Ben Hodges, lieutenant-général, ancien commandant des forces américaines en Europe:
La diplomatie doit s'appuyer sur une forte capacité militaire
19.02.2022 15:34

Le lieutenant-général Ben Hodges a été le commandant des forces américaines en Europe de 2014 à 2017 et il est maintenant expert militaire au CEPA Center for European Policy Analysis. Il est parfaitement informé des capacités des forces armées de l'OTAN et de la machine militaire de la Fédération de Russie qui s’oppose à cette alliance, il s'est prononcé à plusieurs reprises en faveur de l'Ukraine et s’est dit profondément convaincu des intentions agressives du Kremlin. Ben Hodges s'est récemment rendu en Ukraine dans le cadre d'une petite délégation pour rencontrer le président Volodymyr Zelensky, des parlementaires ukrainiens, des ministres et des militaires. Le général a accordé une interview à Tetyana Popova, dont nous proposons le texte aux lecteurs.

La version intégrale de l’interview est disponible ici.

Que pouvez-vous dire sur la fourniture de tant d'armes antichars, les soi-disant NLAW et Javelin? De quel type d'armes s'agit-il et pourquoi sont-elles maintenant fournies à l'Ukraine en si grande quantité?

La décision de l'administration Biden de continuer à livrer des missiles antichars Javelin est une décision importante. C'est une réelle opportunité, c'est cette même arme que nous utilisons. C'est la meilleure arme qu'un soldat puisse porter. C'est une possibilité importante, et la présence d'un tel nombre d’armes offrira aux soldats ukrainiens une très bonne capacité d’arrêter les chars russes, les véhicules blindés russes. Et, bien sûr, les commandants russes le sauront. Cela les rendra très anxieux, surtout s'ils se rendent dans des villages ou des villes, ou dans des zones voisines. C'est une bonne arme.

Et je pense que cela donne non seulement de bonnes possibilités à vos soldats, mais envoie également un signal indiquant que les États-Unis sont prêts à aider nos amis ukrainiens. Et c'est un signal au Kremlin que nous sommes déterminés à aider nos amis ukrainiens avec de réelles capacités.

J’aimerais également que nous dotions l'Ukraine de plus de capacités de défense aérienne. Je suis préoccupé par les drones russes, les hélicoptères russes. Les «Stingers» sont des armes que nous utilisons, ils tirent bien et on peut les utiliser sans trop d'entraînement. J'aimerais que nous en donnions davantage. Jusqu'à présent, les États-Unis ont autorisé la Lettonie à fournir ses Stingers. Je ne sais pas pourquoi nous ne les stockons pas aux États-Unis, mais c'est peut-être parce que nous n'en avons pas beaucoup en ce moment. Ainsi, au moins temporairement, la Lettonie fournit une partie de ce qu'elle a. Mais je vous assure que moi-même et plusieurs autres Américains qui se sont récemment rendus à Kyiv, en particulier le général Breedlove, ancien commandant suprême des forces alliées, nous avons activement plaidé pour la fourniture de la dernière génération de Stingers aux forces armées ukrainiennes. Je sais que la Pologne avance dans ce sens pour fournir certaines défenses aériennes, mais je ne connais tout simplement pas les détails à ce sujet.

Quelle est cette nouvelle alliance Royaume-Uni-Pologne-Ukraine ? Les Russes s'y opposent bien entendu avec véhémence. Et qu'apporte-t-elle exactement à l'Ukraine et qu'apporte-t-elle aux autres membres de cette union ?

Je suis pour tout ce qui apporte plus de soutien à l'Ukraine. Par exemple, un soutien financier, qui, je le crois, est nécessaire pour l'échange de données de renseignement, d'équipements, de munitions. Bien entendu, le Royaume-Uni et la Pologne ont la possibilité d'aider l'Ukraine. Il est également important que le Royaume-Uni apporte son soutien, car au Royaume-Uni, une grande partie de l'argent russe est associée à l'immobilier. Je pense que cela aidera à faire la lumière sur le fait que les Russes ont investi beaucoup d'argent dans l'immobilier à Londres et j'espère que le gouvernement et le Royaume-Uni prendront au sérieux l'argent sale et la révélation de tout cela. Ce sera un outil important pour faire pression sur les oligarques qui maintiennent Poutine au pouvoir.

Merci Général. Vous avez bien répondu sur les systèmes antichars, évoqué les Stingers. Mais ces systèmes ont une portée d'environ 5 km. Et que se passera-t-il, par exemple, avec des missiles ou des bombardiers qui volent à plus haute altitude ?

Vous avez correctement identifié qu'il y a une menace de missiles russes, d'hélicoptères, de drones et autres. Mais les systèmes nécessaires pour abattre les missiles et les avions à haute altitude et à grande vitesse sont des systèmes très complexes qui nécessitent des mois de formation. Ce n'est donc pas quelque chose que vous pouvez simplement transmettre comme les  Stinger ou Javelyn. Cela demande beaucoup plus de préparation. Et donc le groupe avec lequel je travaille préconise également une stratégie à long terme pour offrir des opportunités similaires à l'Ukraine. Mais là encore, ce n'est pas quelque chose que vous pourrez utiliser la semaine prochaine ou le mois prochain. Tout d'abord, il faudrait la prendre (cette arme - ndlr) aux unités américaines. Je veux dire, nous n'avons qu'un seul bataillon Patriot pour toute l'Europe. Ainsi, nous aurions besoin de trouver où nous pouvons obtenir cet équipement, puis de le livrer, puis de former vos militaires. Cela fait partie d'une stratégie à long terme que nous devons poursuivre. Je suis absolument d'accord avec cela. Mais je ne pense pas que quelqu'un ait un système anti-missile qu’il pourrait remettre tout de suite aux forces ukrainiennes qui pourraient l'utiliser aussitôt. Ainsi, ces opportunités sont à court terme, immédiates, et il en existe d’autres à plus long terme.

J'ai toujours été impressionné par les soldats ukrainiens, par la rapidité avec laquelle ils apprennent. Et donc, nous ne parlons pas de savoir s'ils sont capables de s'adapter à des équipements complexes, bien sûr. Que ce soit des Ukrainiens, des Britanniques ou des Allemands, c'est une réalité qu'il faudrait des mois pour apprendre à utiliser correctement le système Patriot ou des équipements similaires. Vous devez avoir un radar, plusieurs radars. Ce n'est pas seulement un missile qui abat un autre missile.

Comment évaluez-vous l'échange de messages entre les dirigeants des États-Unis, de l'OTAN et de la Russie ? Du côté russe, ce sont des ultimatums. Les États-Unis et l'OTAN ont répondu, et la Russie leur a adressé une réponse. Pourquoi la Russie avait besoin de présenter de tels ultimatums, selon vous ?

Bien sûr, pour les États-Unis et nos amis, la diplomatie est la voie que nous privilégions. Mais la diplomatie doit être appuyée par la menace de sanctions. Elle doit être appuyée par une forte capacité militaire. Pour que l'État réussisse, nous devons garder tous nos alliés ensemble. Ce ne sont pas seulement les États-Unis, mais aussi tous les autres. Les exigences du Kremlin étaient non seulement scandaleuses, mais ridicules. Je pense que le Kremlin savait que nous allions dire non. Ils l'ont fait, tout d'abord, afin d'affirmer leur position extrême pour entamer des négociations. Mais aussi, je pense, pour faire savoir à leur propre population que « écoutez, on a essayé, mais l'Occident refuse de négocier, refuse d'accepter nos demandes très raisonnables ». Et donc, cela devient potentiellement un prétexte. Je pense que c'est pour ça qu'ils l'ont fait. Je suis maintenant convaincu que nos diplomates continueront à travailler en coordination avec les diplomates ukrainiens et les autres Européens pour essayer de trouver une solution qui protège et respecte la souveraineté de l'Ukraine, et protège et respecte également les valeurs européennes et les frontières européennes, et qui, espérons-le, contribuera à éviter les conflits. . Mais je ne soutiendrai certainement jamais des efforts diplomatiques qui violent la souveraineté ukrainienne.

Pourquoi les Russes accusent-ils les Américains et l'Occident en général de toute cette tension actuelle? Ils disent que c’est l’occident qui mène une guerre de l’information contre la Russie et qu'en fait ils n'attaqueront pas l’Ukraine. Dans le même temps, cependant, 130 à 150 000 soldats se déplacent toujours avec du matériel le long de la frontière ukrainienne, des exercices ont lieu en Biélorussie. Mais, néanmoins, ils disent que c'est une guerre de l'information de la part de l'Amérique. Pourquoi?

Je ne crois rien de ce qui vient du ministère russe des Affaires étrangères. Bild et de nombreux autres journaux ont publié des cartes (de l'Ukraine - éd.) montrant des flèches venant de toutes les directions. Et parmi ceux qui y prêtent attention, il y a plus de gens que jamais auparavant qui comprennent la géographie ukrainienne. Nous sommes tous intéressés (par ce qui se passe en Ukraine - ndlr), et c'est bien. Certaines de ces publications sont très professionnelles, et certaines ne sont pas aussi professionnelle, dans leur tentative de prédire à quoi ressemblera une attaque russe. Le point clé est que l'Ukraine doit continuer à faire tout ce qu'elle fait pour que ses soldats soient prêts, sa population soit prête à défendre les cyber-réseaux ukrainiens, soit prête au sabotage, et que le littoral et les grands ports maritimes comme Odessa soient protégés.

Mais les gens ne devraient pas paniquer. Je pense que le président Zelensky a raison lorsqu'il dit : «Écoutez, une partie de ce que la Russie essaie de faire est de détruire notre économie. La menace d'attaque pousse les gens à faire des choses qu'ils ne feraient pas normalement, et cela nuit à l'économie. Je pense donc que j'aimerais vraiment voir les États-Unis et leurs alliés continuer à faire des efforts (comme nous le voyons maintenant) en offrant des opportunités, en ayant une diplomatie forte, en recherchant des sources alternatives de gaz pour aider nos alliés européens à rester fermes.

Cependant, j’estime que les dirigeants ukrainiens, le président, le Premier ministre, les ministres, les  députés de la Verkhovna Rada, devraient aller voir de leurs propres yeux les préparatifs à la frontière, se rendre à Odessa, Marioupol, à la frontière avec la Biélorussie et voir comment les préparatifs se déroulent. Je pense que cela contribuera à réduire l'anxiété des gens lorsqu'ils verront que leurs dirigeants s'impliquent personnellement pour vérifier que tout est en ordre.

Merci pour votre réponse. Général, vous étiez récemment à Kyiv, vous êtes venu ici et vous vous êtes entretenu avec quatre anciens ambassadeurs américains, avec le général Breedlove. De quel événement s’agissait-il?

C'était une délégation de cinq anciens ambassadeurs. Certains d'entre eux étaient ambassadeurs en Ukraine, vous connaissez Ivanovych, Taylor, puis le général Breedlove et moi-même, ainsi que Melinda Herring et Benjamin Haddad du Conseil de l'Atlantique. Les hôtes étaient la Stratégie européenne de Yalta et la Fondation Victor Pinchuk. L'événement principal a eu lieu lundi après-midi, et il y avait plus d'une centaine de journalistes ukrainiens. Mais en tout cas, le but de notre visite n'était pas seulement cet événement, mais aussi le désir de transmettre notre soutien à l'Ukraine, de ressentir la température de ce qui se passe, la situation réelle. Donc, nous avons eu des réunions avec des ministres, plusieurs députés de la Rada, le président Zelensky s'est entretenu avec des officiers ukrainiens. C'était productif. Bien sûr, ma compréhension de ce qui se passe s'est beaucoup améliorée. Et maintenant, nous pouvons agir plus efficacement pour l'Ukraine.

eh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2022 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-