Matti Maasikas, ambassadeur de l'UE en Ukraine
L'intégration de l'Ukraine au marché européen de l'hydrogène intéresse l’UE
31.12.2021 14:46

Dans le cadre du nouveau Green Deal, que les pays du monde ont engagé sur la voie de la neutralité climatique, le rôle des énergies renouvelables dans le monde augmente en conséquence. Un exemple et un guide pour l'Ukraine en cette matière est l'UE, dont les leaders promettent de faire de l'Europe un continent climatiquement neutre d'ici 2050. Dans ce contexte, une discussion active sur les perspectives de l'énergie hydrogène se poursuit aujourd'hui, dont l’un des objectifs est de réduire la dépendance des économies aux combustibles fossiles et d'arrêter un changement climatique destructeur. L'Ukraine s'intéresse à ce sujet en premier lieu pour éviter le choc économique d'une éventuelle perte de transit de gaz. Par conséquent, il est intéressant d'entendre directement l’opinion des dirigeants du Green Deal.

Ukrinform a posé plusieurs questions à l'ambassadeur de l'Union européenne en Ukraine Maati Maasikas, qui nous a parlé des progrès réalisés dans le développement de l'énergie verte et de l'hydrogène au sein de l'UE, et des investissements générés dans ce domaine, ainsi que des perspectives de l’Ukraine dans la production et le transport de l’hydrogène.

- Quelles sources d'énergie sont actuellement les plus développées dans l'UE ? Quels objectifs l'Europe se fixe-t-elle dans le développement des sources d'énergie renouvelables (SER) ? Quels sont les investissements nécessaires?

- Bien entendu, les sources d'énergie renouvelables jouent un rôle important dans le bilan énergétique européen. Heureusement, elles ont été moins touchées par la pandémie de Covid-19 dans le monde que les autres sources d'énergie. Seule l'industrie des biocarburants pour le secteur des transports subi un impact majeur, car la consommation a diminué en raison de la réduction des déplacements et des bas prix du pétrole. Des coûts d'investissement réduits ont permis l'installation d'un nombre sans précédent de parcs solaires et éoliens dans le monde. En conséquence, alors que la production d'électricité à partir du charbon, du gaz naturel et de l'énergie nucléaire a diminué, les énergies renouvelables sont pour la première fois passées devant les combustibles fossiles comme principale source d'approvisionnement énergétique de l'UE en 2020. Les sources d'énergie renouvelables représentent actuellement 38 % de la production d'électricité dans l'UE, suivies par les énergies fossiles à 37 % et le nucléaire à 25 %.

Au sein de l’UE l'investissement total dans les énergies renouvelables a considérablement augmenté, passant de 32,9 milliards d'euros en 2019 à 48,8 milliards d'euros en 2020. Cependant, le tableau n'est pas uniforme compte tenu de l'utilisation de différentes technologies telles que l'énergie éolienne et l’énergie solaire. Afin de soutenir davantage l'innovation et le déploiement de sources d'énergie renouvelables, la Commission européenne travaillera sur la stratégie de l'UE en matière d'énergie solaire en 2022. Son objectif sera de supprimer les barrières existantes qui empêchent le déploiement de la capacité d'énergie solaire.

De manière générale, pour l'UE, 2021 représente un pas en avant allant d'une vision globale de la neutralité climatique à des propositions et à la mise en œuvre d'initiatives spécifiques pour y parvenir. Les principaux développements dans cette direction ont été l'adoption de la loi européenne sur le climat (règlement (UE) 2021/1119 du Parlement européen et du Conseil de l'UE du 30 juin 2021, qui fixe le cadre pour atteindre la neutralité climatique - «Loi européenne sur le climat» - éd.) en juin, ainsi que la soumission d'un paquet pour réaliser le «Green Deal européen», dit «Fit for 55» en juillet 2021 (un paquet d'initiatives législatives qui devraient garantir la réalisation des objectifs de l'UE visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55 % d'ici 2030 à partir du niveau 1990 - éd. .). Les membres discutent actuellement des propositions.

Dans ce contexte, la Commission européenne a proposé en particulier de porter l'objectif de l'UE d’ici 2030 pour les sources d'énergie renouvelables de au moins 32 % actuellement à au moins 40 % de la consommation finale brute d'énergie au sein de l'UE. Concrètement, cela signifie doubler notre capacité annuelle supplémentaire d'énergie renouvelable chaque année au cours des 9 prochaines années. La Commission a également proposé de créer un cadre réglementaire complet pour le développement des capacités de production d'énergie renouvelable, qui devrait couvrir tous les secteurs de l'économie.

- Comment l'UE soutient-elle les producteurs d'énergies renouvelables ?

- Des objectifs clairs et une structure de gouvernance sont synonymes de confiance pour les investisseurs. La législation a également permis aux entités d'énergie renouvelable d'accéder aux réseaux électriques et aux systèmes de distribution, et aussi de concurrencer de plus en plus sur le marché d'autres sources d'approvisionnement en énergie. Les exemples et les types de soutien diffèrent selon le niveau de maturité de la technologie. Il s'agit, par exemple, de financer l'innovation en ce qui concerne les technologies moins matures telles que l'énergie océanique. Dans le même temps, pour les technologies compétitives telles que les systèmes photovoltaïques ou éoliens terrestres, le soutien consiste plutôt à permettre aux énergies renouvelables de rivaliser sur un pied d'égalité avec les autres technologies énergétiques.

L'Union européenne travaille également à la mise en œuvre d'un système approprié, par exemple en ce qui concerne la simplification administrative et l'établissement de principes communs pour attirer des instruments de soutien dans toute l'UE.

Un soutien financier est également fourni. Un tiers des 1 800 milliards d'euros d'investissement dans le plan d'action NextGenerationEU de l'UE et le budget de l'UE sur sept ans financeront le pacte vert européen. L'énergie renouvelable, propre et abordable en fait partie intégrante.

- Quels sont les projets de l'UE en matière d'énergie nucléaire ?

- Selon l'article 194 du traité sur le fonctionnement de l'UE, le choix des sources d'énergie relève de la compétence des États membres. L'UE, par le biais de l'accord Euratom, garantit les normes de sécurité les plus élevées pour l'énergie nucléaire là où elle est utilisée et veille à ce que les matières nucléaires ne soient pas détournées vers d'autres utilisations que celles auxquelles elles ont été officiellement destinées.

- Comment l'Europe envisage-t-elle de faire face au besoin de capacité de manœuvre avec la croissance de la production d'énergie renouvelable ?

- L'intégration d'une très forte proportion de sources d'énergie renouvelables variables est l'un des défis à relever dans la transition vers des systèmes énergétiques décarbonés. Atteindre les objectifs de 40 % d'énergies renouvelables d'ici 2030 que j'ai mentionnés plus tôt signifie produire plus de 65 % de notre électricité à partir de sources renouvelables.

Le premier outil est l'intégration du marché de l'énergie de l'UE, qui diversifiera les spécificités de la production et de la consommation, tout en réduisant le besoin d'accumulation et de production de réserve. L'UE continue d'investir dans l'amélioration de l'interopérabilité et le développement des réseaux, notamment par le biais de sa politique RTE-E (réseaux transeuropéens d'énergie).

Dans le Communiqué officiel sur l'intégration du système énergétique, adopté en 2020, la Commission européenne a présenté sa vision du système énergétique du futur basé sur les sources renouvelables et les principes de sa mise en œuvre. Le document couvre des questions allant de la planification et du déploiement de l'infrastructure à la structure du marché et à la capacité de stockage. Le document souligne également le rôle de plus en plus important des nouveaux vecteurs énergétiques tels que l'hydrogène.

La croissance rapide du nombre de véhicules électriques permet également l'utilisation d'un vaste réseau de systèmes de stockage d'énergie par batterie. La proposition de 2021 pour la révision de la directive sur les énergies renouvelables contient des exigences pour accroître le rôle des systèmes de batteries dans l'intégration des capacités d'énergie renouvelable et le développement d'un réseau de stations de recharge pour les véhicules électriques.

- Quels sont les projets actuels de développement des systèmes de stockage d'énergie ?

- Les principales capacités de stockage d'énergie dans l'UE sont aujourd'hui les centrales électriques à accumulation par pompage (PSPP). Cependant, leur potentiel de croissance future est très limité. Alors que les prix chutent, les nouveaux projets de batteries de stockage sont en hausse et ce sont les batteries lithium-ion qui deviennent l'épine dorsale de la plupart des projets de stockage d'énergie utilisant le stockage d'énergie électrochimique.

Pour développer un secteur manufacturier viable en Europe et renforcer son leadership technologique et industriel, la Commission européenne a identifié les batteries comme une chaîne de valeur stratégique où l'UE doit intensifier les investissements et l'innovation pour renforcer sa stratégie de développement de la politique industrielle.

Fondée en 2019, l'Initiative Batteries Europe est la plate-forme européenne de technologie et d'innovation de l'Alliance européenne pour les batteries, qui est mise en œuvre conjointement par la Commission européenne et les parties prenantes dans le domaine de la production et de l'utilisation des batteries. L'alliance couvre toutes les étapes du cycle de vie des batteries, des matières premières à leur recyclage.

L'Ukraine fait partie de l'Alliance européenne pour les batteries, et a signé en juillet 2021 un protocole d'accord sur un partenariat stratégique avec l'UE pour la fourniture de matières premières et de batteries critiques.

- En Ukraine, les accords avec les producteurs d’énergie au « tarif vert » exercent une forte pression sur le budget. A l'heure actuelle, il existe un accord avec les producteurs pour réduire le «tarif vert», mais la question de sa suppression se pose également. Quelle est la meilleure façon pour l’Ukraine de soutenir sa production d'énergie verte?

- Le «tarif vert» en Ukraine a été introduit comme mécanisme pour attirer les investissements dans le secteur des énergies renouvelables à un moment où cette industrie n'en était qu'à ses balbutiements. Entre 2017 et 2020, le secteur ukrainien des énergies renouvelables a augmenté de 5,6 fois en termes de capacité installée et de 4,8 fois en termes de volume d'électricité transmis au réseau. En 2020, les producteurs d'énergies renouvelables ont fourni 6,8 % de toute l'électricité produite dans le pays. L'industrie a été en mesure d'attirer des investissements directs étrangers tangibles d'institutions financières internationales et, en particulier, de sociétés énergétiques européennes. Ainsi, le «tarif vert» à ce stade initial a rempli sa mission.

Nous partageons avec les autorités ukrainiennes la conception commune qu'à l'avenir il est nécessaire d'adopter une approche plus équilibrée de soutien aux énergies renouvelables, par le biais d’enchères concurrentielles pour le droit de développer des capacités et de fournir des énergies renouvelables. Il s'agit d'un moyen éprouvé d'assurer la production d'énergie verte au coût le plus bas possible. Ce modèle, ainsi que d'autres tels que la fourniture directe d'énergie verte aux consommateurs commerciaux et industriels qui voient un avantage dans le paiement de primes pour l'énergie verte, la production d'hydrogène vert, etc., sont ce qui stimulera la transition verte de l'Ukraine à l'avenir. L'Ukraine a déjà une loi sur les enchères, et il est grand temps de commencer à la mettre en œuvre.

Cependant, il est très important de protéger et de traiter de manière équitable et transparente les investisseurs qui ont pris des risques et ont déjà investi dans les énergies renouvelables en Ukraine sous le régime du « tarif vert ». En tant qu'État, l'Ukraine a fait une promesse à ces investisseurs et a conclu un accord prévoyant l'utilisation du « tarif vert » pendant plusieurs années en échange d'investissements. Changer rétroactivement les termes de cet accord, maintenant que des investissements ont déjà été réalisés et des projets mis en œuvre, saperait la confiance en l'Ukraine et porterait gravement atteinte à la confiance des investisseurs. De tels changements peuvent également faire courir le risque à l'État de les voir être annulés par les tribunaux d'arbitrage internationaux.

Un consensus doit être atteint en engageant toutes les parties prenantes et en dialoguant, comme cela a été démontré en 2020, lorsque la plupart des investisseurs dans les énergies renouvelables et le gouvernement ont signé un protocole d'accord qui a permis à l'Ukraine de réduire le tarif vert jusqu'à 15 %. Il est très important que l'Ukraine continue de se conformer aux dispositions du mémorandum d'accord et de la loi N° 810, y compris aux accords complets et opportuns avec les producteurs d'énergie renouvelable.

- Comment l'Europe envisage-t-elle de développer l'hydrogène énergie ? Quels investissements, de quelles sources envisagez-vous d'attirer des financements?

- L'hydrogène renouvelable est un élément important de la solution du Green Deal européen pour la neutralité climatique d'ici 2050 et pourrait aider à atteindre l'objectif de réduction des gaz à effet de serre de 55 % d'ici 2030. Grâce aux avancées technologiques de ces dernières années, on s'attend à ce qu'à partir de 2030, l'hydrogène pur soit en mesure de concurrencer l'hydrogène conventionnel à base de combustibles fossiles. L'objectif de l'UE pour la production d'hydrogène vert est de 6 GW basé sur l'électrolyse renouvelable d'ici 2024 et de 40 GW d'ici 2030.

L'hydrogène renouvelable est l'option la plus viable pour atteindre les objectifs européens de neutralité climatique et de pollution zéro à long terme. De plus, il convient mieux à un système énergétique intégré. Cependant, d'autres formes d'hydrogène à faible teneur en carbone sont nécessaires à court et moyen terme, principalement pour réduire rapidement les émissions de la production d'hydrogène existante et soutenir la croissance parallèle et la consommation potentielle d'hydrogène renouvelable.

Par conséquent, cet été, la Commission européenne a proposé de nouveaux objectifs pour façonner la demande du marché en hydrogène renouvelable. Ils fixent le minimum à atteindre pour être pleinement préparés à l'utilisation future de ces nouvelles sources d'énergie renouvelables.

Nous constatons également un grand intérêt de l'industrie pour l'hydrogène renouvelable. Selon les données du secteur de la production industrielle, un nombre important de projets d'électrolyse d'une capacité totale d'environ 60 GW devraient être développés d'ici 2030, ce qui conduira à la production d'environ 6,2 millions de tonnes d'hydrogène renouvelable d'ici 2030. En décembre, la Commission européenne envisage de proposer des règles pour développer un réseau hydrogène dans l'UE et renforcer les échanges transfrontaliers.

- Comment résoudre le problème des risques d’explosion de l'hydrogène ?

- Certaines normes existent déjà. Les instituts de recherche de l'UE, à travers des projets spécifiques, étudient les problèmes de sécurité dans le stockage et la distribution de l'hydrogène, en particulier pour son utilisation dans l'industrie des transports. Des efforts sont actuellement en cours pour les standardiser au niveau de l'UE et dans le monde.

- Comment évaluez-vous les perspectives de l'Ukraine dans la production et le transport de l'hydrogène? L'énergie hydrogène nécessite aujourd'hui des investissements importants. Où l'Ukraine peut-elle obtenir une ressource d'investissement pour la mise en œuvre de cette direction ?

- La production d'hydrogène est très énergivore. Par conséquent, sa mise en œuvre doit être axée sur les secteurs où elle est le plus nécessaire. Cela nécessite la disponibilité de quantités suffisantes d'énergie renouvelable. La priorité pour l'Ukraine, également du point de vue du développement des technologies de l'hydrogène, devrait être - comme dans l'UE - une augmentation significative de la capacité de production d’énergie renouvelable dans le pays.

«Hydrogen Europe», l'Association industrielle européenne pour les technologies de l'hydrogène, estime qu'en 2030, l'Ukraine pourrait générer des quantités importantes d'ammoniac (produit à partir d'hydrogène, ainsi que d'hydrogène à partir d'électricité renouvelable, lequel pourra ensuite être exporté via des pipelines dans l'UE. Il reste encore beaucoup de travail à faire et l'UE peut contribuer à faciliter le transport de l'hydrogène vers ses marchés.

L'UE souhaite étendre sa coopération avec l'Ukraine dans ce sens et intégrer l'Ukraine dans le marché de l'hydrogène de l'UE, qui est actuellement en train de se développer. Cela nécessitera une discussion sur la poursuite de la transformation du secteur énergétique ukrainien, l'introduction de règles et de normes uniformes, ainsi que sur les conditions d'investissement.

- Quand l'hydrogène énergie peut-elle se généraliser ?

- Selon les estimations actuelles et nos calculs, dans une dizaine d'années, l'hydrogène renouvelable peut devenir compétitif lorsque l'écosystème hydrogène se développera en Europe. La Commission européenne soutient cette direction de développement, créant le cadre réglementaire nécessaire à la fois en Europe et dans le monde pour créer un environnement compréhensible pour les investisseurs.

Valentin Martchouk, Kyiv.

             eh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2022 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-