Contributions à la résilience économique de l'Ukraine pendant la guerre pour l'Indépendance

Contributions à la résilience économique de l'Ukraine pendant la guerre pour l'Indépendance

Ukrinform
Parmi les "bouées de sauvetage" de l'économie nationale aujourd'hui se trouvent l'aide internationale, la stabilité du système bancaire et les programmes de soutien aux entreprises

Contrairement aux prévisions selon lesquelles notre économie ne survivrait pas à plusieurs mois de guerre à grande échelle, les Ukrainiens font face à l'ennemi sur le front depuis plus d'un an et demi, tout en assurant une vie relativement stable à l'arrière. Ainsi, l'année dernière, le PIB du pays a chuté d'un tiers, le taux d'inflation a atteint les années trente, les chaînes logistiques ont été interrompues et les revenus réels de la population ont diminué. Cependant, à l'approche de sa 32e année d'existence, l'Ukraine fait face à une intensification de l'activité commerciale et à un ralentissement des processus d'inflation, elle restaure les infrastructures détruites et élabore des plans pour l'avenir. Les experts nationaux et les organisations internationales améliorent régulièrement les prévisions de croissance économique. Indéniablement, la guerre continue de poser des défis, mais le pays a appris à vivre dans de telles conditions. Qu'est-ce qui a alors contribué à notre adaptation économique et financière ?

NIVEAU SANS PRÉCÉDENT DE SOUTIEN FINANCIER INTERNATIONAL ET DE RESSOURCES EMPRUNTÉES

Comme on le sait, la majeure partie des dépenses du budget de l'État (plus de 5 milliards de hryvnias par jour !) est orientée vers la défense et la sécurité en temps de guerre. Les partenaires internationaux apportent leur aide pour les dépenses sociales, les salaires des employés du secteur public et certains autres besoins de l'État. Face à cela, les critiques du genre "Peut-on vraiment parler d'indépendance financière dans de telles circonstances ?" peuvent sembler justifiées. Cependant, nous devons réaliser que les économies capables de "prendre en charge" des dépenses au cœur d'une guerre aussi intense sont rares. L'histoire mondiale compte de nombreux exemples où l'ennemi n'a pu être vaincu que grâce à la consolidation des efforts internationaux, y compris sur le plan financier.

De plus, les partenaires de l'Ukraine ne lient pas leur aide à d'éventuelles revendications matérielles. Ils considèrent les dépenses actuelles comme des investissements dans leur propre sécurité et dans l'avenir de la civilisation mondiale. De plus, si des exigences concernant l'utilisation des fonds de subventions et de crédits sont imposées à notre pays, elles ne concernent que des réformes qui nous intéressent nous-mêmes. Tôt ou tard, l'Ukraine aurait dû s'engager dans ces réformes. La guerre n'a fait qu'accélérer ce processus.

Selon les données du ministère des Finances, depuis le début de l'invasion russe à grande échelle, les partenaires ont fourni à l'Ukraine 60,17 milliards de dollars d'aide non remboursable et de prêts. Cette année, notamment, 28,07 milliards de dollars ont été reçus de la communauté internationale. L'Union européenne a apporté la plus grande contribution – 11,4 milliards de dollars. Nous avons reçu 8,5 milliards de dollars des États-Unis et 3,59 milliards de dollars du FMI. Suivent dans la liste le Canada (1,76 milliard de dollars) et le Japon (1,5 milliard de dollars). La Banque mondiale a apporté "sa contribution" à hauteur de 579 millions de dollars, et le Royaume-Uni a fourni 499 millions de dollars. Cette année également, l'Espagne, l'Allemagne, la Finlande, l'Irlande, la Suisse, la Belgique, l'Islande et l'Estonie ont soutenu financièrement notre pays.

Il convient de rappeler qu'en début d'année, le ministère des Finances a estimé que les besoins supplémentaires de financement de l'Ukraine auprès de partenaires internationaux pour cette année étaient d'au moins 38 milliards de dollars.

La majeure partie de la ressource financière est fournie par les partenaires de l'Ukraine à titre non remboursable. Cependant, il y a aussi une partie des fonds que nous recevons sous forme de prêts, par exemple dans le cadre de la coopération avec le FMI. Le pays est également contraint de recourir à des emprunts actifs sur les marchés intérieurs et extérieurs des emprunts commerciaux – principalement par le biais de l'émission d'obligations militaires.

"Pour l'année 2023, des emprunts d'État pour financer le budget de l'État de l'Ukraine sont prévus en utilisant un large éventail d'instruments d'emprunt pour un montant total de 1 703,6 millions de hryvnias. Selon les calculs prévisionnels, les instruments à long terme représenteront la part la plus importante – 57%", – indique la directive du ministère des Finances.

À première vue, l'augmentation des emprunts d'État semble également s'éloigner de l'indépendance financière. En effet, les fonds obtenus grâce à la vente d'obligations ukrainiennes devront un jour être remboursés aux investisseurs, avec intérêts. Cependant, personne ne contestera que pendant la guerre, de tels mécanismes de mobilisation de ressources financières sont indispensables. Sinon, l'État ne pourrait pas couvrir ses dépenses essentielles, en particulier celles liées à la défense et au social. De plus, pratiquement aucun pays au monde ne peut se passer de telles emprunts même en temps de paix. Certaines nations doivent plusieurs fois plus à leurs créanciers que leur PIB annuel.

Les différences entre l'emprunt en temps de paix et en temps de guerre ne résident que dans l'augmentation des besoins financiers et le coût des emprunts. Après le 24 février, l'Ukraine a en fait perdu l'accès aux marchés financiers internationaux pendant un certain temps. Par conséquent, nos ressources sont devenues très coûteuses, car les risques de guerre sont énormes et ont été pris en compte dans le coût des emprunts. Dans ces conditions, le pays a choisi de miser sur les emprunts intérieurs (également attractifs pour les investisseurs internationaux) en lançant des enchères pour la vente d'obligations de défense. Selon le dépôt de la Banque nationale d'Ukraine, au cours des sept premiers mois de 2023, le gouvernement ukrainien a mobilisé 227,4 milliards de hryvnias, 2,19 milliards de dollars et 640,9 millions d'euros grâce à ces enchères. Pendant la même période, 141,64 milliards de hryvnias, 2,08 milliards de dollars et 529,8 millions d'euros ont été utilisés pour rembourser les emprunts intérieurs. De janvier à juillet, les emprunts du ministère des Finances sur le marché intérieur ont excédé de 94,3 milliards de hryvnias les paiements pour les obligations intérieures. En juillet, le rendement maximal des obligations de défense placées aux enchères était de 19,75 % par an en hryvnia et de 4,8 % par an en dollars américains. Le placement d'obligations de défense libellées en euros n'a pas eu lieu le mois dernier.

La plupart des enchères de vente des obligations ukrainiennes sont fructueuses, les instruments proposés par le ministère des Finances sont populaires tant auprès des investisseurs nationaux (en particulier les banques) que des investisseurs internationaux. Le niveau de confiance dans les obligations est assez élevé, les acheteurs constatent que malgré la guerre, l'Ukraine respecte ses engagements envers les détenteurs de ses titres. Un facteur important est également le rendement relativement élevé des obligations. C'est un "tribut" que nous devons malheureusement payer en raison de l'agression russe et des risques de guerre qui y sont liés.

Comme on le sait, l'été et le début de l'automne de l'année dernière, le ministère des Finances refusait d'augmenter considérablement les taux d'intérêt sur les obligations hryvnias, ce qui a même entraîné des désaccords publics entre la direction du ministère des Finances et la Banque nationale, qui insistait pour augmenter la rentabilité au niveau des certificats de dépôt de la NBU. La position du ministère des Finances est compréhensible ici : il faut penser non seulement à combler les trous budgétaires de manière urgente, mais aussi à la manière de vivre et de reconstruire le pays après la guerre. Il est difficile de le faire avec "un fardeau de dette" autour du cou. Plus les créanciers de l'État reçoivent de revenus, plus le remboursement des obligations devient cher pour nous. Cependant, la réalité – surtout quelques enchères pas tout à fait réussies pour le placement d'obligations de défense à faible rendement – a finalement contraint l'organisme financier à augmenter progressivement le coût des emprunts. Maintenant, après la décision de la Banque nationale de passer à une période de baisse du taux d'intérêt, un processus inversé a commencé, ce qui est certainement important pour réduire les paiements sur les titres ukrainiens à l'avenir.

STABILITÉ DU SYSTÈME BANCAIRE ET "CALME" SUR LE MARCHÉ DES CHANGES

La stabilité du système financier du pays est en grande partie due à la politique prudente de la Banque nationale. Il est important de noter qu'au cours de cette année, le régulateur a renoncé à l'émission monétaire. Autrement dit, il n'a pas imprimé de hryvnias non soutenues par des actifs, ce qui a déjà eu un impact positif sur l'inflation et a renforcé (jusqu'à récemment) la monnaie nationale. Rappelons que l'année dernière, la Banque nationale a dû imprimer 400 milliards de hryvnias pour financer le budget en achetant des titres du ministère des Finances - des obligations de la dette intérieure, ce qui a ajouté quelques pourcentages au taux d'inflation annuel (atteignant 26,6 %) et a exercé une pression significative sur le taux de change, exigeant de la Banque nationale de nouvelles interventions sur le marché interbancaire.

Cette année, selon les prévisions de la Banque nationale, l'inflation ne dépassera pas 11%. Et le taux de change de la hryvnia, malgré les turbulences actuelles causées entre autres par les problèmes récurrents de l'exportation agricole, ne devrait guère descendre en dessous de 39-39,5 hryvnia par dollar, – affirment les experts. Bien sûr, la stabilité relative de la situation est largement due à l'arrivée régulière d'une aide financière de la part des partenaires étrangers et à l'accroissement constant des réserves internationales. À la fin de juillet, celles-ci ont dépassé 41,7 milliards de dollars (en équivalent), établissant ainsi un nouveau record pour la deuxième fois consécutive depuis l'indépendance.

En mettant en place, d'une part, des mesures visant à renforcer la transmission monétaire et à soutenir le marché intérieur de la dette en augmentant notamment les ratios de réserves obligatoires pour les banques (ce qui a permis de "lier" plusieurs dizaines de milliards de hryvnias d'excès de ressources bancaires, évitant ainsi leur pression sur les marchés des changes et de la consommation), le régulateur a simultanément poursuivi sa politique d'assouplissement des restrictions sur les devises. Certains experts ont même commencé à évoquer la possibilité que la Banque nationale prenne progressivement la décision de revenir à la détermination libre du taux de change. Cependant, les problèmes mentionnés qui exercent une pression sur la hryvnia ces dernières semaines reportent évidemment ce pas vers des temps meilleurs.

En revanche, l'orientation récente de la Banque centrale vers une réduction du taux de refinancement (ce taux ayant été réduit de 25 % à 22 % en juillet) semble se maintenir. Une nouvelle réduction pourrait avoir lieu dès septembre. Ce qui réduira le coût des emprunts intérieurs pour le ministère des Finances et ravivera au moins légèrement le crédit au secteur réel de l'économie.

Cependant, le financement bancaire de l'entreprise – l'un des maillons faibles du système financier national qui entrave un développement économique plus rapide – est en train de changer. Et cela ne s'explique pas seulement par la guerre, le renforcement des risques de sécurité, l'absence d'assurance et les taux de crédit réels élevés. Avec le niveau actuel de rentabilité des OVD et des certificats de dépôt de la Banque nationale, il n'est pas rentable pour les banques de s'impliquer dans le crédit (à l'exception peut-être de leur participation à des programmes gouvernementaux de compensation des taux d'intérêt sur les prêts aux entreprises). Autrement dit, la croissance des revenus de la banque nationale cette année est expliquée non par des investissements fructueux dans des projets prometteurs et le financement du secteur réel, comme cela devrait être, mais par le revenu passif provenant de l'achat (principalement avec les fonds de refinancement reçus de la Banque nationale) de certificats de dépôt de la Banque nationale et d'obligations militaires. Compte tenu de la nécessité de maintenir la capacité financière de l'État dans des moments difficiles et de "lier" l'excès de liquidité, cela est bien sûr une bonne chose. Cependant, du point de vue du développement futur, tout n'est pas aussi idéal.

La baisse attendue permanente du taux de refinancement, puis de la rentabilité des OVD et des certificats de dépôt de la Banque nationale, pourrait éventuellement stimuler le crédit. Cependant, cela dépendra en grande partie de la situation sur le front et du véritable affaiblissement des risques de sécurité.

Dans l'ensemble, selon les estimations des experts, à la fois le régulateur et le système bancaire national se sont habitués à travailler dans des conditions de guerre. La situation n'a en rien été déstabilisée par le retrait, au cours des dix-huit derniers mois, de plusieurs banques du marché. Tout d'abord, celles qui étaient détenues par l'État agresseur, puis celles qui rencontraient des problèmes de liquidité ou étaient impliquées dans des schémas de blanchiment d'argent dans le secteur des jeux de hasard. Même la récente nationalisation de la grande banque "Sens", appartenant à des propriétaires russes, a été presque imperceptible pour le grand public.

Actuellement, le régulateur réalise des tests de stress sur 20 banques – les leaders en termes de ratios d'actifs pondérés par le risque, de dépôts et de crédits aux particuliers. Le montant total des actifs nets de ces banques dépasse 90 % des actifs de l'ensemble de notre système bancaire. Les résultats de l'évaluation de la solidité des banques et du système bancaire dans son ensemble cette année seront publiés d'ici le 31 mars 2024.

À la Banque nationale, on insiste sur le fait que l'objectif des tests de stress de cette année n'est pas de "punir les coupables", mais de détecter rapidement les problèmes et les risques et d'aider les banques à les surmonter. Autrement dit, le résultat de l'évaluation ne sera pas une nouvelle "chute de banque".

RÉTABLISSEMENT DE L'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE ET INCITATIONS GOUVERNEMENTALES

Cette année, l'Ukraine est revenue à la croissance de son produit intérieur brut réel. Bien sûr, il ne s'agit pas encore de taux suffisants pour une reprise rapide de l'économie au niveau d'avant-guerre. Sans parler des chiffres que nous devons nécessairement atteindre après la guerre pour commencer à rattraper nos voisins européens en termes de développement. Et c'est compréhensible : de vastes territoires temporairement occupés par l'ennemi sont exclus de la circulation économique, la restauration des chaînes logistiques et de production n'a pas eu lieu partout, des obstacles à l'exportation subsistent et, dans une certaine mesure, s'accentuent.

Néanmoins, le PIB du pays au deuxième trimestre a augmenté de plus de 20% par rapport au deuxième trimestre de l'année précédente. Cependant, selon les conclusions des experts, une telle croissance significative est avant tout due à une base de comparaison basse, car l'économie ne commençait qu'à s'adapter au travail en période de guerre après l'incertitude de la fin de février-mars de l'année dernière. Ainsi, les attentes de croissance à la fin de l'année sont beaucoup plus modestes. Selon les prévisions de la Banque nationale, elle sera de 2,9 %, et selon les calculs récents du ministère de l'Économie, elle atteindra 3,2 %. Le ralentissement de la sidérurgie et de l'extraction du minerai de fer, lié à la destruction du barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovka par les Russes, ainsi que les nouveaux problèmes d'exportation maritime après la sortie de la Russie de l'"Accord céréalier", empêchent un développement plus rapide, entre autres. Ce dernier est sans exagération un coup assez sérieux pour notre économie, car cela prive non seulement une grande partie des ressources des agriculteurs ukrainiens, mais a également un impact négatif sur la balance commerciale et exerce une pression sur le marché des changes. Selon l'Association ukrainienne des céréales, au cours de la dernière saison de commercialisation (du 1er juillet 2022 au 30 juin 2023), notre pays a exporté 58 millions de tonnes de produits agricoles, dont 32,8 millions de tonnes par le "corridor céréalier", dont la part principale est constituée de céréales et d'huiles. Les recettes de l'Ukraine provenant de l'exportation de céréales, d'huiles ont atteint 20 milliards de dollars.

En fait, la modestie des prévisions de croissance économique cette année peut être expliquée par cette incertitude. Pendant ce temps, l'Ukraine essaie, avec l'aide de ses partenaires, de rétablir le fonctionnement du corridor céréalier et de renforcer les capacités des itinéraires logistiques alternatifs, principalement en utilisant les petits ports du Danube. Cependant, comme on le sait, l'agresseur a intensifié les attaques de missiles contre l'infrastructure portuaire ces dernières semaines, tant maritime que fluviale.

Parmi les tâches mises en avant par la guerre, le remplacement d'une partie des exportations de matières premières par la vente à l'étranger et la fourniture sur le marché intérieur de produits transformés à forte valeur ajoutée peut être expliqué par cette incertitude. "La nouvelle idéologie économique doit être l'industrialisation, car nous devons être un pays exportant des produits finis de valeur plus élevée, et non des matières premières dont la valeur est plus basse", – a souligné Julia Svyrydenko, première vice-première ministre et ministre de l'Économie, lors du téléthon "Unified News". La tâche de l'État, selon ses propres mots, est d'aider à renforcer les capacités des entrepreneurs ukrainiens, notamment en ce qui concerne l'accès aux finances, et de chercher de nouveaux débouchés.

Justement, les instruments de soutien financier aux entreprises proposés par l'Ukraine, mis en œuvre dès les premières semaines de la grande guerre, ainsi que l'expansion des programmes lancés précédemment, sont également considérés par les experts comme un autre facteur important de préservation de la stabilité économique. Par exemple, depuis le début du programme gouvernemental "Crédits abordables 5-7-9 %" (février 2020), les entreprises ont obtenu 70 000 crédits pour 225,4 milliards de hryvnias. Cette année, 17 200 crédits pour 58,3 milliards de hryvnias ont déjà été accordés aux entrepreneurs.

Le programme de subventions de soutien aux micro-entrepreneurs gagne également en popularité, avec la possibilité de soumettre une demande de participation via Diia. Les futurs entrepreneurs peuvent obtenir une subvention pouvant aller jusqu'à 6 500 dollars pour démarrer leur propre entreprise. Selon Julia Svyrydenko, d'ici la fin de l'année, l'État prévoit de traiter au moins 10 000 demandes pour de telles subventions, dont 6 000 ont déjà été approuvées. Pour les entreprises, plusieurs programmes sectoriels sont en place, notamment dans l'agriculture, où des fonds sont alloués au développement de l'horticulture, des serres, des systèmes de drainage, etc.

Un facteur extrêmement remarquable pour la reprise de l'activité économique, la préservation de la production et des effectifs, la création de nouveaux emplois – surtout pendant les premiers mois de l'incertitude militaire – est également le programme gouvernemental de relocalisation des entreprises dans des régions plus sûres. Plus de 800 entreprises ont été déplacées vers l'ouest du pays dans le cadre de ce programme. Certaines productions, notamment celles liées aux besoins de la défense, ont été temporairement relocalisées sur le territoire de nos partenaires européens. Selon le ministère de l'Économie, le processus de retour est déjà en cours – certaines entreprises reviennent à leurs lieux de travail précédents en raison de l'amélioration de la situation sécuritaire là-bas.

Et bien sûr, en parlant des facteurs qui contribuent à la stabilité économique (relative) de l'Ukraine en temps de guerre, il convient de mentionner la poursuite des processus de numérisation dans le pays. Le niveau élevé des services numériques a notamment permis de faire fonctionner en continu nos systèmes bancaires et financiers. Grâce au travail en ligne, des milliers d'entreprises a préservé leurs performances de production et n'ont pas perdu leurs effectifs. De nouvelles fonctionnalités apparaissent presque chaque semaine dans Diia. Parmi les programmes lancés pendant la guerre, il y a eVoroh ( "eEnnemi" ), l'enregistrement des biens endommagés, eOselya ( "eDomicile" ), eRobota ( "eEmploi" ) et bien d'autres. Malgré la guerre, l'Ukraine met en œuvre des projets de développement de l'internet à haut débit, d'extension des centres administratifs de services aux citoyens, d'introduction du régime sans papier, d'élargissement de l'accès aux services électroniques de base, ainsi que de l'éducation numérique, de la capacité institutionnelle des administrations régionales et des autorités locales.

Bien sûr, il ne faut pas sous-estimer l'impact sur l'économie d'autres secteurs et programmes. Tout le monde le reconnaît : l'Ukraine n'aurait pas pu réussir sur le front face à un ennemi aussi puissant et intransigeant sans avoir assuré un arrière fiable. Et surtout, nous croyons que l'Ukraine célébrera son 33e anniversaire dans des conditions pacifiques, ayant vaincu l'ennemi et se consacrant uniquement à la reconstruction et à la réforme intérieure.

Vladyslav Obukh, Kyiv


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-