Vitaliy Bunechko, chef de l'administration régionale de Jytomyr
La région de Jytomyr a attiré près d'un milliard d'UAH d'aide internationale
29.12.2023 18:52

Après la libération du nord de la région de Jytomyr, le principal problème là-bas est le déminage des territoires. Malgré cela, dans la communauté de Narodytske, dont certaines localités ont été occupées par les Russes, tous les ponts détruits ont été reconstruits cette année. Ils ont également réalisé la première opération de déminage humanitaire en Ukraine dans une zone forestière.

Le chef de l'administration régionale de Jytomyr, Vitaliy Bunechko, a parlé de la reconstruction ultérieure de Jytomyr, de l'aide des partenaires internationaux, du renforcement de la défense antiaérienne et du fonctionnement des entreprises en temps de guerre à part entière dans une interview à Ukrinform.

PLUS DE LA MOITIÉ DES LOGEMENTS ENDOMMAGÉS ONT DÉJÀ ÉTÉ RÉPARÉS

Vitaliy Ivanovych, parlez-nous de la situation dans les localités de la communauté de Narodytske libérées au printemps 2022. Quels sont les problèmes non résolus là-bas maintenant ?

Presque dès le début de la guerre à grande échelle, neuf localités de la communauté de Narodytske ont été occupées. Le reste de son territoire a été touché par des bombardements aériens. Parfois, en revenant de bombardements sur Jytomyr et d'autres villes, les avions russes larguaient des munitions pour ne pas revenir avec elles à leurs bases.

Dès que les localités de la région de Jytomyr ont été libérées, nous avons immédiatement entrepris la reconstruction. Nous avons d'abord reconstruit le logement, mais la reconstruction de l'infrastructure a été le plus grand défi. Les Russes ont détruit quatre ponts qui assuraient une logistique ininterrompue entre au moins dix localités de la communauté.

Cette année, nous avons reconstruit tous ces ponts grâce au projet « United24 ». Nous avons réussi à convenir de leur construction avec le Service d'État du transport spécial. Cela a permis de ramener rapidement les localités libérées à une vie normale, car sans les ponts au printemps, lors des inondations, il fallait contourner jusqu'à 50 km. Cela compliquait considérablement la fourniture de soins médicaux et de produits alimentaires. Nous envisageons maintenant de rétablir la ligne de bus vers ces localités.

La communauté de Narodytske revient à une vie normale, mais il reste toujours la question du danger des mines, car de vastes zones y sont minées.

Je donnerai un exemple. Lors d'une récente réunion où nous discutions de la nécessité de tirer sur les animaux sauvages qui pénètrent dans les localités, les militaires ont catégoriquement interdit de le faire dans la communauté de Narodytske, précisément en raison du danger des mines. Les répercussions de l'occupation se feront sentir pendant très longtemps.

Dans les massifs forestiers de la communauté, un projet de déminage humanitaire a déjà été mis en œuvre. Maintenant, nous négocions la déminage avec la société « GK GROUP » et son partenaire américain Tetra Tech.

Combien de personnes touchées par les bombardements dans la région ont-elles déjà pu être réparées ? De quelles sources proviennent les financements ?

Depuis le début de la guerre à grande échelle, notre région a subi 116 attaques de missiles et de bombes. En conséquence, 4800 objets ont été détruits ou endommagés, dont 200 sont impossibles à restaurer. Nous avons déjà réussi à restaurer plus de 2700 objets, pour un coût d'UAH 270 millions provenant du Fonds de restauration des biens et infrastructures détruits, du budget régional et des budgets des communautés. Le travail se poursuit.

Les habitants de la région utilisent activement le programme d'État « eRestauration ». Au 15 décembre, 678 demandes de compensation pour des biens endommagés ont été déposées dans la région. Les commissions ont approuvé des paiements pour la restauration de 500 maisons et appartements d'une valeur d'UAH 51,9 millions. De plus, les propriétaires de 447 maisons endommagées ont déjà reçu des fonds sur des comptes bancaires pour un montant total d'UAH 36,9 millions.

En même temps, la banque a traité et transmis pour paiement 58 demandes d'un montant d'UAH 1,5 million, une demande est en attente d'examen avec une compensation totale d'UAH 17,9 mille.

AIDE PARTENARIALE DE L'ESTONIE

Comment les partenaires internationaux contribuent-ils à la reconstruction de la région ?

Tout d'abord, je tiens à mettre l'accent sur l'aide de l'Estonie, qui est un partenaire d'État de notre région. Grâce à elle, une école maternelle a déjà été construite et fonctionne à Ovruch, et au début de janvier, nous prévoyons d'ouvrir sa deuxième phase. Nous avons également reconstruit un pont à Malyn en collaboration. Le coût du projet est d'UAH 113 millions, dont près de la moitié provient de fonds estoniens. Cela nous a permis d'économiser des fonds et de lancer un appel d'offres pour la reconstruction du pont dans la communauté territoriale d'Olevsk à travers la rivière Ubort.

Nous espérons que les négociations avec le Portugal se termineront avec succès et que nous pourrons restaurer le lycée n° 25 à Jytomyr.

La région de Jytomyr collabore activement avec l'UNICEF. Notamment pour l'aménagement d'abris dans les écoles et les hôpitaux, les laboratoires STEM, un projet de soins précoces pour les nouveau-nés initié dans la région de Jytomyr et déjà étendu à d'autres régions.

Nous collaborons également avec le PNUD dans le cadre du projet « ECHO4SCHOOLS-UA » pour la réparation/modernisation des écoles dans les régions touchées par la guerre. Ainsi, 31 écoles bénéficieront de rénovations, de la modernisation des espaces éducatifs, ainsi que de l'approvisionnement en meubles et équipements. Notamment, neuf écoles de la communauté de Jytomyr ont déjà achevé les travaux de rénovation, pour un coût d'environ UAH 100 millions.

Depuis le début de la guerre à grande échelle, grâce à une collaboration active avec des partenaires internationaux, nous avons pu mobiliser environ UAH 1 milliard pour divers projets dans la région de Jytomyr.

Récemment, nous avons entamé une nouvelle étape de collaboration avec l'UNICEF et la banque d'État allemande KFW. Dans le cadre du mémorandum signé, les communautés d'Andrushivka, Korosten, Jytomyr, Zvyahel, Khoroshiv, and Olevsk ont reçu UAH 265 millions pour assurer un approvisionnement en eau de qualité, la protection et le soutien social des enfants, le développement de la jeunesse, l'éducation, et les soins de santé.

Sur le site de l'administration régionale, il y avait des informations selon lesquelles l'un des financements pour la reconstruction de l'école endommagée par les bombardements dans le village de Kirdany proviendrait de la confiscation des actifs russes. Quels sont les autres objets dans la région qui bénéficieront de ces fonds ?

Il s'agit au total de six objets financés par le Fonds de liquidation des conséquences de l'agression armée, dont l'une des sources de financement est la confiscation des biens de la Fédération de Russie en Ukraine. En plus du lycée de Kirdany, il s'agit du lycée de Korosten, de l'hôpital clinique régional O.F. Gorbachevsky, de l'hôpital pour enfants de la région, du centre de sécurité de Velyka Haich, et de l'élaboration de la documentation de projet pour la construction d'une résidence pour les déplacés à Zarichani. Le financement total de ces projets est d'UAH 852 millions.

Comment sont mis en œuvre les projets visant à fournir un logement aux déplacés dans la région ?

À Jytomyr, en collaboration avec des partenaires internationaux, nous mettons en œuvre un projet de construction d'un complexe résidentiel pour les personnes déplacées. L'année prochaine, 40 maisons modulaires seront livrées à la ville depuis la Croix-Rouge. Un dortoir pour les déplacés sera également construit à Zarichani grâce au Fonds de liquidation des conséquences de l'agression armée.

De plus, nous avons soumis une demande au ministère de la Réintégration pour la reconstruction de cinq autres objets pour un logement compact des personnes déplacées.

54 GROUPES DE TIR MOBILES FORMÉS DANS LA RÉGION DE JYTOMYR

Dans quelle mesure la région est-elle prête à d'éventuelles attaques ennemies contre les objets de l'infrastructure énergétique ? Comment avez-vous renforcé le système de défense antiaérienne ?

Presque chaque nuit, nous entendons l'alarme aérienne en raison des « shaheeds » qui survolent la région de Jytomyr. Il n'est pas exclu que l'ennemi attaque l'infrastructure énergétique, c'est pourquoi nous renforçons notre défense antiaérienne. 

Nous créons 54 groupes de feu mobiles et avons collecté UAH 108 millions auprès des communautés de la région pour l'achat de pickups et d'équipements. 21 véhicules sont déjà en service, et 33 autres seront livrés à l'unité militaire d'ici la fin de l'année.

De plus, les formations volontaires de nos communautés territoriales sont équipées de mitrailleuses. Elles se forment maintenant et assumeront des tâches de combat contre les « shaheeds ».

Je tiens à assurer que nous avons préparé des surprises pour l'ennemi, y compris en cas d'utilisation de missiles guidés. Nous surveillons et renforçons constamment tout cela.

Comment fonctionne l'économie de la région en temps de guerre à grande échelle ? Récemment, vous avez publié des informations selon lesquelles trois parcs industriels ont été créés dans la région de Jytomyr et que quatre autres sont prévus. Pourquoi seulement un sur les trois existants fonctionne-t-il, à Korosten ?

Notre expérience à Korosten montre que la présence d'un grand investisseur qui rassemble des entreprises connexes peut assurer le lancement réussi et le fonctionnement continu d'un parc industriel. À Korosten, un cluster de transformation du bois s'est formé de cette manière. Environ UAH 300 millions ont déjà été investis dans le développement du parc industriel, créant plus de 2 000 emplois avec un salaire moyen d'UAH 18 000.

En ce qui concerne Jytomyr et Malyn, nous n'avons pas encore d'investisseurs de ce type. Avant la guerre à grande échelle, nous avions des accords préliminaires pour la construction d'une grande entreprise sur le site du parc industriel de Jytomyr, mais cela n'a pas pu se concrétiser pour des raisons objectives. Les autorités municipales de Jytomyr et de Malyn travaillent à trouver des investisseurs.

Il y a aussi un investisseur ukrainien intéressé par la création de sa propre entreprise sur le site du parc industriel à Andrushivka. Les communautés de Horoshiv, Korosten, Berdychiv et Chopovytsia initient également la création de nouveaux parcs industriels.

AUCUN GRAND INVESTISSEUR N'A QUITTÉ LA RÉGION PENDANT LA GUERRE

Quel soutien reçoit l'entreprise locale opérant dans la région ?

Grâce aux programmes gouvernementaux, la région de Jytomyr a obtenu des investissements de plus d'UAH 48 millions. Ils ont été dirigés vers la mise en œuvre des plans d'affaires de 207 entrepreneurs, permettant ainsi la création de 461 nouveaux emplois dans la région.

Les programmes de subventions de l'État soutiennent également le développement des entreprises de vétérans et de leurs familles dans la région de Jytomyr.

Nous avons créé à Jytomyr un Centre de soutien et de développement des entreprises, marquant ainsi une autre étape dans l'interaction entre l'État et la communauté entrepreneuriale.

Comment le business avec des investissements étrangers fonctionne-t-il dans la région ?

Aucun grand investisseur n'a quitté la région pendant la guerre à grande échelle. De plus, la société « Bayer » a étendu sa production dans la région et a investi EUR 60 millions supplémentaires. Cersanit continue d'exploiter les gisements d'argile kaolin dans la communauté de Dubrivka. Dans l'ensemble, l'entreprise prévoit d'investir UAH 15 millions supplémentaires dans son développement.

Des entreprises ukrainiennes mettent également en œuvre leurs projets dans la région de Jytomyr. Par exemple, pendant la guerre à grande échelle, deux grandes stations-service, UPG et WOG, ont été ouvertes sur la route Kyiv-Chop près de Jytomyr.

- Comment, selon les estimations préliminaires, le budget régional de 2024 différera-t-il de celui de cette année ? Où devra-t-on économiser et où augmenter les dépenses ?

- Selon les calculs préliminaires, les revenus propres du budget régional pourraient diminuer d'un tiers l'année prochaine. Cela est principalement dû à la redistribution de la taxe de guerre.

Plus de 80 % des dépenses du budget régional seront consacrés au paiement des salaires des employés des institutions et établissements publics ainsi qu'à l'entretien des établissements régionaux.

Les priorités du budget régional pour 2024 seront le soutien aux forces de défense, garantir le fonctionnement stable des secteurs sociaux et humanitaires, soutenir les vétérans et les personnes déplacées, améliorer et développer l'infrastructure sociale, et augmenter l'efficacité et la rentabilité des dépenses budgétaires.

Iryna Chyrytsya, Jytomyr

Photo fournie par le service de presse de l'administration régionale

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-