Tamila Tasheva, Représentante Permanente du Président de l'Ukraine en Crimée
Les habitants de la Crimée voient l'Ukraine lutter pour la péninsule
30.11.2023 19:20

Depuis près de 10 ans, la Crimée est occupée par les envahisseurs russes. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors du Deuxième Sommet parlementaire de la Plateforme de Crimée, a souligné que l'Ukraine libérera certainement la péninsule et la ramènera non seulement dans l'espace ukrainien, mais aussi dans l'espace européen commun. De son côté, la Représentation du Président de l'Ukraine en Crimée élabore des mesures que l'État ukrainien prendra en Crimée après la déoccupation. Tamila Tasheva, Représentante Permanente du Président de l'Ukraine en Crimée, a expliqué dans une interview à Ukrinform en quoi consistera la déoccupation cognitive de la Crimée, combien de temps elle pourrait prendre, comment se déroule la préparation de la réserve de personnel pour la péninsule, les sentiments actuels des habitants de Crimée, ainsi que le renforcement de la coopération entre l'Ukraine et les pays du Sud global.

PRÉPARATION DES EXPERTS CHARGÉS DE RESTAURER LA JUSTICE SUR LES TERRITOIRES LIBÉRÉS

- Quelles seront les premières actions de l'État ukrainien en Crimée après sa libération ?

- Lorsque nous parlons de la déoccupation de la péninsule de Crimée, il s'agit des premières mesures de stabilisation sur le territoire libéré des envahisseurs de Crimée et des changements systémiques de réintégration ultérieure.

Nous avons différentes idées sur la manière dont la péninsule sera déoccupée, comment les forces russes se retireront de Crimée. Peut-être que cela se fera progressivement, région par région. Peut-être que ce sera ce que l'on appelle un « geste de bonne volonté » de la part des Russes, comme nous l'avons vu à Kherson. L'Ukraine déoccupera inévitablement le territoire de la Crimée, mais cela peut nécessiter différents efforts et mesures.

Sans aucun doute, les Forces de sécurité et de défense de l'Ukraine seront les premières à entrer en Crimée pour libérer la péninsule des occupants. Ensuite, la restauration progressive des infrastructures, des télécommunications et d'autres objets vitaux se produira.

Nous l'avons déjà vu avec la libération de Kherson et de la région de Kharkiv. Pendant un certain temps, le territoire déoccupé peut être fermé, des structures appropriées y travailleront, s'occupant du déminage et de la restauration des besoins de sécurité de nos concitoyens. Après tout, pour l'instant, nous ne pouvons que supposer ce que feront les occupants lors de leur retrait de la péninsule.

De son côté, la Représentation du Président de l'Ukraine en République autonome de Crimée travaille en collaboration avec des partenaires sur le développement de politiques de réintégration, y compris l'aspect humanitaire de la réintégration. Il est important pour nous de comprendre comment les organes du pouvoir public rétabliront leur fonctionnement. De toute évidence, les administrations militaires fonctionneront. Pour lancer ce processus, une série de mesures est nécessaire, et nous travaillons dans cette direction.

Ainsi, le 23 août, la Verkhovna Rada de l'Ukraine a adopté plusieurs documents importants, dont la Déclaration sur les orientations prioritaires de la politique de l'État de l'Ukraine dans le domaine de la déoccupation, de la réintégration et de la restauration de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol. Une autre étape importante est l'adoption de la loi « Sur les modifications de certaines lois de l'Ukraine concernant la résolution de certaines questions de la structure administrative et territoriale de la République autonome de Crimée ». Ce document permet la création d'administrations militaires dans dix régions de la péninsule. Nous n'avions pas pu le faire plus tôt car l'élaboration d'un nouveau plan de régionalisation a commencé en 2020 et sa mise en œuvre était prévue après la déoccupation.

Il convient de noter que cette loi prévoit le fonctionnement des organes du pouvoir public et de l'administration militaire. Il est essentiel de créer ces institutions en priorité, car les habitants de la Crimée doivent comprendre à qui s'adresser pour résoudre leurs problèmes, pour les paiements sociaux, que faire pour ceux qui n'ont pas de documents ukrainiens, etc. Cela soulève des questions liées à la réserve de personnel, une ressource nécessaire pour travailler sur le territoire déoccupé.

- À quel stade en est la formation de la réserve de personnel pour la Crimée ?

- En mai, une résolution du Cabinet des ministres a été adoptée concernant la formation de la réserve de personnel pour les territoires déoccupés de l'Ukraine, notamment la République autonome de Crimée et la ville de Sébastopol. Plus de 2000 demandes ont déjà été reçues de personnes prêtes à faire partie du programme de réserve de personnel et à travailler dans les territoires libérés. Parmi elles, 80% ont choisi la Crimée comme lieu de travail futur. Cependant, il est clair que cela est insuffisant. Car la péninsule nécessitera 50 000 experts. Cependant, ceci n'est qu'un élément du processus de recrutement de personnel pour travailler dans les territoires déoccupés. Des détachements peuvent également être envoyés, où des spécialistes de divers organes centraux de l'administration exécutive seront mobilisés pour travailler dans les territoires déoccupés. Chaque structure, qu'il s'agisse de l'éducation, de la santé, etc., constituera indépendamment sa propre réserve de personnel.

Il est essentiel de mener un travail éducatif avec les personnes incluses dans la réserve de personnel. Les gens doivent être préparés de manière exhaustive, car il y a des questions liées aux changements législatifs et à la spécificité du travail dans les territoires déoccupés. Deux programmes éducatifs ont déjà été lancés à l'Université nationale Taras Shevchenko de Kyiv – « Gouvernance post-conflit » et « Gouvernance dans les territoires post-guerre ». Nous avons également développé un cours en ligne éducatif « ProKrym: politique de réintégration de la Crimée ». Il s'agit d'une éducation supplémentaire pour les fonctionnaires et tous ceux qui souhaitent mieux comprendre l'histoire de la péninsule et les différents aspects des événements socio-politiques. Plus de 17 000 citoyens engagés se sont inscrits au cours, et plus de 15 000 d'entre eux ont déjà obtenu un certificat.

Nous devons faire en sorte que l'Ukraine soit un pays sûr pour les habitants de la Crimée, à la mode et faisant partie de l'Union européenne.

Il convient de noter que la réserve de personnel n'est pas constituée uniquement de fonctionnaires, mais aussi de personnes qui n'ont pas d'expérience dans la fonction publique mais qui souhaitent travailler dans les territoires déoccupés. Parmi eux se trouvent des activistes communautaires, des militaires actuellement en première ligne, des journalistes, des étudiants. En collaboration avec l'école de commerce « MIM-Kyiv », la Représentation a élaboré un programme éducatif pour les cadres dirigeants dans les territoires déoccupés. L'idée du projet est de former une nouvelle génération de cadres dirigeants pour la réintégration de la Crimée et d'autres territoires, y compris les futurs dirigeants des administrations militaires. Le programme de formation comprend quatre modules éducatifs couvrant les questions de l'administration des affaires dans la gestion publique, la gestion stratégique, l'économie, l'innovation et le développement régional, et la gestion organisationnelle. Pendant la formation, les participants préparent et défendent des projets de groupe dans lesquels ils résolvent des problèmes spécifiques liés à la restauration des territoires déoccupés.

DÉOCCUPATION COGNITIVE PRENDRA AU MOINS 15-20 ANS

- Comment se déroulera la déoccupation cognitive de la Crimée ? Combien de temps cela pourrait-il prendre ?

En Crimée, le plus grand pourcentage de personnes résistant aux occupants réagit avec sarcasme aux actions du pouvoir russe – en particulier parmi la jeune génération.

- La stratégie de déoccupation cognitive de la Crimée est un document crucial, car elle concerne le travail sur les pensées des gens, leurs convictions, leurs valeurs, le « déminage » cognitif de l'influence toxique russe. D'ici la fin de l'année, nous élaborerons une feuille de route décrivant les étapes pratiques pour atteindre les objectifs clés de la stratégie. Nous expliquons à tous que les processus de déoccupation, puis de réintégration, seront difficiles. Mais nous nous y préparons. La déoccupation cognitive est un processus prolongé. Il est nécessaire de parler du fait que l'expérience des personnes vivant dans des conditions d'invasion à grande échelle en Ukraine continentale libre diffère de celle des personnes sur un territoire temporairement occupé. Les deux expériences sont importantes. Nous devons trouver des points de convergence. Cela doit être transmis par le biais de programmes éducatifs, d'échanges, etc. Bien sûr, ce ne sera pas facile. Les habitants de la Crimée ont vécu près de 10 ans dans des conditions de propagande totale. Il y a une militarisation de la conscience, des classes d'éducation patriotique pour les élèves, la jeunesse armée, etc. Nous devons faire en sorte que l'Ukraine soit un pays sûr pour eux, à la mode, faisant partie de l'Union européenne. L'Ukraine offre des opportunités aux habitants de la Crimée.

En Crimée, le plus grand pourcentage de personnes résistant aux occupants réagit avec sarcasme aux actions du pouvoir russe, en particulier parmi la jeune génération. Par exemple, on nous raconte qu'il y a des écoles à Djankoy où, pendant les pauses, les élèves ont un tel passe-temps - dire « Gloire à l'Ukraine ! » et « Gloire aux héros ! ».

Nous élaborons une feuille de route détaillée avec un plan d'action qui favorisera la désoccupation cognitive dans chaque sphère, сoncernant non seulement la Crimée mais également toutes les régions libérées de l'Ukraine. Nous préparons des manuels, des programmes éducatifs et des programmes. Nous parlons de la création de centres de culture de rue qui seront intéressants tant pour les jeunes que pour les personnes âgées.

Au moins 800 000 citoyens russes sont arrivés illégalement dans la péninsule.

Compte tenu de la complexité et de l'unicité de la situation en Crimée, on prévoit que les principaux changements dans le cadre de la désoccupation cognitive sur la péninsule se produiront dans au moins 15 à 20 ans, mais cela pourrait prendre le temps du changement de générations.

Il est important de noter que la question de la langue restera problématique pendant cinq à sept ans après la désoccupation effective. Une partie importante des habitants de la Crimée est habituée à parler russe, car beaucoup d'entre eux n'ont pas eu l'occasion de pratiquer régulièrement l'ukrainien. Quoi qu'il en soit, la connaissance de la langue ne peut pas être un indicateur de la loyauté envers l'Ukraine. Cependant, l'utilisation de l'ukrainien devrait être encouragée de manière raisonnable. La sphère publique en Crimée doit progressivement s'ukrainiser. Des cours spéciaux de langue ukrainienne doivent être rendus largement accessibles à différents groupes sociaux.

NOUS VOYONS QUE L'UKRAINE ATTEND EN CRIMÉE

- Parlez-vous aux habitants de Crimée ? Quels sont les sentiments aujourd'hui sur la péninsule temporairement occupée ?

Les Russes n'ont pas réalisé ce qu'ils avaient promis de faire en Crimée

- Je parle personnellement aux habitants de Crimée. Les sentiments des gens sont différents, car les gens en Crimée sont aussi très différents. Au moins 800 000 citoyens russes sont arrivés illégalement dans la péninsule. Il ne faut pas s'attendre à ce qu'ils soutiennent l'Ukraine. Il y a des citoyens ukrainiens qui avaient une position neutre, il y a une population pro-russe. Mais la plupart d'entre eux ont été déçus par les actions de la Fédération de Russie. Les Russes n'ont pas réalisé ce qu'ils avaient promis de faire en Crimée. Poutine disait qu'il y aurait des investissements, que la Crimée deviendrait une région très développée, mais cela ne s'est pas produit.

Et après une invasion à grande échelle, les habitants de la Crimée, à la fois russes et ukrainiens, ont vu que l'Ukraine se battait pour la péninsule. Cela inclut des opérations militaires quotidiennes réussies contre les installations militaires des occupants par les forces armées ukrainiennes. Et pour ceux qui ont entendu pendant près de dix ans les récits russes « La Crimée avec la Russie pour toujours », « Tout est calme en Crimée », « Nous protégerons la Crimée », l'image qu'ils dessinent a commencé à ne pas correspondre à la réalité. Qu'en est-il vraiment ? Il n'y a plus de tourisme depuis 2022, le « pont de Kertch » illégal est bombardé, les quartiers généraux militaires russes sont détruits. Les prix ont considérablement augmenté, il y a une pénurie de nourriture, de médicaments et de carburants et lubrifiants. Les habitants sont mobilisés, les corps des morts sont renvoyés. Les gens voient que d'un côté, la Crimée est dangereuse, et de l'autre, la vie ne s'améliore en aucun cas. Il n'y a pas de bons sentiments. Certains partent de la péninsule.

Il y a plusieurs mouvements de résistance en Crimée, ce qui n'existait pas avant une invasion à grande échelle. Il s'agit du mouvement partisan « ATESH », du mouvement de résistance civile « Yellow Ribbon », du mouvement féminin « Zla Mavka », et des « Crimson Seagulls ». Ils distribuent des tracts, de la symbolique, et surveillent les déplacements de l'équipement militaire ennemi.

Il y a aussi des citoyens qui montrent leur résistance – ils font des tatouages avec des symboles ukrainiens, manucures bleu et jaune, lèvent le drapeau ukrainien, versent des peintures jaunes et bleues sur les « commissariats militaires » d'occupation, chantent des chansons ukrainiennes et disent la vérité sur la vie en Crimée sur les réseaux sociaux. Pour cela, ils sont soumis à des sanctions administratives ou pénales. L'administration d'occupation russe réagit violemment à de telles choses, effectue des contrôles dans les rues, poursuit les gens, pénètre dans leurs maisons et les accuse sans fondement.

Nous avons constaté que les citoyens ukrainiens ont déjà payé plus de RUB 15,5 millions en amendes illégales. 559 affaires judiciaires ont été ouvertes pour soi-disant « discréditation des forces armées de la Fédération de Russie ». Dans 490 cas, une décision de sanction administrative sous forme d'amende a été rendue.

Les occupants ont compris que malgré les énormes investissements de 2014 à 2022 dans les structures de pouvoir et les organes répressifs qui luttent contre le « terrorisme » et l'« extrémisme », leur schéma ne fonctionne pas. Il y a des gens qui montrent leur résistance. Nous voyons que l'Ukraine attend en Crimée. Il faut en parler aux partenaires internationaux et aux citoyens ukrainiens.

Nous savons exactement que tout le monde qui vit là-bas ne soutient pas la Russie, comme le démontre la propagande russe. L'identité régionale des habitants de Crimée est très forte. Par conséquent, la résistance sur la péninsule existe et se renforcera, surtout après de nouvelles opérations militaires réussies de l'armée ukrainienne.

- Que va-t-il arriver aux logements et aux terres qui ont été fournis en Crimée pendant l'occupation, en particulier aux militaires russes ?

- Toutes les actions des administrations d'occupation sont illégales, y compris la saisie de biens des citoyens ukrainiens, la prétendue « nationalisation ». Nous réviserons et identifierons toutes les violations de ces « décisions ». Nous comprenons que les habitants de Crimée qui ont coopéré avec le régime sans le vouloir sont des otages de l'occupation. En cas de preuves de cette coopération, des poursuites criminelles seront engagées.

- Y aura-t-il un enterrement des militaires de l'armée russe qui ont été cachés en Crimée ?

- Nous étudions l'expérience d'autres pays pour agir correctement. Nous, citoyens ukrainiens, ne voulons pas que les tombes des soldats russes soient sur notre territoire. Mais il faut comprendre que certaines personnes qui sont allées combattre contre l'Ukraine sont des habitants de Crimée, pas des « nouveaux arrivants ». Donc, cette question est très difficile, mais nous trouverons certainement une réponse.

NOUS AVONS BESOIN DE COOPÉRATION NON SEULEMENT AVEC LES PAYS EUROPÉENS, MAIS AUSSI AVEC LE SUD GLOBAL

- Dans la ville de Kyiv, s'est déroulée la conférence internationale « Crimée mondiale. Comprendre l'Ukraine à travers le Sud ». Cet événement a réuni plus de 300 participants de 36 pays du monde. Peut-on conclure que l'Ukraine commence à coopérer avec les pays du Sud global ? Dans quelle mesure cela est-il important pour nous ?

- Malheureusement, dans l'histoire de l'indépendance ukrainienne, nous avons commis de nombreuses erreurs, y compris en diplomatie. La priorité pour l'Ukraine était la coopération avec les pays d'Amérique du Nord, le G7, l'Union européenne, des partenaires géographiquement proches. Nous avons accordé moins d'attention aux pays d'Asie du Sud-Est, du continent africain, d'Amérique centrale et du Sud, du golfe Persique. Certes, dans certaines régions, nous avions des liens plus forts, principalement liés à la reconstruction de notre sphère économique. Mais si l'on examine la carte du continent africain et la présence des ambassades ukrainiennes, leur pourcentage est minime. Bien sûr, il y avait des raisons objectives à cela, notamment le manque de financement, d'infrastructures pour ouvrir des ambassades, etc. Après 2022, lorsque le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué que l'une des priorités de la diplomatie ukrainienne était de travailler avec les pays du Sud global, nous avons renforcé nos relations avec ces pays.

Le thème de la Crimée est intéressant car la péninsule fait partie non seulement de la civilisation européenne, mais aussi du Sud global. Cela s'explique par l'histoire de la région, la présence de la plus grande communauté musulmane d'Ukraine avec une histoire islamique très ancienne, et la diversité des populations ainsi que les liens commerciaux avec de nombreux pays.

Pour de nombreux experts présents à la conférence internationale que vous avez mentionnée, l'Ukraine s'est révélée sous un jour nouveau. La plupart d'entre eux soutenaient notre pays. Cependant, il était important, au niveau expert, de parler des crimes de la Russie et des défis auxquels leurs pays sont confrontés en raison de la guerre russo-ukrainienne. Il s'agit de la sécurité alimentaire, des crimes du groupe Wagner, qui ont également eu lieu sur le continent africain et en Syrie, ainsi que des doubles standards dans les mouvements activistes de gauche, etc.

La Russie n'a encore été punie pour la poursuite de sa politique coloniale envers ses voisins.

Nous avons vu de nombreuses propositions de « plans de paix » au cours de la dernière année. Maintenant, il est clair que la Formule de paix ukrainienne, proposée par le président Volodymyr Zelensky, répond à toutes les questions et rassemble les plans qui nous sont proposés. L'Ukraine a besoin de coopération non seulement avec les pays européens, mais aussi avec les pays du Sud global. Tous ces pays sont membres de l'ONU, votent pour telle ou telle résolution. Par exemple, la Malaisie et l'Indonésie ont voté en faveur de la résolution du 23 février 2023 proposée par le président Zelensky. Bien qu'auparavant, ces pays s'abstenaient de décisions concernant l'Ukraine. À noter que j'ai visité la Malaisie et l'Indonésie, nous avons rencontré des représentants d'institutions religieuses et d'autres institutions. Il est important que la coopération soit systémique. Il faut expliquer qu'il ne s'agit pas de la confrontation entre les États-Unis et la Russie, comme le prétendent certaines de ces nations, mais d'une guerre, d'une invasion à grande échelle de la Russie en Ukraine. Pour notre État, c'est une guerre existentielle, c'est-à-dire une guerre pour simplement exister, et ce message est très clair pour les pays du Sud. Pour nous, c'est aussi une guerre de décolonisation, car la Russie considère l'Ukraine comme sa colonie et toutes ses actions sont construites à partir de cette position. Et à travers cette lentille, nous expliquons aussi qui nous sommes vraiment. La Russie n'a encore été punie pour la poursuite de sa politique coloniale envers ses voisins. Il faut en parler au niveau international, faire entendre la vérité.

Nous travaillons activement sur une politique de réintégration. L'un des points de la Formule de paix concerne l'intégrité territoriale de notre État. Le président a souvent déclaré que la fin de la guerre est impossible sans le retour de la Crimée. Plus de 80% des citoyens ukrainiens soutiennent l'idée qu'ils ne sont pas prêts à faire des concessions, à céder des territoires en échange de l'adhésion à l'OTAN ou à l'UE. Car il s'agit non seulement de territoires, mais aussi de personnes qui y survivent, illégalement emprisonnées.

Pour la Crimée, nous nous battrons de différentes manières : non seulement militaires, mais aussi diplomatiques. Nous impliquerons la « Plateforme de Crimée », qui se développe activement. Après la déoccupation, nous utiliserons cette plateforme à d'autres fins liées à la réintégration et à la restauration de la Crimée.

Cependant, parfois, nous entendons des récits selon lesquels il serait difficile de réintégrer la Crimée et qu'il ne vaut peut-être pas la peine de le faire. Certains analystes le disent, comprenant que derrière cela se trouve une dispersion, pour ainsi dire, de territoires – des centaines de milliers de personnes. C'est pourquoi nous travaillons non seulement pour montrer à nos citoyens que nous sommes prêts à la réintégration des territoires occupés, mais nous devons également le démontrer à la communauté internationale. Nous expliquons à tous que le processus de déoccupation, puis de réintégration, sera difficile. Mais c'est pourquoi nous présentons notre vision de ces processus. Non seulement les Ukrainiens, mais aussi la communauté internationale doivent comprendre que l'Ukraine libérera ces territoires. Notre État comprend les défis auxquels il sera confronté, et nous avons un plan.

- Quand avez-vous été pour la dernière fois en Crimée ? Et que ferez-vous en premier lieu lorsque vous arriverez sur la péninsule après la déoccupation ?

- La dernière fois que j'ai été en Crimée, c'était en janvier 2014. Lorsque je reviendrai sur la péninsule, je rendrai visite à mes parents. Ma maison est à Simferopol. Je déploierai toujours des efforts maximaux pour reconstruire la péninsule, j'aiderai dans tous les domaines. La Crimée est ma terre. Ce n'est pas seulement un travail, c'est la raison de ma vie. Et si je ne croyais pas au retour du contrôle sur la Crimée, je ne m'impliquerais pas dans cela depuis longtemps.

Olha Matarykina

Photo : Hennadiy Minchenko

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-