Artem Lysohor, chef de l'administration militaire régionale de Louhansk
Nous avons traité 42 000 demandes de logements endommagés
05.12.2023 18:00

Un entretien avec le chef de l'administration militaire régionale de Louhansk a été publié sur Ukrinform le 1er mai de cette année, et il était possible de prolonger la pause. Cependant, la guerre, surtout d'une telle envergure, apporte trop souvent des changements. Donc, dès que l'occasion s'est présentée, l'agence s'est de nouveau adressée à l'administration régionale. Nous n'avons pas été refusés, et l'on peut affirmer que la conversation a été assez franche, compte tenu des circonstances de temps de guerre.

ADMINISTRATION SANS TERRITOIRE, MAIS AVEC DES GENS

- Quand nous avons parlé pour la première fois, vous aviez travaillé deux semaines à ce poste. Plus de six mois se sont écoulés depuis. Avez-vous changé d'approche pendant cette période ?

- Eh bien, vous savez, dire que les approches ont changé, non. Parce que mon approche principale était et reste : une résolution professionnelle et principielle du problème. Et une résolution en temps opportun. Si un problème survient, il doit être résolu immédiatement. Bien sûr, si la situation le permet. Sinon, il est nécessaire de développer des propositions qui pourraient être présentées au Cabinet des ministres et à la Verkhovna Rada. C'est le plus important. C'est la tâche que je donne aux chefs des administrations locales et aux responsables de tous les départements de l'administration régionale. Et en tant que charge supplémentaire, c'est bien sûr le travail avec les hubs et les personnes déplacées à l'intérieur du pays. Et surtout, aider nos Forces armées ukrainiennes. Ce sont les tâches principales.

- Alors, je vous ai demandé si vous alliez changer d'équipe. À en juger par le site Web de l'administration régionale, les adjoints nommés par votre prédécesseur sont toujours en place. Ils vous conviennent, ou est-il difficile de trouver les experts nécessaires dans les conditions actuelles ?

- Eh bien, premièrement, il y a une pénurie de personnel. Mais ce n'est pas la principale raison pour laquelle on devrait laisser une personne à son poste si elle ne fait pas l'affaire. Deuxièmement, les directeurs de plusieurs départements ont déjà été remplacés. Il y a encore plusieurs dirigeants dont les décisions seront prises à la fin du semestre, lorsqu'il sera clair qui est capable de quoi. Et la principale exigence est le travail dans des conditions, disons, extrêmes, en l'absence de notre propre territoire, sur tout le territoire du pays. En fait, c'est la base du changement de composition du personnel. Il y a ceux qui « rattrapent », il y a ceux qui ont dû être « remis sur les rails ». Mais le travail avance, et je pense que ce qui se passe est sur la bonne voie.

- Avouons-le, quand j'ai appris la nomination d'un policier à un tel poste, j'ai pensé que les affaires économiques n'étaient pas très proches pour le nouveau chef de l'administration militaire régionale. Néanmoins, des messages arrivent constamment – ici un nouvel objet a été ouvert, là quelque chose a été lancé. Parlez-nous de vos réalisations dans ce domaine.

- Nous n'avons pas cessé de travailler, et dire que ce sont des réalisations particulières... C'est notre travail quotidien. Oui, il y a eu l'ouverture de deux hôpitaux avec un équipement entièrement moderne, la création d'un département ambulatoire, l'expansion du centre d'hébergement. Maintenant, le centre d'hébergement de la Dnipro sera encore plus étendu, car nous avons déjà eu des discussions avec notre partenaire international.

Il y a également plusieurs grands projets en cours de négociation avec des partenaires. Ce sont des projets éducatifs – nous avons fourni à 70% de nos enfants des tablettes, et les enseignants ont reçu des ordinateurs portables. Il reste une petite partie, mais j'espère qu'à la fin de l'année ou en janvier, nous terminerons ce programme avec le gouvernement, les bénévoles et les organisations internationales. Nous avons mené une campagne de santé estivale complète : il y a eu de nombreux voyages, beaucoup d'enfants ont été envoyés à l'étranger par des organisations internationales, et beaucoup ont été organisés par les administrations elles-mêmes.

BROYAGE DES RUINES POUR LES ROUTES

- En outre, les travaux de déoccupation ne cessent pas – une très grande partie de nos efforts. Parce que nous devons nous préparer à libérer la région, et vous, en tant que résident de Louhansk, comprenez vous-même combien l'ennemi a causé de dommages considérables à notre infrastructure routière, ainsi qu'aux structures de construction critiques, qui fournissaient de l'électricité et de l'eau. Tout cela, et bien plus encore, devra être reconstruit avec un effort énorme. Nous avons présenté des projets préparés pour plus d'un milliard de hryvnias. Nous impliquons également des partenaires internationaux. Beaucoup de travail est actuellement en cours avec des institutions internationales, notamment pour reconstituer les réserves matérielles et techniques qui ont été pratiquement perdues en 2022. Quelque chose a été perdu pendant les hostilités, beaucoup a été utilisé pour soutenir nos forces armées. Par conséquent, l'accumulation de ressources pour assurer un fonctionnement stable après la déoccupation est en cours. C'est également la principale direction de notre travail.

- En ce qui concerne l'aide internationale. Récemment, le forum international Rebuild Ukraine s'est tenu, avec la participation des habitants de Louhansk. Qu'avez-vous convenu là-bas, et en général, que sont prêts à faire les partenaires ? Restaureront-ils le logement et les installations sociales, ou nos entreprises intéressent-elles quelqu'un ? Avant l'invasion russe à grande échelle, les Belges étaient activement intéressés par leur héritage à Lysychansk...

- Je ne peux pas vous dire clairement pour les Belges et Lysychansk ; ils explorent différentes options là-bas. Quant à Rebuild, c'est une grande plateforme internationale pour le développement et la mise en œuvre de projets économiques, allant des écoles aux grandes infrastructures hydrauliques, aux systèmes d'assainissement... Des négociations sont en cours avec un pays que nous ne nommons pas encore, concernant le traitement de nos structures en béton détruites. Non seulement les démonter et les transporter à la décharge, mais les transformer pour restaurer les routes et construire des structures à des fins économiques. Un large éventail de projets a été discuté, et ce n'est que le début. Il était important d'y participer. Le premier grand pas y a été fait pour travailler avec des donateurs internationaux. Parce que lorsque vous n'avez pas de projets bien élaborés et détaillés, lorsque vous n'avez pas un chemin clair, les partenaires internationaux ne veulent pas travailler.

Les négociations doivent être abordées avec des ensembles de documents préparés. C'est précisément ce que nous avons fait. À l'heure actuelle, nous continuons à élaborer des projets. L'ennemi détruit tout, et la reconstruction nécessitera des efforts considérables. À ce jour, des protocoles d'intention ont été signés, mais nous devons comprendre que chaque fonds étranger, chaque structure étrangère, en plus de l'aide matérielle et technique qu'ils peuvent actuellement fournir pour le fonctionnement du complexe économique, surveillent attentivement l'utilisation de leurs fonds. La condition préalable est la déoccupation. Des forums similaires sont organisés pour préparer des projets afin de recevoir immédiatement un financement supplémentaire sous forme de subventions et de mettre en œuvre tel ou tel projet. Cependant, aujourd'hui, entreprendre des travaux d'envergure dans la bande étroite de la zone déoccupée de Louhansk est impossible en raison des tirs ennemis intenses.

- À mon avis, l'information sur la volonté de transformer les ruines de béton en matériaux de construction est très intéressante. Ces technologies ont-elles déjà été utilisées quelque part dans le monde ?

- Oui, cette expérience existe. Ces deux grandes entreprises avec lesquelles nous négocions ont des équipements puissants qui transforment complètement les produits en béton armé en gravier de différents formats, pouvant être utilisés pour la construction de routes et d'infrastructures économiques, avec l'ajout de composés chimiques dont ils maîtrisent les formules. Nous sommes très intéressés par une telle coopération car il y a beaucoup de destructions. En passant, l'un des projets implique l'élimination et le traitement des déchets ménagers. Nous comprenons qu'établir des décharges pour l'élimination des déchets ménagers et de construction – ce n'est pas une solution. Ce n'est ni écologique ni correct, et ce n'est pas attrayant sur le plan des investissements pour la région.

IL EST TROP TÔT POUR DIRE ADIEU AUX MINES

- Avez-vous une vision de la manière dont la région de Louhansk sera économiquement et écologiquement après tout cela ? Pour ne pas aller loin, notre région est une région minière. Les envahisseurs ont « essayé » de débarrasser l'Ukraine du mal de tête des mines non rentables, dont la plupart se trouvent en Louhansk. Mais que faire des eaux minières toxiques lorsque celles-ci commenceront à remonter à la surface ?

- En ce qui concerne les mines, elles sont vraiment l'une de nos plus grandes préoccupations. Des travaux, y compris sur le traitement de l'eau, sont en cours, mais nous n'avons pas accès à cette zone, et nos instituts ne peuvent pas évaluer l'ampleur des dégâts et ce qui devra être fait. C'est la question la plus ouverte pour la région, qui peut causer de grands problèmes. C'est une chose lorsque les eaux remontent simplement à la surface. Il suffira de les filtrer et de les diriger vers des plans d'eau. Mais les puissants bombardements de missiles et d'artillerie ont causé des dommages aux structures minières, et il sera probablement nécessaire de les renforcer. Et certaines mines, peut-être, pourront encore être restaurées à un niveau de rentabilité. C'est un très grand complexe. Nous travaillons sur tout cela avec les organes de l'État : que faire avec les mines et comment assurer la sécurité environnementale.

En plus des mines, il y a un très large éventail de choses qui peuvent affecter l'environnement, notamment les changements dans les lits des rivières causés par les inondations. Bien sûr, l'ennemi n'a pas traité les problèmes de pollution du territoire pendant deux ans et ne prévoit pas de s'occuper des déchets, y compris des déchets humains. Il y aura également un grand cluster de travail ici. En fait, les questions environnementales seront les premières.

- Territoires désoccupés. Ces tempêtes de neige n'ont-elles pas causé de catastrophe là-bas ?

- La situation est difficile. Mais nous avons anticipé en constituant des réserves alimentaires; le secteur médical est également approvisionné. Nous avons acheté du bois à temps, et les militaires ainsi que les forces de l'ordre ont aidé à les livrer rapidement aux foyers qui en ont le plus besoin. Nos forces de l'ordre, en collaboration avec les employés de l'administration régionale et des bénévoles, continuent d'assurer une assistance constante à nos citoyens. Une coordination constante est en place avec cette zone, et dans l'ensemble, toutes les exigences sont satisfaites grâce aux équipes mobiles de la police et à nos représentants. À l'heure actuelle, il n'y a pas de aspects critiques ici. En ce qui concerne l'aggravation de la situation, des itinéraires d'évacuation sont prêts. En cas de blessure ou de traumatisme d'un citoyen, une coopération est établie aussi bien avec les forces armées qu'avec les organismes de maintien de l'ordre de la région de Louhansk, prêts à prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires.

MORT AUX ENNEMIS!

- À en juger par vos discours, y compris à Ukrinform, vous êtes plutôt bien informé sur la situation dans les territoires occupés de la région. Sans révéler de sources, que pouvez-vous dire sur les crimes commis par les envahisseurs russes, ainsi que leurs collaborateurs locaux? Je fais référence à des collaborateurs de premier plan tels que Leonid Passchnyk ou Denis Miroshnychenko (chef du prétendu « Conseil populaire de la LNR », - ndlr.).

- Le plus grand crime qui se déroule actuellement est la mobilisation forcée et la passportisation des personnes. Les envoyer au combat contre leurs compatriotes, sans tenir compte des droits de l'homme et des accords internationaux. En ce qui concerne les traîtres à la nation que vous avez mentionnés et quelques autres... J'ai toujours dit que les traîtres ne sont nécessaires à personne. Et, comme nous le voyons, ils ont commencé à s'éliminer mutuellement en se partageant les sphères d'influence. La Russie est venue achever le processus.

- Savez-vous où se trouve Ihor Kornet (« ministre par intérim du MIA de la LNR », qui a été explosé dans un salon de coiffure le 15 mai – ndlr.)? Ou est-ce que Ihor Plotnytsky (ancien chef de la « LNR », renversé par Kornet en 2017 – ndlr.) a vraiment été empoisonné?

- Le travail de nos partisans, de nos services spéciaux, c'est leur domaine, et je ne peux pas répondre de leurs actes. Selon les informations que nous recevons, Kornet serait en vie, se cachant dans sa maison, sans sortir. Mais le paiement pour ses actes viendra. En ce qui concerne Plotnytsky, ce que je sais est connu de tous. Il s'est maintenu au pouvoir trop longtemps. Je l'ai dit et je le dirai toujours : les « républiques » seront nettoyées des « activistes » russes par les Russes eux-mêmes, et ce qu'ils ne feront pas, nos services spéciaux le feront. Il n'est pas nécessaire de leur accorder une attention particulière.

- Entièrement d'accord avec vous, mais les lecteurs sont intéressés. Un autre point : il y a des informations selon lesquelles il y aurait un camp ou une zone dans le village de Zaïtsevo, raion de Svatove, où sont détenus les « refuzeniks » russes – ceux qui ont refusé de participer davantage aux hostilités. Avez-vous des informations à ce sujet ?

- Je vais vous en dire plus – il n'y a pas qu'un seul camp là-bas. Il y a un camp à Rozsypne (dans la raion de Svatove), il y en a un près de Kremenna... Certains ferment, d'autres ouvrent. Il y a un grand nombre d'évitateurs qui ne veulent pas aller au combat. Il est évident que beaucoup d'entre eux sont sortis sous divers prétextes. Nous avons entendu de prisonniers de guerre russes qu'ils sont menacés de fusillade par leurs commandants s'ils ne prennent pas d'assaut telle ou telle position. Nous observons une multiplication par trois du nombre de camps médicaux. La quantité de blessés lors des prétendues attaques « de viande » est disproportionnée même pour le nombre d'établissements médicaux qui se trouvent dans toute la région occupée de Louhansk, et il y a déjà des informations sur des hôpitaux surpeuplés dans les régions de Rostov et de Koursk. Y compris les hôpitaux militaires sur le terrain. Une telle quantité de « refuzeniks » indique qu'il y a des gens parmi les Russes qui comprennent qu'ils sont simplement éliminés. Mais, je vous le dis honnêtement, la Russie est un pays sans choix, et je pense que de toutes les manières possibles, ces personnes seront contraintes d'accomplir les tâches délirantes fixées par la direction russe. Donc, je ne serais pas surpris si ces camps sont reprofilés en camps de rééducation. Mais, je le répète, c'est le domaine de nos services spéciaux, de nos forces armées, et au cours des derniers mois, nous constatons d'excellents résultats de l'« influence » des Forces armées ukrainiennes dans ces lieux de concentration des forces terroristes russes.

DE L'ESPACE, ON VOIT MIEUX

- Dernière question. Il y a eu des informations selon lesquelles des changements sont prévus dans la politique sociale à l'égard des personnes déplacées à l'intérieur du pays. À quoi doivent-elles se préparer ?

- Toute modification de la politique sociale à l'égard des personnes déplacées à l'intérieur du pays relève de la compétence du ministère de la Réintégration. Nous collaborons constamment avec eux et avons élargi la gamme de services de nos hubs, créés pour cette catégorie de personnes. Ils peuvent désormais recevoir des services médicaux et juridiques en fonction du hub. Les centres de prestation de services administratifs sont également très actifs. Ils fournissent des conseils sur des questions actuellement très importantes, telles que le paiement des indemnités pour les logements endommagés. Le décret du Cabinet qui a pris en compte toutes nos suggestions a été élaboré – dans la version précédente, les propositions de recherche éloignée n'étaient pas prises en compte. En effet, la zone est occupée, mais grâce à la télédétection par satellite, il est possible de déterminer le degré de destruction du logement des personnes qui ont perdu leur logement, sur la base de quoi une indemnisation peut être attribuée aux frais de l'État – ce qui est déjà fait dans certaines régions. À l'heure actuelle, le projet pilote a été lancé conformément au décret sur le territoire de la ville de Melitopol – nous, avec Melitopol, Marioupol et l'administration militaire régionale de Donetsk, avons demandé au Cabinet d'apporter des modifications. Les changements, selon nos suggestions, ont été apportés, maintenant la télédétection du sol commence pour détecter et géoréférencer les bâtiments sur place. Si cela est fait correctement, une fois l'algorithme approprié élaboré et que les demandes arriveront – nous avons traité 42 mille demandes de ce type – et que les instructions sur la manière de calculer les paiements arriveront, nous commencerons immédiatement à les effectuer.

Mykhailo Bublyk, Lysychansk

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-