Mykola Solsky, ministre de la Politique agraire et de l'Alimentation de l'Ukraine
L'Ukraine pourra transporter jusqu'à 2 millions de tonnes d’huile par an via le pipeline vers Gdansk
16.09.2022 16:39

Lors du Forum économique de Karpacz, dans le sud-ouest de la Pologne, les ministres de la Politique agraire de l'Ukraine et de la Pologne ont signé un document sur la construction d'un pipeline pour l'exportation de l’huile ukrainienne via les ports polonais vers des pays tiers.

Dans une interview accordée à Ukrinform, le ministre ukrainien de la Politique agraire et de l'Alimentation, Mykola Solsky, a évoqué les détails de cet accord, les perspectives d'exportations ukrainiennes vers des pays tiers en période d'agression russe, ainsi que la coopération avec l'UE dans le domaine de l'agriculture.

600 KM DE PIPELINE : ATTIRER DES ENTREPRISES ET DES SOURCES DE FINANCEMENT DIVERSIFIÉES

- Monsieur le ministre, vous et votre collègue polonais avez signé un document sur la construction d'un pipeline pour transporter l’huile de l'Ukraine vers le port polonais de Gdansk. Parlez-nous en un peu plus.

- Il s'agit d'un mémorandum qui confirme la volonté de l'Ukraine et de la Pologne de s'engager dans la mise en œuvre d'un projet de construction de pipeline pour le transport d'huile végétale de l'Ukraine vers la mer Baltique.

En temps de paix, nos ports fonctionnaient efficacement et nous n'aurions jamais pensé qu'il pourrait y avoir une guerre d'une telle ampleur et que nous ne pourrions pas envoyer de céréales, d’huile, etc. par la mer Noire. Après avoir vu à quoi la Russie est prête, nous devons avoir des itinéraires permanents alternatifs, car après notre victoire, la Russie sera toujours notre voisine et après un certain temps, elle pourrait encore faire quelque chose. Par conséquent, en plus de la mer Noire, il doit exister des voies logistiques alternatives et puissantes pour l'exportation de nos produits.

L'une de ces solutions est un pipeline, car de nombreuses cultures oléagineuses sont transformées en Ukraine et c'est l'un des principaux produits d'exportation. La décision a donc été prise de discuter de cette question avec la partie polonaise, et nous y travaillions depuis plusieurs mois en menant un examen, en consultant les entreprises. La partie polonaise a accepté cette proposition.

- Quelles sont les caractéristiques techniques de ce projet ?

- Elles sont très préliminaires. La longueur est de 600 km, la capacité peut atteindre 2 millions de tonnes d’huile par an. Le pipeline devrait aller du district de Yagodyn (région de Volhynie) jusqu’à Gdańsk.

Tout d'abord, il est prévu de transporter de l'huile de tournesol, parce que c'est la principale huile végétale produite par les entreprises ukrainiennes. Il y a aussi de l'huile de colza et de soja, mais leurs volumes sont beaucoup plus petits.

- Et quel est le coût de construction de ce pipeline ?

- Nous l'annoncerons dans un mois ou deux. Il y a un coût de base pour ce pipeline, mais le montant final dépendra en grande partie du tracé et du paysage spécifiques. Il faut attendre que tout cela soit pris en compte. La construction prendra moins de temps que l'approbation de tous les documents. Le pipeline aura plusieurs centaines de kilomètres de long et les intérêts de nombreuses communautés et personnes doivent être pris en compte sur cette distance. Nous nous soucions plus de ça que de la construction elle-même.

- Quel sera son statut juridique ?

- Il est évident que les États polonais et ukrainien seront liés à ce pipeline. Nous plaidons pour une participation maximale à ce projet des entreprises, l'Ukraine s’occupera certainement de la connexion des transbordements d’huile (points de transbordement – ndlr) à ce pipeline. Nous annoncerons également toutes les autres offres en automne et les proposerons aux entreprises.

- Qui financera sa construction ?

- Il existe différentes options. Ce mois-ci, il y aura une réunion à Bruxelles des ministres de l'agriculture des pays de l'UE, où cette question sera évoquée. Autrement dit, il devrait s'agir d'un financement complexe provenant de diverses sources.

TRAVAUX SUR L'AUGMENTATION DES EXPORTATIONS : DIRECTION POLONAISE, PARTENAIRES EUROPÉENS ET ATTENTES DE LA COMMISSION EUROPÉENNE

- Les céréales ukrainiennes sont actuellement exportées par des ports maritimes. Cependant, il est clair qu'en raison des actions de la Russie, cette route est toujours menacée. Quelles sont vos attentes à cet égard vis-à-vis des partenaires internationaux, notamment de l'Union européenne ?

- Le travail dans ce sens est effectué tous les jours. La preuve en est l'augmentation mensuelle des volumes d'exportation de 20 à 30%. Au total, compte tenu de la route maritime, nous avons exporté en août près de 4,6 millions de tonnes de céréales, dont environ 3 millions non pas par la mer Noire, mais par le transport routier, le chemin de fer et le Danube.

La direction polonaise est très prometteuse. Varsovie a mis en place une très bonne dynamique, mais cette direction doit être constamment développée.

- Au détriment de quoi pouvons-nous augmenter l'exportation de céréales ukrainiennes par voie terrestre ?

- Il y a beaucoup d'éléments. Par exemple, l'Ukraine compte plus de 20 000 wagons céréaliers. Mais pendant les mois de pointe, nous n'en avions même pas assez, ils servaient à transporter le blé vers Mykolaïv et Odessa. Maintenant, nous devons exporter des céréales vers l'Europe. Ces wagons ne peuvent pas atteindre les ports européens en raison de la voie plus étroite dans ces pays. Tous les wagons ne peuvent pas être transformés conformément aux standards européens, cela ne peut être fait qu'avec un petit pourcentage de nos voitures. Les Européens n'autoriseront pas non plus ces voitures sur tous les itinéraires en raison des différentes dimensions des wagons, du trafic de passagers intensif. Cela devrait être coordonné avec le trafic interne dans chaque pays. Cependant, la tâche principale est le transbordement des céréales dans le transport européen. Au lieu de ça, toute l'Europe – de Bucarest à Lisbonne – compte 12 000 wagons céréaliers chargés de leur blé. Autrement dit, ces choses ne sont pas comparables. Nous demandons donc à nos partenaires européens d'accorder une subvention à leurs producteurs afin d'augmenter le nombre de ces wagons céréaliers. Nous demandons que la même approche soit appliquée au transport routier. Nous n'avons pas une seule recette miracle. Des travaux sont effectués chaque jour, ce qui nous permet d'augmenter le volume des exportations.

- D'énormes files de camions à la frontière polono-ukrainienne. Comment ce problème est-il résolu ?

- Nous devons faire certaines choses : répartir les types de biens qui sont exportés, faire un échange constant et quotidien d'informations avec les Polonais pour qu'ils puissent organiser leur travail. Il est également important d'identifier un ou deux passages frontaliers ou de leur allouer des voies séparées afin que les camions vides puissent passer dans les deux sens. Je pense que ce sera résolu prochainement. Avec la partie polonaise, nous avons discuté de la possibilité d'un tel mouvement à deux points de contrôle. Les détails sont toujours en cours de discussion, donc je ne veux pas annoncer les noms de ces points de contrôle.

- Quelles sont les attentes de l'Ukraine vis-à-vis de la Commission européenne dans le cadre de l'exportation des produits ukrainiens ?

- Nos quotas pour l'année ont été réinitialisés. Donc, ce qu'il faut maintenant, c'est une décision de la Commission européenne d’augmenter les quotas pour l'Ukraine ou les mettre à zéro de manière permanente. J'espère qu'à l'automne nous parviendrons à un accord avec la Commission européenne sur cette question.

Yuriy Banakhevich

kh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2022 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-