieu du XIXe siècle. Des chercheurs de Kiev et de l'étranger sont également venus », – souligne le professeur.

Depuis les années 1970, Kamianka est devenue une base permanente pour les stages de géologie. Par la suite, un musée a été créé. Il y a quelques années, des spécialistes ont commencé à promouvoir l'idée de créer un géoparc dans la région de Kharkiv, qui ferait partie d'un réseau international.

« C'est la région du sud d'Izioum que nous avons proposée. Les premiers pas ont été faits au niveau de l'administration régionale. Mais la guerre a tout repoussé, bien sûr. Mais le plus inquiétant, c'est que le musée a été détruit, il ne reste que les murs, et tout ce qui avait été rassemblé à l'intérieur a été perdu. Et les zones les plus intéressantes, situées le long des ravines, des gorges et des rives des rivières, sont minées, et elles ne seront pas accessibles avant longtemps », – constate Matveyev.

Selon lui, le musée conservait des échantillons de roches de la région du sud d'Izioum, des échantillons de restes d'animaux marins et de végétation, qui étaient uniques, ainsi que des échantillons de minéraux utiles.

« La faune marine a généralement une distribution plus ou moins large. En revanche, la flore terrestre est très spécifique à certaines régions. Nous avions des découvertes qui portaient des noms comme "Flore de Kamianka" et "Flore de Harajivka", c'est-à-dire un complexe de plantes trouvées uniquement dans cette région. C'est une énorme perte pour la science géologique », – souligne le professeur.

QUESTION DE RECONSTRUCTION DÉCHIRANTE ET OUVERTE

Dans le district d'Izioum, où se trouve Kamianka, près de 17 000 bâtiments ont été détruits, dont des immeubles d'appartements et des maisons individuelles, des infrastructures critiques et des établissements d'enseignement. En ce qui concerne l'avenir du village autrefois florissant, il est difficile pour les responsables de dire quoi que ce soit maintenant. Oleg Syniehubov, chef de l'administration régionale de Kharkiv, indique que des plans de reconstruction sont en cours pour chaque localité. Quand ils seront mis en œuvre, c'est une question en suspens. Pour l'instant, les propriétaires de maisons privées ayant déposé des demandes de compensation dans le cadre du programme « yeVidnovlennya » doivent attendre les décisions des commissions des autorités locales.

Stepan Maselsky, chef de l'administration militaire du district d'Izioum, constate que du temps est nécessaire pour que les commissions inspectent les propriétés. Mais le problème encore plus important est la densité des zones minées, les démineurs n'ayant pas encore terminé le déblayage des zones sous les lignes électriques. Presque chaque semaine, des civils sont blessés lors du déminage.

« Nous avons 21 équipes de déminage dans la région. Mais nous manquons physiquement de démineurs. De plus, à cette époque de l'année, tout est envahi par les mauvaises herbes, ce qui ralentit les travaux car ils deviennent plus dangereux », – explique Maselsky.

Il note qu'une unité d'experts de la Protection civile a été créée, qui travaillera en permanence dans la région d'Izioum. Des locaux sont en cours d'aménagement pour le logement du personnel et de l'équipement.

Interrogé sur les perspectives de reconstruction de localités telles que Kamianka, le chef du district répond avec tristesse : « Pour être honnête, je n'ai pas de réponse pour le moment... Aujourd'hui, la question se pose de rétablir l'alimentation en électricité là-bas. Mais là encore, nous sommes confrontés au problème du déminage ».

Il y a une dizaine de villages totalement détruits dans la région.

« Le plus grand d'entre eux est Kamianka. Dovhenke, Topol'ske, Velyka Komyshuvakha, Zavody sont dans le même état. Il y a eu de terribles combats là-bas. La ligne de front a traversé ces villages pendant plus de six mois », – constate le chef du district.

Selon les informations de JSC « Kharkivoblenergo », 21 localités du district d'Izioum sont actuellement privées d'électricité. La vitesse des travaux de réparation dépend de la localisation, de la situation militaire, de l'autorisation des démineurs, de la présence d'habitants et de l'étendue des dommages. Le rétablissement de l'électricité à Kamianka « n'est pas une priorité pour le moment », – déclare le directeur technique adjoint de la société énergétique, Oleksandr Kyshynskyi

Cependant, Stepan Maselsky garde l'espoir que la majeure partie des travaux de rétablissement dans la région de l'énergie sera terminée d'ici septembre, et alors quelque chose pourrait être résolu pour des villages comme Kamianka. Cependant, il est plus probable qu'il n'y aura toujours pas d'électricité dans ce village cette année.

« Notre village a été surnommé "la route de la mort" sur les réseaux sociaux. Mais non ! Kamianka choisit la vie. Nous voulons vivre, nous voulons que notre village redevienne florissant. Nous demandons à l'État, au gouvernement de nous aider à nous reconstruire, à renaître. Sinon, les Russes seront comme les gagnants. Car ils ont voulu nous détruire, tout ce que nous avions », – souligne Iryna Vosmeryk.

Yulia Bayrachna, Kharkiv

Photos d'Andriy Dubchak, ainsi que celles fournies par Iryna Vosmeryk et Andriy Matveyev


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-